Hyperandrogénie chez les femmes: symptômes et traitement

Vous avez probablement prêté attention aux femmes qui ont des traits masculins dans leur apparence. Il peut s'agir d'une voix basse, de l'apparition de végétation sur le visage et le corps, d'une structure corporelle typique pour les hommes, etc..

La sécrétion excessive d'androgènes ou leur effet accru sur le corps d'une femme conduit le plus souvent à cette situation. En médecine, une pathologie similaire est définie comme l'hyperandrogénie..

Symptômes, causes et méthodes pour y faire face, nous considérerons dans cet article.

Ce qui déclenche l'apparition de l'hyperandrogénisme?

La maladie décrite est le dysfonctionnement le plus courant du système endocrinien chez la femme. À la suite des études, il a été constaté que 20% des femmes plus belles sont diagnostiquées avec hyperandrogénie.

Chez les femmes, cette condition est généralement causée non seulement par une quantité excessive d'hormones sexuelles mâles produites par les ovaires ou les glandes surrénales. La pathologie est également provoquée par une augmentation de la conversion des précurseurs des androgènes en leur forme encore plus active (par exemple, la testostérone devient dihydrotestostérone, 2,5 fois plus active). La situation est aggravée par une augmentation de l'utilisation des androgènes, poussée par la sensibilité accrue de l'organe (par exemple, la peau) à cette hormone.

Quelques caractéristiques du développement de l'hyperandrogénisme

Ainsi, l'hyperandrogénie chez la femme, dont les symptômes se manifestent notamment l'acné (acné), se développe avec une augmentation de la sensibilité aux androgènes dans les glandes sébacées. Notez que le niveau d'hormones sexuelles mâles dans le sang du patient reste normal.!

De plus, le développement de l'hyperandrogénie est également affecté par une diminution de la quantité de globuline qui se lie aux hormones sexuelles (normalement, elle empêche la testostérone libre de pénétrer dans les cellules sanguines et d'interagir avec les récepteurs des androgènes).

La synthèse de globuline se produit dans le foie, donc le dysfonctionnement de cet organe peut provoquer l'apparition de l'hyperandrogénie ou stimuler son développement. Une diminution du niveau d'oestrogène produit par la glande thyroïde a le même effet..

Signes d'hyperandrogénie chez les femmes

L'hyperandrogénie peut se manifester par la virilisation, c'est-à-dire l'apparition de signes masculins chez une femme. En règle générale, cela se traduit par la pilosité de la poitrine, la ligne médiane de l'abdomen, l'intérieur des cuisses et l'augmentation de la croissance des poils du visage. Mais dans les cheveux sur la tête à ce moment, des plaques chauves peuvent apparaître (ce qu'on appelle l'alopécie). De plus, les défauts cosmétiques sont souvent accompagnés d'une pathologie: acné (acné), desquamation et inflammation de la peau du visage (séborrhée), ainsi que l'atrophie des muscles de l'abdomen et des membres.

Les femmes souffrant d'hyperandrogénie se caractérisent par des irrégularités menstruelles ou une aménorrhée (absence de menstruations), l'obésité, l'hypertension, l'hypertrophie myocardique et l'infertilité.

En plus de tout ce qui précède, les femmes souffrant de la pathologie décrite ont généralement une sensibilité accrue à divers types d'infections, une tendance à la dépression et une fatigue accrue.

Soit dit en passant, rappelez-vous que cette pathologie n'a pas d'âge. L'hyperandrogénie chez les femmes peut survenir à n'importe quelle période de la vie, à partir de la naissance.

Comment l'hyperandrogénisme est-il diagnostiqué??

Le diagnostic décrit ne peut être établi uniquement sur la base des signes externes à la disposition du patient. Même lorsqu'ils semblent très éloquents. Il est nécessaire d'effectuer un certain nombre de tests et d'échographies des organes internes. Une méthode clé pour diagnostiquer cette pathologie est un test sanguin pour le nombre de stéroïdes.

Veuillez noter que l'état de la patiente peut également se manifester par la présence de diabète sucré, du syndrome de Cushing (qui est exprimé en externe comme l'obésité, un visage en forme de lune et un amincissement des extrémités), des ovaires polykystiques, des tumeurs surrénales, etc..

Comme vous pouvez le voir, tout cela implique une variété de méthodes par lesquelles l'hyperandrogénisme chez les femmes sera diagnostiqué..

Comment distinguer l'hirsutisme et l'hypertrichose?

Comme déjà mentionné ci-dessus, l'un des symptômes les plus précoces et les plus constants de l'apparition de la pathologie décrite chez la femme est la croissance excessive des cheveux sur le visage et le corps (hirsutisme).

Mais ce symptôme ne doit pas être confondu avec l'hypertrichose - une condition dans laquelle la croissance des cheveux se produit sur n'importe quelle partie du corps, y compris lorsque la croissance des cheveux ne dépend pas de l'action des androgènes.

Et le syndrome d'hyperandrogénie chez la femme provoque l'apparition de poils précisément à ces endroits, c'est-à-dire selon le type masculin: sur le visage (barbe et moustache), sur la poitrine, à l'intérieur des cuisses, sur l'estomac et le bas du dos, ainsi qu'entre les fesses.

Un patient atteint d'hirsutisme se voit généralement proposer un traitement, qui comprend à la fois des mesures cosmétiques (épilation) et une correction hormonale.

L'effet des androgènes sur la croissance des cheveux chez les femmes

Comment la croissance des cheveux est-elle liée à la production d'androgènes dans le corps d'une femme? Le fait est que c'est la quantité de cette hormone qui détermine comment et où pousseront les cheveux sur le corps de la femme. Ainsi, au début du développement sexuel, chez une fille c'est sous l'influence des androgènes que de petites quantités de cheveux apparaissent sous les aisselles et sur le pubis.

Mais si le niveau d'hormones commence à dépasser la norme, la croissance des cheveux apparaîtra sur le visage, la poitrine et l'estomac. Et un niveau très élevé d'androgènes provoque, en outre, une diminution de la croissance des cheveux sur la tête, c'est pourquoi il y a des plaques chauves sur le front.

De plus, veuillez noter que cette hormone n'affecte pas la croissance des poils de canon, ainsi que les cils et les sourcils..

Comment se développe l'hyperandrogénie ovarienne??

En médecine, on distingue trois formes de la maladie décrite: ovarienne, surrénale et mixte.

Une carence en enzymes contenues dans les ovaires conduit au développement de la première forme de pathologie (en règle générale, il s'agit d'une pathologie héréditaire). Cela interfère avec la conversion des androgènes en hormones sexuelles féminines - les œstrogènes et, en conséquence, provoque leur accumulation. En conséquence, une femme développe un hyperandrogénisme ovarien.

Soit dit en passant, quels androgènes (testostérone, sulfate de DEA ou androstènedione) prédomineront dans le sang de la patiente, dépendent directement des enzymes qui manquent dans son corps.

Comment le fonctionnement des ovaires est perturbé?

La forme ovarienne de la maladie est le plus souvent caractérisée par une polycystose et une hypertose (augmentation bilatérale) de cet organe. Soit dit en passant, les filles impliquées dans les sports motorisés ont un risque élevé d'acquérir cette pathologie.

Cela est dû au fait qu'un niveau excessif d'androgènes arrête la croissance des follicules qui composent les ovaires, conduisant finalement à leur fusion (ce que l'on appelle l'atrésie folliculaire). De plus, il stimule le développement de la formation pathologique du tissu conjonctif fibreux (fibrose) et provoque une polykystose.

Par le principe de la rétroaction, ce syndrome d'hyperandrogénisme chez la femme entraîne un dysfonctionnement de la régulation centrale du niveau des androgènes (au niveau de l'hypophyse et de l'hypothalamus), qui, à son tour, modifie considérablement le fond hormonal.

Hyperandrogénisme surrénalien

Parlons maintenant de l'hyperandrogénisme surrénalien. Vous savez probablement que les glandes surrénales sont une paire de petites glandes endocrines situées au-dessus des reins. Soit dit en passant, ils produisent 95% des androgènes appelés sulfate de DEA..

Une caractéristique de la pathologie de cet organe est que l'hyperandrogénisme surrénalien chez la femme est le plus souvent de nature congénitale. Elle survient à la suite du syndrome androgénital.

Un syndrome similaire provoque l'absence d'enzymes qui favorisent la production d'hormones glucocorticoïdes, qui sont normalement produites par le cortex surrénalien. Cela conduit au fait que leurs précurseurs s'accumulent dans le sang (progestérone, prégnénolone, etc.), obligeant le corps à les utiliser pour la production excessive d'androgènes.

L'hyperandrogénie causée par des tumeurs surrénales sécrétant des androgènes est moins courante (cette pathologie est appelée maladie d'Itsenko-Cushing).

Hyperandrogénie mixte

L'hyperandrogénie mixte se produit périodiquement chez les femmes. Les causes de son apparition résident dans la violation simultanée des fonctions des ovaires et des glandes surrénales.

En raison d'une augmentation du niveau des androgènes surrénales, leur formation dans les ovaires est également améliorée, et l'augmentation du contenu dans le sang de ces derniers stimule l'hypophyse, la forçant à augmenter la production d'hormone lutéinisante, ce qui provoque la formation d'un syndrome hyperandrogène.

La forme mixte se produit également à la suite d'un traumatisme, de tumeurs hypophysaires ou d'une intoxication cérébrale chez les femmes.

Quel est le danger d'hyperandrogénie pendant la grossesse??

En plus des problèmes énumérés ci-dessus, la pathologie décrite est dangereuse pour les femmes qui souhaitent concevoir et porter un enfant. Ainsi, par exemple, l'hyperandrogénisme pendant la grossesse est à l'origine de 20 à 40% des fausses couches ou de la décoloration du fœtus qui surviennent aux premiers stades.

Et notez que cet état de fait est triste car l'interruption de grossesse aggrave en soi les troubles hormonaux. Et dans ce cas, dans le contexte des changements hormonaux existants, cela conduit finalement au fait que la grossesse devient impossible à l'avenir.

Le pronostic de la gestation avec hyperandrogénie

Si une femme se tourne vers un spécialiste avec des plaintes spécifiques, qui ont été énumérées ci-dessus, alors elle se verra certainement assigner un examen pour exclure la pathologie décrite.

Un diagnostic correct et un traitement adéquat de l'hyperandrogénie pendant la grossesse n'empêchent pas la patiente de mener à bien et de donner naissance à un enfant. Ceci est aidé par des médicaments qui abaissent le niveau d'androgènes dans le sang. Leur patiente doit être prise régulièrement tout au long de la période de gestation..

Comment l'hyperandrogénie est-elle traitée??

Avant de commencer le traitement de l'hyperandrogénie chez la femme, un examen détaillé est nécessaire pour identifier le type de maladie et les raisons qui ont provoqué son développement..

Si une femme ne prévoit pas d'avoir un bébé, le médecin sélectionne des contraceptifs oraux pour le patient, qui ont un effet antiandrogène. Dans le cas contraire, des médicaments qui stimulent la libération de l'ovule sont prescrits, et parfois une excision en forme de coin de l'ovaire est utilisée pour aider l'ovule à le quitter.

