Diagnostic de la résistance à l'insuline, des indices HOMA et caro

Dans cet article, vous apprendrez:

L'Organisation mondiale de la santé a reconnu que l'obésité dans le monde est devenue une épidémie. Et la résistance à l'insuline liée à l'obésité déclenche une cascade de processus pathologiques conduisant à la défaite de presque tous les organes et systèmes humains.

Qu'est-ce que la résistance à l'insuline, quelles en sont les causes, ainsi que comment la déterminer rapidement à l'aide d'analyses standard, telles sont les principales questions qui ont intéressé les scientifiques des années 1990. Pour tenter d'y répondre, de nombreuses études ont été menées qui ont prouvé le rôle de la résistance à l'insuline dans le développement du diabète de type 2, des maladies cardiovasculaires, de l'infertilité féminine et d'autres maladies.

Normalement, l'insuline est produite par le pancréas en une quantité suffisante pour maintenir le niveau de glucose dans le sang à un niveau physiologique. Il favorise l'entrée du glucose, le principal substrat énergétique, dans la cellule. Avec la résistance à l'insuline, la sensibilité des tissus à l'insuline diminue, le glucose n'entre pas dans les cellules et une faim d'énergie se développe. En réponse à cela, le pancréas commence à produire encore plus d'insuline. L'excès de glucose est déposé sous forme de tissu adipeux, améliorant encore la résistance à l'insuline.

Avec le temps, les réserves du pancréas s'épuisent, les cellules qui travaillent avec la surcharge meurent et le diabète se développe..

L'excès d'insuline a un effet sur le métabolisme du cholestérol, améliore la formation d'acides gras libres, de lipides athérogènes, cela conduit au développement de l'athérosclérose, ainsi qu'à des dommages au pancréas par les acides gras libres.

Causes de la résistance à l'insuline

La résistance à l'insuline est physiologique, c'est-à-dire normale à certaines périodes de la vie et pathologique.

Raisons de la résistance physiologique à l'insuline:

  • grossesse;
  • les jeunes années;
  • sommeil nocturne;
  • âge avancé;
  • la deuxième phase du cycle menstruel chez la femme;
  • régime riche en graisses.
Causes de la résistance à l'insuline

Causes de l'insulinorésistance pathologique:

  • obésité;
  • défauts génétiques de la molécule d'insuline, de ses récepteurs et de ses actions;
  • inactivité physique;
  • apport excessif de glucides;
  • les maladies endocriniennes (thyrotoxicose, maladie d'Itsenko-Cushing, acromégalie, phéochromocytome, etc.);
  • prendre certains médicaments (hormones, bloqueurs adrénergiques, etc.);
  • fumeur.

Signes et symptômes de la résistance à l'insuline

L'obésité abdominale est le principal signe du développement d'une résistance à l'insuline. L'obésité abdominale est un type d'obésité dans lequel l'excès de tissu adipeux se dépose principalement dans l'abdomen et le haut du torse..

L'obésité abdominale interne est particulièrement dangereuse, lorsque le tissu adipeux s'accumule autour des organes et interfère avec leur bon fonctionnement. Maladie du foie gras, l'athérosclérose se développe, l'estomac et les intestins, les voies urinaires sont comprimés, le pancréas, les organes reproducteurs souffrent.

Le tissu adipeux dans l'abdomen est très actif. Un grand nombre de substances biologiquement actives qui contribuent à son développement se forment:

  • l'athérosclérose;
  • maladies oncologiques;
  • hypertension artérielle;
  • maladies articulaires;
  • thrombose;
  • dysfonction ovarienne.

L'obésité abdominale peut être déterminée par vous-même à la maison. Pour ce faire, mesurez le tour de taille et divisez-le en tour de hanches. Normalement, cet indicateur ne dépasse pas 0,8 chez les femmes et 1,0 chez les hommes.

