Le rôle des androgènes chez les femmes: ce que nous savons?

Jusqu'à récemment, les androgènes chez les femmes n'étaient considérés que comme la cause de divers troubles métaboliques et fonctionnels, mais leur rôle dans le corps féminin n'est pas encore entièrement compris..

Jusqu'à récemment, les androgènes chez les femmes n'étaient considérés que comme la cause de divers troubles métaboliques et fonctionnels, mais leur rôle dans le corps féminin n'est pas encore entièrement compris. En utilisant l'exemple du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), il est bien connu qu'un niveau accru d'androgènes est souvent corrélé à l'anovulation, à l'infertilité, ainsi qu'à une altération du métabolisme des graisses et des glucides [1]. Dans le même temps, la thérapie antiandrogène n'a pas résolu ces problèmes [2–4]. Les androgènes sont perçus par la plupart des cliniciens comme des hormones sexuelles «masculines», mais est-ce le cas? Au cours de la dernière décennie, les conditions de carence en androgènes chez les femmes ont commencé à être activement étudiées, ce qui peut entraîner une détérioration de la qualité de vie et des troubles sexuels [5–7]. À l'heure actuelle, l'effet des androgènes sur la libido et le sentiment de bien-être chez la femme a été prouvé [7–10], mais leur rôle dans la genèse des troubles métaboliques n'est pas encore entièrement connu. Les problèmes de l'influence des androgènes sur les os, les tissus musculaires et la formation de sang dans le corps féminin restent également en suspens..

Production et transport d'androgènes dans le corps féminin

L'hypophyse régule la sécrétion d'androgènes chez les femmes grâce à la production d'hormone lutéinisante (LH) et d'hormone adrénocorticotrope (ACTH). Les principaux androgènes sériques chez les femmes dont le cycle menstruel est normal sont la testostérone et la dihydrotestostérone. Le sulfate de déhydroépiandrostérone (DHEA-S), la déhydroépiandrostérone (DHEA) et l'androstènedione sont considérés comme des prohormones, car seule la conversion en testostérone démontre pleinement leurs propriétés androgènes. La DHEA est produite principalement dans la zone maillée des glandes surrénales, ainsi que dans les cellules de la thèque des ovaires [11]. La testostérone est synthétisée comme suit: 25% sont synthétisés dans les ovaires, 25% dans les glandes surrénales, les 50% restants sont produits à la suite d'une conversion périphérique principalement dans le tissu adipeux à partir de précurseurs androgènes produits par les deux glandes [12]. Chez les femmes en bonne santé en période de reproduction, 300 mcg de testostérone sont produits quotidiennement, ce qui représente environ 5% de la production quotidienne chez les hommes [13]. Contrairement à la baisse assez spectaculaire de la production d'œstrogènes associée à la ménopause, les niveaux d'androgènes et de précurseurs de testostérone diminuent progressivement avec l'âge. Une diminution du niveau de DHEA-C se produit à la suite d'une diminution de la fonction surrénale. Les concentrations de DHEA-C, qui ne se lient à aucune protéine et ne changent pas pendant le cycle menstruel, sont d'environ 50% chez les femmes âgées de 40 à 50 ans par rapport à la concentration observée chez les femmes de 20 ans [14-16]. Une dynamique similaire a également été notée dans la sécrétion de testostérone [17].

Les androgènes sont connus pour être des précurseurs des œstrogènes, qui sont formés à partir de la testostérone par aromatisation dans les cellules granulosa et teca des ovaires, ainsi que dans les tissus périphériques.

Dans le plasma, la testostérone est principalement liée, avec 66% liée à la globuline de liaison aux hormones sexuelles (SHBG), 33% liée à l'albumine et seulement 1% à un état non lié [17]. Certaines maladies (thyrotoxicose, cirrhose), ainsi que l'apport d'œstrogènes dans le cadre de la contraception orale combinée (COC) et de l'hormonothérapie substitutive (THS) peuvent entraîner une augmentation significative du SHBG et une diminution de la fraction libre de testostérone [18]. Par conséquent, la pathologie de l'hypophyse, des ovaires, des glandes surrénales, ainsi que des maladies accompagnées d'une carence en tissu adipeux ou d'une augmentation de SHBG, peuvent conduire au développement de conditions déficientes en androgènes chez les femmes.

Les derniers métabolites de la testostérone sont la 5-alpha-déshydrotestostérone et l'estradiol, dont la quantité est plusieurs fois plus petite que la testostérone, d'où nous pouvons conclure que la concentration d'androgènes chez la femme est plusieurs fois supérieure à la concentration d'oestrogène. Ainsi, l'étude du rôle des androgènes, ainsi que la thérapie de remplacement des affections déficientes en androgènes chez les femmes, y compris celles qui reçoivent un THS avec des œstrogènes et des progestatifs avec un effet insuffisant, ont une justification biologique convaincante.

L'effet des androgènes sur le métabolisme des lipides et des glucides

L'un des effets secondaires discutés de la testostérone est un effet négatif sur le métabolisme lipidique, qui consiste à abaisser les lipoprotéines de haute densité (HDL). De nombreuses études ont noté que des niveaux plus élevés de testostérone totale et l'indice d'androgène libre étaient directement proportionnels au cholestérol total, aux lipoprotéines de basse densité (LDL) et aux triglycérides, d'une part, et à un HDL plus faible, d'autre part [19-21]. Cette relation a été plus clairement observée chez les femmes atteintes de SOPK [22]. Des études sur l'administration orale de méthyltestostérone ont également montré une diminution significative des HDL avec des niveaux normaux ou faibles de LDL [23]. Depuis de nombreuses années, ce fait est l'argument principal des opposants à l'utilisation des androgènes chez les femmes.

Dans le même temps, lors de l'utilisation de formes parentérales de testostérone (implants, injections intramusculaires et préparations transdermiques), il n'y a pas eu de diminution des HDL [24], et chez les femmes recevant un traitement de substitution aux œstrogènes, l'ajout d'undécanoate de testostérone quotidiennement et même lorsque des concentrations supraphysiologiques de testostérone ont été atteintes ont été observées réduction significative du cholestérol total et des lipoprotéines de faible densité [25].

Bell R. et coll. ont examiné 587 femmes âgées de 18 à 75 ans qui n’ont manifesté aucune plainte. Il n'y avait pas de relation statistiquement significative entre la concentration de testostérone endogène, ses progéniteurs surrénaux et les niveaux de HDL, tandis que les niveaux de SHBG étaient inversement proportionnels aux niveaux de LDL et de triglycérides [26].

Une étude de population en Suède a révélé que les femmes à faible taux d'androgènes avaient une morbidité cardiovasculaire plus élevée, y compris celles recevant un THS, même si elles contrôlaient les taux de lipides. De plus, l'analyse réalisée par la méthode de régression logistique a montré que la concentration de testostérone totale était directement proportionnelle aux HDL et LDL chez toutes les femmes, tandis que le niveau d'androstènedione était positivement associé aux HDL et négativement aux triglycérides [27].