Si un niveau élevé d'androgènes que le corps ne peut pas utiliser est détecté, les patients reçoivent généralement de la dexaméthasone et du métipret, qui augmentent la quantité d'hormones féminines dans le corps.

Si la maladie est provoquée par la présence d'une tumeur, le patient subit une intervention chirurgicale. L'ovaire polykystique oblige également les spécialistes à faire de même. En règle générale, la majeure partie est supprimée..

Dans la forme surrénalienne de la maladie, l'hormonothérapie est utilisée, y compris les hormones glucocorticoïdes (par exemple, le médicament "Dexamethasone"). Soit dit en passant, il est prescrit en dose d'entretien et pendant la grossesse.

Médicaments utilisés pour traiter l'hyperandrogénie

Pour améliorer l'état de la peau avec la maladie décrite, le médicament "Diane-35" est utilisé, qui supprime la production d'androgènes par les glandes surrénales et les ovaires, ainsi que la libération d'hormone lutéinisante dans le sang d'une femme. Dans le même temps, l'acétate de cyprotérone, qui fait partie du médicament, bloque les récepteurs cutanés sensibles aux androgènes, les empêchant de contacter.

En règle générale, pour augmenter l'efficacité de ce médicament est prescrit en association avec Androkur. Ces médicaments aident les femmes souffrant d'acné sévère. Mais leur effet ne peut être évalué que 3 mois après le début du traitement.

La thérapie avec des médicaments antiandrogènes «Ioannina» et «Janine» est très efficace. Le traitement de l'hyperandrogénie chez les femmes à l'aide de ces moyens dure au moins six mois. Il ne provoque pas d'augmentation du poids corporel et aide à normaliser le cycle menstruel..

Existe-t-il des remèdes populaires qui aident à l'hyperandrogénie?

Une gamme assez large d'herbes médicinales est connue, qui est incluse dans les processus métaboliques du corps féminin et affecte positivement la régulation de l'équilibre hormonal.

Bien sûr, avec une maladie comme l'hyperandrogénie, le traitement avec des remèdes populaires n'est pas du tout une panacée, mais, par exemple, un remède comme le tsififuga (ou, en d'autres termes, l'actée à grappes noires) peut aider en cas de déséquilibre hormonal. La tige sacrée n'est pas moins efficace, sur la base de laquelle la préparation "Cyclodinone" est produite.

Cependant, vous pouvez répertorier toute une liste de représentants de la flore qui, avec les médicaments prescrits par un spécialiste, aideront à réguler l'équilibre hormonal: racine de réglisse, menthe, angélique, élimination de pivoine, etc..

Quelques mots à la fin

N'essayez pas de traiter la pathologie vous-même! Si vous êtes diagnostiqué avec un hyperandrogénisme, les examens de connaissances ou de parents sur des remèdes «magiques» n'aideront pas à résoudre le problème..

Un traitement incorrect peut avoir des conséquences très graves pour une femme. Par conséquent, si une maladie est suspectée, il est d'abord nécessaire de consulter un gynécologue et un endocrinologue. Leurs efforts conjoints et votre patience et votre persévérance aideront à arrêter le développement de la pathologie et à prévenir les conséquences irréversibles.

Hyperandrogénisme surrénalien

Temps de lecture: min.

L'hyperandrogénie chez les femmes est un changement pathologique du fond hormonal, qui se manifeste par la production excessive d'hormones sexuelles mâles dans le corps - les androgènes. Il s'agit d'une maladie courante du système endocrinien, qui affecte environ 5% du beau sexe. Normalement, les androgènes en petite quantité sont nécessairement présents dans le corps de chaque femme. Ils sont nécessaires à la puberté normale, au travail du foie, des reins et à la santé du système reproducteur. Les hormones sexuelles mâles sont impliquées dans la synthèse des œstrogènes qui, à leur tour, contribuent à préserver les os solides d'une femme à l'âge adulte.

L'androgène excessif dans le corps féminin est une pathologie qui nécessite une correction médicale obligatoire. Sans la détection rapide des symptômes et du traitement, des changements graves et irréversibles dans le corps se produisent au fil du temps. Mais cela ne peut être adéquat que si la cause qui a causé cette maladie est correctement identifiée. Cela est dû au fait qu'il n'y a pas de thérapie universelle pour l'hyperandrogénie, ses méthodes dépendent directement des facteurs qui ont influencé le développement de la pathologie.

Hyperandrogénie chez les femmes: causes, symptômes

L'hyperandrogénie chez les femmes est souvent causée par la présence de testostérone excessive produite par les ovaires et les glandes surrénales. De plus, les causes de l'hyperandrogénie chez la femme peuvent être des pathologies:

  • glandes surrénales;
  • ovaires;
  • glande thyroïde;
  • glande pituitaire.

La cause la plus courante de la maladie que la médecine moderne appelle est le syndrome androgénital, qui est le suivant. Les glandes surrénales produisent de nombreuses hormones, notamment des androgènes et des glucocorticoïdes. La plupart des hormones sexuelles mâles sont synthétisées en glucocorticoïdes sous l'influence d'une enzyme spéciale. Mais, lorsqu'une femme ne produit pas correctement cette enzyme, cela ne se produit pas. Les androgènes, s'accumulant dans le corps féminin, l'affectent négativement et provoquent de graves pathologies des systèmes et des organes.

Les tumeurs surrénales sont une autre cause fréquente de la maladie. À la suite de néoplasmes, le nombre de cellules produisant des androgènes augmente et, par conséquent, le nombre d'hormones elles-mêmes.

Les maladies ovariennes peuvent provoquer une hyperandrogénie féminine, dans laquelle elles commencent à produire un grand nombre d'hormones sexuelles mâles. La maladie est souvent causée par leurs tumeurs, qui, par analogie avec les glandes surrénales, entraînent une augmentation du nombre de cellules productrices d'androgènes.

Les causes de l'hyperandrogénie chez la femme peuvent être une pathologie thyroïdienne (hypothyroïdie) ou une tumeur hypophysaire. Mais dans ce cas, en règle générale, l'hyperandrogénisme s'accompagne d'une obésité sévère.

En outre, les causes de la maladie comprennent un excès de poids pendant l'enfance, la disposition génétique, l'utilisation à long terme de stéroïdes, de contraceptifs, de glucocorticoïdes.

Traitez par mail 8 recettes folkloriques pour l'hyperandrogénie

Comment se manifeste la maladie?

Tout d'abord, les changements dus à un excès d'hormones sexuelles mâles affectent l'état des ovaires, de la peau, des cheveux, des glandes sébacées et sudoripares - ce sont les premiers symptômes de l'hyperandrogénie chez les femmes. Les signes d'un excès d'androgènes chez la femme (androgénie) peuvent être prononcés, mais peuvent être presque invisibles. Un excès d'androgènes provoque des pathologies graves, souvent irréversibles, dans les ovaires, consistant en la formation multiple de petits kystes - polycystose, irrégularités menstruelles ou son absence totale.

La maladie se manifeste par divers signes - défauts cosmétiques, affections gynécologiques, troubles métaboliques, qui en combinaison peuvent indiquer la présence d'hyperandrogénisme chez les femmes.

  • l'apparition de l'acné - acné sur la peau, difficile à traiter;
  • sécheresse et desquamation constantes de la peau;
  • l'obésité, qui se produit souvent selon le type masculin, c'est-à-dire se caractérise par une prise de poids dans le haut du corps;
  • croissance excessive des poils du corps chez l'homme, qui apparaissent près des mamelons, sur l'abdomen, à l'arrière des cuisses, sur les fesses. Mais l'excès de poils corporels ne reflète pas toujours la présence de cette pathologie particulière chez le patient. Outre le fait que ce signe est caractéristique de certaines autres maladies, il est nécessaire de prendre en compte la race d'une femme. Sur le corps des Esquimaux ou des femmes orientales, il y a plus de cheveux que les femmes européennes;
  • séborrhée, caractérisée par une grande desquamation prononcée de la peau du cuir chevelu;
  • perte de cheveux sur la tête selon le type masculin, c'est-à-dire dans la zone frontale et sur la couronne. Dans ce cas, les cheveux sont stockés sur les tempes et l'arrière de la tête;
  • le diabète sucré causé par une diminution de la sensibilité à l'insuline;
  • ostéoporose et atrophie des muscles des jambes et des bras;
  • hypertension artérielle;
  • fatigue;
  • aménorrhée;
  • Irrégularités menstruelles;
  • infertilité;
  • fausses couches spontanées;
  • faiblesse du travail;
  • dans les cas graves, il y a une augmentation du clitoris, une fusion partielle des lèvres, une atrophie des glandes mammaires.

Les patients souffrant d'hyperandrogénie sont plus susceptibles de souffrir de rhumes, de déprimer et de se fatiguer rapidement. La maladie peut survenir à tout âge..

Comment reconnaître une maladie?

Il est impossible de diagnostiquer de manière indépendante l'hyperandrogénie en soi, car les mêmes symptômes peuvent être une manifestation d'autres maladies. Lors du diagnostic, le médecin doit tout d'abord exclure les maladies qui accompagnent cette pathologie (syndrome de Cushing, néoplasmes des glandes surrénales, ovaires). Une tâche importante dans l'établissement de l'hyperandrogénie est d'identifier les causes qui l'ont provoqué. Cela est dû au fait que l'orientation du traitement effectué à l'avenir dépend directement de la cause de cette maladie. La thérapie ne sera efficace que si les facteurs à l'origine des processus pathologiques sont correctement établis. Défini lorsque les premiers symptômes de la maladie sont apparus - à la puberté ou plus tard. Dans de nombreux cas, cela aidera à déterminer quelle pathologie organique a causé la maladie - ovaires ou glandes surrénales..

Pour diagnostiquer la maladie, les études suivantes doivent être effectuées:

  • tests sanguins et urinaires pour les hormones. Étant donné que le fond hormonal des patients est instable, le prélèvement sanguin est répété trois fois avec un intervalle de 30 minutes, puis il est mélangé et analysé;
  • Échographie pelvienne;
  • CT et échographie des glandes surrénales.

Si nécessaire, des méthodes de diagnostic supplémentaires peuvent être prescrites..

Traitement des maladies

Le choix du traitement de cette maladie dépend de ses causes. Si une quantité excessive d'hormones sexuelles mâles est causée par des néoplasmes des glandes surrénales ou des ovaires, le traitement consistera en l'utilisation de méthodes chirurgicales. L'élimination du trouble causé par l'obésité consiste principalement en la normalisation du poids corporel. La thérapie de l'hyperandrogénie associée à l'absence d'enzymes par lesquelles les androgènes sont synthétisés en glucocorticoïdes est effectuée avec des stéroïdes synthétiques (dexaméthasone, métipred). Souvent, les antiandrogènes sont utilisés pour éliminer la pathologie causée par une violation des glandes surrénales..