Le deuxième symptôme important de la résistance à l'insuline est l'acanthose noire (acanthosis nigricans). L'acanthose noire est un changement de la peau sous forme d'hyperpigmentation et de desquamation dans les plis naturels de la peau (cou, aisselles, glandes mammaires, aine, pli interglutéal).

Chez les femmes, la résistance à l'insuline se manifeste par le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK). Le SOPK s'accompagne d'irrégularités menstruelles, d'infertilité et d'hirsutisme, de croissance excessive des poils masculins.

Syndrome de résistance à l'insuline

En raison de la présence d'un grand nombre de processus pathologiques associés à la résistance à l'insuline, il était habituel de les combiner tous en syndrome de résistance à l'insuline (syndrome métabolique, syndrome X).

Le syndrome métabolique comprend:

  1. Obésité abdominale (tour de taille:> 80 cm chez la femme et> 94 cm chez l'homme).
  2. Hypertension artérielle (augmentation persistante de la pression artérielle au-dessus de 140/90 mm Hg).
  3. Diabète sucré ou altération de la tolérance au glucose.
  4. Violation du métabolisme du cholestérol, augmentation du niveau de ses «mauvaises» fractions et diminution du «bon».

Le danger du syndrome métabolique réside dans le risque élevé d'accidents vasculaires (accidents vasculaires cérébraux, crises cardiaques, etc.). Ils ne peuvent être évités qu'en réduisant le poids et en contrôlant les niveaux de pression artérielle, ainsi que les fractions de glucose et de cholestérol sanguin.

Diagnostic de la résistance à l'insuline

Vous pouvez déterminer la résistance à l'insuline à l'aide de tests et de tests spéciaux..

Méthodes de diagnostic direct

Parmi les méthodes directes de diagnostic de la résistance à l'insuline, la plus précise est la pince hyperinsulinémique euglycémique (EHC, clamp test). Le test de serrage consiste en l'administration simultanée de solutions intraveineuses de glucose et d'insuline à un patient. Si la quantité d'insuline injectée ne correspond pas (dépasse) à la quantité de glucose injectée, ils parlent de résistance à l'insuline.

Actuellement, le test de serrage n'est utilisé qu'à des fins de recherche, car il est difficile à réaliser, nécessite une formation spéciale et un accès intraveineux.

Méthodes de diagnostic indirect

Les méthodes de diagnostic indirect évaluent l'effet de l'insuline intrinsèque et non externe sur le métabolisme du glucose..

Test de tolérance au glucose par voie orale (PHTT)

Un test de tolérance au glucose par voie orale est effectué comme suit. Le patient donne du sang à jeun, puis boit une solution contenant 75 g de glucose, et reprend l'analyse au bout de 2 heures. Le test évalue les niveaux de glucose, ainsi que l'insuline et le peptide C. Le C-peptide est une protéine avec laquelle l'insuline est liée dans son dépôt.

Tableau - Résultats de PGTT
StatutGlycémie à jeun, mmol / lGlucose après 2 heures, mmol / l
Norme3,3 à 5,5Moins de 7,8
Glycémie à jeun5.5-6.1Moins de 7,8
Tolérance au glucose altéréeMoins de 6,17.8–11.1
DiabètePlus de 6,1Plus de 11,1

Une glycémie à jeun altérée et une tolérance au glucose altérée sont considérées comme un prédiabète et, dans la plupart des cas, s'accompagnent d'une résistance à l'insuline. Si pendant le test, nous corrélons les niveaux de glucose avec les niveaux d'insuline et de peptide C, une augmentation plus rapide de ces derniers indique également la présence d'une résistance à l'insuline.

Test de tolérance au glucose intraveineux (VVGTT)

Un test de tolérance au glucose par voie intraveineuse est similaire au PGTT. Mais dans ce cas, le glucose est administré par voie intraveineuse, après quoi, à de courts intervalles, les mêmes indicateurs sont évalués à plusieurs reprises comme avec PGTT. Cette analyse est plus fiable lorsque le patient a une maladie du tractus gastro-intestinal qui interfère avec l'absorption du glucose..

