CIM 10 Hypothyroïdie codant

L'hypothyroïdie est une condition du corps dans laquelle il y a un manque d'hormones thyroïdiennes, ce qui provoque un certain nombre de symptômes pathologiques.

Il existe plusieurs facteurs étiotropes de la maladie, par conséquent, dans la CIM 10, l'hypothyroïdie a généralement le code E03.9, comme non spécifié.

Facteurs principaux

Habituellement, dans ce cas, il existe des anomalies congénitales ou acquises de la glande thyroïde. Les processus pathologiques dans la glande elle-même surviennent pour les raisons suivantes:

  • inflammation des tissus organiques;
  • la nature auto-immune du développement de la pathologie;
  • dommages aux organes par l'iode radioactif;
  • grave carence en iode dans le corps en raison de son absence dans l'environnement;
  • hypothyroïdie postopératoire dans la CIM 10 avec ablation massive des tissus (elle a le code E89.0, qui détermine le plan des mesures thérapeutiques, selon les protocoles de traitement unifiés pour les patients atteints de cette pathologie).

Très souvent, le développement de l'hyperthyroïdie a plusieurs causes ou une étiologie incompréhensible, par conséquent, dans la plupart des cas, les spécialistes traitent de la forme idiopathique de l'hyperthyroïdie, qui appartient à une grande partie des maladies thyroïdiennes E00-E07 dans la Classification internationale des maladies 10 révision.

Facteurs secondaires pour le développement de l'hypothyroïdie

La forme secondaire d'hypothyroïdie est due à des dommages au système qui contrôle le fonctionnement normal de la glande thyroïde. L'hypothalamus et l'hypophyse du cerveau sont généralement impliqués, à savoir leur effet interconnecté sur la glande thyroïde..

Ce système peut échouer pour les raisons suivantes:

  • processus de tumeur cérébrale;
  • nature infectieuse de la lésion;
  • épisodes parasitaires;
  • blessures à la tête.

Dans les deux cas de dysfonctionnement thyroïdien, il y a un manque de production d'hormones et, par conséquent, une violation de tous les processus métaboliques.

La forme primaire de cette pathologie métabolique est divisée en plusieurs types, à savoir:

  • subclinique, qui ne présente pratiquement aucun symptôme pathologique, mais selon les résultats d'analyses spécifiques, une augmentation du nombre d'hormones stimulant la thyroïde de l'hypophyse (TSH) est observée dans le contexte d'un niveau normal d'hormones thyroïdiennes (T4);
  • la forme manifeste est caractérisée par une augmentation du niveau de TSH dans un contexte de diminution de T4, qui a un tableau clinique très vivant.

La forme manifeste a un cours compensé ou décompensé. Le code de l'hyperthyroïdie dans la CIM 10 dépend de l'étiologie, de l'évolution clinique et des signes pathomorphologiques, qui sont généralement fournis par les codes de la section E03.0-E03.9.

Symptômes

Dans la pratique médicale, il existe une opinion selon laquelle plus la personne qui a développé une forme manifeste d'hypothyroïdie est jeune, plus elle est sujette à la formation de troubles dans les parties centrales du système nerveux et aux dysfonctionnements du système musculo-squelettique. Avec cette pathologie, il n'y a pas de symptomatologie spécifique, mais il y a de nombreux signes et ils sont très brillants. Le développement de changements pathologiques dans les processus métaboliques du corps peut être suspecté par la manifestation des symptômes suivants:

  • augmentation du poids corporel dans un contexte de nutrition modeste;
  • hypothermie, une sensation de froid constant due à une diminution du métabolisme;
  • couleur jaunâtre de la peau;
  • somnolence, réaction mentale retardée, mauvaise mémoire déterminent le code de l'hypothyroïdie;
  • tendance à la constipation, flatulences sévères;
  • réduction de l'hémoglobine.

Le diagnostic précoce de la pathologie implique la nomination d'une thérapie de remplacement à vie. Le pronostic est défavorable, surtout dans les cas avancés..

Enregistrez le lien ou partagez des informations utiles dans les réseaux sociaux. réseaux

Hypothyroïdie primaire

Articles d'experts médicaux

L'hypothyroïdie primaire est une hypothyroïdie qui se développe à la suite d'un dysfonctionnement thyroïdien congénital ou acquis..

Code ICD-10

Épidémiologie de l'hypothyroïdie primaire

Le type d'hypothyroïdie le plus courant (trouvé dans environ 95% de tous les cas d'hypothyroïdie. La prévalence d'hypothyroïdie primaire cliniquement prononcée dans la population est de 0,2 à 2%, la fréquence de l'hypothyroïdie subclinique primaire atteint 10% chez les femmes et 3% chez les hommes. L'hypothyroïdie primaire congénitale se produit avec une fréquence 1: 4000-5000 nouveau-nés.

Causes de l'hypothyroïdie primaire

Le plus souvent, l'hypothyroïdie primaire est le résultat d'une thyroïdite auto-immune, moins souvent le résultat d'un traitement du syndrome de thyréotoxicose, bien qu'un résultat spontané de goitre toxique diffus dans l'hypothyroïdie soit également possible. Les causes les plus courantes d'hypothyroïdie congénitale sont l'aplasie et la dysplasie de la glande thyroïde, ainsi que les enzymopathies congénitales, accompagnées d'une violation de la biosynthèse des hormones thyroïdiennes.

Avec une carence en iode extrêmement sévère, l'utilisation d'iode inférieure à 25 mcg / jour pendant une longue période) peut développer une hypothyroïdie déficiente en iode. De nombreux médicaments et produits chimiques (propylthiouracile, thiocyanates, perchlorate de potassium, carbonate de lithium) peuvent perturber la fonction thyroïdienne. Dans le même temps, l'hypothyroïdie causée par l'amiodarone est le plus souvent de nature transitoire. Dans de rares cas, l'hypothyroïdie primaire est une conséquence du remplacement par le processus pathologique du tissu thyroïdien dans la sarcoïdose, la cystinose, l'amylose, la thyroïdite de Riedel). L'hypothyroïdie congénitale peut être transitoire. Il se développe sous l'influence de diverses causes, notamment la prématurité, les infections intra-utérines, le transfert transplacentaire d'anticorps à la thyroglobuline et à la thyroperoxydase, et la mère prenant des thyréostatiques.

Pathogenèse de l'hypothyroïdie primaire

L'hypothyroïdie est caractérisée par une diminution du taux de processus métaboliques, qui se manifeste par une diminution significative de la demande en oxygène, un ralentissement des réactions redox et une diminution du taux métabolique basal. L'inhibition de la synthèse et du catabolisme se produit.Un signe universel d'hypothyroïdie sévère est un œdème mucineux (myxœdème), plus prononcé dans les structures du tissu conjonctif. L'accumulation de glycosaminoglycanes, produits de dégradation des protéines avec une hydrophilie accrue, provoque une rétention d'eau et de sodium dans l'espace extravasculaire. Dans la pathogenèse du retard du sodium, un excès de vasopressine et une carence en hormone natriurétique jouent un rôle.

La carence en hormones thyroïdiennes dans l'enfance inhibe le développement physique et mental et, dans les cas graves, peut conduire au nanisme hypothyroïdien et au crétinisme.

Les symptômes de l'hypothyroïdie primaire

Les manifestations cliniques de l'hypothyroïdie comprennent:

  • syndrome métabolique hypothermique: obésité, diminution de la température corporelle, augmentation des triglycérides et des LDL. Malgré un excès modéré de poids corporel, l'appétit pour l'hypothyroïdie est réduit, ce qui en combinaison avec la dépression empêche une augmentation significative du poids corporel. Une altération du métabolisme lipidique s'accompagne d'un ralentissement de la synthèse et de la dégradation des lipides avec une prédominance d'une dégradation plus lente, ce qui conduit finalement à une progression accélérée de l'athérosclérose;
  • dermopathie hypothyroïdienne et syndrome de troubles ectodermiques: myxœdème du visage et des membres, œdème périorbitaire, jaunissement de la peau (dû à l'hypercarotinémie), fragilité et chute des cheveux sur les parties latérales des sourcils, tête, calvitie nasale et alopécie sont possibles. En raison de l'aggravation des traits du visage, ces patients deviennent parfois similaires aux patients atteints d'acromégalie;
  • syndrome des organes sensoriels, difficulté à respirer par le nez (due au gonflement de la muqueuse nasale), déficience auditive (due au gonflement du tube auditif et de l'oreille moyenne), enrouement (dû au gonflement et à l'épaississement des cordes vocales), troubles de la vision nocturne;
  • lésions du système nerveux central et périphérique: somnolence, léthargie, perte de mémoire, bradyphrénie, douleurs musculaires, paresthésie, diminution des réflexes tendineux, polyneuropathie. Peut-être le développement de la dépression, du délire (délire de myxœdème), rarement - des paroxysmes typiques d'attaques de panique (avec des attaques de tachycardie);
  • syndrome de lésion du système cardiovasculaire ("myxœdème cardiaque") signes d'insuffisance cardiaque, changements caractéristiques de l'ECG (bradycardie, basse tension du complexe QRS, onde T négative), augmentation des niveaux de CPK, ACT et lactate déshydrogénase (LDH). De plus, l'hypertension artérielle et l'épanchement dans les cavités pleurales, péricardiques et abdominales sont typiques. Des variantes atypiques de la lésion du système cardiovasculaire sont possibles (avec hypertension artérielle, sans bradycardie, avec tachycardie en cas de défaillance circulatoire);
  • syndrome du système digestif: hépatomégalie, dyskinésie biliaire, altération de la motilité du côlon, tendance à la constipation, diminution de l'appétit, atrophie de la muqueuse gastrique;
  • syndrome anémique: carence en fer normochromique normocytaire ou hypochromique, ou anémie macrocytaire déficiente en vitamine B12. De plus, les lésions plaquettaires caractéristiques de l'hypothyroïdie entraînent une diminution de l'agrégation plaquettaire qui, combinée à une diminution des taux plasmatiques des facteurs VIII et IX, ainsi qu'à une fragilité accrue des capillaires, aggrave le saignement;
  • syndrome d'hypogonadisme hyperprolactinémique: oligopsoménorrhée ou aménorrhée, galactorrhée, ovaire polykystique secondaire. La base de ce syndrome est l'hyperproduction de TRH par l'hypothalamus dans l'hypothyroxinémie, qui contribue à une augmentation de la libération non seulement de TSH, mais aussi de prolactine par l'adénohypophyse;
  • syndrome obstructif-hypoxémique: syndrome d'apnée du sommeil (dû à une infiltration de myxœdème des muqueuses et à une diminution de la sensibilité du centre respiratoire), myxœdème, lésions des muscles respiratoires avec diminution du volume respiratoire par hypoventilation alvéolaire (conduit à une hypercapnie jusqu'au développement d'un coma hypothyroïdien).

Coma hypothyroïdien ou myxœdème

Il s'agit d'une complication dangereuse de l'hypothyroïdie. Ses causes sont l'absence ou la thérapie de substitution insuffisante. Provoquer le développement d'un coma hypothyroïdien, le refroidissement, les infections, l'intoxication, la perte de sang, les maladies intercurrentes graves et la prise de tranquillisants.

Les manifestations du coma hypothyroïdien comprennent l'hypothermie, la bradycardie, l'hypotension artérielle, l'hypercapnie, l'enflure mucineuse du visage et des extrémités, les symptômes de lésions du système nerveux central (confusion, léthargie, stupeur et rétention urinaire possible ou obstruction intestinale. La tamponnade cardiaque due à l'hydropéricarde peut être la cause directe du décès..

Signes d'hypothyroïdie postopératoire et recommandations cliniques

L'hypothyroïdie postopératoire est une condition pathologique résultant de l'ablation complète ou partielle de la glande thyroïde.

p, blockquote 1,0,0,0,0 ->

Environ 20% des femmes et 15% des hommes développent une déficience de la fonction thyroïdienne dans la période postopératoire.

p, blockquote 2.0,0,0,0 ->

Les personnes âgées ont un risque plus élevé de développer cette condition pathologique.

p, blockquote 3,0,0,0,0,0,0 ->

Causes d'occurrence, qui est à risque

L'hypothyroïdie postopératoire est répertoriée sous le code de la CIM-10, E03.

p, blockquote 4,0,0,0,0,0,0 ->

Avec l'ablation complète de la glande thyroïde, c'est-à-dire la thyroïdectomie, le risque de développer cette complication est extrêmement élevé.

p, blockquote 5,0,0,0,0 ->

Avec une résection partielle de l'organe, le risque d'un problème similaire est proportionnel au volume de tissu prélevé.

p, blockquote 6.0,0,0,0,0,0 ->

Le plus souvent, l'hypothyroïdie survient après un traitement chirurgical d'un carcinome anaplasique et papillaire. De plus, le risque d'une telle complication dans le traitement de la tumeur folliculaire et de l'adénome toxique est accru.

p, blockquote 7,0,0,0,0 ->

p, blockquote 8,0,0,0,0 ->

Dans certains cas, après une intervention chirurgicale pour éliminer les conséquences d'une lésion traumatique de la région du cou, qui crée une compression sur les tissus environnants, il y a une violation de la glande thyroïde.

p, blockquote 9,0,0,0,0 ->

Les facteurs qui augmentent le risque de développer une hypothyroïdie postopératoire comprennent,

p, blockquote 10,0,0,0,0 ->

  • anémie,
  • goitre,
  • Diabète,
  • insuffisance rénale.

Souvent, les conséquences de la chirurgie sont évidentes lorsque des complications d'hypothyroïdie apparaissent.

p, blockquote 11,0,1,0,0 ->

Cela est dû au fait que la glande thyroïde endommagée est incapable de fonctionner normalement, d'absorber l'iode et de produire suffisamment d'hormones.

p, blockquote 12,0,0,0,0 ->

Manifestation des symptômes de la maladie

Lorsque l'hypothyroïdie postopératoire se développe, les symptômes affectent tous les systèmes du corps. En l'absence de traitement ciblé, en premier lieu, des troubles métaboliques du corps humain se produisent.

p, blockquote 13,0,0,0,0 ->

Cela conduit à une prise de poids rapide..

p, blockquote 14,0,0,0,0 ->

Ce processus conduit à une perturbation du système circulatoire.

p, blockquote 15,0,0,0,0 ->

La perméabilité des vaisseaux sanguins augmente et, en outre, des changements athérosclérotiques prononcés se produisent.

p, blockquote 16,0,0,0,0 ->

Une exacerbation des pathologies cardiaques du patient se produit, qui s'accompagne de l'apparition de sauts brusques de la pression artérielle, d'une perturbation du rythme et d'une augmentation de la pression.

p, cote 17,0,0,0,0,0,0 ->

La gravité de ces symptômes dans l'hypothyroïdie postopératoire peut varier en fonction de la gravité des troubles de la production d'hormones..

p, blockquote 18,0,0,0,0 ->

Chez certains patients, dans le contexte d'une hypothyroïdie apparue après l'opération, le développement d'un gonflement des tissus mous du visage.

p, blockquote 19,0,0,0,0 ->

De plus, il y a une densification des plaques à ongles et l'apparition d'une sécheresse excessive de la peau.

p, cote 20,0,0,0,0 ->

p, blockquote 21,0,0,0,0 ->

Les troubles de la sensibilité observés dans cette pathologie comprennent des troubles de l'audition et de la vision, ainsi qu'un émoussement de l'odorat et du goût..

p, blockquote 22,0,0,0,0 ->

Comme pour l'hypothyroïdie primaire, dans la version postopératoire de ce trouble, des troubles du système nerveux peuvent être observés, exprimés comme:

p, blockquote 23,1,0,0,0 ->

  • somnolence accrue,
  • irritabilité,
  • troubles dépressifs,
  • psychoses,
  • durée d'attention réduite,
  • Dysfonctionnement de la mémoire,
  • coma.

Dans la classification internationale, une attention particulière est accordée à l'hypothyroïdie postopératoire, car elle s'accompagne souvent de l'apparition de complications graves en peu de temps, si le trouble n'est pas diagnostiqué en temps opportun et si le traitement n'est pas commencé..

p, blockquote 24,0,0,0,0 ->

Une femme dans le contexte de cette condition pathologique peut présenter des irrégularités menstruelles et une infertilité. Chez les hommes, une diminution de la puissance est souvent observée.

p, blockquote 25,0,0,0,0 ->

De plus, avec le développement d'une hypothyroïdie postopératoire, des troubles du système digestif se produisent souvent. Ils peuvent survenir:

p, blockquote 26,0,0,0,0 ->

  • flatulence,
  • perturbation de la production d'enzymes,
  • la nausée,
  • constipation,
  • diminution de l'appétit,
  • hypertrophie du foie et de la rate.