Le traitement de la maladie est complexe et consiste non seulement à supprimer la production excessive d'androgènes, mais aussi à éliminer les défauts cosmétiques et l'assistance psychologique en cas de signes de dépression, de dépression. Étant donné que la maladie provoque un stress sévère chez une femme, l'épilation devient un niveau avec correction hormonale dans le traitement de la maladie.

Syndrome surrénogénital

informations générales

Le syndrome surrénogénital est divisé en une forme congénitale, qui est considérée comme des formes légères classiques et non classiques, qui incluent la puberté et la puberté. Ils sont classés en fonction de l'hyperandrogénie et du niveau de déficit en hydroxylase C21. Avec cette maladie, une quantité excessive d'androgènes est produite dans les glandes surrénales, tandis que l'hormone gonadotrophine est sécrétée en quantités insuffisantes. En conséquence, dans les ovaires, il y a une violation significative de la croissance ultérieure des follicules, ainsi que de leur maturation.

La principale cause du syndrome surrénogénital est la déficience congénitale d'un élément tel que la C21-hydroxylase, une enzyme spéciale impliquée dans la synthèse des androgènes produits dans le cortex surrénalien. Cette enzyme est formée en quantité suffisante sous l'influence d'un gène situé dans le bras court d'un autosome - une paire du 6e chromosome. En règle générale, l'hérédité de cette maladie se distingue par une nature autosomique récessive. S'il n'y a qu'un seul gène pathologiquement altéré dans le corps, la maladie peut ne pas se développer et ce n'est que lorsque les gènes pathologiques se trouvent dans différentes paires de chromosomes que le syndrome surrénogénital peut se développer..

Les symptômes du syndrome surrénogénital

Avec la forme congénitale du syndrome adrénogénital, pendant la période de développement intra-utérin, la formation de la fonction hormonale des glandes surrénales produit une quantité excessive d'androgènes. Un excès d'androgènes entraîne la différenciation sexuelle liée au fœtus féminin. Après 9 à 11 semaines de développement fœtal, le fœtus a déjà une structure sexuelle et des organes caractéristiques du corps féminin, bien que les organes génitaux externes à ce stade commencent à peine à se former. Dans ce cas, le phénotype femelle est formé à partir du type initial.

Une production excessive de testostérone affecte le fœtus féminin et ses organes génitaux externes, entraînant une augmentation significative du tubercule génital, qui prend alors la forme d'un clitoris en forme de pénis, les plis labiosacraux fusionnent et ressemblent au scrotum en forme. Le sinus urogénital s'ouvre sous le clitoris déformé, non initialement distribué dans le vagin et l'urètre. Par conséquent, à la naissance d'un enfant, il est souvent incorrect de déterminer son sexe. Étant donné que les gonades ovariennes acquièrent une forme féminine, le syndrome surrénogénital congénital est souvent appelé faux hermaphrodisme féminin; pendant le développement prénatal, la surproduction d'androgènes entraîne une hyperplasie surrénale.

Les enfants souffrant de cette maladie doivent être surveillés en permanence par des endocrinologues pour enfants. Les techniques médicales modernes permettent un traitement chirurgical rapide du syndrome surrénogénital afin de corriger le sexe de manière opérationnelle et par la suite l'enfant se développera en fonction du type féminin. Or, les endocrinologues-gynécologues se tournent souvent vers des patients chez qui le syndrome surrénogénital se caractérise par une forme tardive.

Avec une forme de puberté congénitale, une carence en hydroxylase C21 apparaît pendant le développement prénatal pendant la période de puberté, lorsque la fonction hormonale du cortex surrénalien ne se manifeste que. Cependant, les violations sont particulièrement visibles immédiatement avant le début des premières règles chez la fille. Et si généralement dans une population la première menstruation survient à 12-13 ans, puis chez les filles atteintes du syndrome surrénogénital congénital, caractérisé par une forme de puberté, la première menstruation survient beaucoup plus tard, seulement à 15-16 ans.

Le cycle menstruel de cette maladie est assez instable, les menstruations se produisent de manière irrégulière, chez les filles, il y a une tendance à l'oligoménorrhée. L'intervalle entre les menstruations est important, en règle générale, il est de 30 à 45 jours.

L'hirsutisme est assez prononcé, il se manifeste assez souvent dans la croissance des poils de la tige situés le long de la ligne blanche de l'abdomen, dans la croissance des cheveux sur la lèvre supérieure selon le principe masculin, sur les hanches et autour des mamelons. Un grand nombre de glandes sébacées apparaissent sur le corps, une suppuration des follicules pileux est souvent observée, la peau du visage devient grasse, les pores s'élargissent et se dilatent. Les filles souffrant de la forme pubertaire du syndrome surrénogénital se distinguent par une croissance plutôt élevée et un physique masculin, des épaules larges et un bassin étroit, une hypoplasticité des glandes mammaires est observée. En règle générale, les principales plaintes de ces patients lors de la prise de contact avec un médecin sont la survenue d'acné ou les plaintes d'un cycle menstruel irrégulier.

Avec cette forme post-pubertaire de la maladie, les symptômes du syndrome surrénogénital chez les filles ne sont visibles qu'après la puberté. Très souvent, les symptômes deviennent prononcés après un avortement médicamenteux, pendant une grossesse non développée ou après une fausse couche. Elle s'exprime en violation du cycle menstruel, les intervalles entre les menstruations augmentent de manière significative, le flux menstruel devient rare, des retards se produisent souvent.

Dans ce cas, l'hyperandrogénie se caractérise par des signes de manifestation relativement légers, l'hirsutisme n'est presque pas exprimé et ne se manifeste que par une légère croissance des cheveux sur la ligne blanche de l'abdomen, un peu de poils peuvent être sur les jambes, près des mamelons ou au-dessus de la lèvre supérieure. Les glandes mammaires de la fille se développent de la même manière que ses pairs, le corps est formé en fonction du type féminin, les troubles métaboliques ne se manifestent pas.

Diagnostic du syndrome surrénogénital

Le syndrome surrénogénital peut être détecté à l'aide d'études hormonales modernes, ainsi que d'un examen visuel. Dans le même temps, les données phénotypiques et anamnestiques sont prises en compte, telles que la croissance des cheveux dans des endroits qui ne sont pas typiques pour les femmes, la morphologie masculine, le développement des glandes mammaires, l'état de la peau et l'apparence générale, les pores dilatés et la présence d'acné. Le syndrome surrénogénital est caractérisé par une violation significative de la synthèse des stéroïdes sur les 17-SNP, donc la présence de cette maladie est indiquée par une augmentation du niveau d'hormones dans le sang et la détection de deux hormones - DEA-C et DEA, qui sont considérées comme des précurseurs de la testostérone.

Il est nécessaire de déterminer l'indicateur de 17-KS lors du diagnostic, détecté par analyse de l'urine pour la présence de métabolites androgènes en elle. Lors d'un test sanguin pour diagnostiquer le syndrome surrénogénital, le niveau des hormones DEA-C et 17-SNP est déterminé. Avec un examen complet pour un diagnostic complet, il est nécessaire de considérer les symptômes de l'hyperandrogénie et d'autres troubles du système endocrinien. Dans ce cas, l'indicateur de 17-KS dans l'urine et le niveau des hormones DEA-C, T, 17-ONP et DEA doivent être détectés deux fois - d'abord avant le test avec la dexaméthasone et d'autres glucocorticoïdes, puis après sa mise en œuvre. Si le niveau d'hormones dans l'analyse diminue à 70-75%, cela indique la production d'androgènes exclusivement dans le cortex surrénalien.

Le diagnostic précis du syndrome surrénogénital comprend l'échographie des ovaires, au cours de laquelle une anovulation est détectée, il peut être déterminé si des follicules de différents niveaux de maturité sont présents qui ne dépassent pas les tailles préovulatoires. En règle générale, dans de tels cas, les ovaires sont hypertrophiés, mais, contrairement au syndrome des ovaires polykystiques, avec le syndrome surrénogénital, ils ne montrent pas d'augmentation du volume du stroma, ni la présence de petits follicules directement sous la capsule de l'ovaire. En diagnostic, la mesure de la température basale est souvent utilisée, tandis que la maladie est mise en évidence par la durée caractéristique des phases - une première phase longue du cycle menstruel et une deuxième phase courte.

Traitement du syndrome surrénogénital

Pendant le traitement du syndrome surrénogénital, des glucocorticoïdes sont utilisés, qui peuvent corriger la fonction hormonale des glandes surrénales. Très souvent, les médecins utilisent un médicament tel que la dexaméthasone, dont la dose quotidienne ne doit pas dépasser 0,5-0,25 mg. Pendant le traitement, une surveillance régulière du niveau d'androgènes dans le sang du patient et des métabolites dans l'urine est nécessaire. Si après cela, le cycle menstruel revient à la normale, la thérapie peut être considérée comme réussie et efficace. Après le traitement médicamenteux, des cycles ovulatoires doivent apparaître, dont la présence peut être détectée en mesurant la température basale. Si en même temps un changement dans les phases du cycle menstruel et leur normalisation a été détecté, alors au milieu du cycle menstruel, une femme peut devenir enceinte.

Mais même pendant la grossesse, il est nécessaire de poursuivre le traitement thérapeutique aux glucocorticoïdes jusqu'à la 13e semaine afin d'éviter une fausse couche spontanée. À ce moment, le placenta est déjà correctement formé, ce qui assurera la production d'une quantité suffisante d'hormones nécessaires à la bonne formation du fœtus. Les patientes souffrant de syndrome surrénogénital doivent être surveillées attentivement par les médecins à tous les stades de la grossesse, un traitement complet aux premiers stades de la formation du fœtus est particulièrement important. La température basale doit être mesurée quotidiennement jusqu'à la 9e semaine de grossesse, des diagnostics échographiques sont nécessaires toutes les deux semaines pour révéler le tonus myométrial et examiner l'état de l'ovule fœtal détaché.

Si le patient a déjà eu des fausses couches spontanées, des préparations contenant des œstrogènes doivent être prises pour améliorer considérablement l'approvisionnement en sang de l'embryon pendant le développement fœtal. En préparation à la grossesse, les femmes se voient prescrire le médicament microfolline, dont la dose quotidienne est de 0,25-0,5 mg, ou progin en une quantité de 1-2 mg. L'état de la femme doit être soigneusement surveillé, en particulier une attention particulière doit être portée aux plaintes de douleur dans le bas-ventre, ainsi qu'à la présence d'écoulement sanglant des voies génito-urinaires.

Maintenant avec le syndrome adrénogénital, dans le traitement de ne pas avoir de grossesse, même pendant le trimestre I-II, le médicament Duphaston, qui est un analogue de la progestérone naturelle, est utilisé. Ce médicament n'est pas caractérisé par un effet androgène, qui se compare favorablement aux moyens de la série norstéroïde, dont l'utilisation peut conduire à la masculinisation du fœtus, en particulier féminin. Ce médicament est également utilisé pour traiter l'insuffisance isthmique-cervicale, qui est souvent une maladie concomitante du syndrome surrénogénital..