Calcul des indices de résistance à l'insuline

Le moyen le plus simple et le plus abordable de détecter la résistance à l'insuline est de calculer ses indices. Pour cela, une personne a juste besoin de donner du sang d'une veine. Les taux sanguins d'insuline et de glucose seront déterminés et les indices HOMA-IR et caro seront calculés à l'aide de formules spéciales. Ils sont également appelés tests de résistance à l'insuline..

Indice NOMA-IR - calcul, norme et pathologie

L'indice NOMA-IR (évaluation du modèle d'homéostasie de la résistance à l'insuline) est calculé à l'aide de la formule suivante:

NOMA = (taux de glucose (mmol / l) * taux d'insuline (μMU / ml)) / 22,5

Raisons d'augmenter l'indice NOMA:

  • la résistance à l'insuline, qui indique le développement possible du diabète sucré, de l'athérosclérose, du syndrome des ovaires polykystiques, souvent dans le contexte de l'obésité;
  • diabète sucré gestationnel (diabète de grossesse);
  • maladies endocriniennes (thyrotoxicose, phéochromocytome, etc.);
  • prendre certains médicaments (hormones, bloqueurs adrénergiques, hypocholestérolémiants);
  • maladie hépatique chronique;
  • maladies infectieuses aiguës.

Index Caro

Cet indice est également un indicateur calculé..

Indice caro = niveau de glucose (mmol / L) / niveau d'insuline (μMU / ml)

Une diminution de cet indicateur est un signe certain de résistance à l'insuline..

Les tests de résistance à l'insuline sont administrés le matin à jeun, après une interruption de 10 à 14 heures de l'apport alimentaire. Il n'est pas souhaitable de les prendre après un stress sévère, pendant une maladie aiguë et une exacerbation de.

Détermination de la glycémie, de l'insuline et des niveaux de C-peptide

Déterminer uniquement le niveau de glucose, d'insuline ou de peptide C dans le sang, séparément des autres indicateurs, n'est pas informatif. Ils doivent être pris en compte dans un complexe, car une augmentation de seulement le glucose dans le sang peut indiquer une mauvaise préparation pour le test, et seulement de l'insuline - à propos de l'introduction d'une préparation d'insuline de l'extérieur sous forme d'injections. Ce n'est qu'en s'assurant que les quantités d'insuline et de peptide C sont plus élevées que ce qui est attendu à un niveau de glycémie donné, on peut parler de résistance à l'insuline.

Traitement de la résistance à l'insuline - alimentation, sports, médicaments

Après avoir examiné, réussi les tests et calculé les indices NOMA et caro, la première chose qui inquiète la personne est de savoir comment guérir la résistance à l'insuline. Il est important de comprendre ici que la résistance à l'insuline est une norme physiologique à certaines périodes de la vie. Il s'est formé au cours de l'évolution comme un moyen de s'adapter aux périodes de pénurie alimentaire prolongée. Et pour traiter la résistance à l'insuline physiologique à l'adolescence, ou pendant la grossesse, par exemple, n'est pas nécessaire.

La résistance à l'insuline pathologique conduisant au développement de maladies graves doit être corrigée.

Deux points sont importants dans la perte de poids: une activité physique constante et le respect d'un régime hypocalorique.

L'activité physique doit être régulière, aérobie, 3 fois par semaine pendant 45 minutes. Bien géré, natation, fitness, danse. Pendant les cours, les muscles travaillent activement et c'est en eux qu'un grand nombre de récepteurs d'insuline sont localisés. En s'entraînant activement, une personne ouvre l'hormone à ses récepteurs, surmontant la résistance.