Fait intéressant, les niveaux de DHEA-C, de testostérone totale et libre et l'indice d'androgène libre sont inversement corrélés non seulement avec l'indice de masse corporelle, mais aussi avec le rapport du tour de taille à celui de la hanche chez les hommes et les femmes [28, 29], cependant dans la population féminine, ce schéma était moins prononcé [28].

Pendant de nombreuses années, une association a été trouvée entre l'hyperandrogénie et la résistance à l'insuline sur l'exemple des femmes atteintes du SOPK [1], cependant, les données de recherche ont montré que le traitement par le flutamide et les agonistes libérant des gonadotrophines n'améliorait pas la sensibilité à l'insuline chez ces patientes [5–7]. Les données contradictoires obtenues chez les femmes sans SOPK dans certaines études n'ont pas confirmé la relation de la testostérone avec la résistance à l'insuline [30, 31]. L'ablation d'une tumeur produisant des androgènes chez un patient souffrant d'hyperandrogénisme sévère après 9 mois a conduit à une aggravation prononcée de la sensibilité périphérique à l'insuline [32].

Androgènes et morbidité cardiovasculaire chez la femme

Le plus souvent, l'effet des androgènes sur le risque cardiovasculaire chez les chercheurs est associé au modèle clinique d'hyperandrogénisme dans le SOPK. Chez les femmes atteintes de SOPK, une augmentation du niveau d'endothéline-1, un marqueur de la vasopathie, de la testostérone libre et de l'insuline, a été notée. L'administration de metformine, qui augmente la sensibilité des tissus périphériques à l'insuline pendant 6 mois, réduit considérablement les niveaux d'endothéline-1, diminue l'hyperandrogénie et l'hyperinsulinémie et améliore l'utilisation du glucose [33]. Une méta-analyse d'essais cliniques randomisés a également montré que le traitement par la metformine chez les patients atteints de SOPK a conduit à une diminution des taux d'androgènes [34], ce qui indique le rôle principal de l'hyperinsulinémie dans l'augmentation de la sécrétion d'androgènes chez les femmes.

L'épaisseur de l'intima-média des artères carotides, déterminée par échographie, est l'un des marqueurs les plus utilisés par les chercheurs pour déterminer la gravité de l'athérosclérose [35]. Un grand nombre de publications axées sur la mesure de l'épaisseur intima-média et la détermination des niveaux d'androgènes le confirment à nouveau. Bernini et al. ont examiné 44 patients atteints de ménopause physiologique. Nous avons étudié les niveaux de testostérone totale et libre, d'androstènedione et mesuré l'épaisseur de l'intima-média des artères carotides. Une corrélation inverse a été observée entre le niveau d'androgènes et l'épaisseur intima-média, un signe qui reflète le plus les changements athérosclérotiques dans les vaisseaux sanguins: chez les femmes avec l'épaisseur intima-média la plus petite, les niveaux d'androgènes étaient dans le tiers supérieur de la fourchette normale et les plus élevés dans le quart inférieur. Sur la base de l'étude, les auteurs ont conclu que les androgènes peuvent avoir un effet bénéfique sur la paroi des artères carotides chez les femmes ménopausées [36]. D'autres auteurs sont arrivés à une conclusion similaire dans leurs études [37–39].

Hak et al. ont étudié le rapport entre les niveaux de testostérone totale et biodisponible et l'épaisseur intima-média de l'aorte abdominale chez les hommes et les femmes. Si les hommes ont montré une corrélation inverse claire entre les niveaux de testostérone totale et libre, alors chez les femmes, les niveaux de ces androgènes étaient positivement corrélés avec l'athérosclérose aortique, mais cette corrélation est devenue statistiquement non significative après avoir pris en compte d'autres facteurs de risque cardiovasculaire [40].

L'angiospasme est un facteur important dans le développement de complications cardiovasculaires graves. Worboys S. et al. ont étudié les effets de la thérapie parentérale par testostérone chez les femmes recevant un THS avec des œstrogènes et des progestatifs. Nous avons examiné 33 femmes ménopausées recevant un THS avec des implants contenant de la testostérone (50 mg) pendant plus de 6 mois. Le groupe témoin était composé de 15 femmes ne recevant aucune thérapie. À l'aide d'ultrasons, le diamètre de l'artère brachiale, l'hyperémie réactive (vasodilatation dépendante de l'endothélium) et l'effet de la nitroglycérine (vasodilatation indépendante de l'endothélium) ont été étudiés. Dans le groupe principal, une augmentation des niveaux de testostérone a été observée, associée à une augmentation de 42% de la vasodilatation dépendante de l'endothélium. Dans le groupe témoin, aucun changement n'a été noté. Des données similaires ont été obtenues concernant la vasodilatation indépendante de l'endothélium. Les auteurs ont conclu que la thérapie parentérale à la testostérone chez les femmes ménopausées recevant un THS à long terme améliore à la fois la vasodilatation endothéliale dépendante et indépendante de l'endothélium de l'artère brachiale [42].

L'effet des androgènes sur le système musculo-squelettique chez la femme

Un certain nombre d'études ont montré les effets bénéfiques des androgènes endogènes sur la densité minérale osseuse (DMO) chez les femmes ménopausées. E. C. Tok et al. ont examiné 178 femmes ménopausées qui n'avaient jamais reçu de THS [43]. Nous avons étudié les niveaux d'androgènes (DHEAS, androstènedione et testostérone libre) et leur corrélation avec la DMO, mesurés par absorptiométrie à rayons X à double énergie. Il a été noté que les niveaux de DHEAS et de testostérone libre étaient positivement associés à la DMO de la colonne lombaire et du col fémoral. De plus, l'analyse des données par régression linéaire a montré un effet différent des androgènes sur le tissu osseux. Ainsi, la testostérone libre était indépendamment associée à la densité minérale de la colonne lombaire (tissu osseux trabéculaire), tandis que la DHEAS était associée à la densité minérale du col fémoral (tissu osseux cortical). Selon les auteurs, différents androgènes affectent différents types de tissus osseux de différentes manières. S. R. Davis et al. dans leur étude a montré que parmi deux groupes de femmes ménopausées ayant reçu un THS avec des œstrogènes et des œstrogènes en combinaison avec de la testostérone, la DMO était significativement plus élevée dans le groupe 2 [44].

Les femmes présentant une carence androgénique associée à une infection par le VIH plus souvent que dans la population générale développent une ostéoporose et augmentent le risque de fractures. Dans une étude de S. Dolan et al. il a été noté que le risque d'ostéopénie et d'ostéoporose chez ces patients était associé à de faibles niveaux de testostérone libre [45].

L'effet des androgènes sur la formation de sang

Les effets de la testostérone sur l'érythropoïétine ont été notés dès les années 60 du 20e siècle [46]. L. Ferrucci et al. lors de l'examen de 905 patients de plus de 65 ans (les maladies oncologiques, l'insuffisance rénale chronique et la prise de médicaments qui affectent la concentration d'hémoglobine étaient des critères d'exclusion), les niveaux d'hémoglobine étaient corrélés avec les niveaux de testostérone libre chez les hommes et les femmes, en outre, qu'avec un faible taux de testostérone, le risque de développer une anémie sur trois ans était plus élevé qu'à un niveau normal (chez la femme 4,1 et chez l'homme 7,8 fois) [47]. Une autre étude chez des femmes souffrant d'anémie associée à une infection par le VIH a montré un schéma similaire [48]. Les femmes atteintes de SOPK recevant un traitement anti-androgène ont également montré une association positive claire entre la concentration de testostérone libre et les niveaux d'hémoglobine et d'hématocrite [49].