Si la grossesse, malgré la thérapie, ne se produit pas, l'ovulation ne se produit pas et la durée des phases du cycle menstruel reste la même, en plus de la thérapie aux glucocorticoïdes, il est nécessaire de stimuler le début de l'ovulation. Pour cela, le clomiphène est utilisé, prescrit à une dose de 50 à 100 mg à certaines étapes du cycle menstruel. Lorsqu'une femme va chez le médecin uniquement avec des plaintes de croissance excessive des cheveux masculins, de menstruations irrégulières ou d'éruptions pustuleuses sur le visage et le corps, mais qu'elle n'est pas intéressée par la grossesse, la thérapie est déjà effectuée avec d'autres médicaments.

En règle générale, ces médicaments contiennent des antiandrogènes et des œstrogènes, le plus couramment utilisé est Diane-35. En présence d'hirsutisme dans un seul complexe avec lui, l'acétate de cyprotérone est prescrit, dont la dose est de 25 à 50 mg par jour. Le cours du traitement avec ce médicament est conçu pour 12-14 jours. Un traitement médicamenteux à part entière dure de trois mois à six mois, seulement alors la thérapie devient efficace. Mais la cause de la pathologie reste non résolue, par conséquent, après l'arrêt du traitement, les symptômes du syndrome surrénogénital recommencent à apparaître.

L'utilisation de glucocorticoïdes, permettant la normalisation de la fonction ovarienne, ne conduit pas à une diminution significative de l'hirsutisme. Pour se débarrasser de ce problème, il est nécessaire de prendre des contraceptifs oraux avec des progestatifs, tels que le gestodène, le désogestrel, le norgestimate. Parmi les médicaments non hormonaux, on peut distinguer le veroshpiron, qui doit être pris pendant six mois à 100 mg par jour, dans ce cas, la plupart des patients ont une diminution significative de l'hirsutisme.

Sur la forme post-pubertaire de cette maladie, les hormones ne sont généralement pas prescrites aux patientes qui ne souhaitent pas tomber enceintes, surtout si les retards ne sont pas de longue durée et que l'acné sur la peau est très légère. Si une femme doit prescrire des contraceptifs hormonaux, des médicaments tels que Mercilon, gestodène, désogestrel, norgestimate devraient être préférés, mais la prise de tels médicaments pendant plus d'un an d'affilée n'est pas recommandée.

Meilleure clinique de cosmétologie à Podolsk

+7 (499) 409-03-28

+7 (962) 941-46-20

Clinique de cosmétologie UNIMED + Laser

BOTOX

LIVRAISON DE CELLULITE

RAJEUNISSEMENT PLACENTAL

BROYAGE LASER DE LA PEAU

Hyperandrogénie des récepteurs chez les femmes. Symptômes et traitement

Hyperandrogénisme des récepteurs féminins

Symptômes Prévoir. Traitement

Peau grasse avec beaucoup de points noirs, cheveux rapidement sales, pellicules, une séparation clairement visible sur la tête, ainsi que l'apparition de cheveux terminaux foncés et bien pigmentés dans la poitrine, le dos et la paroi abdominale antérieure, dans la zone périorale - tout cela peut servir de preuve de ce fait, les principaux "moteurs" du corps féminin n'étaient pas du tout des femmes, mais des hormones mâles appelées "androgènes".

Un problème similaire, trouvé chez chaque dixième femme, s'il n'est pas traité, change non seulement son apparence, mais devient aussi souvent un inducteur du développement de l'infertilité, du diabète sucré non insulino-dépendant, de l'incapacité à supporter et de la menace d'avortement spontané précoce et tardif, des maladies du système endocrinien et du cœur.

Dans la plupart des cas, il n'est pas question de diagnostic: les endocrinologues peuvent facilement déterminer dans le plasma sanguin et lors de l'analyse biochimique de l'urine quotidienne, des niveaux élevés d'androgènes, ainsi que des niveaux de cétostéroïdes - produits de leur métabolisme et de leur dégradation.

Une échographie ou une IRM des ovaires ou de la glande surrénale révèle souvent des changements structurels dans leurs tissus (kystes, tumeurs, inflammations), qui sont la principale cause du développement de cette maladie. Mais parfois, le problème peut ne pas être résolu lorsque les signes de prédominance de la testostérone et de ses précurseurs sont évidents et que les taux plasmatiques d'androgènes ne dépassent pas les valeurs de référence.

L'un des noms de cette condition est sa définition d'un hyperandrogénisme des récepteurs féminins.

Un bref tour de la biochimie et de la physiologie normale

Dans le corps féminin, 5 types d'hormones reproductrices mâles sont synthétisés:

  • DEAS - Sulfate de déhydroépiandrostérone
  • Androstenedione
  • Testostérone
  • Déhydroépiandrostérone
  • DHT - Dihydrotestostérone

Le volume principal est produit dans les ovaires et les glandes surrénales. Des sources supplémentaires d'estradiol sont situées dans le stroma (corps) du foie, les follicules pileux, la graisse sous-cutanée.

Leur synthèse est stimulée par l'hormone lutéinisante fournie par l'hypophyse. Les récepteurs LTH se trouvent sur les cellules granulosa et teca des follicules ovariens.

Dans des conditions normales normales, une femme n'a pas besoin d'une concentration élevée d'androgènes, ils sont donc convertis en toute sécurité en œstrogènes. L'hormone folliculo-stimulante (FSH) contrôle ces réactions biochimiques en agissant sur les récepteurs des cellules granuleuses.

Normalement, la quantité de dihydrotestostérone est suffisante uniquement pour soutenir la croissance des cheveux dans la zone du bikini et des creux axillaires. La déhydroépiandrostérone et sa forme sulfate ont pour fonction de surveiller le fonctionnement des glandes sébacées et des sébocytes, en particulier, ainsi que la croissance du tissu osseux et l'ossification physiologique du cartilage épiphysaire.

Dans le corps féminin, l'androstènedione et la testostérone sont métabolisées en œstrone et œstradiol. Le niveau de sécrétion des hormones androgènes est directement lié à la phase du cycle menstruel.

Les hormones androgènes sont également nécessaires pour:

  • maintenir la masse musculaire
  • sécrétion de facteurs de croissance et d'insuline
  • synthèse d'endorphine
  • contrôler la synthèse des graisses et des protéines
  • diminution de la sécrétion de cholestérol
  • surveiller la composition protéique du sang.

Explication de la terminologie

Le syndrome d'hyperandrogénie est généralement appelé une telle condition dans laquelle les hormones reproductrices mâles deviennent les principaux régulateurs du métabolisme du corps féminin. Cliniquement, cela se caractérise par des symptômes spécifiques avec des dommages à la peau et à ses appendices:

  1. Acné
  2. Hypertrichose
  3. Perte et amincissement des cheveux - alopécie
  4. Séborrhée grasse
  5. Virilisation
  6. Transformation morphologique.

Les raisons de cette condition peuvent être:

  • activation de la synthèse des androgènes
  • violation de leur liaison aux protéines de transport nécessaires
  • conversion accrue des hormones inactives en hormones les plus actives (un phénomène similaire peut être observé dans les tissus qui ont des récepteurs pour la dihydrotestostérone)
  • violation de leur conversion en estrone et estradiol.

Le diagnostic d'hyperandrogénie des récepteurs chez la femme est posé si les effets des androgènes semblent prévaloir non pas en raison d'une augmentation ou d'une modification de la concentration de ces hormones dans le plasma, mais si, comme véritable raison de cette affection, leur augmentation de la concentration dans le derme, ainsi que l'augmentation de l'activité du 5α- réductase - une coenzyme qui convertit la testostérone directement en son métabolite actif - la dihydrotestostérone.

Une grande quantité de métabolite de la testostérone a un effet destructeur sur les follicules pileux, activant également plus que nécessaire la quantité de glandes sébacées et apocrines.

L'hyperandrogénie des récepteurs se développe en raison de:

  1. un défaut dans le gène codant pour la 5-alpha réductase, qui peut être soit une maladie héréditaire, soit survenir de façon idiopathique
  2. changements dans l'activité enzymatique sous l'influence de facteurs externes

L'hypothèse selon laquelle le type de récepteur d'hyperandrogénisme se développe en raison d'une augmentation du nombre de récepteurs aux androgènes n'a pas de base de preuve.

Symptômes d'hyperandrogénie des récepteurs

Il se caractérise par des symptômes tels que:

  • l'apparition de l'acné et d'un grand nombre de comédons fermés
  • Irrégularités menstruelles
  • alopécie androgénétique
  • hirsutisme
  • dermatite séborrhéique
  • timbre bas
  • augmenter la libido.

Considérez plus en détail les manifestations cutanées..

Hirsutisme

Dans ce cas, l'hyperandrogénie des récepteurs chez la femme se manifeste par l'apparition de cheveux durs et foncés dans les zones sensibles aux androgènes:

  • sur les joues, le menton et la lèvre supérieure
  • dans la poitrine
  • le long de la ligne blanche de la paroi abdominale antérieure avec une transition vers la zone du bikini
  • sur le bas du dos et le sacrum et les fesses
  • à l'intérieur et parfois à l'extérieur des hanches

Avec l'hyperandrogénie, des éléments polymorphes apparaissent sur la peau d'une femme:

  1. de nature non inflammatoire - comédons fermés et ouverts
  2. inflammatoire - papules, éruption inductive, formations kystiques

La localisation principale d'une telle éruption cutanée est la zone du visage sur le front, les joues, les tempes, les plis nasogéniens et le menton. Parfois, des comédons se développent également sur les bras, le cou, le dos, la poitrine et les épaules.

Alopécie androgénétique

Il procède selon l'un des types:

  1. I figuratif: d'abord, les cheveux disparaissent de la séparation, puis la calvitie se propage aux tempes
  2. En forme de O: les cheveux disparaissent de la zone de séparation, la calvitie se propage immédiatement vers le front et la couronne
  3. Selon le type masculin: les follicules pileux sur le dessus de la tête et sur le front sont dégradés, les cheveux s'amincissent d'abord, puis tombent.

Dermatite séborrhéique

La maladie survient en raison de l'augmentation de l'activité des sébocytes, dont le secret est un milieu de reproduction préféré pour les champignons-saprophytes cutanés du genre Pityrosporum (Malassezia).

Le symptôme le plus répandu de la dermatite séborrhéique hyperandrogène est l'apparition d'écailles huileuses d'une teinte jaunâtre sur la peau du cuir chevelu, qui s'accompagne de démangeaisons cutanées.

De plus, un érythème jaune-rose en pointillé à caractère folliculaire apparaît sur la peau du visage et décollète. Ces éléments fusionnent, formant des plaques clairement définies autour desquelles une infiltration inflammatoire inexprimée peut être notée. La prochaine étape de développement des plaques est l'apparition sur le visage d'écailles et de croûtes huileuses.

En l'absence de thérapie, les éléments séborrhéiques se propagent à la poitrine, au front et derrière les oreilles. Cela peut s'accompagner du développement de l'érythrodermie..

Traitement de pathologie

La thérapie principale de l'hyperandrogénie des récepteurs chez les femmes est la médication, avec l'utilisation de médicaments à activité antiandrogénique. Ses objectifs:

  1. inhibition de la synthèse des androgènes
  2. arrêter l'hyperstimulation surrénale et ovarienne avec les gonadotrophines
  3. blocage des récepteurs aux androgènes
  4. inhibition de l'hyperactivité de la 5-alpha réductase.