Dans de rares cas, des troubles respiratoires exprimés par l'apnée nocturne sont observés.

p, blockquote 27,0,0,0,0 ->

De plus, des pathologies du système musculo-squelettique, se manifestant par une faiblesse et une atrophie musculaire, peuvent survenir..

p, blockquote 28,0,0,0,0 ->

Chez les enfants, des troubles de la formation du squelette peuvent survenir. Pour clarifier le diagnostic, une analyse de la thyroxine et de la TSH est requise.

p, blockquote 29,0,0,0,0 ->

p, blockquote 30,0,0,0,0 ->

Évaluation de l'efficacité du traitement hormonal

Si l'hypothyroïdie postopératoire est sous-compensée, c'est-à-dire que les médicaments n'ont pas été correctement sélectionnés, les manifestations de dysfonctionnement de la glande thyroïde commencent à augmenter progressivement, ce qui entraîne une détérioration de l'état général.

p, blockquote 31,0,0,0,0 ->

Les médicaments permettent une thérapie de remplacement efficace même avec une élimination complète de tout le tissu thyroïdien.

p, blockquote 32,0,0,0,0 ->

L'hypothyroïdie postopératoire, qui est au stade de décompensation, ne s'accompagne pas de l'apparition de symptômes sévères.

p, blockquote 33,0,0,0,0 ->

Pour stabiliser la condition, les patients doivent prendre des analogues synthétiques des hormones thyroïdiennes tout au long de leur vie ultérieure.

p, blockquote 34,0,0,1,0 ->

La posologie nécessaire de L-thyroxine est choisie en premier lieu pour les patients..

p, blockquote 35,0,0,0,0 ->

Dans ce cas, il est nécessaire de contrôler le niveau d'hormone stimulant la thyroïde et de T4 et T3 dans le sang. Cela vous permet de choisir le dosage optimal..

p, blockquote 36,0,0,0,0 ->

L'hypothyroïdie médicamenteuse postopératoire compensée n'est pas accompagnée de symptômes graves, de sorte que les patients peuvent mener une vie à part entière.

p, blockquote 37,0,0,0,0 ->

Pronostic postopératoire

Avec l'hypothyroïdie qui survient après la chirurgie, le pronostic est favorable. Avec l'utilisation systématique de médicaments de substitution, il est possible d'obtenir une stabilisation de la condition et une personne à l'avenir pourrait ne pas rencontrer de problèmes de santé.

p, blockquote 38,0,0,0,0 ->

Dans cette condition pathologique, l'invalidité est rarement donnée en raison de troubles progressifs.

p, blockquote 39,0,0,0,0 ->

Le pronostic de l'hypothyroïdie s'aggrave en présence de maladies chroniques et de la nécessité de prendre des médicaments supplémentaires.

p, blockquote 40,0,0,0,0 ->

Régime pour l'hypothyroïdie

Un régime spécifique pour l'hypothyroïdie qui survient après une opération sur la glande thyroïde n'est pas nécessaire.

p, blockquote 41,0,0,0,0 ->

Avec des dosages correctement choisis de médicaments hormonaux, les troubles du tractus gastro-intestinal disparaissent.

p, blockquote 42,0,0,0,0 ->

Cependant, de nombreux médecins recommandent une alimentation économe. Cela vous permettra d'éliminer rapidement les manifestations symptomatiques existantes et de stabiliser la condition..

p, blockquote 43,0,0,0,0 ->

La prévention

Afin de prévenir le développement d'une hypothyroïdie, des mesures doivent être prises pour réduire le risque de nécessité d'une intervention chirurgicale.

p, blockquote 44,0,0,0,0 ->

Il est nécessaire de mener une vie saine. Une quantité suffisante d'aliments contenant des niveaux élevés d'hormones doit être introduite dans l'alimentation..

p, blockquote 45,0,0,0,0,0 -> p, blockquote 46,0,0,0,0,0 ->

De plus, l'hypothermie et le développement de maladies infectieuses ne devraient pas être autorisés..

Autres formes d'hypothyroïdie

Exclu:

  • hypothyroïdie associée à une carence en iode (E00-E02)
  • hypothyroïdie après procédures médicales (E89.0)

Hypothyroïdie congénitale avec goitre diffus

Goitre congénital (non toxique):

  • EDR
  • parenchyme

Exclut: goitre congénital transitoire avec fonction normale (P72.0)

Hypothyroïdie congénitale sans goitre

Aplasie thyroïdienne (avec myxœdème)

Congénital:

  • atrophie thyroïdienne
  • hypothyroïdie SAI

Hypothyroïdie causée par des médicaments et d'autres substances exogènes

Si nécessaire, identifiez la cause à l'aide d'un code supplémentaire de causes externes (classe XX).

Hypothyroïdie post-infectieuse

Atrophie thyroïdienne (acquise)

Exclut: atrophie congénitale de la glande thyroïde (E03.1)

Coma myxoedémateux

Autre hypothyroïdie spécifiée

Hypothyroïdie, sans précision

Rechercher dans le texte de la CIM-10

Recherche par code ICD-10

Classification statistique internationale des maladies et des problèmes de santé, 10e révision.
Avec modifications et ajouts publiés par l'Organisation mondiale de la santé en 1996-2019.
Modifications récentes de la CIM-10 (à partir de 2020) apportées par l'OMS en 2019.

Hypothyroïdie postopératoire mcb 10. Hypothyroïdie chez l'adulte. E27 Autres troubles de la glande surrénale

Inclus: conditions endémiques associées à une carence en iode dans le milieu naturel, à la fois directement et en raison d'une carence en iode dans le corps de la mère. Certaines de ces conditions ne peuvent pas être considérées comme une véritable hypothyroïdie, mais sont le résultat d'une sécrétion inadéquate des hormones thyroïdiennes chez le fœtus en développement; il peut y avoir une relation avec des facteurs zobogènes naturels.

Si nécessaire, identifiez un retard mental qui l'accompagne à l'aide d'un code supplémentaire (F70-F79).

Exclut: l'hypothyroïdie subclinique due à une carence en iode (E02)

  • syndrome de carence congénitale en iode (E00.-)
  • hypothyroïdie subclinique due à une carence en iode (E02)
  • goitre congénital:
    • EDR (E03.0)
    • diffus (E03.0)
    • parenchyme (E03.0)
  • goitre associé à une carence en iode (E00-E02)
  • thyroïdite chronique avec thyrotoxicose transitoire (E06.2)
  • thyrotoxicose néonatale (P72.1)

Hypothyroïdie - code pour la numération microbienne 10

Hypothyroïdie avec un nombre microbien de 10 - c'est le nom utilisé par les professionnels de la santé pour ne pas utiliser les noms volumineux de chaque type de maladie, chaque type individuel se voyant attribuer un code individuel.

Cette maladie provoque un dysfonctionnement de la glande thyroïde en raison de la quantité insuffisante d'hormones produites par la glande thyroïde, ce qui entraîne un ralentissement des processus dans le corps.

Il existe une dizaine de maladies similaires, toutes apparaissent après un dysfonctionnement de la glande thyroïde.

Maladie ou condition

Il y a une opinion que l'hypothyroïdie n'est pas une maladie du tout, mais un état du corps dans lequel une carence en hormones thyroïdiennes produites par la glande thyroïde est déterminée pendant longtemps. Elle est associée à des processus pathologiques qui affectent le métabolisme hormonal..

Cette maladie est assez courante, en particulier chez les femmes, les hommes sont moins susceptibles de souffrir d'une telle maladie, par exemple, sur 20 patients identifiés, un seul patient de sexe masculin.

Parfois, les symptômes de l'apparition de la maladie au stade initial n'apparaissent pas clairement et sont très similaires aux signes de fatigue, et parfois à d'autres maladies. Pour déterminer les signes exacts d'hypothyroïdie à un stade précoce, seule une analyse du niveau d'hormones stimulant la thyroïde peut.

Formes de la maladie

Il existe de telles formes:

  1. L'une des raisons pouvant provoquer la maladie est un apport insuffisant en iode ou l'influence de facteurs négatifs. Cette forme est appelée hypothyroïdie acquise. Les nourrissons en souffrent.
  2. Seulement 1% des patients identifiés parmi les nourrissons sont affectés par la forme congénitale..
  3. Forme chronique ou thyroïdite chronique auto-immune. Apparaît à la suite d'un dysfonctionnement du système immunitaire. Dans cette situation, les processus destructeurs des cellules thyroïdiennes commencent dans le corps. Des manifestations claires de cela se produisent plusieurs années après le début du processus pathologique..
  4. Une forme de maladie transitoire se produit, par exemple, en conjonction avec une thyroïdite post-partum. La maladie peut survenir avec des lésions virales de la glande thyroïde ou en raison de néoplasmes de la glande thyroïde.
  5. La forme gestationnelle observée chez les femmes enceintes, disparaît après l'accouchement.
  6. Subclinique - se produit en raison d'une carence en iode.
  7. Compensé - ne nécessite pas toujours une thérapie spécialisée.

Du degré d'infection du corps et du processus de développement de la maladie, il y a:

  1. Primaire - le développement se produit lorsque la glande thyroïde est endommagée, tandis qu'il y a une augmentation du niveau de TSH (90% des cas d'hypothyroïdie).
  2. Secondaire - dommages à l'hypophyse, libération insuffisante de thyrolibérine et de TSH.
  3. Tertiaire - perturbation de l'hypothalamus, développement d'une carence en thyrolibérine.

Classification des maladies

L'hypothyroïdie a bien sûr de nombreuses formes, c'est-à-dire qu'elle se manifeste sous différentes formes. La Classification internationale des maladies attribue un code spécifique à chaque forme spécifique. La qualification prévoit d'éventuels foyers territoriaux de carence en iode (endémique).

Pourquoi avez-vous besoin d'une classification selon la CIM 10? Pour garder un dossier clair et comparer la clinique des maladies, pour maintenir des statistiques dans différents territoires.