Les causes de la carence en androgènes chez les femmes

La carence androgénique chez la femme se caractérise par une diminution de la libido, une sensation de bien-être, une dépression, une diminution de la masse musculaire et une fatigue sans cause prolongée en combinaison avec un faible taux de testostérone totale et libre avec un niveau normal d'oestrogène [50]. Parmi les causes de carence en androgènes figurent les maladies ovariennes, endocriniennes, chroniques et liées au médicament [18, 50] (tableau).

Le critère de laboratoire pour la carence en androgènes chez les femmes est la concentration de testostérone totale dans le quartile inférieur ou en dessous de la limite inférieure de la plage normale [50].

Effets de la thérapie de remplacement des androgènes

La thérapie à la testostérone chez la femme a été utilisée pour la première fois en 1936 pour soulager les symptômes vasomoteurs [51]. Actuellement, la testostérone dans diverses maladies et conditions chez les femmes est utilisée comme thérapie hors AMM dans de nombreux pays. Une nouvelle ère a commencé en 2006, lorsque l'utilisation d'un patch contenant 300 μg de testostérone a été officiellement approuvée par l'Agence médicale européenne pour le traitement de la dysfonction sexuelle chez la femme après une ovariectomie [52]. La testostérone peut être utilisée à la fois en complément du THS traditionnel [27, 53] et en monothérapie [54]. Dans des études randomisées contrôlées contre placebo, il a été montré que la monothérapie transdermique avec de la testostérone à une dose physiologique de 300 μg deux fois par semaine pendant 18 mois chez des femmes présentant une carence androgénique causée à la fois par l'hypopituitarisme et l'infection par le VIH a entraîné une augmentation significative de la DMO, de la masse musculaire et force, et également amélioré les indices de dépression et de la fonction sexuelle chez ces patients. Dans le même temps, les indicateurs de masse grasse n'ont pas changé et les effets secondaires étaient minimes [55–57]. Il a également été noté que la thérapie transdermique à la testostérone chez les femmes présentant une carence en androgènes causée par le syndrome de perte de poids associée au VIH n'affectait pas la sensibilité à l'insuline, la masse totale du tissu adipeux, la répartition régionale de la graisse sous-cutanée et n'affectait pas les marqueurs de l'inflammation et de la thrombolyse [58 ]. De plus, un gel de testostérone appliqué sur la paroi abdominale antérieure a entraîné une diminution de la graisse sous-cutanée abdominale et une diminution du poids corporel total des femmes ménopausées [59]. L'application topique de crème aux androgènes a été efficace contre la vaginite atrophique et la dyspareunie chez les patientes ménopausées [60, 61].

La combinaison de la testostérone avec un THS traditionnel

Aux États-Unis, l'un des médicaments œstrogéno-androgéniques les plus couramment utilisés chez les femmes est Estratest, qui contient des œstrogènes conjugués équins et de la méthyltestostérone. Comme le montrent les données WHI, les œstrogènes conjugués ne sont pas le médicament de choix pour le THS en raison de l'augmentation du risque relatif de cancer du sein et de complications cardiovasculaires chez les femmes âgées. Par conséquent, le médicament optimal pour la thérapie de remplacement œstrogène-progestatif doit répondre aux critères de sécurité pour les glandes mammaires, l'endomètre, ne pas avoir d'effet négatif sur le métabolisme des lipides et des glucides, ne pas augmenter le risque de complications cardiovasculaires et affecter positivement le métabolisme osseux.

Parmi les médicaments contenant des hormones sexuelles natives, le médicament de choix est Femoston, utilisé pour l'hormonothérapie substitutive chez les femmes péri et ménopausées et le seul sur le marché aujourd'hui, disponible en trois dosages: 1/5, 1/10 et 2/10. Femoston est un médicament combiné, qui comprend le 17-bêta-estradiol - œstrogène naturel - et la didrogestérone - un analogue pur de la progestérone naturelle, qui ne perd pas son activité lorsqu'elle est administrée par voie orale.

L'utilisation de la dydrogestérone en combinaison avec le 17-bêta-estradiol améliore l'effet protecteur des œstrogènes sur le tissu osseux. Alors que les œstrogènes agissent pour diminuer la résorption osseuse, des études in vitro suggèrent que la dydrogestérone peut contribuer à la formation osseuse [62]. De plus, la dydrogestérone n'a pas d'effets hormonaux secondaires et n'affecte pas négativement le système de coagulation sanguine, le métabolisme des glucides et des lipides [63]. Les résultats des essais cliniques de Femoston ont montré sa grande efficacité pour le traitement des troubles de la ménopause chez les femmes en périménopause, la sécurité et la bonne tolérance, l'acceptabilité et la facilité d'utilisation. Le médicament aide à réduire le potentiel athérogène du sang et peut donc avoir un réel effet prophylactique sur l'incidence des maladies cardiovasculaires. La combinaison du 17-bêta-estradiol avec la dydrogestérone a un meilleur effet sur le profil lipidique que certains autres schémas thérapeutiques de THS. Dans une étude en double aveugle, une étude comparative a été menée sur l'effet de deux options de THS: Femoston 1/5 et les œstrogènes équins conjugués vers l'intérieur (0,625 mg) + norgestrel (0,15 mg). Les deux options ont également influencé positivement le niveau de LDL (une diminution de 7% sur 6 mois), mais Femoston 1/5 était significativement plus efficace (une diminution de 8,6% et une diminution de 3,5%, respectivement; p

S. Yu. Kalinchenko, docteur en sciences médicales, professeur
S. S. Apetov, candidat aux sciences médicales

De quoi l'hormone œstrogène est-elle responsable chez la femme?

Les œstrogènes sont appelés groupes d'hormones sexuelles synthétisées dans le corps des femmes et des hommes, mais en différentes quantités. Pour les femmes, l'œstrogène est d'une importance capitale, car il contribue au développement et au fonctionnement normal du système reproducteur.

Quelle est l'hormone œstrogène et ce qui est responsable pour les femmes

Les hormones sexuelles (corticostéroïdes) sont produites dans les «sacs glandulaires» - les glandes surrénales. Ils sont de trois types: glucocorticostéroïdes, minéralocorticoïdes et androgènes. Tous sont des produits de la synthèse du cholestérol, par conséquent, dans l'alimentation de chaque femme, les aliments gras devraient être (avec modération). Les androgènes (œstrogènes) appartiennent à la catégorie des substances biologiquement actives qui ont des «cibles» (hypophyse antérieure, hypothalamus, glandes mammaires, vagin, utérus).