Une bonne nutrition et le respect d'un régime hypocalorique sont tout aussi importants pour perdre du poids et traiter la résistance à l'insuline que le sport. Il est nécessaire de réduire fortement la consommation de glucides simples (sucre, bonbons, chocolat, produits de boulangerie). Le menu pour la résistance à l'insuline devrait être composé de 5 à 6 repas, les portions devraient être réduites de 20 à 30%, essayez de limiter les graisses animales et d'augmenter la quantité de fibres dans les aliments.

En pratique, il s'avère souvent que perdre du poids à une personne présentant une résistance à l'insuline n'est pas si simple. Si, avec un régime alimentaire et une activité physique suffisante, la perte de poids n'est pas atteinte, des médicaments sont prescrits.

La metformine est la plus utilisée. Il améliore la sensibilité des tissus à l'insuline, réduit la formation de glucose dans le foie, améliore la consommation de glucose par les muscles et réduit son absorption dans l'intestin. Ce médicament est pris uniquement selon les directives d'un médecin et sous son contrôle, car il présente un certain nombre d'effets secondaires et de contre-indications..

Insuline

L'insuline est une hormone sécrétée par la partie endocrine du pancréas. Il régule le métabolisme des glucides, maintient la glycémie au niveau requis, et participe également au métabolisme des graisses (lipides).

Hormone pancréatique, régulateur du métabolisme des glucides.

Plage de définition: 0,2 - 1000 μU / ml.

Mked / ml (microunit par millilitre).

Quel biomatériau peut être utilisé pour la recherche?

Comment se préparer à l'étude?

  • Ne mangez pas pendant 12 heures avant l'étude.
  • Exclure complètement l'utilisation de médicaments la veille de l'étude (comme convenu avec le médecin).
  • Ne fumez pas pendant 3 heures avant l'étude.

Aperçu de l'étude

L'insuline est synthétisée dans les cellules bêta du pancréas endocrinien. Sa concentration dans le sang dépend directement de la concentration de glucose: après avoir mangé, une grande quantité de glucose pénètre dans le sang, en réponse à cela, le pancréas sécrète de l'insuline, ce qui déclenche le mouvement du glucose du sang vers les cellules des tissus et des organes. L'insuline régule également les processus biochimiques dans le foie: s'il y a beaucoup de glucose, le foie commence à le stocker sous forme de glycogène (polymère de glucose) ou à l'utiliser pour la synthèse d'acides gras. Lorsque la synthèse de l'insuline est altérée et qu'elle est produite moins que nécessaire, le glucose ne peut pas pénétrer dans les cellules du corps et une hypoglycémie se développe. Les cellules commencent à manquer dans le substrat principal dont elles ont besoin pour la production d'énergie - le glucose. Si cette condition est chronique, alors le métabolisme est altéré et les pathologies des reins, cardiovasculaires, des systèmes nerveux commencent à se développer, la vision en souffre. Une maladie dans laquelle il y a un manque de production d'insuline est appelée diabète sucré. Elle est de plusieurs types. En particulier, le premier type se développe lorsque le pancréas ne produit pas suffisamment d'insuline; le second type est associé à une perte de sensibilité des cellules aux effets de l'insuline sur elles. Le deuxième type est le plus courant. Pour le traitement du diabète dans les premiers stades, ils utilisent généralement un régime alimentaire spécial et des médicaments qui améliorent la production d'insuline par le pancréas ou stimulent les cellules du corps à consommer du glucose en augmentant leur sensibilité à cette hormone. Si le pancréas cesse complètement de produire de l'insuline, son administration avec des injections est requise. Une concentration accrue d'insuline dans le sang est appelée hyperinsulinémie. Dans le même temps, la teneur en glucose dans le sang diminue fortement, ce qui peut entraîner un coma hypoglycémique et même la mort, car le travail du cerveau dépend directement de la concentration de glucose. Par conséquent, il est très important de contrôler le niveau de sucre pendant l'administration parentérale de préparations d'insuline et d'autres médicaments utilisés pour traiter le diabète. Une augmentation du niveau d'insuline dans le sang est également causée par une tumeur qui la sécrète en grande quantité - l'insulinome. Avec lui, la concentration d'insuline dans le sang peut augmenter des dizaines de fois en peu de temps. Maladies associées au développement du diabète sucré: syndrome métabolique, pathologie de la glande surrénale et de l'hypophyse, syndrome des ovaires polykystiques.