La classification ICD présente certains avantages:

  1. Aide à l'établissement d'un diagnostic précis.
  2. Choisir un traitement efficace et approprié.

Selon la qualification d'hypothyroïdie selon la CIM 10, chaque type de cette maladie se voit attribuer un code spécifique. Exemple: subclinique, résultant d'une consommation insuffisante d'iode, a reçu le code CIM 10 - E 02.

Autre exemple: un processus non toxique à nœud unique a reçu le code E 04.1, caractérisé par un néoplasme clair. L'élargissement progressif des nœuds provoque une gêne, comprime les organes situés dans la région cervicale.

Traitement

Le traitement de chaque type dépend du degré de développement de la maladie. Par exemple, la phase primaire de la maladie peut être guérie en prenant des hormones de remplacement. Ce que l'on ne peut pas dire du traitement de la forme périphérique de l'hypothyroïdie: parfois elle est très difficile, et parfois, bien qu'avec difficulté, elle peut être traitée.

Le type compensé d'hypothyroïdie n'a parfois pas besoin de thérapie spécialisée. Si une décompensation est observée, des médicaments hormonaux sont prescrits au patient, mais le médicament et la dose sont sélectionnés strictement individuellement, en tenant compte de toutes les caractéristiques.

La médecine moderne a plusieurs méthodes pour traiter l'hypothyroïdie:

  • conservateur;
  • opérationnel;
  • iodothérapie et radiothérapie.

Avec un diagnostic tardif et une longue absence de traitement de la maladie, une crise thyréotoxique se développe, qui se produit en raison de la libération d'un grand nombre d'hormones dans le sang.

Les complications peuvent être évitées en contactant un médecin en temps opportun, qui choisira la méthode de traitement optimale et aidera à revenir au rythme de vie habituel.

Autres formes d'hypothyroïdie (E03)

  • hypothyroïdie associée à une carence en iode (E00-E02)
  • hypothyroïdie après procédures médicales (E89.0)

Goitre congénital (non toxique):

Exclut: goitre congénital transitoire avec fonction normale (P72.0)

Aplasie thyroïdienne (avec myxœdème)

  • atrophie thyroïdienne
  • hypothyroïdie SAI

Si nécessaire, identifiez la cause à l'aide d'un code supplémentaire de causes externes (classe XX).

Exclut: atrophie congénitale de la glande thyroïde (E03.1)

En Russie, la Classification internationale des maladies de la 10e révision (CIM-10) a été adoptée en tant que document réglementaire unique pour prendre en compte la morbidité, les causes des recours publics auprès des institutions médicales de tous les départements et les causes de décès.

La CIM-10 a été introduite dans la pratique des soins de santé dans toute la Fédération de Russie en 1999 par arrêté du ministère de la Santé de Russie du 27.05.97. N ° 170

La publication d'une nouvelle révision (CIM-11) est prévue par l'OMS en 2022.

Hypothyroïdie postopératoire

Habituellement, après une intervention chirurgicale pour enlever la glande thyroïde, les patients acquièrent un diagnostic sérieux, appelé hypothyroïdie postopératoire. En raison du fait que dans le corps, le niveau d'hormones produites par la glande thyroïde est réduit, des symptômes d'hypothyroïdie peuvent survenir. La réaction du corps à cette maladie peut se manifester de la part de divers organes, à la suite de laquelle une intervention chirurgicale peut être suivie, c'est-à-dire l'ablation de l'organe affecté par la maladie.

L'abréviation ICD-10 est utilisée pour désigner la classification internationale des maladies, dans le but d'assurer la même approche pour les méthodes de traitement de divers problèmes de santé. Tout problème avec la glande thyroïde a son propre code ICD. L'hypothyroïdie postopératoire a le code E 89.0 selon la CIM-10, car il s'agit d'une maladie apparue après une intervention médicale.

Augmentation des groupes à risque chez les patients

Si vous regardez les études de spécialistes, vous pouvez conclure que la manifestation des symptômes se produit après la chirurgie principalement chez les femmes et plus l'âge est élevé, plus la probabilité d'un développement rapide de la maladie est grande. Les plus à risque sont:

  • tous les diabétiques;
  • ceux qui ont une insuffisance rénale;
  • patients souffrant d'anémie et de goitre.

Avant que le médecin traitant décide de retirer l'organe affecté, il prescrira d'abord au patient de suivre un cours de diagnostic, grâce auquel il sera possible d'obtenir une image complète de l'état de l'organe, ainsi que de ses tissus. La cause de l'ablation de la glande thyroïde peut être toute maladie qui interfère avec le processus de déglutition ou appuie sur les organes internes du cou.

Symptômes

Les signes caractéristiques de la maladie sont multiples et augmentent avec la progression de l'hypothyroïdie postopératoire. Les symptômes après le retrait, caractéristiques de l'hypothyroïdie postopératoire de la glande thyroïde, peuvent être les suivants:

  • Gain de poids rapide et température corporelle plus basse. Cela entraîne divers problèmes cardiaques ainsi que des vaisseaux sanguins..
  • Sur le visage, en particulier dans les yeux, les lèvres ou la langue, il peut y avoir un gonflement sévère. La raison en est la rétention d'eau à l'intérieur et entre les cellules..
  • Des troubles de l'audition, de la parole et de la vision sont observés. Les papilles gustatives peuvent ne pas réagir aussi fortement qu'avant.
  • Vous pouvez observer la réaction du côté du système nerveux, qui se traduit par un manque de force, une lenteur et une mauvaise humeur.
  • La réaction à l'hypothyroïdie se manifeste également de la part du cœur, à la suite de laquelle vous pouvez observer une violation du rythme cardiaque, une pression à l'intérieur des artères et des contractions d'organes très fréquentes.
  • Les changements affectent également le système digestif. En particulier, une augmentation de la taille du foie et de la rate est observée. L'appétit diminue, des flatulences sont possibles. Il peut y avoir des problèmes avec les selles..
  • Anémie et mauvaise coagulation sanguine dans le corps.
  • Irrégularités menstruelles.
  • Le volume pulmonaire diminue en raison de l'apnée, entraînant des maladies fréquentes des voies respiratoires et des poumons eux-mêmes.

Diagnostic et traitement

Bien que presque tout le monde après la chirurgie soit sensible à l'hypothyroïdie thyroïdienne postopératoire et qu'il s'agit d'une maladie très grave, le traitement est toujours possible. Ici, les médecins et les patients viennent à l'aide de technologies modernes qui aident à établir avec précision le diagnostic afin de minimiser les erreurs. L'hypothyroïdie thyroïdienne postopératoire, malheureusement, est une maladie à vie pour une personne qui a subi une intervention chirurgicale, cependant, un diagnostic bien établi, une approche responsable par un médecin pour prescrire et conduire une thérapie, ainsi qu'un mode de vie correct, aideront le patient à faire face.

Tout dépend du comportement du patient, il est important pour lui de reconnaître que les médicaments prescrits par le médecin affectent désormais pleinement son bien-être et maintiennent la maladie sous contrôle.

Une méthode efficace que les médecins utilisent dans la lutte contre l'hypothyroïdie postopératoire est la thérapie de remplacement par des hormones similaires produites par la glande thyroïde. Le médicament, connu sous le nom de L-thyroxine, n'est presque pas différent de l'hormone que le corps humain produit indépendamment.

Les bienfaits du traitement hormonal

Naturellement, il est important pour les patients de comprendre toute l'importance de prendre des médicaments (substituts d'hormones thyroïdiennes) pour le reste de leur vie.

En cas d'hypothyroïdie postopératoire, le traitement est réduit uniquement à une thérapie de remplacement par des analogues de l'hormone thyroïdienne. L'effet de la thyroxine contribue à des améliorations significatives de l'organisme et présente plusieurs avantages:

  • Fonction thyroïdienne entièrement restaurée.
  • La dose prescrite par le médecin ne change que dans deux cas: à la suite d'une prise de poids ou d'une grossesse.
  • Le coût du médicament est assez abordable pour chaque patient.
  • Le survivant de l'opération peut vivre une vie «pleine» sans ressentir de maux..

L'effet sur le corps se produit très rapidement, littéralement au cours des deux premiers jours, vous pouvez ressentir un soulagement. Même si tout à coup l'hormone n'a pas été prise à temps, la condition ne commencera pas à se détériorer, car étant dans le plasma pendant 7 jours supplémentaires, l'hormone continue.

Après avoir utilisé le médicament pendant deux ou trois mois, après avoir passé l'analyse d'une hormone, vous pouvez vous assurer que son niveau est complètement suffisant pour le bon fonctionnement et le travail du corps.

La glande thyroïde produit de nombreuses hormones différentes. L'hypothyroïdie est une maladie dans laquelle la production d'hormones thyroïdiennes est insuffisante.

Code d'hypothyroïdie selon la CIM 10 (classification internationale des maladies de la dixième révision) - il existe plusieurs variétés et formes de fonction thyroïdienne réduite. Selon la CIM 10, chaque type de cette maladie a son propre code, et chaque variété, à son tour, a différentes causes et complications possibles..