Les hormones œstrogènes affectent les organes reproducteurs. Chez les jeunes filles, leur sécrétion est négligeable, elles n'ont donc pas d'impact sérieux sur la physiologie des enfants. À l'adolescence, la concentration d'oestrogène augmente plusieurs dizaines de fois, c'est pourquoi des changements cardinaux se produisent dans le corps de la fille. De plus, ces hormones ont un autre effet:

  • contribuer à une augmentation de la quantité de protéines, ce qui assure la croissance des tissus et des os;
  • augmenter la probabilité de dépôt de graisse dans la graisse sous-cutanée et «porter la responsabilité» de la formation des hanches féminines;
  • avoir un léger effet sur la structure et l'apparence de la peau, ce qui donne l'impression que la peau féminine est plus douce, plus chaude et plus délicate;
  • retenir l'eau et le sodium dans le corps, ce qui est particulièrement visible pendant la grossesse, dont le cours s'accompagne d'un œdème;
  • augmenter la libido (par exemple, peu de temps avant l'ovulation, le niveau d'oestrogène augmente, de sorte que le «pic de désir» tombe précisément sur cette période).

Types d'oestrogène

Estron. Elle occupe une position dominante dans le corps des filles qui n'ont pas encore «mûri physiologiquement», et dans le corps des femmes qui «ont déjà connu tous les charmes» de la ménopause. Autrement dit, les estrons sont une fraction inactive des œstrogènes.

Estradiol. Une fraction plus active par rapport à l'estrone, caractéristique des femmes en âge de procréer. Le niveau de ces hormones change à plusieurs reprises au cours d'un cycle menstruel..

Estriol. Un type d'oestrogène synthétisé activement dans le placenta. Pendant le cycle menstruel, des fluctuations de son niveau se produisent également. Seulement chez les femmes qui ne sont pas en état de grossesse, la concentration d'estriol dans le sang est faible.

Causes de carence

La production d'œstrogènes se produit dans les glandes surrénales et les ovaires, et s'il y a des problèmes avec ces organes appariés, cela affectera négativement la concentration d'hormone féminine dans le sang. Les jeunes femmes à risque (jusqu'à 40 ans) sont à risque:

  • qui pratiquent intensément des sports ou soumettent régulièrement le corps à une activité physique colossale;
  • malnutrition et souffrant de troubles (boulimie, anorexie, etc.);
  • avoir une maladie rénale chronique et des problèmes avec l'hypophyse (fonction diminuée);
  • maladies auto-immunes.

Si, après avoir atteint l'âge de quarante ans, une femme a diminué les niveaux d'oestrogène, cela peut indiquer le début de la ménopause. Cette période est généralement désignée par le terme «périménopause».

Quand faut-il passer des tests

Les études sur le profil hormonal ne sont pas réalisées dans le cadre des examens professionnels et des examens médicaux. Ces tests sont prescrits par un médecin s'il a une raison à cela. La procédure est préférable dans les centres médicaux privés, car les places sont attribuées dans les établissements de santé budgétaires, et la file d'attente peut être appropriée plusieurs mois après l'émission du renvoi pour analyse. Indications pour la recherche:

  1. Cycle menstruel irrégulier, irrégulier, menstruations douloureuses, abondantes ou absence de menstruations.
  2. Saignement utérin.
  3. Retard de la première période chez les adolescentes.
  4. Mise en forme du corps selon le principe masculin (chez les filles) et le principe féminin (chez les garçons).
  5. Incapacité de concevoir.
  6. La menace constante d'une fausse couche.

Norme dans le corps d'une femme

PériodeEstron, ng%Estradiol, ng / lEstriol
Première phase du cycle4,5-9,516-165
Ovulation35-400
Seconde phase3,5-2528-247
Grossesse1550-310017-18 mille.Déterminé individuellement
Ménopause5-30

Oestrogènes pour l'endométriose et polykystiques

Des niveaux élevés d'estradiol sont un compagnon constant de l'endométriose. Il est à noter qu'un endomètre envahi peut produire son propre œstrogène, tandis que le corps manquera d'une autre hormone - la progestérone. Cela provoque un déséquilibre hormonal..

Un excès d'oestrogène provoque la formation et l'augmentation de la croissance des kystes, des saignements et l'apparition de pertes vaginales de couleur foncée. De plus, d'autres symptômes similaires au SPM apparaissent: douleur dans les glandes mammaires, larmoiement, irritabilité, gonflement, etc. Avec les ovaires polykystiques, les symptômes sont identiques, et une augmentation des niveaux de testostérone et d'oestrogène réduit inévitablement la concentration de progestérone.

Pour la prévention et le traitement de l'ostéoporose

L'apparition de la ménopause entraîne des conséquences désagréables, dont l'une est l'ostéoporose post-ménopausique. La carence en œstrogènes n'est pas la seule raison de l'apparition et du développement de cette pathologie, car un mode de vie sédentaire et une diminution de l'absorption du calcium y contribuent..

En raison d'une violation du métabolisme du calcium, les os deviennent plus fragiles et une femme sur deux ayant dépassé "l'âge Balzac" est à risque de ce problème. Parce que l'arrêt des menstruations et en raison d'une diminution de l'activité ovarienne, la masse osseuse est réduite d'un tiers.

Pour prévenir l'ostéoporose, des médicaments contenant des œstrogènes sont prescrits après le début des premiers symptômes de la ménopause. Leur apport régulier doit être effectué pendant cinq ans après la ménopause.

L'œstrogénothérapie réduira le taux de perte osseuse et augmentera sa densité. Si le processus a déjà commencé (se manifestant comme une ovariectomie), il peut encore être suspendu au cours des trois premières années.

Mais lorsque l'ostéoporose s'est pleinement manifestée, la thérapie aux œstrogènes ne sera pas efficace. Parce qu'il est impossible de restaurer complètement la masse osseuse perdue. Mais d'un autre côté, la prise de médicaments contenant des œstrogènes réduira la douleur et soutiendra l'activité du patient.

Si un traitement aux œstrogènes a été commencé, il doit être effectué jusqu'à la fin de la vie. Un arrêt brutal de la consommation de médicaments provoquera une détérioration et augmentera la probabilité de fractures osseuses.

Médicaments œstrogènes et anti-œstrogènes

Estradiol

Un analogue synthétique de l'estradiol endogène produit par les ovaires. Il a un effet féminisant sur le corps et contribue à la formation de caractéristiques sexuelles secondaires (féminines). Il est recommandé pour une utilisation dans un certain nombre de maladies et pendant la ménopause.

Clomiphene

Un anti-œstrogène ayant une structure non stéroïdienne. L'objectif principal est de réduire la concentration d'oestrogène. Les indications d'utilisation peuvent être: oligospermie, aménorrhée, galactorrhée, carence en androgènes. Le médicament se présente sous forme de comprimés.

Ovestin

La substance active est l'estriol. Le médicament est prescrit aux femmes qui ont subi une intervention chirurgicale pour retirer les organes reproducteurs, souffrant d'infertilité, et à celles qui présentent les premiers symptômes de la ménopause. Ovestin compense parfaitement la carence en œstrogènes.