À quoi sert l'étude??

  • Pour le diagnostic de l'insuline (tumeurs pancréatiques) et pour trouver les causes de l'hypoglycémie aiguë ou chronique (avec un test de glucose et un peptide C).
  • Pour surveiller l'insuline endogène synthétisée par les cellules bêta.
  • Pour détecter la résistance à l'insuline.
  • Pour savoir quand les patients atteints de diabète de type 2 doivent commencer à prendre de l'insuline ou des médicaments hypoglycémiques.

Quand une étude est prévue?

  • Avec une glycémie basse et / ou avec des symptômes d'hypoglycémie: transpiration, palpitations, faim régulière, conscience trouble, vision trouble, vertiges, faiblesse, crises cardiaques.
  • Si nécessaire, découvrez si l'insulinome a été retiré avec succès, et aussi à temps pour diagnostiquer les rechutes possibles.
  • Lors du suivi des résultats de la transplantation de cellules des îlots (en déterminant la capacité des greffes à produire de l'insuline).

Que signifient les résultats??

Valeurs de référence: 2,6 - 24,9 μU / ml.

Causes des niveaux élevés d'insuline:

  • acromégalie,
  • Itsenko - syndrome de Cushing,
  • intolérance au fructose ou au glucose galactose,
  • insulinome,
  • obésité,
  • résistance à l'insuline, comme dans la pancréatite chronique (y compris la fibrose kystique) et dans le cancer du pancréas.

Qu'est-ce qui peut affecter le résultat?

L'utilisation de médicaments tels que les corticostéroïdes, la lévodopa, les contraceptifs oraux, contribue à une augmentation de la concentration de glucose.

  • Actuellement, l'insuline obtenue à la suite de la synthèse biochimique est utilisée comme injection, ce qui la rend plus similaire en termes de structure et de propriétés à l'insuline endogène (produite dans le corps).
  • Les anticorps contre l'insuline peuvent affecter les résultats de l'étude, donc s'ils sont présents dans le sang, il est recommandé d'utiliser des méthodes alternatives pour déterminer la concentration d'insuline (analyse du peptide C).
  • Sérum C-peptide
  • C-peptide dans l'urine quotidienne
  • Test de tolérance au glucose
  • Glucose plasmatique
  • Glucose urinaire
  • Fructosamine

Comment se fait un test d'insuline

Les fonctions de l'insuline dans le corps

Hormone pancréatique - insuline

L'insuline est une hormone pancréatique, où elle se forme dans un type spécial de cellules glandulaires - les cellules bêta des îlots de Langerhans. L'insuline est la principale hormone qui régule le métabolisme des glucides dans le corps, donc absolument toutes les cellules tombent sous son influence. Cependant, la plupart des récepteurs de l'insuline sont situés dans le foie, le tissu adipeux et le tissu musculaire, par conséquent, la réalisation des fonctions hormonales se déroule dans une plus grande mesure dans ces organes, mais se propage finalement à tout le corps.

L'insuline est une hormone anabolique, elle assure les processus de synthèse des substances, la construction des cellules et des tissus. On peut distinguer les effets métaboliques suivants de cette hormone:

  • il est capable d'augmenter la perméabilité des membranes musculaires et adipeuses pour le glucose, les ions potassium, les acides aminés et les corps cétoniques, où les substances énumérées sont dépensées pour la construction et les processus énergétiques;
  • l'hormone active l'enzyme glycogène synthase, améliore la formation de glycogène, une substance de réserve dans le foie;
  • l'insuline augmente la lipogenèse, la formation de graisse, activant la lipase des cellules graisseuses, de sorte que le glucose se transforme en triacylglycérides;
  • l'hormone est capable d'activer indirectement le mécanisme de formation des protéines, réduisant les processus de gluconéogenèse (synthèse du glucose) et de glycogénolyse (dégradation du glycogène);
  • l'insuline augmente la quantité et active les enzymes de la glycolyse, le processus d'oxydation du glucose en un certain nombre de substances et de molécules énergétiques, accélère l'utilisation du glucose en cascades de réactions biochimiques dans les cellules.