Les symptômes de la maladie sont presque les mêmes pour toutes les formes de la maladie:

  • une personne souffrant d'une dysfonction thyroïdienne ressent presque constamment de la froideur. Cela est dû au fait qu'avec une formation insuffisante d'hormones dans le corps, l'énergie est dépensée plus lentement;
  • immunité réduite à diverses infections - un manque d'hormones contribue à affaiblir le système immunitaire;
  • les attaques de maux de tête deviennent plus fréquentes;
  • le niveau d'activité diminue, une personne se sent souvent fatiguée;
  • en l'absence de traitement, un manque d'hormones affecte l'apparence - la peau devient plus sèche, les cheveux sont plus faibles et plus fins, les ongles deviennent également plus fins et exfolient.

Lorsque cela se produit après l'ablation de la glande thyroïde, les symptômes suivants sont observés:

  • baisse de température;
  • augmentation progressive du poids corporel;
  • gonflement, en particulier des membres;
  • léthargie, somnolence constante, entraînant un manque d'activité mentale;
  • violation des organes digestifs;
  • anémie;
  • écarts par rapport à la norme dans le travail du cœur et des poumons.

Si vous suspectez des problèmes avec la glande thyroïde, vous devez immédiatement contacter un endocrinologue. Le médecin examinera le patient, analysera les plaintes, prescrira les tests nécessaires pour la norme des hormones dans le sang. Après un examen complet, le médecin prescrira le traitement nécessaire et parlera de mesures préventives..

Variétés d'hypothyroïdie

L'hypothyroïdie peut être causée par de nombreuses raisons - un manque de substances dans le corps, une prédisposition à la maladie qui a été transmise par les parents, tout changement dans la glande thyroïde elle-même. Il existe deux types courants de maladie:

  • E 02 - subclinique
  • E 03 - autres types moins courants.

Chaque cause détermine un type distinct d'hypothyroïdie. Pour examiner plus en détail le code de l'hypothyroïdie selon la CIM 10 et une description des formes connues de la maladie, voir le tableau ci-dessous..

Le codeNomLa description
E 02Forme subcliniqueLa maladie apparaît en raison d'un manque d'iode dans le corps. Le type de problème thyroïdien le plus courant chez les personnes de tout âge et de tout sexe.
E 03.0Forme congénitale avec goitre diffusLa présence de goitre congénital non toxique, NSA. Une exception est un goitre transitoire avec une fonction normale.
E 03.1Forme congénitale sans goitreAplasie (défaut d'organe congénital). Atrophie de la glande thyroïde, hypothyroïdie type NSA
E 03.2AcquisLa maladie survient à la suite d'une exposition à la glande thyroïde de médicaments ou d'autres substances exogènes puissantes.
E 03.3Forme post-infectieuseHypothyroïdie acquise subissant par la suite une maladie infectieuse sévère.
E 03.4Atrophie thyroïdienneAtrophie thyroïdienne acquise.
E 03Autres variétésD'autres variétés sont moins courantes. Ils ne peuvent être diagnostiqués que par un médecin.

Une variété d'hypothyroïdie peut être détectée à l'aide de tests de laboratoire spéciaux. L'orientation de la recherche est prescrite par l'endocrinologue. Il étudie également les résultats, détermine le type de maladie, sa cause profonde, puis prescrit un traitement.

Les principaux types de traitement

Le traitement dépend du type de maladie. Dans la forme primaire, le médecin prescrit des médicaments de substitution hormonaux. Mais avec la variété périphérique, c'est plus difficile - une thérapie simple dans certains cas peut ne pas être efficace du tout..

Avec une forme compensée d'hypothyroïdie, dans certains cas, vous pouvez vous passer d'une thérapie étroitement ciblée. Et avec la décompensation, un endocrinologue prescrit des médicaments hormonaux spéciaux. La durée du médicament et sa posologie sont déterminées par un spécialiste et ne peuvent en aucun cas être modifiées.

Important: de nombreuses personnes pensent que l'augmentation du volume du médicament contribue à une récupération rapide. Mais il convient de rappeler qu'en augmentant l'effet de toute substance sur le corps, vous pouvez dépasser la norme acceptable pour chaque personne individuellement. Et l'excès peut provoquer d'autres maladies.

Pour traiter ce type de maladie, le médecin peut prescrire des médicaments homéopathiques. Dans certains cas, ils donnent un résultat efficace. Mais il y a un inconvénient - le traitement dure longtemps et nécessite des médicaments fréquents pendant la journée.

L'hypothyroïdie subclinique et gestationnelle n'a pas besoin de traitement. Fondamentalement, les patients ayant une forme subclinique sont uniquement enregistrés et subissent un examen de routine par un endocrinologue pour surveiller tout changement hormonal dans le corps.

Une supplémentation peut être prescrite pour normaliser les niveaux d'iode dans le corps. La forme gestationnelle se manifeste pendant la grossesse et passe le plus souvent indépendamment après l'accouchement.

L'hypothyroïdie est une maladie causée par une sécrétion insuffisante des hormones thyroïdiennes par la glande thyroïde. Distinguer l'hypothyroïdie primaire et secondaire. La primaire se développe avec des dommages à la glande thyroïde et s'accompagne d'une augmentation du taux de TSH (90% des cas d'hypothyroïdie). Le secondaire survient avec des dommages au système hypothalamo-hypophyse avec une sécrétion insuffisante de thyrolibérine et de TSH et une diminution subséquente de la fonction thyroïdienne. Le tertiaire se développe avec des dommages à l'hypothalamus avec le développement d'une carence en thyrolibérine.

Code pour la classification internationale des maladies ICD-10:

Donnée statistique. 5-10 cas pour 1000 dans la population générale. L'âge dominant est supérieur à 40 ans. Le sexe prédominant est une femme (7,5: 1).

Les causes

L'étiologie. Hypothyroïdie primaire.. La thyroïdite auto-immune chronique est la cause la plus fréquente d'hypothyroïdie.. Atrophie idiopathique de la glande thyroïde. Des AT antithyroïdiens sont souvent détectés, ce qui permet de considérer cette maladie comme une forme atrophique de thyroïdite chronique. Traitement du goitre toxique diffus. La fréquence peut atteindre 50% chez les patients traités à l'iode radioactif. L'hypothyroïdie survient également après une thyroïdectomie subtotale ou l'utilisation de médicaments antithyroïdiens. L'hypothyroïdie secondaire peut être causée par l'une des conditions menant à l'hypopituitarisme..

Le crétinisme (myxœdème congénital) est une hypothyroïdie héréditaire sévère qui se manifeste dans l'enfance (# 218700, TSHB TSHB mutation génétique, 1p13, r; ou * 275120, TRH mutation génétique tyrolibérine, 3p, r). Un retard dans le développement mental et un ralentissement du développement physique et de la croissance sont caractéristiques.. Membres courts, grosse tête avec un nez large et aplati, yeux larges et une grande langue.. Dysgénèse des glandes pinéales avec des anomalies des centres d'ossification dans les têtes du fémur et de l'humérus et d'autres parties du squelette. La reconnaissance et le traitement précoces peuvent prévenir des troubles mentaux et physiques irréversibles. L'hypothyroïdie primaire peut être une composante du syndrome polyglandulaire auto-immun de type II.

Formes héréditaires rares:.. Hypothyroïdie associée à une dysplasie ectodermique et une agénésie du corps calleux (225040, r ou À).. Hypothyroïdie associée à une dysplasie ectodermique et une dyskinésie ciliaire (225050, r).. Hypothyroïdie associée à une ectopie de la glande thyroïde (225250, r).. Hypothyroïdie atyroïdienne associée à un clivage du palais, une atrésie des choanes et d'autres défauts de développement (241850, r).. Résistance héréditaire des récepteurs TSHR (* 275200, TSHR TSHR gene defect, 14q31, r).

Facteurs de risque. L'âge des personnes âgées. Maladies auto-immunes.

Pathomorphologie. La glande thyroïde peut être réduite ou agrandie..

Symptômes (signes)

Faiblesse, somnolence, fatigue, ralentissement de la parole et de la pensée, une sensation constante de froid due à une diminution de l'effet des hormones thyroïdiennes sur les tissus et un ralentissement du métabolisme.

Le gonflement du visage et le gonflement des extrémités, qui ne laissent pas de piqûres lorsqu'il est pressé, sont causés par l'accumulation d'une substance muqueuse riche en mucopolysaccharides dans les tissus. Le phénomène est décrit par le terme "myxœdème", parfois utilisé comme synonyme d'hypothyroïdie sévère..

L'augmentation du poids corporel reflète une diminution du taux métabolique, cependant, une augmentation significative ne se produit pas, car appétit réduit.