Pour cela, les médicaments suivants sont utilisés:

  1. Spironolactone (Veroshpiron). Après les premiers jours d'utilisation du médicament, la spironolactone provoque un blocage partiel des récepteurs cellulaires intracellulaires de la dihydrotestostérone, inhibant l'activité de la 5-alpha réductase dermique et stimulant le métabolisme de la testostérone en estradiol, qui est si nécessaire pour le corps féminin.
  2. La cyprotérone (Androcur) est un progestatif qui a un effet antiandrogénique prononcé, est capable de bloquer temporairement les récepteurs de la testostérone et de son métabolite actif, et accélère également le processus de dégradation des androgènes dans le foie.
  3. Flutamide. Étant un médicament du groupe des antiandrogènes non stéroïdiens (d'origine non hormonale), qui, bien qu'il soit plus faiblement lié aux récepteurs aux androgènes que les 2 médicaments précédents, il supprime le plus efficacement l'alopécie androgénétique et est le plus efficace dans le traitement de l'acné, de la post-acné et de la dermatite séborrhéique.
  4. Le finastéride est un médicament qui bloque la 5-alpha peau réductase. Efficace pour le traitement de l'acné, de l'alopécie et de l'hirsutisme.
  5. Contraceptifs oraux combinés avec activité antiandrogène déclarée: Diane-35, Janine. La durée d'utilisation est de 1 an ou plus, au cours de laquelle la plupart des femmes constatent un ralentissement de la croissance des cheveux dans les zones androgéno-dépendantes, la disparition de l'acné et de la séborrhée.

De plus, des médicaments sont prescrits pour la correction des troubles métaboliques individuels:

  1. Pour la résistance à l'insuline: metformine, pioglitazone, niglitazone
  2. En cas d'hyperprolactinémie - dopaminomimétiques
  3. Lorsque l'hypothyroïdie primaire accompagne l'hyperandrogénie, la L-thyroxine est nécessaire.

Des agents antibactériens, déshydratants, anti-inflammatoires et antifongiques locaux sont également utilisés..

Étant donné que l'effet de la pharmacothérapie est retardé, une correction externe des manifestations de l'hyperandrogénie des récepteurs chez la femme est nécessaire. À cette fin, des procédures cosmétiques sont utilisées:

  • photo et électrolyse - pour la correction de l'hirsutisme
  • resurfaçage au laser - pour éliminer les cicatrices et les zones d'hyperpigmentation stagnantes après l'acné
  • mésothérapie - pour restaurer la peau après une cure favorable à la post-acné et à l'alopécie.

Actuellement, la clinique ne traite pas l'acné.

Hyperandrogénie chez les femmes - causes, symptômes, diagnostic et traitement

L'hyperandrogénie chez les femmes est un terme collectif qui comprend un certain nombre de syndromes et de maladies, accompagné d'une augmentation absolue ou relative de la concentration d'hormones sexuelles mâles dans le sang d'une femme. Aujourd'hui, cette pathologie est assez répandue: selon les statistiques, 5-7% des adolescentes et 10-20% des femmes en âge de procréer en souffrent. Et comme l'hyperandrogénie entraîne non seulement divers défauts d'apparence, mais est également l'une des causes de l'infertilité, il est important que les femmes aient une idée de cette condition, de sorte que, ayant remarqué de tels symptômes, elles devraient immédiatement demander l'aide d'un spécialiste.

Vous découvrirez les causes de l'hyperandrogénisme chez la femme, ses manifestations cliniques, ainsi que la façon dont le diagnostic est posé et les tactiques de traitement de cette pathologie dans notre article. Mais d'abord, parlons de ce que sont les androgènes et pourquoi sont-ils nécessaires dans le corps féminin.

Quelles sont les causes et le mécanisme de développement de l'hyperandrogénie chez les enfants?

En gynécologie, l'hyperandrogénie de la genèse ovarienne (ovarienne), surrénale (surrénalienne) et mixte est différenciée. L'hyperandrogénie chez la femme peut être primaire et secondaire (en violation de la régulation hypophysaire), être héréditaire et acquise dans la nature. L'hyperandrogénisme est absolu (avec une augmentation du niveau d'androgènes dans le sang), mais plus souvent relatif (avec une quantité normale d'androgènes, mais leur métabolisme amélioré en formes plus actives ou avec une utilisation accrue dans les organes cibles qui y sont excessivement sensibles - ovaires, peau, sébacées, sueur) glandes et follicules pileux).
L'hyperandrogénie avec une synthèse excessive d'androgènes chez les femmes dans la plupart des cas est déterminée par le syndrome des ovaires polykystiques: primaire (syndrome de Stein-Leventhal) et secondaire (dans le contexte de la forme neuroendocrine du syndrome hypothalamique, hyperprolactinémie, hypothyroïdie), ainsi que du syndrome adrénogénital (AGS, hyperplasie congénitale). Dans l'AGS, l'augmentation de la production d'androgènes est due à une déficience de l'enzyme 21-hydroxylase et à un niveau élevé d'ACTH. Un excès de prolactine (syndrome de galactorrhée-aménorrhée) peut agir comme un stimulant de la synthèse des androgènes. Les causes de l'hyperandrogénie comprennent la présence de tumeurs virilisantes des ovaires (lutéomes, técomes) et des glandes surrénales (androstéromes), técomatose stromale ovarienne.

Le développement d'une forme de transport d'hyperandrogénisme chez la femme est noté dans le contexte d'insuffisance de globuline de liaison aux stéroïdes sexuels (SHSC), qui bloque l'activité de la fraction libre de testostérone (dans le syndrome d'Itsenko-Cushing, hypothyroïdie, dyslipoprotéinémie). L'hyperinsulinisme compensatoire avec une résistance à l'insuline pathologique des cellules cibles améliore l'activation des cellules sécrétant les androgènes du complexe ovarien-surrénalien.

Chez 70 à 85% des femmes souffrant d'acné, l'hyperandrogénie est observée avec des niveaux normaux d'androgènes dans le sang et une sensibilité accrue des glandes sébacées en raison d'une augmentation de la densité des récepteurs hormonaux cutanés. Le principal régulateur de la prolifération et de la lipogenèse dans les glandes sébacées - la dihydrotestostérone (DHT) - stimule l'hypersécrétion et les changements dans les propriétés physicochimiques du sébum, conduisant à la fermeture des canaux excréteurs des glandes sébacées, à la formation de comédons, à l'apparition d'acné et d'acné.

L'hirsutisme est associé à une hypersécrétion d'androgènes dans 40 à 80% des cas, dans les autres - avec une conversion accrue de la testostérone en DHT plus active, provoquant une croissance excessive des cheveux centraux dans les zones sensibles aux androgènes du corps féminin ou une perte de cheveux sur la tête. De plus, l'hyperandrogénie iatrogène peut survenir chez les femmes en raison de l'administration de médicaments à activité androgène.

L'hyperandrogénie chez les enfants, tant chez les garçons que chez les filles, se développe avec le syndrome surrénogénital. La maladie est congénitale ou acquise. L'hyperandrogénie congénitale peut résulter de mutations génétiques.

À la puberté, l'hyperandrogénisme peut survenir pour les raisons suivantes:

  • perturbation des ovaires,
  • hirsutisme idiopathique,
  • cortex surrénalien élargi.

À l'âge prépubère, l'hyperandrogénie se produit à la suite de:

  • adrénarche prématurée,
  • élargissement du cortex surrénalien classique.

Avec l'hyperandrogénie, la quantité d'androgènes (hormones sexuelles mâles) dans le corps de l'enfant peut augmenter ou les récepteurs cellulaires de la fille dans le corps y sont trop sensibles. Peau, glandes sébacées et sudoripares, les ovaires deviennent des cibles pour les androgènes. Elle ne peut se développer que sous l'influence de facteurs provoquants. Ce sont diverses infections, les intoxications médicamenteuses et domestiques, l'introduction d'hormones dans le corps de l'enfant de l'extérieur.

L'hyperandrogénie chez les enfants entraîne de nombreuses maladies:

  • pathologie de certains organes endocriniens,
  • tumeurs génitales et thyroïdiennes,
  • pancréatopathie, thymomes,
  • syndrome andro-génital,
  • tumeurs du cortex surrénalien (tumeur Williams),
  • hypersensibilité des cellules de la peau à la testostérone.

L'hyperandrogénie chez les femmes est un terme collectif qui comprend un certain nombre de syndromes et de maladies accompagnés d'une augmentation absolue ou relative de la concentration d'hormones sexuelles mâles dans le sang d'une femme.

Aujourd'hui, cette pathologie est assez répandue: selon les statistiques, 5-7% des adolescentes et 10-20% des femmes en âge de procréer en souffrent.

Et comme l'hyperandrogénie entraîne non seulement divers défauts d'apparence, mais est également l'une des causes de l'infertilité, il est important que les femmes aient une idée de cette condition, de sorte que, ayant remarqué de tels symptômes, elles devraient immédiatement demander l'aide d'un spécialiste.

Vous découvrirez les causes de l'hyperandrogénisme chez la femme, ses manifestations cliniques, ainsi que la façon dont le diagnostic est posé et les tactiques de traitement de cette pathologie dans notre article. Mais d'abord, parlons de ce que sont les androgènes et pourquoi sont-ils nécessaires dans le corps féminin.

Les androgènes sont des hormones sexuelles mâles. Le principal représentant le plus célèbre d'entre eux est la testostérone. Dans le corps d'une femme, ils se forment dans les cellules des ovaires et du cortex surrénal, ainsi que dans le tissu adipeux sous-cutané (AGPI). Leur production est régulée par les hormones adrénocorticotropes (ACTH) et lutéinisantes (LH) synthétisées par l'hypophyse.

Les fonctions des androgènes sont multiformes. Ces hormones sont:

  • sont les précurseurs des corticostéroïdes et des œstrogènes (hormones sexuelles féminines);
  • former la libido d'une femme;
  • pendant la puberté, déterminer la croissance des os tubulaires, et donc la croissance de l'enfant;
  • participer à la formation de caractéristiques sexuelles secondaires, à savoir la croissance des cheveux de type féminin.

Les androgènes remplissent toutes ces fonctions sous la condition de leur concentration physiologique normale dans le corps féminin. Un excès de ces hormones provoque à la fois des défauts cosmétiques et des troubles métaboliques, le cycle menstruel et la fertilité des femmes.

Selon l'origine, on distingue 3 formes de cette pathologie:

  • ovarien (ovarien);
  • glande surrénale;
  • mixte.

Si la racine du problème réside précisément dans ces organes (ovaires ou cortex surrénalien), l'hyperandrogénisme est appelé primaire. Dans le cas de la pathologie de l'hypophyse, provoquant une dérégulation de la synthèse des androgènes, elle est considérée comme secondaire. De plus, cette condition peut être héréditaire ou se développer au cours de la vie d'une femme (c'est-à-dire être acquise).