Trikvilar

Il s'agit d'un contraceptif en trois phases, dont l'action repose sur trois mécanismes: la suppression de l'ovulation, la modification des propriétés de la sécrétion sécrétée par le canal cervical et la modification de la structure de l'endomètre. En plus des œstrogènes, contient un progestatif.

Tamoxifène

Il est prescrit en cas de suspicion de présence d'une tumeur mammaire. La prise régulière du médicament peut réduire la concentration d'oestrogène et arrêter la croissance des tumeurs. Le "tamoxifène" a des effets secondaires et des contre-indications!

La relation entre les niveaux d'oestrogène et l'acné sur le visage

L'œstrogène est responsable non seulement de la silhouette, de la santé et du caractère de la femme, mais aussi de l'état de la peau. Dans la phase de pré-ovulation, sa concentration est élevée, ce qui a un effet bénéfique sur la peau, qui prend un «aspect fleuri».

Dans la seconde moitié du cycle, le niveau de l'hormone diminue, ce qui provoque l'apparition de l'acné. Pour réduire la probabilité de leur apparition, il est nécessaire de fournir à la peau une quantité suffisante de tocophérol.

Pour ce faire, vous pouvez utiliser des cosmétiques contenant de la vitamine E ou commencer à prendre un cocktail crémeux aux carottes composé de crème fouettée et de jus de carotte.

Oestrogènes dans les aliments

  1. Fibre. Un produit multifonctionnel qui aide à réduire le poids et à compenser la carence en œstrogènes.
  2. Viande et poulet. Curieusement, ce ne sont pas les meilleurs produits, car maintenant une "hormonothérapie" est en cours pour que les animaux et les oiseaux accélèrent leur croissance. Mais si possible, il vaut mieux acheter des produits de viande du village. Autrement dit, la viande d'animaux élevés non pas dans des fermes et des élevages de volailles, mais dans des fermes personnelles.
  3. Soya. C'est très utile, mais vous ne pouvez pas manger trop, car le soja aide à prendre un excès de poids..
  4. café Ce que l'on entend ici n'est pas une boisson fouettée à partir d'une poudre suspecte, mais du vrai café, et de préférence préparé à partir de grains fraîchement moulus.
  5. Les produits laitiers. Tout d'abord, ce sont les fromages et le fromage cottage..
  6. Légumineuses Le record absolu d'oestrogène est les lentilles.
  7. Graines et noix. Ils contiennent une grande quantité de phytohormones, mais les noix et les graines sont des aliments riches en calories.
  8. Chou. Il peut être consommé en quantité illimitée..

Phytoestrogènes à base de plantes

Les phytoestrogènes sont des substances de type hormonal qui composent certaines plantes et leur confèrent divers effets thérapeutiques et physiologiques. Des représentants brillants sont:

  1. Sac de berger. Élimine la carence en œstrogènes et aide aux saignements.
  2. Chardon. Recommandé pour une utilisation dans la deuxième phase du cycle menstruel.
  3. Renouée. Favorise l'accumulation de l'endomètre.
  4. Framboises (feuilles). Aide à atteindre un équilibre hormonal parfait..
  5. La graine de lin. Effet bénéfique sur le travail des organes producteurs d'hormones - les glandes surrénales, les ovaires et la glande thyroïde (en savoir plus).
  6. Brocoli. Il a des propriétés antitumorales prononcées..
  7. Racine de réglisse. Débogage du système reproducteur féminin.
  8. Persil. Le «régulateur» naturel du cycle menstruel.
  9. Saut. Contient des substances de type œstrogène.
  10. Pinceau rouge. Une herbe purement féminine qui aide aux maladies gynécologiques.
  11. Utérus de pin. Anti-inflammatoire puissant.
  12. Trèfle rouge. Normalise le cycle menstruel.

Question Réponse

Quels sont les xénoestrogènes? Ce sont des substances qui sont assez dangereuses pour le corps d'une femme, se déguisant en œstrogènes, mais ne le faisant pas. Ils provoquent des anomalies hormonales et peuvent provoquer des maladies graves, dont le cancer. Les xénoestrogènes pénètrent dans le corps de différentes manières, car leurs sources sont: les produits en plastique, les parabènes, les matériaux de construction, les surfactants et presque tous les aliments.

À quoi peut conduire l'excès d'oestrogène? Pour les femmes enceintes, un excès de cette hormone est: la menace d'une fausse couche, le développement d'une infection intra-utérine, la pathologie fœtale. Pour les femmes non enceintes, ce sont: un risque accru de tumeurs et une prise de poids.

Si vous trouvez une faute de frappe ou une inexactitude, veuillez sélectionner un morceau de texte et appuyez sur Ctrl + Entrée.

Oestrogène: élevé, faible, normal, causes d'excès et de carence


La plupart des femmes ne savent pas que les œstrogènes ou les hormones sexuelles féminines affectent non seulement leur fonction de reproduction, mais aussi leur état mental et leur apparence. Ces hormones dans le corps féminin jouent un rôle important. L'état de la peau, des ongles et des cheveux, l'équilibre du caractère et de la libido - tous obéissent aux actions de ces hormones. Mais les dommages à la santé peuvent être causés non seulement par un faible taux d’œstrogènes, mais aussi par leur excès.

À propos des œstrogènes et de leurs types

Le nom de l'hormone œstrogène vient de deux mots grecs et se traduit par vivacité / luminosité et sexe. En fait, il existe trois types d'œstrogènes, et bien qu'ils soient considérés comme des hormones féminines, ils sont également produits en petites quantités par les hommes. Inversement, les androgènes, qui sont généralement reconnus comme masculins, se produisent en petites quantités dans la juste moitié.

Les œstrogènes, ainsi que les androgènes, sont des hormones stéroïdes synthétisées à partir du cholestérol. Chez les femmes, elles sont produites par des follicules situés dans les ovaires dans la première moitié du cycle menstruel. Chez les hommes, la production d'oestrogène se produit dans les testicules. Chez les personnes des deux sexes, ces hormones sont produites par les glandes surrénales et les tissus qui ne sont pas liés au système reproducteur (os et cerveau, tissus adipeux et peau, follicules pileux). De plus, leur production augmente considérablement chez les femmes pendant la grossesse (en raison du corps jaune d'abord, puis du placenta).

Plus précisément, les œstrogènes sont synthétisés à partir d'androgènes avec la participation d'une enzyme spéciale - l'aromatase, qui se trouve dans les cellules des ovaires et des testicules, et dans d'autres tissus. L'effet divers de ces hormones est dû à la présence dans un certain nombre d'organes (appelés organes cibles) de récepteurs spéciaux avec lesquels ils se lient. Des récepteurs sensibles aux œstrogènes sont situés dans:

  • endomètre utérin;
  • muqueuse vaginale;
  • glandes mammaires;
  • urètre
  • le cerveau;
  • dans les cheveux et les ongles;
  • cœur et vaisseaux sanguins;
  • foie
  • hypothalamus;
  • glande pituitaire;
  • des os.