Changements de la part d'autres systèmes.. De la part du SVC - diminution du débit cardiaque, bradycardie, épanchement péricardique, cardiomégalie, tendance à abaisser la pression artérielle.. De la part des poumons - hypoventilation et épanchement pleural.. De la part du tractus gastro-intestinal - nausées, flatulences, constipation.. Co côté des reins - une diminution du DFG due à une diminution de l'hémodynamique périphérique et une augmentation du niveau d'ADH.. Sur la partie de la peau, la perte de cheveux, la sécheresse et la fragilité, souvent le jaunissement de la peau en raison d'un excès de carotène en circulation, se transformant lentement en vitamine A dans le foie. Du côté du système nerveux périphérique - Achille retardé et autres réflexes tendineux profonds.. Du côté des yeux - œdème périorbitaire, ptosis, anomalies de réfraction.. Du côté du sang - en règle générale, anémie normocytaire normochromique (chez les enfants hypochromiques) et pseudohyponatrémie. Il existe une tendance à l'hypercoagulation due à une tolérance plasmatique accrue à l'héparine et à une augmentation du taux de fibrinogène libre. Irrégularités menstruelles (métrorragie ou aménorrhée).

Diagnostique

Diagnostic de laboratoire. Concentrations réduites de T 4 et T 3 totales dans le sérum. Diminution de l'absorption d'iode radioactif par la glande thyroïde. Augmentation de la concentration de TSH dans le sérum: le signe le plus précoce et le plus sensible de l'hypothyroïdie primaire; l'hypothyroïdie secondaire, au contraire, est caractérisée par une diminution de la concentration de TSH. En cas d'hypothyroïdie sévère - anémie, pseudohyponatrémie, hypercholestérolémie, augmentation de CPK, LDH, AST.

Médicaments qui affectent les résultats. Préparations d'hormones thyroïdiennes. Cortisone. Dopamine. Phénytoïne. De fortes doses d'oestrogène ou d'androgène. Amiodarone. Salicylates.

Maladies affectant les résultats. Toute maladie grave. Insuffisance hépatique. Le syndrome néphrotique.

Diagnostic différentiel. Le syndrome néphrotique. Jade chronique. Syndrome dépressif. Insuffisance cardiaque chronique. Amylose primaire.

Traitement

Le régime est construit sur la voie de l'augmentation de la teneur en protéines et de la limitation des graisses et des glucides (principalement facilement digestibles - miel, confiture, sucre, produits à base de farine); avec obésité - régimes n ° 8, 8a, 8b.

Le médicament de choix est la lévothyroxine sodique. Le traitement est effectué pour normaliser le niveau de TSH. Prendre une dose de 50-100 mcg une fois le matin à jeun 30 minutes avant de manger. La dose est augmentée toutes les 4-6 semaines de 25 mcg / jour. La dose d'entretien pour la plupart des patients est de 75 à 150 mcg / jour (corrigée pour la teneur en TSH et hormones thyroïdiennes).

Médicaments alternatifs: thyrecomb, lévothyroxine sodique + lyothyronine.

Observation. Toutes les 6 semaines jusqu'à stabilisation, puis tous les 6 mois. Évaluation des fonctions CCC chez les patients âgés.

Complications. Coma hypothyroïdien. Chez les patients atteints de maladie coronarienne, le traitement de l'hypothyroïdie peut provoquer une insuffisance cardiaque chronique. Sensibilité accrue aux infections. Megacolon. Psychosyndrome chronique hypothyroïdien. Crise d'Addison et déminéralisation osseuse avec traitement intensif de l'hypothyroïdie. Infertilité.

Le parcours et les prévisions. Avec un traitement précoce, le pronostic est favorable. S'il n'est pas traité, un coma hypothyroïdien peut se développer..

Grossesse Pendant la grossesse, un contrôle de la fraction libre de T 4 est nécessaire. La thérapie de remplacement peut nécessiter une correction. Le niveau de TSH doit être examiné mensuellement au cours du premier trimestre. Dans la période post-partum - une évaluation du niveau de TSH toutes les 6 semaines; une thyroïdite auto-immune post-partum peut se développer.

Pathologie concomitante. Pseudohyponatrémie. Anémie normocytaire normochromique. Déficit hormonal idiopathique du cortex surrénalien. Dakota du Sud Hypoparathyroïdie. Myasthénie grave pseudoparalytique. Vitiligo. Hypercholestérolémie. Prolapsus valvulaire mitral. Une dépression.

Caractéristiques de l'âge chez les personnes âgées. Le tableau clinique est souvent flou. Le diagnostic est basé sur des critères de laboratoire. Une hypersensibilité aux hormones thyroïdiennes est parfois observée. Ce groupe de patients présente un risque accru de complications de CVS et d'autres systèmes, surtout si la correction de l'hypothyroïdie est effectuée de manière intensive. Par conséquent, le traitement commence par de petites doses de lévothyroxine sodique (25 μg), qui sont ensuite augmentées à une dose d'entretien complète dans les 6 à 12 semaines..

Synonymes Hypothyroïdie. Maladie de la galle.

ICD-10. E02 Hypothyroïdie infraclinique due à une carence en iode. E03 Autres formes d'hypothyroïdie

Remarques. L'hypothyroïdie a été décrite pour la première fois par W. Gall en 1873. Avant toute intervention chirurgicale, les patients doivent être amenés dans un état euthyroïdien.

Le plus souvent, l'hypothyroïdie primaire est le résultat d'une thyroïdite auto-immune, moins souvent le résultat d'un traitement du syndrome de thyréotoxicose, bien qu'un résultat spontané de goitre toxique diffus dans l'hypothyroïdie soit également possible. Les causes les plus courantes d'hypothyroïdie congénitale sont l'aplasie et la dysplasie de la glande thyroïde, ainsi que les enzymopathies congénitales, accompagnées d'une violation de la biosynthèse des hormones thyroïdiennes.

Avec une carence en iode extrêmement sévère, l'utilisation d'iode inférieure à 25 mcg / jour pendant une longue période) peut développer une hypothyroïdie déficiente en iode. De nombreux médicaments et produits chimiques (propylthiouracile, thiocyanates, perchlorate de potassium, carbonate de lithium) peuvent perturber la fonction thyroïdienne. Dans le même temps, l'hypothyroïdie causée par l'amiodarone est le plus souvent de nature transitoire. Dans de rares cas, l'hypothyroïdie primaire est une conséquence du remplacement par le processus pathologique du tissu thyroïdien dans la sarcoïdose, la cystinose, l'amylose, la thyroïdite de Riedel). L'hypothyroïdie congénitale peut être transitoire. Il se développe sous l'influence de diverses causes, notamment la prématurité, les infections intra-utérines, le transfert transplacentaire d'anticorps à la thyroglobuline et à la thyroperoxydase, et la mère prenant des thyréostatiques.

Pathogenèse de l'hypothyroïdie primaire

L'hypothyroïdie est caractérisée par une diminution du taux de processus métaboliques, qui se manifeste par une diminution significative de la demande en oxygène, un ralentissement des réactions redox et une diminution du taux métabolique basal. L'inhibition de la synthèse et du catabolisme se produit.Un signe universel d'hypothyroïdie sévère est un œdème mucineux (myxœdème), plus prononcé dans les structures du tissu conjonctif. L'accumulation de glycosaminoglycanes, produits de dégradation des protéines avec une hydrophilie accrue, provoque une rétention d'eau et de sodium dans l'espace extravasculaire. Dans la pathogenèse du retard du sodium, un excès de vasopressine et une carence en hormone natriurétique jouent un rôle.

La carence en hormones thyroïdiennes dans l'enfance inhibe le développement physique et mental et, dans les cas graves, peut conduire au nanisme hypothyroïdien et au crétinisme.

Les symptômes de l'hypothyroïdie primaire

Les manifestations cliniques de l'hypothyroïdie comprennent:

  • syndrome métabolique hypothermique: obésité, diminution de la température corporelle, augmentation des triglycérides et des LDL. Malgré un excès modéré de poids corporel, l'appétit pour l'hypothyroïdie est réduit, ce qui en combinaison avec la dépression empêche une augmentation significative du poids corporel. Une altération du métabolisme lipidique s'accompagne d'un ralentissement de la synthèse et de la dégradation des lipides avec une prédominance d'une dégradation plus lente, ce qui conduit finalement à une progression accélérée de l'athérosclérose;
  • dermopathie hypothyroïdienne et syndrome de troubles ectodermiques: myxœdème du visage et des membres, œdème périorbitaire, jaunissement de la peau (dû à l'hypercarotinémie), fragilité et chute des cheveux sur les parties latérales des sourcils, tête, calvitie nasale et alopécie sont possibles. En raison de l'aggravation des traits du visage, ces patients deviennent parfois similaires aux patients atteints d'acromégalie;
  • syndrome des organes sensoriels, difficulté à respirer par le nez (due au gonflement de la muqueuse nasale), déficience auditive (due au gonflement du tube auditif et de l'oreille moyenne), enrouement (dû au gonflement et à l'épaississement des cordes vocales), troubles de la vision nocturne;
  • lésions du système nerveux central et périphérique: somnolence, léthargie, perte de mémoire, bradyphrénie, douleurs musculaires, paresthésie, diminution des réflexes tendineux, polyneuropathie. Peut-être le développement de la dépression, du délire (délire de myxœdème), rarement - des paroxysmes typiques d'attaques de panique (avec des attaques de tachycardie);
  • syndrome de lésion du système cardiovasculaire ("myxœdème cardiaque") signes d'insuffisance cardiaque, changements caractéristiques de l'ECG (bradycardie, basse tension du complexe QRS, onde T négative), augmentation des niveaux de CPK, ACT et lactate déshydrogénase (LDH). De plus, l'hypertension artérielle et l'épanchement dans les cavités pleurales, péricardiques et abdominales sont typiques. Des variantes atypiques de la lésion du système cardiovasculaire sont possibles (avec hypertension artérielle, sans bradycardie, avec tachycardie en cas de défaillance circulatoire);
  • syndrome de lésion du système digestif: hépatomégalie, dyskinésie biliaire, altération de la motilité du côlon, tendance à la constipation, diminution de l'appétit, atrophie de la muqueuse gastrique;
  • syndrome anémique: carence en fer normochromique normocytaire ou hypochromique, ou anémie macrocytaire déficiente en vitamine B12. De plus, les lésions plaquettaires caractéristiques de l'hypothyroïdie entraînent une diminution de l'agrégation plaquettaire qui, combinée à une diminution des taux plasmatiques des facteurs VIII et IX, ainsi qu'à une fragilité accrue des capillaires, aggrave le saignement;
  • syndrome d'hypogonadisme hyperprolactinémique: oligopsoménorrhée ou aménorrhée, galactorrhée, ovaire polykystique secondaire. La base de ce syndrome est l'hyperproduction de TRH par l'hypothalamus dans l'hypothyroxinémie, qui contribue à une augmentation de la libération non seulement de TSH, mais aussi de prolactine par l'adénohypophyse;
  • syndrome obstructif-hypoxémique: syndrome d'apnée du sommeil (dû à une infiltration de myxœdème des muqueuses et à une diminution de la sensibilité du centre respiratoire), myxœdème, lésions des muscles respiratoires avec diminution du volume respiratoire par hypoventilation alvéolaire (conduit à une hypercapnie jusqu'au développement d'un coma hypothyroïdien).

Coma hypothyroïdien ou myxœdème

Il s'agit d'une complication dangereuse de l'hypothyroïdie. Ses causes sont l'absence ou la thérapie de substitution insuffisante. Provoquer le développement d'un coma hypothyroïdien, le refroidissement, les infections, l'intoxication, la perte de sang, les maladies intercurrentes graves et la prise de tranquillisants.

Les manifestations du coma hypothyroïdien comprennent l'hypothermie, la bradycardie, l'hypotension artérielle, l'hypercapnie, l'enflure mucineuse du visage et des extrémités, les symptômes de lésions du système nerveux central (confusion, léthargie, stupeur et rétention urinaire possible ou obstruction intestinale. La tamponnade cardiaque due à l'hydropéricarde peut être la cause directe du décès..

Classification de l'hypothyroïdie primaire

L'hypothyroïdie primaire est classée par étiologie. Allouer

Diagnostique

Le diagnostic de l'hypothyroïdie primaire comprend l'établissement d'un diagnostic d'hypothyroïdie, la détermination du niveau des dommages et la clarification des causes de l'hypothyroïdie primaire.

Diagnostic de l'hypothyroïdie et détermination du niveau de dommage: évaluation du niveau de TSH et de T 4 libre à l'aide de méthodes très sensibles.

L'hypothyroïdie primaire est caractérisée par une augmentation de la TSH et une diminution de la T 4 libre. Déterminer le niveau de T 4 total (c'est-à-dire à la fois l'hormone biologiquement active liée aux protéines et libre) a une valeur diagnostique moindre, car le niveau de T total dépend en grande partie de la concentration des protéines de transport qui le lient.

La détermination du niveau de T 3 est également peu pratique, car en cas d'hypothyroïdie, avec une augmentation du niveau de TSH et une diminution de T 4, un niveau normal ou même légèrement augmenté de T 3 peut être déterminé en raison de l'accélération compensatoire de la conversion périphérique de T 4 en une hormone T 3 plus active.

Clarification des causes de l'hypothyroïdie primaire:

  • Échographie de la glande thyroïde;
  • scintigraphie thyroïdienne;
  • biopsie de ponction thyroïdienne (comme indiqué);
  • détermination des anticorps dirigés contre la thyroperoxydase (en cas de suspicion de thyroïdite auto-immune).

Diagnostic différentiel

L'hypothyroïdie primaire est principalement différenciée du secondaire et du tertiaire. Le rôle principal dans le diagnostic différentiel est joué en déterminant le niveau de TSHi T 4. Chez les patients avec des niveaux normaux ou légèrement élevés de TSH, un test avec TSH est possible, ce qui permet de différencier l'hypothyroïdie primaire (augmentation de la TSH en réponse à l'introduction de la TSH) avec secondaire et tertiaire (réponse diminuée ou retardée à la TSH).

La TDM et l'IRM peuvent détecter des modifications de l'hypophyse et de l'hypothalamus (généralement des tumeurs) chez les patients atteints d'hypothyroïdie secondaire ou tertiaire.

Chez les patients atteints de maladies somatiques sévères, l'hypothyroïdie primaire doit être différenciée des syndromes de pathologie euthyroïdienne, qui se caractérisent par une diminution du niveau de T 3, et parfois de T 4 et de TSH. Ces changements sont généralement interprétés comme adaptatifs, visant à préserver l'énergie et à prévenir le catabolisme des protéines dans le corps avec un état général grave du patient. Malgré une diminution du taux de TSH et d'hormones thyroïdiennes, le traitement hormonal substitutif thyroïdien de la maladie euthyroïdienne n'est pas indiqué.

Traitement de l'hypothyroïdie primaire

L'objectif du traitement de l'hypothyroïdie est la normalisation complète de la condition: la disparition des symptômes de la maladie et le maintien du taux de TSH dans la plage normale (0,4-4 mU / L). Chez la plupart des patients atteints d'hypothyroïdie primaire, cet objectif est atteint en prescrivant du T 4 à une dose de 1,6 à 1,8 μg / kg de poids corporel. Le besoin de thyroxine chez les nouveau-nés et les enfants en raison de l'augmentation du métabolisme des hormones thyroïdiennes est nettement plus important.

La thérapie de remplacement de l'hypothyroïdie primaire est généralement effectuée à vie..

Chez les patients de moins de 55 ans qui ne souffrent pas de maladies cardiovasculaires, T 4 est prescrit à une dose de 1,6 à 1,8 μg / kg de poids corporel. Dans l'obésité, la dose de T 4 est calculée en fonction du poids "idéal" du patient. Le traitement commence par une dose complète du médicament.

Les patients âgés de plus de 55 ans et ceux souffrant de maladies cardiovasculaires présentent un risque accru d'effets secondaires T 4. Par conséquent, ils sont prescrits T 4 à une dose de 12,5-25 μg / jour et augmentent lentement la dose pour normaliser le niveau de TSH (en moyenne, la dose requise est de 0,9 μg / kg de poids corporel). S'il est impossible de compenser parfaitement l'hypothyroïdie chez un patient âgé, le taux de TSH peut rester dans les 10 mU / L.

Une attention particulière doit être accordée à la compensation de l'hypothyroïdie pendant la grossesse. Au cours de cette période, le besoin de T 4 augmente en moyenne de 45 à 50%, ce qui nécessite un ajustement adéquat de la dose du médicament. Immédiatement après la naissance, la dose est réduite à la norme.

Compte tenu de la sensibilité élevée du cerveau du nouveau-né à une carence en hormone thyroïdienne, qui conduit par la suite à une diminution irréversible de l'intelligence, il est nécessaire de faire tous les efforts possibles pour commencer le traitement de l'hypothyroïdie congénitale T 4 dès les premiers jours de la vie..

Dans la grande majorité des cas, la monothérapie avec la lévothyroxine sodique est efficace.

L'isomère lévogyre synthétique de la thyroxine Bagotirox stimule la croissance et le développement des tissus, augmente la demande en oxygène des tissus, stimule le métabolisme des protéines, des graisses et des glucides et augmente l'activité fonctionnelle des systèmes cardiovasculaire et nerveux central. L'effet thérapeutique est observé après 7-12 jours, pendant le même temps, l'effet persiste après l'arrêt du médicament. Le goitre diffus diminue ou disparaît dans les 3-6 mois. Les comprimés de Bagotirox de 50, 100 et 150 mcg sont produits en utilisant la technologie propriétaire Flexidosa, qui permet d'obtenir des «étapes de dosage» de 12,5 mcg..

Les patients de moins de 55 ans qui ne souffrent pas de maladies cardiovasculaires se voient prescrire:

  • Lévothyroxine sodique à l'intérieur de 1,6 à 1,8 mg / kg 1 fois par jour le matin à jeun, pendant une longue période (dans la grande majorité des cas - à vie).