Selon le niveau d'hormones sexuelles mâles dans le sang, l'hyperandrogénisme est sécrété:

  • absolue (leur concentration dépasse les valeurs normales);
  • relative (le niveau d'androgènes est dans les limites normales, cependant, ils sont métabolisés intensivement en formes plus actives ou la sensibilité des organes cibles à eux est considérablement augmentée).

Dans la plupart des cas, la cause de l'hyperandrogénie est le syndrome des ovaires polykystiques.

L'hyperandrogénie peut également se développer à la suite d'une femme prenant des stéroïdes anabolisants, des médicaments d'hormones sexuelles mâles et de la cyclosporine.

Ces femmes s'inquiètent de l'augmentation de la perte de cheveux sur la tête et de leur apparence à d'autres endroits (sur le visage ou la poitrine).

Selon le facteur causal, les symptômes de l'hyperandrogénisme vont d'un léger hirsutisme léger (augmentation de la croissance des cheveux) à un syndrome viril prononcé (l'apparition de caractéristiques sexuelles masculines secondaires chez une femme malade).

Examinons plus en détail les principales manifestations de cette pathologie..

Acné et séborrhée

L'acné est une maladie des follicules pileux et des glandes sébacées qui survient si leurs canaux excréteurs se bouchent. L'hyperandrogénisme est l'une des raisons (plus exactes même de dire - liens de la pathogenèse) de l'acné. Elle est physiologique pour la puberté, c'est pourquoi des éruptions cutanées sur le visage se retrouvent chez plus de la moitié des adolescents.

Si l'acné persiste chez une jeune femme, il est logique d'être examiné pour l'hyperandrogénisme, dont la cause dans plus d'un tiers des cas sera le syndrome des ovaires polykystiques.

L'acné peut survenir seule ou être accompagnée de séborrhée (augmentation de la production sélective de la sécrétion des glandes sébacées - dans certaines parties du corps). Elle peut également survenir sous l'influence des androgènes..

Hirsutisme

Ce terme désigne la croissance excessive des cheveux chez les femmes dans les zones du corps dépendantes des androgènes (en d'autres termes, les cheveux d'une femme poussent dans des endroits typiques des hommes - sur le visage, la poitrine, entre les omoplates, etc.). De plus, les cheveux changent de structure - des cheveux doux et duveteux deviennent durs, foncés (ils sont appelés terminaux).

Alopécie

Ce terme fait référence à une perte de cheveux accrue, à la calvitie.

L'alopécie associée à un excès d'androgènes signifie un changement dans la structure des cheveux sur la tête de terminaux (pigmentés, durs) à des canons fins, légers et courts et leur perte ultérieure.

L'alopécie se trouve dans les zones frontales, pariétales et temporales de la tête. En règle générale, ce symptôme indique un hyperandrogénisme élevé prolongé et est observé dans la plupart des cas avec des néoplasmes produisant des hormones sexuelles mâles.

Ce terme désigne le corps perdant les signes d'une femme, la formation de signes masculins. Heureusement, il s'agit d'une affection plutôt rare - elle ne se rencontre que chez 1 patient sur 100 souffrant d'hirsutisme. Les principaux facteurs étiologiques sont l'adrénoblastome et la técomatose ovarienne. Plus rarement, les tumeurs surrénales produisant des androgènes deviennent la cause de cette condition..

La virilisation se caractérise par les symptômes suivants:

  • hirsutisme;
  • acné
  • alopécie androgène;
  • Diminution d'un timbre de voix (baryphonie; la voix devient rugueuse, semblable à celle de l'homme);
  • une diminution de la taille des gonades;
  • élargissement du clitoris;
  • la croissance musculaire;
  • redistribution de la graisse sous-cutanée chez le type masculin;
  • irrégularités menstruelles jusqu'à l'aménorrhée;
  • augmentation de la libido.

Une augmentation du taux d'androgènes dans le sang du patient confirme le diagnostic.

Dans le diagnostic de l'hyperandrogénie, les plaintes, l'anamnèse et les données sur l'état objectif du patient, ainsi que les méthodes de recherche en laboratoire et instrumentales, sont importantes. Autrement dit, après avoir évalué les symptômes et les données historiques, il est nécessaire non seulement d'identifier le fait d'une augmentation du niveau de testostérone et d'autres hormones sexuelles mâles dans le sang, mais également de trouver leur source - néoplasme, syndrome des ovaires polykystiques ou autre pathologie.

Manifestations cliniques

Les symptômes peuvent aller de mineurs (croissance excessive des poils) à graves (développement de caractéristiques sexuelles masculines secondaires).

Manifestations cliniques de l'hyperandrogénie chez les femmes sous forme d'acné et de poils de type masculin

Les principales manifestations des troubles pathologiques sont:

  • acné - se produit avec une augmentation de la peau grasse, ce qui entraîne un blocage et une inflammation des glandes sébacées;
  • séborrhée du cuir chevelu;
  • hirsutisme - l'apparition d'une forte croissance des cheveux dans des endroits atypiques pour les femmes (visage, poitrine, abdomen, fesses);
  • amincissement et perte de cheveux sur la tête, apparition de plaques chauves;
  • une croissance musculaire accrue, la formation de muscles selon le type masculin;
  • grossissement du timbre de la voix;
  • irrégularités menstruelles, écoulement médiocre, parfois arrêt complet des menstruations;
  • augmentation de la libido.

Les dysfonctionnements de l'équilibre hormonal provoquent le développement du diabète sucré, l'apparition d'un excès de poids et des troubles du métabolisme lipidique. Les femmes deviennent très sensibles à diverses maladies infectieuses. Ils développent souvent une dépression, une fatigue chronique, une irritabilité accrue et une faiblesse générale..

L'une des conséquences les plus graves de l'hyperandrogénie est la virilisation ou le syndrome viril. Ce qu'on appelle la pathologie du développement du corps féminin, dans lequel il acquiert des signes masculins prononcés. La virilisation est une maladie rare, elle n'est diagnostiquée que chez un patient sur 100 qui a une croissance excessive des poils..

Une femme forme une figure masculine avec une croissance musculaire améliorée, les menstruations s'arrêtent complètement, la taille du clitoris augmente considérablement. Très souvent, ces symptômes se développent chez les femmes qui prennent des stéroïdes de façon incontrôlable pour augmenter l'endurance et la force physique pendant les sports.

informations générales

L'hyperandrogénie chez les femmes est un concept qui combine des syndromes pathogénétiquement hétérogènes causés par une production accrue d'androgènes par le système endocrinien ou par une sensibilité excessive des tissus cibles à eux. L'importance de l'hyperandrogénie dans la structure de la pathologie gynécologique s'explique par sa large répartition parmi les femmes en âge de procréer (4–7,5% chez les adolescentes, 10–20% chez les patientes de plus de 25 ans).

Androgènes - hormones sexuelles mâles du groupe des stéroïdes (testostérone, TSA, DHEA-S, DHT) sont synthétisées dans le corps d'une femme par les ovaires et le cortex surrénalien, moins par la graisse sous-cutanée sous le contrôle des hormones hypophysaires (ACTH et LH). Les androgènes sont les précurseurs des glucocorticoïdes, hormones sexuelles féminines - les œstrogènes et forment la libido. À la puberté, les androgènes sont les plus importants dans le processus de poussée de croissance, de maturation des os tubulaires, de fermeture des zones cartilagineuses diaphysaire-épiphysaire et d'apparition de la croissance des cheveux féminins. Cependant, un excès d'androgènes dans le corps féminin provoque une cascade de processus pathologiques qui violent la santé générale et reproductive.

L'hyperandrogénie chez la femme provoque non seulement l'apparition de défauts cosmétiques (séborrhée, acné, alopécie, hirsutisme, virilisation), mais provoque également des troubles métaboliques (métabolisme des graisses et des glucides), des fonctions menstruelles et reproductives (anomalies de la folliculogenèse, dégénérescence ovarienne polykystique, déficience en progestérone oligoménorrhée, anovulation, fausse couche, stérilité chez la femme). L'hyperandrogénie prolongée associée à un dysmétabolisme augmente le risque de développer une hyperplasie endométriale et un cancer du col de l'utérus, le diabète sucré de type II et les maladies cardiovasculaires chez les femmes.

Hyperandrogénisme chez les femmes

Classification

Selon le niveau d'hormones sexuelles mâles dans le sang, l'hyperandrogénisme est sécrété:

  • absolue (leur concentration dépasse les valeurs normales);
  • relative (le niveau d'androgènes est dans les limites normales, cependant, ils sont métabolisés intensivement en formes plus actives ou la sensibilité des organes cibles à eux est considérablement augmentée).

Dans la plupart des cas, la cause de l'hyperandrogénie est le syndrome des ovaires polykystiques. Il se produit également lorsque:

  • syndrome surrénogénital;
  • syndrome de galactorrhée-aménorrhée;
  • néoplasmes de la glande surrénale ou de l'ovaire;
  • hypothyroïdie;
  • Syndrome d'Itsenko-Cushing et autres conditions pathologiques.
  • une femme prenant des stéroïdes anabolisants, des médicaments d'hormones sexuelles mâles et de la cyclosporine.

Selon l'origine, on distingue 3 formes de cette pathologie:

  • ovarien (ovarien);
  • glande surrénale;
  • mixte.

Si la racine du problème réside précisément dans ces organes (ovaires ou cortex surrénalien), l'hyperandrogénisme est appelé primaire. Dans le cas de la pathologie de l'hypophyse, provoquant une dérégulation de la synthèse des androgènes, elle est considérée comme secondaire. De plus, cette condition peut être héréditaire ou se développer au cours de la vie d'une femme (c'est-à-dire être acquise).

Signes d'hyperandrogénie chez les enfants

Avec l'hyperandrogénie congénitale, il n'est pas possible de déterminer avec précision le sexe d'un enfant nouveau-né. Il peut avoir des lèvres fusionnées hypertrophiées qui ressemblent à un scrotum et à un clitoris élargi, semblable au pénis. Parfois, les manifestations d'hyperandrogénie qui se sont produites à la suite de mutations génétiques ne peuvent être détectées que plus près de la puberté (puberté).

À ce moment, vous pouvez constater que la croissance des cheveux de la fille est de type masculin. Les cheveux commencent à pousser intensément sur le visage, la poitrine, le long de la ligne blanche de l'abdomen. La pilosité commence avant la maturation des glandes mammaires. Parfois, une croissance excessive des cheveux peut commencer pendant la période d'adrénarche (6-8 ans). À ce moment, le volume ovarien augmente.

Dans le cas d'un développement normal avec l'adrénarque, la croissance des cheveux sexuels ne se produit pas, il y a des conditions préalables au fait que la croissance des cheveux commence d'abord sur le pubis, puis dans les zones axillaires. Le syndrome d'hyperandrogénisme ovarien se développe souvent chez les filles souffrant de surrénales prématurées (PA) au milieu d'une dégénérescence ovarienne polykystique.