Chez les hommes, les stéroïdes (androgènes et œstrogènes) commencent à être produits in utero, et chez les femmes (filles), les ovaires sont impliqués beaucoup plus tard. Les androgènes, à partir desquels les œstrogènes sont formés, chez les filles sont produits par les follicules, à partir de 7 à 8 ans, le pic de production tombe à la puberté et se poursuit jusqu'à la ménopause. Chez les femmes ménopausées, les œstrogènes sont produits en petites quantités par le cortex surrénal et le tissu adipeux..

Types d'oestrogène

Il existe trois types d'hormones sexuelles féminines:

  • L'œstradiol est à juste titre le plus important des œstrogènes. C'est lui qui fait partie des contraceptifs hormonaux. Grâce à l'estradiol, une femme développe des caractéristiques sexuelles féminines (croissance des cheveux, glandes mammaires, type féminin), il est également responsable de la voix haute et de la douceur et de l'élasticité de la peau.
  • Estron - stimule le développement de l'utérus et la croissance de l'endomètre.
  • Estriol - il est formé en raison des deux premiers œstrogènes et joue un rôle dans la grossesse - croissance fœtale et fonction placentaire.

Le rôle des œstrogènes dans le corps

Les œstrogènes sont également nécessaires pour le corps féminin et masculin. Les niveaux d'oestrogène varient entre les hommes et les femmes.

La norme des œstrogènes dans le corps féminin:

  • estrone
    • dans la première phase 5 - 9 ng%,
    • dans le second 3 - 25 ng%,
    • avec le roulement du fœtus 1500 - 3000 ng%;
  • estradiol
    • dans la première phase 15 - 160 ng / l,
    • milieu de cycle 34 - 400 ng / l,
    • dans la deuxième phase 27 - 246 ng / l,
    • pendant la grossesse augmente à 17000-18000,
    • dans la ménopause et la postménopause 5 - 30 ng / l;
  • l'œstriol est déterminé principalement pendant la grossesse (ou pendant la planification), les indicateurs dépendent de la semaine de gestation.

Normes d'oestrogène dans le corps masculin:

  • œstrone 3 - 6 ng%;
  • estradiol 5 - 53 ng / l.

Pourquoi les œstrogènes sont-ils pour les femmes?

Les fonctions des hormones sexuelles féminines sont diverses et comprennent:

  • assurer la croissance et le développement de l'utérus, des trompes de Fallope et des ovaires;
  • la formation d'une figure selon le type féminin due au dépôt spécial de graisse: un bassin et des hanches larges, une taille fine;
  • la formation et la croissance des glandes mammaires pendant la puberté;
  • l'apparition d'une pousse de cheveux de type féminin, une pigmentation spéciale des mamelons et des organes génitaux externes;
  • régulation du cycle, assurant la conception;
  • une augmentation du tonus de l'utérus et du péristaltisme des trompes (pour le mouvement rapide du sperme vers l'ovule);
  • régulation du métabolisme lipidique (retrait du "mauvais" cholestérol et retard du "bon");
  • prévention de l'athérosclérose (inhibe la formation de plaques de cholestérol);
  • augmentation des taux sanguins de cuivre et de ferrates (fer);
  • renforcement osseux (prévention de l'ostéoporose);
  • amélioration de la mémoire à court terme;
  • capacité accrue de se concentrer;
  • effet sur la peau, les cheveux, les ongles (la peau est lisse et fine, les ongles sont forts, les cheveux sont épais et brillants);
  • grossesse normale.

Pourquoi les œstrogènes pour les hommes

Les hormones sexuelles féminines jouent un rôle tout aussi important dans le corps des hommes. Ils remplissent les fonctions suivantes:

  • préservation de la solidité osseuse;
  • soutien à la croissance et à la récupération musculaire (avec la testostérone);
  • protection du système cardiovasculaire (chez les hommes, les crises cardiaques sont diagnostiquées plus souvent);
  • prévention de l'athérosclérose;
  • régulation du système nerveux central (soulager l'agressivité, améliorer l'humeur);
  • augmentation du désir sexuel.

Causes des troubles œstrogéniques

Pour des raisons d'excès d'œstrogènes, ainsi que de manque de ces hormones, par conséquent, avant d'essayer de faire face au problème, vous devez déterminer le facteur, et peut-être pas un, qui a provoqué une augmentation ou une diminution du niveau d'hormones sexuelles féminines.

Causes de carence en œstrogènes

L'hypoestrogénisme est causé par les facteurs suivants:

  • hypofonction des ovaires (ménopause ou infantilité sexuelle);
  • perturbation de l'hypophyse;
  • pratiquer des sports (professionnels, en règle générale, sports motorisés);
  • perte de poids importante et dramatique (manque de tissu adipeux, qui produit également des œstrogènes);
  • malnutrition (irrationnelle et irrégulière);
  • manque de vitamines (vitamine C et groupe B);
  • retard dans le développement physique;
  • chirurgie des ovaires;
  • pathologie des glandes surrénales;
  • lésion infectieuse de l'hypophyse;
  • tumeurs / kystes ovariens qui produisent de grandes quantités d'androgènes;
  • stress
  • prendre des médicaments psychotropes;
  • alcool, tabagisme;
  • anomalies chromosomiques (syndrome de Shereshevsky-Turner);
  • syndrome d'épuisement ovarien (ménopause précoce);
  • ovaire polykystique.

Causes de l'augmentation de l'oestrogène

L'hyperestrogénisme est noté dans les maladies suivantes:

  • maladies du foie (cirrhose, insuffisance hépatique);
  • tumeurs productrices d'oestrogène et kystes ovariens;
  • hyperplasie du cortex surrénalien;
  • prendre des contraceptifs hormonaux;
  • chorionépithéliome;
  • adénome hypophysaire;
  • développement sexuel prématuré;
  • malnutrition;
  • obésité;
  • stress psycho-émotionnel;
  • pathologie thyroïdienne;
  • mauvaises habitudes;
  • grossesse;
  • manque de vitamines;
  • contact constant avec des produits chimiques (folates, insecticides);
  • prendre des barbituriques, des médicaments antituberculeux et des hypoglycémiants.

Image clinique

Les symptômes chez les femmes dépendent du niveau d'oestrogène dans le corps. Comme déjà indiqué, le niveau d'oestrogène dans le corps féminin dépend de l'âge. Autrement dit, leur nombre commence à augmenter à partir de 7 ans, puis diminue progressivement (environ 45 à 50).

Avec le contenu normal de ces hormones (et l'absence d'une autre pathologie):

  • une femme est presque toujours équilibrée et a une humeur uniforme
  • elle n'a aucun problème avec le cycle menstruel, il n'y a aucun signe de syndrome prémenstruel, elle n'a pas de difficulté à concevoir
  • extérieurement, une telle femme a l'air "excellente":
    • cheveux de densité et de brillance normales,
    • la peau est lisse et souple,
    • les ongles ne s'écaillent pas.

Mais il vaut la peine de se produire un déséquilibre hormonal - une pénurie ou une augmentation des œstrogènes, car des métamorphoses externes et internes se produisent immédiatement.