Dans ce cas, la dose initiale estimée pour les femmes est de 75-100 mcg / jour, pour les hommes - 100-150 mcg / jour.

Les patients de plus de 55 ans et / ou en présence de maladies cardiovasculaires sont prescrits.

  • Lévothyroxane sodique par voie orale 12,5-25 mcg une fois par jour le matin à jeun, pendant une longue période (tous les 2 mois, la dose doit être augmentée de 25 mcg / jour jusqu'à ce que le taux de TSH dans le sang se normalise ou que la dose cible atteigne 0,9 mcg / kg / jour).

Si les symptômes d'une maladie cardiovasculaire apparaissent ou s'aggravent, un ajustement du traitement est nécessaire en collaboration avec un cardiologue.

S'il est impossible de compenser parfaitement l'hypothyroïdie chez un patient âgé, le niveau de TTT peut rester à moins de 10 mU / L.

Immédiatement après la détection d'une hypothyroïdie primaire, les nouveau-nés sont prescrits:

  • Lévothyroxine sodique à l'intérieur de 10-15 mcg / kg une fois par jour le matin à jeun pendant une longue période.
  • Lévothyroxine sodique à l'intérieur de 2 mcg / kg (ou plus si nécessaire) 1 fois par jour le matin à jeun, à vie.

Avec l'âge, la dose de lévothyroxine devrait diminuer par kg de poids corporel.

Coma hypothyroïdien

Le succès du traitement du coma hypothyroïdien dépend principalement de sa rapidité. Le patient doit être hospitalisé immédiatement..

Le traitement complet comprend:

  • l'introduction d'une dose adéquate d'hormones thyroïdiennes,
  • utilisation de glucocorticostéroïdes
  • la lutte contre l'hypoventilation à l'hypercapnie;
  • traitement des maladies qui ont conduit au développement du coma

Le traitement du coma commence par l'introduction de glucocorticostéroïdes, il est difficile pour un patient dans le coma de rejeter la présence du syndrome de Schmidt, ainsi que de réaliser un diagnostic différentiel entre l'hypothyroïdie primaire et secondaire. Avec une combinaison d'hypothyroïdie et d'insuffisance surrénale, l'utilisation d'hormones thyroïdiennes seule peut provoquer le développement d'une crise d'insuffisance surrénale.

Hydrocortisone par voie intraveineuse, 50-100 mg 1-3 fois par jour (jusqu'à une dose maximale de 200 mg / jour), jusqu'à stabilisation.

Lévothyroxine sodique 100-500 mcg (pendant 1 heure), puis 100 mcg / jour, jusqu'à ce que le patient s'améliore et soit capable de transférer le patient à une administration orale longue / longue durée du médicament à la posologie habituelle (en l'absence de préparations injectables, les comprimés de lévothyroxine sodique peuvent être administrés sous forme écrasée par tube gastrique).

  • Dextrose, solution à 5%, goutte à goutte par voie intraveineuse 1000 ml / jour, jusqu'à ce que la condition se stabilise ou
  • Chlorure de sodium. Solution à 0,9% par voie intraveineuse à 1000 ml / jour, jusqu'à ce que la condition se stabilise.

Habituellement, après une intervention chirurgicale pour enlever la glande thyroïde, les patients acquièrent un diagnostic sérieux, appelé hypothyroïdie postopératoire. En raison du fait que dans le corps, le niveau d'hormones produites par la glande thyroïde est réduit, des symptômes d'hypothyroïdie peuvent survenir. La réaction du corps à cette maladie peut se manifester de la part de divers organes, à la suite de laquelle une intervention chirurgicale peut être suivie, c'est-à-dire l'ablation de l'organe affecté par la maladie.

L'abréviation ICD-10 est utilisée pour désigner la classification internationale des maladies, dans le but d'assurer la même approche pour les méthodes de traitement de divers problèmes de santé. Tout problème avec la glande thyroïde a son propre code ICD. L'hypothyroïdie postopératoire a le code E 89.0 selon la CIM-10, car il s'agit d'une maladie apparue après une intervention médicale.

Augmentation des groupes à risque chez les patients

Si vous regardez les études de spécialistes, vous pouvez conclure que la manifestation des symptômes se produit après la chirurgie principalement chez les femmes et plus l'âge est élevé, plus la probabilité d'un développement rapide de la maladie est grande. Les plus à risque sont:

  • tous les diabétiques;
  • ceux qui ont une insuffisance rénale;
  • patients souffrant d'anémie et de goitre.

Avant que le médecin traitant décide de retirer l'organe affecté, il prescrira d'abord au patient de suivre un cours de diagnostic, grâce auquel il sera possible d'obtenir une image complète de l'état de l'organe, ainsi que de ses tissus. La cause de l'ablation de la glande thyroïde peut être toute maladie qui interfère avec le processus de déglutition ou appuie sur les organes internes du cou.

Symptômes

Les signes caractéristiques de la maladie sont multiples et augmentent avec la progression de l'hypothyroïdie postopératoire. Les symptômes après le retrait, caractéristiques de l'hypothyroïdie postopératoire de la glande thyroïde, peuvent être les suivants:

  • Gain de poids rapide et température corporelle plus basse. Cela entraîne divers problèmes cardiaques ainsi que des vaisseaux sanguins..
  • Sur le visage, en particulier dans les yeux, les lèvres ou la langue, il peut y avoir un gonflement sévère. La raison en est la rétention d'eau à l'intérieur et entre les cellules..
  • Des troubles de l'audition, de la parole et de la vision sont observés. Les papilles gustatives peuvent ne pas réagir aussi fortement qu'avant.
  • Vous pouvez observer la réaction du côté du système nerveux, qui se traduit par un manque de force, une lenteur et une mauvaise humeur.
  • La réaction à l'hypothyroïdie se manifeste également de la part du cœur, à la suite de laquelle vous pouvez observer une violation du rythme cardiaque, une pression à l'intérieur des artères et des contractions d'organes très fréquentes.
  • Les changements affectent également le système digestif. En particulier, une augmentation de la taille du foie et de la rate est observée. L'appétit diminue, des flatulences sont possibles. Il peut y avoir des problèmes avec les selles..
  • Anémie et mauvaise coagulation sanguine dans le corps.
  • Irrégularités menstruelles.
  • Le volume pulmonaire diminue en raison de l'apnée, entraînant des maladies fréquentes des voies respiratoires et des poumons eux-mêmes.

Diagnostic et traitement

Bien que presque tout le monde après la chirurgie soit sensible à l'hypothyroïdie thyroïdienne postopératoire et qu'il s'agit d'une maladie très grave, le traitement est toujours possible. Ici, les médecins et les patients viennent à l'aide de technologies modernes qui aident à établir avec précision le diagnostic afin de minimiser les erreurs. L'hypothyroïdie thyroïdienne postopératoire, malheureusement, est une maladie à vie pour une personne qui a subi une intervention chirurgicale, cependant, un diagnostic bien établi, une approche responsable par un médecin pour prescrire et conduire une thérapie, ainsi qu'un mode de vie correct, aideront le patient à faire face.

Tout dépend du comportement du patient, il est important pour lui de reconnaître que les médicaments prescrits par le médecin affectent désormais pleinement son bien-être et maintiennent la maladie sous contrôle.

Une méthode efficace que les médecins utilisent dans la lutte contre l'hypothyroïdie postopératoire est la thérapie de remplacement par des hormones similaires produites par la glande thyroïde. Le médicament, connu sous le nom de L-thyroxine, n'est presque pas différent de l'hormone que le corps humain produit indépendamment.

Les bienfaits du traitement hormonal

Naturellement, il est important pour les patients de comprendre toute l'importance de prendre des médicaments (substituts d'hormones thyroïdiennes) pour le reste de leur vie.

En cas d'hypothyroïdie postopératoire, le traitement est réduit uniquement à une thérapie de remplacement par des analogues de l'hormone thyroïdienne. L'effet de la thyroxine contribue à des améliorations significatives de l'organisme et présente plusieurs avantages:

  • Fonction thyroïdienne entièrement restaurée.
  • La dose prescrite par le médecin ne change que dans deux cas: à la suite d'une prise de poids ou d'une grossesse.
  • Le coût du médicament est assez abordable pour chaque patient.
  • Le survivant de l'opération peut vivre une vie «pleine» sans ressentir de maux..

L'effet sur le corps se produit très rapidement, littéralement au cours des deux premiers jours, vous pouvez ressentir un soulagement. Même si tout à coup l'hormone n'a pas été prise à temps, la condition ne commencera pas à se détériorer, car étant dans le plasma pendant 7 jours supplémentaires, l'hormone continue.

Après avoir utilisé le médicament pendant deux ou trois mois, après avoir passé l'analyse d'une hormone, vous pouvez vous assurer que son niveau est complètement suffisant pour le bon fonctionnement et le travail du corps.

Cet article est également disponible dans les langues suivantes: Thaï