Chez les enfants atteints d'adrénarche, il est souvent possible d'identifier des symptômes de résistance à l'insuline et d'hyperinsulinisme, qui ont tendance à augmenter. La quantité ne dépend pas directement du poids corporel. Avec le développement du syndrome métabolique, on peut remarquer chez l'enfant une obésité, un excès d'androgènes, une dystrophie papillaire-pigmentaire de la peau du cou, des aisselles et des plis cutanés, des ovaires polykystiques et l'absence de menstruations.

Chez les garçons, il y a une tendance à la puberté précoce, l'apparition rapide de caractéristiques sexuelles secondaires avec une croissance assez faible.

Thérapie appliquée

Si la patiente a une forme ovarienne de pathologie, une thérapie complexe lui est prescrite en utilisant plusieurs méthodes de traitement:

  • médicaments (basés sur un traitement hormonal avec des médicaments contenant de l'hormone TSH);
  • thérapie avec la médecine traditionnelle;
  • thérapie diététique.

Si les patients ont une tumeur des ovaires ou des glandes surrénales, un traitement chirurgical est utilisé. Ces patients s'attendent à une intervention chirurgicale pour retirer le néoplasme et à une chimiothérapie supplémentaire (si le néoplasme était malin).

Traitements conservateurs

Le principe du traitement de l'hyperandrogénie dépend directement du facteur qui a provoqué le développement de la pathologie. De plus, lors de la prescription d'un traitement, le spécialiste doit tenir compte de l'objectif du traitement: éliminer les signes d'hirsutisme, restaurer la fonction reproductrice, etc. Si un excès d'androgènes est causé par un excès de poids, les patients se voient prescrire un régime alimentaire et une activité physique afin de réduire le poids corporel. En outre, les femmes se voient prescrire un traitement médicamenteux avec l'utilisation de médicaments d'un certain groupe:

  • avec une croissance accrue des cheveux La médroxyprogestérone est prescrite;
  • pour réduire le niveau d'hormones stéroïdes, les contraceptifs combinés sont prescrits aux patients. Une telle thérapie n'est prescrite que si la femme ne prévoit pas de grossesse;
  • la production de stéroïdes peut être supprimée avec le kétonozole;
  • avec des symptômes d'hirsutisme, la spironolactone est prescrite. Le cours de la thérapie peut durer jusqu'à 6 mois.

Lorsqu'une tumeur est détectée sur les ovaires féminins, il n'est pas possible de guérir l'hyperandrogénie de manière conservatrice. Dans de tels cas, une intervention chirurgicale est prescrite..

Diagnostic de l'hyperandrogénie chez les enfants

Afin de diagnostiquer la pathologie, un historique médical complet et un examen physique sont effectués avec une évaluation du développement sexuel, de la nature des irrégularités menstruelles et des poils, des signes de dermopathie; déterminé par la testostérone totale et libre, DHT, DEA-C, GPS dans le sérum. L'identification d'un excès d'androgènes nécessite une clarification de sa nature - surrénale ou ovarienne.

Un marqueur de l'hyperandrogénisme surrénalien est une augmentation du niveau de DHEA-S, et l'hyperandrogénisme ovarien est une augmentation de la quantité de testostérone et de TSA. À un niveau très élevé de DHEA-S gt; 800 mcg / dl ou testostérone totale gt; 200 ng / dl chez les femmes, on soupçonne une tumeur de synthèse des androgènes, qui nécessite une TDM ou une IRM des glandes surrénales, une échographie des organes pelviens, avec la complexité de visualiser le néoplasme - cathétérisme sélectif des veines surrénales et ovariennes. Le diagnostic échographique permet également d'établir la présence d'une déformation ovarienne polykystique.

Avec l'hyperandrogénie ovarienne, des indicateurs du fond hormonal d'une femme sont évalués: taux de prolactine, LH, FSH, estradiol dans le sang; avec surrénale - 17-OCG dans le sang, 17-COP et cortisol dans l'urine. Il est possible d'effectuer des tests fonctionnels avec ACTH, des tests avec dexaméthasone et hCG, et CT de l'hypophyse. Obligatoire est l'étude du métabolisme des glucides et des lipides (glucose, insuline, HbA1C, cholestérol total et ses fractions, test de tolérance au glucose). Des consultations avec un endocrinologue, un dermatologue, la génétique sont montrées aux femmes souffrant d'hyperandrogénie.

Afin de déterminer la cause de l'hyperandrogénie chez l'enfant, le médecin doit être très prudent. Une recherche diagnostique de base pour l'hyperandrogénie chez les enfants comprend:

  • échoscopie pelvienne.
  • analyse sanguine générale,
  • analyses biochimiques (bilirubine, cholestérol, AST, ALT, triglycérides, taux de glucose),
  • analyse miroir hormonale (DHEA-S, cortisol, LH, FSH, TSH, prolactine, 17OH-progestérone, testostérone).

Comment examiner l'enfant davantage, le médecin décide après avoir reçu les résultats des tests. Vous devrez peut-être un examen conjoint d'un dermatologue, endocrinologue et gynécologue.

Complications

Le spectre des complications possibles dans toutes les maladies décrites ci-dessus est extrêmement large. Seuls certains des plus importants peuvent être notés:

  1. La métastase cancéreuse est une complication plus fréquente dans les tumeurs surrénales.
  2. Avec la pathologie congénitale, des anomalies du développement sont possibles, les plus courantes sont des anomalies génitales.
  3. Complications d'autres systèmes d'organes qui sont négativement affectées par les changements des niveaux hormonaux dans la pathologie de la glande surrénale, de la glande pituitaire et des ovaires: insuffisance rénale chronique, pathologie thyroïdienne, etc..

Avec cette simple énumération, la liste est loin d'être complète, ce qui plaide en faveur d'une visite opportune chez un médecin afin d'anticiper leur apparition. Seuls un diagnostic rapide et un traitement qualifié contribuent à l'obtention de résultats positifs..

Les symptômes de l'hyperandrogénie chez les femmes

La clinique de l'hyperandrogénie chez les femmes dépend de la gravité des troubles. Avec l'hyperandrogénie d'origine non tumorale, par exemple avec le SOPK, les signes cliniques progressent lentement pendant plusieurs années. Les premiers symptômes se manifestent pendant la puberté, se manifestant cliniquement par une séborrhée grasse, de l'acné vulgaire, des irrégularités menstruelles (irrégularités, alternance des retards et oligoménorrhée, dans les cas graves - aménorrhée), pilosité excessive du visage, des bras, des jambes. Par la suite, une transformation kystique de la structure des ovaires, une anovulation, un déficit en progestérone, une hyperestrogénémie relative, une hyperplasie endométriale, une fertilité diminuée et une infertilité se développent. Chez les femmes ménopausées, la chute des cheveux survient d'abord dans les régions temporales (alopécie bitemporale), puis dans la région pariétale (alopécie pariétale). La dermatopathie androgène sévère chez de nombreuses femmes conduit au développement de conditions névrotiques et dépressives.

L'hyperandrogénie dans l'AGS se caractérise par la virilisation des organes génitaux (pseudohermaphrodisme féminin), la masculinisation, la ménarche tardive, le sous-développement de la poitrine, le grossissement de la voix, l'hirsutisme, l'acné. L'hyperandrogénie sévère en violation de la fonction de la glande pituitaire s'accompagne d'un degré élevé de virilisation, d'une obésité massive de type androïde. La forte activité des androgènes contribue au développement du syndrome métabolique (hyperlipoprotéinémie, résistance à l'insuline, diabète de type II), l'hypertension artérielle, l'athérosclérose, les maladies coronariennes. Avec les tumeurs surrénales et ovariennes sécrétant des androgènes, les symptômes se développent rapidement et progressent rapidement..

Hyperandroégnie périphérique et centrale

En cas de lésion du système nerveux central, de maladies inflammatoires, infectieuses ou d'intoxication du corps, la sécrétion d'hormones gonadotropes de l'hypophyse, responsables de la production d'hormones lutéinisantes et stimulatrices folliculaires, peut être supprimée. En conséquence, le processus de maturation des follicules dans l'ovaire et la synthèse des hormones sexuelles sont perturbés, la production d'androgènes est augmentée.

Chez les femmes, des symptômes de polycystose, de dysfonction ovarienne, de troubles menstruels, d'éruptions cutanées, de SPM sont détectés..

L'hyperandrogénie périphérique est causée par une augmentation de l'activité de l'enzyme cutanée, les glandes sébacées de la 5-α-réductase, qui convertit la testostérone en androgène plus actif, la dihydrotestostérone. Cela conduit à un hirsutisme de gravité variable, à l'apparition d'acné vulgaire.

Traitement de l'hyperandrogénie chez les femmes

Dans le corps d'une femme, cette hormone remplit de nombreuses fonctions nécessaires, mais sa quantité excessive entraîne des conséquences désagréables, dont le traitement est obligatoire.

Les androgènes sont produits chez les femmes par les adipocytes, les glandes surrénales et les ovaires..

Ces hormones sexuelles affectent directement le processus de puberté chez la femme, l'apparence des cheveux dans la région génitale et les aisselles. Les androgènes régulent le fonctionnement du foie, des reins et affectent également la croissance musculaire et le système reproducteur.

Ils sont nécessaires pour les femmes matures, car ils synthétisent les œstrogènes, maintiennent un niveau de libido suffisant et renforcent le tissu osseux.

Ce que c'est?

Les principales causes suivantes de ce syndrome peuvent être distinguées:

  • la présence de tumeurs surrénales;
  • production inappropriée d'une enzyme spéciale qui synthétise les androgènes, entraînant leur accumulation excessive dans le corps;
  • pathologie thyroïdienne (hypothyroïdie), tumeur hypophysaire;
  • maladies et dysfonctionnements des ovaires, provoquant une production excessive d'androgènes;
  • obésité infantile;
  • utilisation à long terme de stéroïdes lors d'exercices professionnels dans les sports motorisés;
  • prédisposition génétique.

Avec des violations des ovaires, une augmentation du cortex surrénalien, une hypersensibilité des cellules de la peau aux effets de la testostérone, des tumeurs des glandes génitales et thyroïdiennes, la pathologie peut également se développer dans l'enfance.

L'hyperandrogénie congénitale ne permet parfois pas de déterminer avec précision le sexe de l'enfant. La fille peut avoir de grandes lèvres, agrandies à la taille du pénis, le clitoris. L'apparence des organes génitaux internes est normale.

À un âge avancé, l'hyperandrogénisme provoque une croissance excessive des cheveux dans tout le corps, un retard dans la formation des glandes mammaires et l'apparition des premières menstruations.

Classification

Dans la plupart des cas, la cause de l'hyperandrogénie est le syndrome des ovaires polykystiques. Il se produit également lorsque:

  • syndrome surrénogénital;
  • syndrome de galactorrhée-aménorrhée;
  • néoplasmes de la glande surrénale ou de l'ovaire;
  • hypothyroïdie;
  • Syndrome d'Itsenko-Cushing et autres conditions pathologiques.
  • une femme prenant des stéroïdes anabolisants, des médicaments d'hormones sexuelles mâles et de la cyclosporine.