Carence en œstrogènes

Chez les adolescentes

Chez les filles qui n'ont pas atteint la puberté, les symptômes d'un manque d'hormones sexuelles féminines sont les suivants:

  • Ralentir la croissance et la formation du squelette - c'est-à-dire un retard dans le développement physique;
  • Retard du développement des organes génitaux externes. Les caractéristiques sexuelles secondaires (poils pubiens, aisselles, croissance mammaire) commencent à apparaître beaucoup plus tard ou n'apparaissent pas du tout jusqu'à ce qu'un traitement approprié soit prescrit.
  • Il y a une aménorrhée primaire (absence de règles) qui, sans traitement supplémentaire, se transformera en infertilité.
  • La carence de ces hormones chez les adolescentes affecte la formation de la figure. Au lieu du type «féminin», avec toute la rondeur inhérente, une silhouette est formée selon le type de corps androgène (masculin): larges épaules et bassin étroit.
  • Il est également possible une diminution de l'activité mentale et des sautes d'humeur soudaines..

Les femmes matures

  • Apparence. Chez les femmes, la carence en œstrogènes affecte principalement l'apparence. La sécheresse et un léger traumatisme cutané apparaissent, elle devient fine, perd de son élasticité, de nouvelles rides apparaissent. Une autre caractéristique est l'apparition de nouvelles formations cutanées: papillomes, grains de beauté et taches de vieillesse. Les cheveux deviennent fins et cassants, se fendent et commencent à tomber activement, et les ongles s'exfolient.
  • Condition mentale. Fermer et même la femme elle-même a noté des sautes d'humeur sans cause, une dépression et une irritabilité, une fatigue constante et une baisse des performances. Ces patients souffrent souvent de maux de tête et d'insomnie..
  • Sexualité Les femmes perdent tout intérêt pour le sexe et les rapports sexuels eux-mêmes ne donnent pas de plaisir (frigidité). De plus, une sécheresse vaginale se produit, car les œstrogènes affectent la production de «lubrification», et donc une femme éprouve de l'inconfort et même de la douleur avec le coït.
  • Problèmes gynécologiques. En l'absence de ces hormones, des troubles menstruels se produisent, les menstruations disparaissent ou des saignements intermenstruels apparaissent, ce qui conduit à une anovulation et, par conséquent, à l'infertilité. Il est possible de réduire la taille des glandes mammaires et de changer leur forme.
  • Le manque d'oestrogène provoque des changements internes. Il y a des problèmes de tension artérielle (dystonie végétative-vasculaire), de thermorégulation (chaude ou froide), des douleurs cardiaques plus tardives, la capacité de concentrer l'attention diminue et la mémoire s'aggrave.
  • Violation du métabolisme du calcium (accélère l'élimination de cet oligo-élément du corps), ce qui affecte l'état des os et des articulations. Des douleurs articulaires apparaissent et les os perdent de leur densité, ce qui conduit à des fractures légères et parfois sans cause (ostéoporose).

Au total, la carence en œstrogènes est un risque élevé de développement:

  • infarctus du myocarde;
  • diabète sucré;
  • l'ostéoporose;
  • prolapsus des organes génitaux (prolapsus complet de l'utérus);
  • infections urinaires chroniques;
  • infections fongiques de la peau et des ongles;
  • tumeurs du sein;
  • infertilité.

Excès d'oestrogène

Une augmentation de la teneur en œstrogènes dans le corps est également considérée comme une pathologie et s'accompagne de l'apparition des symptômes suivants:

D'une part, les œstrogènes retiennent le liquide dans le corps, ce qui entraîne un œdème latent et une prise de poids. D'un autre côté, un excès d'œstrogènes améliore l'appétit, une femme commence à manger plus que d'habitude, les calories excédentaires se transforment en graisse, ce qui se trouve à la taille et aux hanches. Et le tissu adipeux synthétise les œstrogènes, formant ainsi un cercle vicieux.

Tout trouble hormonal, y compris l'augmentation des œstrogènes, entraîne des troubles du cycle. Dans ce cas, cela se manifeste sous la forme de règles irrégulières, elles se prolongent et la perte de sang est importante, jusqu'à des saignements utérins.

Le déséquilibre hormonal, en particulier l'hyperestrogénisme, contribue au développement de formations de type tumoral de l'utérus (myome, cancer) et des ovaires (kystes et tumeurs producteurs d'hormones). Le cancer du sein se développe également souvent..

  • Pathologie thyroïdienne

Les hormones thyroïdiennes et les œstrogènes sont interconnectés. Dans les maladies de la glande thyroïde, le déséquilibre des hormones sexuelles se produit et vice versa. Une augmentation des œstrogènes provoque le développement d'une hypothyroïdie, qui s'accompagne de froideur des extrémités et de tremblements, de nausées et de vomissements, de faiblesse, de léthargie et de ballonnements.

Les œstrogènes provoquent un épaississement du sang, qui à son tour conduit à la formation de caillots sanguins dans les vaisseaux sanguins, les varices et d'autres pathologies, jusqu'à l'apparition d'un infarctus du myocarde. L'hypertension artérielle se développe également..

  • Maux de tête, vertiges
  • Mastodynie - une douleur dans les glandes mammaires se produit en raison de la rétention d'eau et de l'œdème.
  • Chloasma - des taches jaunes apparaissent sur la peau.
  • Troubles émotionnels - un excès d'œstrogène entraîne une irritabilité, un changement brutal d'humeur et une dépression. L'insomnie se développe également, le handicap diminue et la mémoire s'aggrave..

Analyse des œstrogènes

Si vous soupçonnez une augmentation ou une diminution du niveau d'hormones sexuelles féminines, le médecin doit prescrire un test d'oestrogène.

À cette fin, du sang veineux est prélevé. Le sang est prélevé le matin à jeun. Dernier repas au moins 8 heures avant le don de sang. La veille, il est recommandé de renoncer à un effort physique intense et au stress, de ne pas prendre d'alcool et de fumée. De plus, la veille du don de sang, vous ne devriez pas avoir de relations sexuelles et suivre un régime (exclure les graisses et les épices).

Journée vélo

Donnez du sang pour les œstrogènes un certain jour du cycle:

  • avec un cycle de 28 jours - sur 2 - 5 jours;
  • avec un cycle de plus de 28 jours - pendant 5-7 jours;
  • avec un cycle inférieur à 28 - pendant 2-3 jours.

Les indications

L'analyse est attribuée selon les indications suivantes:

  • troubles menstruels;
  • infertilité;
  • la présence de tumeurs productrices d'hormones;
  • l'ostéoporose;
  • infantilisme sexuel;
  • acné;
  • obésité ou manque de poids corporel;
  • féminisation (s'applique aux hommes);
  • ovaire polykystique.

Correction du niveau d'oestrogène

Le traitement avec un déséquilibre œstrogénique est différent et dépend bien sûr des indicateurs de ces hormones (nombre élevé ou faible). Avant de commencer un traitement pour une carence en œstrogènes ou leur excès, il est nécessaire d'établir la cause qui a conduit à telle ou telle violation. Recommandations générales pour les femmes, indépendamment des niveaux d'oestrogène:

  • normalisation du régime de la journée et du sommeil (le sommeil doit être complet et la routine quotidienne doit être ordonnée et constante);
  • normalisation de la nutrition (les aliments doivent être variés, réguliers et riches en vitamines, si possible, respecter une alimentation saine);
  • rejet des mauvaises habitudes;
  • prendre des médicaments uniquement lorsque cela est nécessaire et après avoir consulté un médecin;
  • activité sexuelle régulière;
  • correction des maladies chroniques courantes;
  • aromathérapie (huile de cyprès, géranium rose, basilic, sauge);
  • normalisation de l'état émotionnel (éviter le stress, faire du yoga et de l'auto-formation).