Les aliments et les boissons stimulent la libération d'insuline

Ainsi, l'insuline est une hormone qui est sécrétée dans la circulation sanguine avec une teneur élevée en glucose et la retire de diverses manières de la circulation sanguine vers les tissus qui l'utilisent. Les boosters d'insuline naturels sont des aliments et des boissons sucrées. Cependant, il existe des hormones qui ont l'effet inverse sur le métabolisme des glucides, elles sont appelées «contrainsulaires». Ce sont le glucagon, qui se forme dans les cellules alpha du pancréas, les catécholamines (adrénaline et norépinéphrine) et le cortisol - les hormones des glandes surrénales, la thyroxine - l'hormone de la glande thyroïde et la somatostatine - l'hormone de l'hypothalamus et les cellules delta du pancréas. Au contraire, ils augmentent la libération de glucose dans le sang, dépensant tout d'abord des réserves de glycogène dans le foie et les muscles.

Pourquoi passer un test d'insuline?

Le test d'insuline reflète le métabolisme des glucides

Un test sanguin pour l'insuline aidera à déterminer la quantité d'hormones dans le sang, ce qui est nécessaire pour le diagnostic d'un certain nombre de maladies métaboliques, hormonales et tumorales. Le médecin prescrit une étude similaire non pas à chaque patient, mais uniquement en cas de suspicion de certaines maladies et conditions, par exemple avec une obésité sévère, avec une augmentation du glucose dans le sang et l'urine, ou, à l'inverse, avec la détection d'une glycémie basse, qui peut s'accompagner d'une faim constante, d'une faiblesse détresse émotionnelle tremblante. Il est également important de connaître le niveau d'insuline dans le sang des patients diabétiques qui reçoivent cette hormone comme médicament.

Ainsi, connaissant la quantité d'insuline, le médecin sera en mesure de déterminer non seulement le diagnostic, mais aussi de proposer une thérapie adaptée pour corriger le niveau de l'hormone et les complications survenues en raison des changements de sa concentration.

Quelle analyse vous permet de déterminer le niveau d'insuline: l'essence de la méthode

Sérum sanguin veineux requis

Un test à l’insuline nécessite le sérum sanguin veineux du patient. L'étude doit être réalisée à jeun ou au moment d'une hypoglycémie avérée. Le sang prélevé dans un tube à essai est centrifugé, séparant la partie liquide des cellules sanguines. Après cela, le sérum est congelé à -200 ° C et placé dans un système de test spécial. La méthode utilisée pour le diagnostic est appelée immunométrique, grâce à elle, parmi toutes les protéines sériques, il est possible de déterminer exactement le nombre d'unités d'insuline. Si nécessaire, l'étude peut être répétée deux heures après la première, mais cela vaut également la peine à jeun.

En cas de suspicion de présence d'insuline «immunoréactive», lorsque les tissus sont insensibles à l'hormone, l'insuline est injectée dans la veine à raison de 0,1 U / kg de poids corporel de la personne testée avant le prélèvement de sang et un système est préparé avec une solution de glucose pour administration intraveineuse, ou le patient reçoit une boisson de solution de glucose. Le sang est prélevé dans une veine toutes les 30 minutes pendant deux heures. Le suivi de la quantité de glucose dans le sang aidera à déterminer la sensibilité du corps à l'hormone: normalement, le taux de glucose diminuera presque deux fois en 20 minutes et reviendra à ses valeurs précédentes en une heure et demie à deux heures. Une diminution inactive du glucose indiquera une faible sensibilité des tissus à l'hormone.