Parmi tous les symptômes de l'hyperandrogénie chez la femme, les suivants prévalent:

  1. Hirsutisme - la croissance excessive des cheveux chez les femmes, ce que l'on appelle la croissance des cheveux de type masculin, est le signe le plus courant d'hyperandrogénisme. Vous pouvez en parler lorsque des poils apparaissent sur l'abdomen dans la ligne médiane, sur le visage, la poitrine. Cependant, des taches chauves sont possibles sur la tête.
  2. Ce symptôme doit être distingué de l'hypertrichose - croissance excessive des cheveux qui ne dépend pas des androgènes, qui peuvent être congénitaux ou acquis (pour diverses maladies, telles que la porphyrie). Il convient également de prêter attention à la race du patient - elle est plus prononcée pour les Esquimaux et les femmes des pays d'Asie centrale que pour les femmes d'Europe ou d'Amérique du Nord..
  3. Éruption cutanée sur le visage, acné, signes de desquamation. Souvent, de tels défauts sur le visage se produisent pendant l'adolescence dans le contexte de changements hormonaux dans le corps. Avec l'hyperandrogénie chez les femmes, les défauts cosmétiques sur le visage durent beaucoup plus longtemps, alors que ni les lotions ni les crèmes ne peuvent sauver ce problème..
  4. Opsoligoménorrhée (raccourcie et séparée par une longue période de menstruation), aménorrhée (absence de menstruation) et infertilité - le plus souvent, ce symptôme se produit avec un ovaire polykystique accompagné d'hyperandrogénie.
  5. En surpoids. Le surpoids chez la femme devient une cause fréquente d'insuffisance hormonale, dans laquelle le cycle menstruel est perturbé..
  6. Atrophie des muscles des membres, des muscles abdominaux, ostéoparose, atrophie cutanée - la plus caractéristique du syndrome de Cushing (ou d'Itsenko-Cushing dans la littérature en langue russe).
  7. Risque accru d'infection. À la suite d'une défaillance hormonale, le fonctionnement de nombreux organes et systèmes est perturbé, ce qui a un effet dévastateur sur l'immunité, augmentant le risque d'infection et le développement d'infections.
  8. Affaiblissement de la tolérance au glucose - principalement avec des dommages aux glandes surrénales, souvent également avec une pathologie des ovaires.
  9. La formation des organes génitaux externes de type intermédiaire (hypertrophie clitoridienne, sinus urogénital, fusion partielle des grandes lèvres) - est détectée immédiatement après la naissance ou au cours de la petite enfance; plus souvent avec hyperplasie congénitale du cortex surrénalien.
  10. Hypertension artérielle, hypertrophie myocardique, rétinopathie (lésions rétiniennes non inflammatoires).
  11. La dépression, la somnolence, une fatigue accrue - sont associées, entre autres, au fait que la sécrétion de glucocorticoïdes surrénales est altérée.

Le syndrome d'hyperandrogénie peut être associé à certaines maladies. Ainsi, parmi les causes de l'augmentation des niveaux d'androgènes, on peut identifier:

  1. Le syndrome d'hyperandrogénie peut être associé au syndrome de Cushing. La raison du développement de cette pathologie réside dans les glandes surrénales à la suite d'une production excessive de glucocorticoïdes. Parmi les symptômes de cette maladie, on peut distinguer: un visage rond, un cou élargi, un dépôt de graisse dans l'abdomen. Échecs du cycle menstruel, infertilité, troubles émotionnels, diabète sucré, ostéoporose.
  2. Syndrome de Stein-Leventhal. Avec ce syndrome, des kystes se forment dans les ovaires, mais pas ceux qui nécessitent une intervention chirurgicale immédiate, mais temporaires. Un phénomène caractéristique du syndrome des ovaires polykystiques est une augmentation de l'ovaire avant la menstruation et une diminution après la fin de la menstruation. Avec ce syndrome, il y a un manque d'ovulation, d'infertilité, de pilosité corporelle accrue, de surpoids. Il y a une violation de la production d'insuline, à la suite de laquelle les patients peuvent développer un diabète.
  3. Hyperplasie ovarienne liée à l'âge. Il est observé à un âge assez mature chez la femme du fait d'un déséquilibre entre l'oestradiol et l'estrone. Manifesté sous forme d'hypertension, de diabète sucré, d'embonpoint, d'oncologie utérine.

Avec l'hyperandrogénie, il est presque impossible de tomber enceinte en raison du manque d'ovulation. Mais encore, parfois une femme parvient à concevoir un enfant, mais, malheureusement, il devient impossible de le supporter. Une femme dans le contexte de l'hyperandrogénie a une fausse couche ou un fœtus se fige dans l'utérus.

L'hyperandrogénie pendant la grossesse devient l'une des causes les plus courantes du développement de l'avortement spontané, qui survient le plus souvent aux premiers stades.

Si cette maladie est détectée après la conception et la naissance d'un enfant, il est difficile de déterminer quand elle est apparue avec précision.

Dans ce cas, les médecins s'intéressent peu aux causes de l'hyperandrogénie, car toutes les mesures doivent être prises pour maintenir la grossesse.

En conséquence, même avec un léger impact externe négatif, une fausse couche se produit. Il s'accompagne presque toujours de pertes vaginales sanglantes, entraînant des douleurs dans le bas-ventre.

De plus, une telle grossesse se caractérise par une toxicose moins prononcée, qui est présente chez la plupart des femmes au premier trimestre.

Complications

Le spectre des complications possibles dans toutes les maladies décrites ci-dessus est extrêmement large. Seuls certains des plus importants peuvent être notés:

  1. La métastase cancéreuse est une complication plus fréquente dans les tumeurs surrénales.
  2. Avec la pathologie congénitale, des anomalies du développement sont possibles, les plus courantes sont des anomalies génitales.
  3. Complications d'autres systèmes d'organes qui sont négativement affectées par les changements des niveaux hormonaux dans la pathologie de la glande surrénale, de la glande pituitaire et des ovaires: insuffisance rénale chronique, pathologie thyroïdienne, etc..

Avec cette simple énumération, la liste est loin d'être complète, ce qui plaide en faveur d'une visite opportune chez un médecin afin d'anticiper leur apparition. Seuls un diagnostic rapide et un traitement qualifié contribuent à l'obtention de résultats positifs..

Diagnostique

Diagnostic de l'hyperandrogénie chez la femme en laboratoire clinique:

  1. La quantité de cétostéroïdes-17 dans l'urine est déterminée;
  2. Détermination du niveau hormonal principal. Découvrez quelle est la quantité de prolactine, de testostérone libre et totale, de sulfate de déhydroépiandrostérone, d'androstènedione et de FSH plasmatique. Le matériel est pris le matin à jeun. En raison du changement constant du fond hormonal, les patients atteints d'hyperandrogénie effectuent un test trois fois, avec des intervalles entre les procédures de 30 minutes, puis les trois portions de sang sont mélangées. Le sulfate de déhydroépiandrostérone, en une quantité de plus de 800 μg%, indique la présence d'une tumeur surrénale sécrétant des androgènes;
  3. Prenez un marqueur pour la détermination de la CG (dans le cas où il y a des signes d'hyperandrogénie, mais le niveau principal d'androgènes reste normal).

Recherche instrumentale: un patient soupçonné d'hyperandrogénisme est envoyé pour une IRM, une TDM, une échographie intravaginale (pour visualiser les formations tumorales).

Le choix du traitement de l'hyperandrogénisme dépend en grande partie de la maladie de fond, qui a été à l'origine du développement de cette condition pathologique, ainsi que de la gravité de la maladie et de la gravité des signes biologiques d'hyperandrogénisme..

À cet égard, la gestion des patients et la définition des tactiques de traitement devraient être principalement individuelles, en tenant compte de toutes les caractéristiques de chaque patient en particulier. Dans de nombreuses situations, le traitement de l'hyperandrogénie implique toute une gamme de mesures thérapeutiques, à la fois conservatrices et chirurgicales.

Recommandations concernant le style de vie:

  • normalisation du poids corporel;
  • sports réguliers (la marche, la course, l'aérobic et la natation sont bonnes);
  • régime hypocalorique spécial (la quantité de calories dépensée doit être supérieure à celle acquise).
  • agonistes hormonaux libérant des gonadotrophines (diminution de la production d'androgènes et d'œstrogènes par les ovaires);
  • médicaments œstrogènes-progestatifs (stimulation de la formation d'hormones féminines);
  • antiandrogènes (suppression de la libération excessive d'androgènes par les glandes surrénales et les ovaires);
  • médicaments riches en hormone ovarienne (progestérone).

Le traitement de l'hyperandrogénie est long, nécessitant une approche différenciée de la prise en charge des patients. Les principaux moyens de corriger les conditions hyperandrogènes chez les femmes sont les contraceptifs oraux œstrogènes-progestatifs à effet anti-androgénique. Ils inhibent la production de gonadotrophines et le processus d'ovulation, la suppression de la sécrétion d'hormones ovariennes, y compris la testostérone, une augmentation du niveau de GPS, le blocage des récepteurs aux androgènes. L'hyperandrogénie dans l'AGS est stoppée par les corticostéroïdes, ils sont également utilisés pour préparer une femme à la grossesse et pendant la gestation avec ce type de pathologie. En cas d'hyperandrogénie élevée, les cours des médicaments antiandrogènes chez les femmes sont prolongés à un an ou plus.

Avec la dermatopathie dépendante des androgènes, le blocage périphérique des récepteurs des androgènes est cliniquement efficace. Dans le même temps, un traitement pathogénique de l'hypothyroïdie subclinique, de l'hyperprolactinémie et d'autres troubles est effectué. Pour le traitement des femmes souffrant d'hyperinsulinisme et d'obésité, des sensibilisateurs à l'insuline (metformine), des mesures pour réduire le poids (régime hypocalorique, activité physique) sont utilisées. Dans le contexte du traitement, la dynamique des indicateurs de laboratoire et cliniques est suivie.

Les tumeurs des ovaires et des glandes surrénales sécrétant des androgènes sont généralement de nature bénigne, mais une détection chirurgicale est nécessaire lorsqu'elles sont détectées. Les rechutes sont peu probables. Avec l'hyperandrogénie, l'observation du dispensaire et le soutien médical d'une femme sont indiqués pour une future planification de grossesse réussie.

La prévention

Il n'y a pas de mesures spécifiques pour prévenir l'hyperandrogénie, car ce syndrome se développe au niveau hormonal.

Les mesures préventives courantes comprennent:

  • nutrition rationnelle, y compris aliments riches en fibres, contrôle du poids;
  • l'abandon du tabac et l'abus d'alcool;
  • visites régulières chez le gynécologue;
  • prendre des médicaments et des contraceptifs uniquement sur recommandation d'un médecin;
  • traitement rapide des pathologies de la glande thyroïde, des maladies du foie et des glandes surrénales.

L'hyperandrogénie n'est pas seulement un problème avec la peau, les cheveux et le cycle menstruel. Il s'agit d'une maladie courante du corps qui ne permet pas à une femme de mener un style de vie de qualité et la prive souvent des joies de la maternité. Les méthodes modernes de diagnostic et de traitement nous permettent d'identifier la pathologie dans le temps et d'éliminer avec succès ses manifestations.