Augmenter l'oestrogène

Avant de commencer un traitement avec des préparations d'œstrogènes, vous devez reconsidérer votre mode de vie, abandonner le travail physique dur et les régimes amaigrissants et introduire certains aliments dans l'alimentation.

Quels aliments contiennent des œstrogènes:

  1. Des fruits:
    • melon;
    • raisins (tout);
    • mandarines;
    • abricots.
  2. Des légumes:
    • chou (surtout chou-fleur et brocoli);
    • aubergine;
    • citrouille;
    • Tomates
    • carottes (de préférence fraîches).

Quels autres aliments contiennent des œstrogènes? La liste est longue:

  • café;
  • chocolat (mais seulement noir);
  • lait riche en matières grasses et tous les produits à base de lait aigre;
  • les noix, les graines (graines de lin, citrouille, tournesol) sont riches en vitamine E, nécessaire à la formation des œstrogènes;
  • soja et produits dérivés;
  • poisson, viande grasse;
  • Fruit de mer;
  • Bière;
  • Vin rouge;
  • fruits secs;
  • céréales (blé, avoine, orge, seigle);
  • légumineuses (pois, haricots, haricots, lentilles).

De plus, ils contiennent des œstrogènes et un certain nombre de plantes médicinales dont les thés et décoctions doivent être consommés avec une teneur réduite en ces hormones:

  • Tilleul;
  • feuilles de framboise;
  • sauge;
  • arnica;
  • camomille pharmaceutique;
  • sac de berger;
  • cônes de houblon;
  • armoise;
  • menthe;
  • racine de ginseng.

Récemment, la popularité du traitement des troubles hormonaux avec des herbes comme la forêt de pins et la brosse rouge est apparue. Sans aucun doute, ces herbes sont riches en phytoestrogènes, mais elles ne doivent être utilisées que sur recommandation d'un médecin conformément à un certain schéma (pour chaque maladie, le schéma est différent).

Sinon, comment augmenter l'oestrogène chez les femmes? En plus de l'utilisation des produits et des plantes médicinales énumérés, le médecin prescrira des médicaments si nécessaire. Il s'agit généralement d'œstrogènes en comprimés. Ceux-ci inclus:

  • les contraceptifs oraux (Regulon, Silest, Lindinet et autres) - contiennent non seulement la composante œstrogène, mais aussi des progestatifs;
  • oestrogènes purs (microfolline, estradiol, téfestrol, ménopur, présomène);
  • hormonothérapie substitutive (œstrogènes, qui sont prescrits pour la ménopause): proginova, prémarine, clemen, ovestin - comprimés vaginaux, climonorm).

Oestrogène inférieur

Avec une teneur élevée en «hormones féminines» dans le corps, un traitement est également nécessaire. Pour normaliser les niveaux d'oestrogène, les recommandations suivantes doivent être observées:

  • normalisation du tube digestif (lutte contre la constipation, consommation d'une grande quantité de fibres végétales);
  • perte de poids (le tissu adipeux est impliqué dans la synthèse des œstrogènes);
  • l'utilisation de phytoestrogènes (ils remplacent leurs propres œstrogènes et réduisent leur synthèse): graines de lin et de sésame, légumes verts;
  • rejet des conserves, viandes grasses, saucisses, café, bière;
  • l'utilisation de grenades et de champignons (empêcher la formation d'œstrogènes par les androgènes);
  • consommation de thé vert (réduit la production d '"hormones féminines");
  • refus d'alcool;
  • l'utilisation d'aliments à haute teneur en soufre, qui normalise le foie et élimine les toxines du corps: agrumes, ail, oignons et jaune d'oeuf;
  • l'apport d'acide folique et de vitamines B aide à éliminer les «hormones féminines» du corps;
  • refus du lait de vache et des produits laitiers (à remplacer par du riz ou de la noix de coco), car le lait de vache contient une grande quantité d'oestrogènes naturels en raison de sa consommation de vaches gestantes;
  • faire du sport.

Bien sûr, avec la correction d'un niveau accru d'hormones sexuelles féminines, le traitement médicamenteux aux œstrogènes est contre-indiqué. Le médecin sélectionnera et prescrira un médicament spécifique à effet anti-œstrogène:

  • tamoxifène - le médicament se lie aux récepteurs des œstrogènes dans les organes cibles, bloquant ainsi l'action de ses propres œstrogènes (prescrits pour le cancer de l'utérus ou des ovaires, en cas d'infertilité anovulatoire);
  • létrozole - supprime l'effet de l'aromatase - une enzyme impliquée dans la synthèse des œstrogènes (prescrite pour le cancer du sein);
  • arimidex - un inhibiteur de l'aromatase (médicament antitumoral);
  • femara - inhibe également l'action de l'aromatase (un médicament antitumoral);
  • Clomede - se lie aux récepteurs des œstrogènes, les empêchant de se connecter avec leurs propres œstrogènes.

Question Réponse

L'estriol est une hormone importante pendant la grossesse, sa faible teneur peut entraîner la menace d'une fausse couche, d'une naissance prématurée, d'une insuffisance fœtoplacentaire et du développement du syndrome de Down chez le bébé. Bien sûr, un traitement est nécessaire, mais seul le médecin traitant choisira le médicament hormonal approprié et sa posologie.

La gynécomastie est la croissance des glandes mammaires chez l'homme due au tissu glandulaire et est l'un des signes d'une augmentation des œstrogènes. Chez les hommes en âge de procréer, elle peut être observée avec certains médicaments et avec un certain nombre de maladies (thyréotoxicose, hyperprolactinémie et autres). Des niveaux élevés d'oestrogène menacent le développement de l'impuissance et de l'infertilité. Si nécessaire, le médecin sélectionnera un traitement. Si un niveau élevé d'oestrogène est dû à des médicaments, il suffit d'annuler leur traitement.

Le cancer du sein est une tumeur produisant des œstrogènes, le médecin vous a donc prescrit du tamoxifène (effet anti-œstrogénique). Prenez le médicament pendant une longue période, au moins 5 ans.

Très probablement, votre fille a un retard de développement sexuel. Vous devez contacter un gynécologue - un endocrinologue dès que possible, qui vous prescrira un examen (tests hormonaux), une échographie pelvienne, etc. Selon les résultats de l'examen, le médecin prescrira un traitement hormonal. Ne tirez pas, sinon la fille à l'avenir ne pourra pas avoir d'enfants.

Pourquoi? Toutes les femmes n'ont pas de magnifiques seins. Mais la prise de pilules hormonales sans indications spécifiques peut non seulement entraîner un dysfonctionnement du cycle menstruel, mais aussi devenir compliquée par l'infertilité à l'avenir.