Indications pour les tests d'insuline

Les patients atteints du syndrome métabolique subissent un test d'insuline

  1. Diagnostic de l'hypoglycémie, une condition avec une faible quantité de glucose dans le sang.
  2. Insuline suspectée - une tumeur pancréatique qui forme activement l'insuline.
  3. La suspicion de diabète de type 1 est une maladie dans laquelle il existe une carence absolue de cette hormone et une correction à vie de sa quantité par injection est nécessaire.
  4. La suspicion de diabète de type 2 est une maladie dans laquelle les tissus sont peu sensibles à l'hormone, donc son niveau est souvent élevé.
  5. Correction du traitement chez les patients diabétiques ayant des difficultés dans la sélection des médicaments.
  6. Syndrome métabolique: une condition qui comprend l'obésité, un trouble du métabolisme des glucides, une pression artérielle élevée.
  7. Syndrome des ovaires polykystiques.

Préparation de l'étude

Dans le processus de préparation, il est nécessaire de réviser le régime alimentaire

  • Le sang à analyser doit être pris à jeun. Pour cela, il est recommandé de ne pas manger pendant 8-14 heures, de ne pas consommer de liquides autres que de l'eau propre sans gaz. Par conséquent, pour un patient plus confortable, l'analyse est effectuée le matin.
  • 2-3 jours avant l'analyse, vous devez respecter la nutrition diététique sans surcharger le corps avec des aliments très sucrés, gras et frits. Les boissons telles que les jus de fruits, les sodas, le kvas, la bière, le vin et les spiritueux doivent également être annulées. Le dîner à la veille de l'analyse du matin devrait être facile.
  • 2-3 jours avant l'analyse, il est nécessaire d'établir un mode de travail et de repos. Le patient ne doit pas être soumis à un stress physique et mental. Il est recommandé de normaliser le sommeil en se couchant au plus tard à 23h00..
  • Le matin du jour de l'analyse, vous devez arrêter de fumer, le brossage des dents n'est pas recommandé. Il vaut la peine d'arriver à l'hôpital 20-30 minutes avant l'analyse pour passer ce temps sans stress.
  • Lorsque vous planifiez cette étude avec votre médecin, il convient de se souvenir de tous les médicaments que vous prenez, car nombre d'entre eux peuvent affecter les résultats du test..

Interprétation et interprétation des résultats

Interprétation des résultats - spécialiste

La conclusion de l'analyse contient des informations sur la quantité d'insuline chez le patient et les normes d'insuline, une liste des conditions et des maladies pouvant être suspectées chez le sujet peut également être fournie..

Débit d'insuline dans le sang: 2,3-26,4 mcED / ml.

Une augmentation de l'insuline est possible avec:

  • diabète de type 2;
  • coma hypoglycémique;
  • syndrome métabolique;
  • Le syndrome d'Itsenko-Cushing;
  • acromégalie;
  • insulinome;
  • altération de la tolérance au glucose;
  • résistance à l'insuline;
  • obésité;
  • maladies du foie;
  • myotonie dystrophique;
  • prendre de l'insuline exogène ou d'autres médicaments hypoglycémiants.

L'insuffisance surrénale peut entraîner une baisse de l'insuline

La réduction de l'insuline est possible avec:

  • diabète de type 1;
  • coma diabétique;
  • insuffisance surrénale et hypophyse;
  • pancréatite aiguë, nécrose pancréatique et ablation chirurgicale.

Ce qui peut affecter le résultat.

Un certain nombre de médicaments peuvent fausser le résultat du test.

Jeûne des taux d'insuline dans le sang

L'insuline est une substance synthétisée par les cellules bêta des îlots de Langerhans-Sobolev du pancréas. Cette hormone participe activement aux processus métaboliques du corps. C'est grâce à son action que les cellules et les tissus reçoivent une quantité suffisante de glucose pour assurer leurs besoins énergétiques. Ce qui suit est considéré comme la norme de l'insuline dans le sang des femmes à jeun, les raisons du changement de son niveau et comment y faire face..

Un peu sur l'hormone et ses fonctions

L'insuline est considérée comme l'une des substances hormonales actives les plus étudiées. Ses tâches sont les suivantes:

  • augmentation de la perméabilité des parois cellulaires pour le sucre;
  • activation d'enzymes impliquées dans les processus d'oxydation du glucose;
  • stimulation de la formation de glycogène et de son dépôt dans les cellules hépatiques et les muscles;
  • participation au métabolisme des lipides et des protéines.

La condition la plus courante est que le niveau d'insuline dans le sang est insuffisant. Il existe deux formes d'une telle pathologie: l'insuffisance absolue et relative. Dans le premier cas, les cellules sécrétoires d'insuline du pancréas ne peuvent pas faire face à leurs tâches et ne peuvent pas produire suffisamment d'hormones. Les manifestations sont typiques du diabète de type 1.

Si le pancréas synthétise une quantité suffisante d'insuline, mais que les cellules du corps y perdent leur sensibilité, nous parlons d'une insuffisance relative. Elle est directement impliquée dans la formation de la «maladie douce» de type 2.

Quels nombres sont considérés comme normaux?

Le taux d'insuline dans le sang à jeun (chez l'homme et la femme d'âge moyen) ne dépasse pas 25 mkU / l. La limite minimale autorisée est de 3 μU / L.

Chez les enfants de moins de 12 ans, le seuil inférieur d'indicateurs d'insuline correspond normalement au nombre d'adultes et aux arrêts maximaux autorisés à environ 20 mkU / l. Chez les personnes âgées et les femmes enceintes, les choses sont un peu différentes. Leurs niveaux hormonaux normaux ont les indicateurs suivants:

  • Enceinte: maximum - 27 mked / l, minimum - 6 mked / l.
  • Personnes âgées: maximum - 35 mkU / l, minimum - 6 mkU / l.

Pour en savoir plus sur le taux d'insuline dans le sang chez les enfants, consultez cet article..

Comment déterminer le niveau d'insuline?

Il existe deux méthodes principales utilisées pour déterminer le niveau d'insuline dans le sang des femmes:

  • test sanguin;
  • test de charge en sucre.

Dans le premier cas, le sujet donne du sang à l'estomac vide en laboratoire. Pour que le résultat soit correct, il est nécessaire de préparer la collecte du matériel. Pendant 8 à 12 heures, ils refusent de manger, le matin, vous ne pouvez boire que de l'eau (le sucre, qui fait partie du thé, la compote peut provoquer la libération de substances hormonales actives par le pancréas).

Test de tolérance au glucose

Cette méthode de diagnostic repose sur le fait que le patient prélève du sang plusieurs fois. Vous devez également venir au laboratoire sans prendre le petit déjeuner le matin. Ils prélèvent du sang dans une veine. Ensuite, le patient boit une solution sucrée à base de glucose en poudre. À certains intervalles (le médecin traitant peut indiquer dans le sens du temps d'échantillonnage souhaité pour la réanalyse), le sang veineux est repris.

En réponse à l'apport de glucose dans le corps, un pancréas sain doit réagir en libérant une certaine quantité d'insuline dans le sang pour transporter le sucre dans les cellules et les tissus. En cas de dysfonctionnement de la glande ou de modification de la sensibilité des cellules à l'insuline, l'organisme réagira en conséquence, ce qui sera déterminé en laboratoire par le biomatériau du patient.

Utilisation du compteur

Les personnes confrontées au travail de cet appareil portable seraient probablement surprises de savoir qu'il peut être utilisé pour déterminer le niveau d'hormone dans le sang. L'appareil ne montrera pas les chiffres exacts, mais il permettra d'évaluer les indicateurs de sucre, sur la base desquels on peut conclure que l'insuline est augmentée ou diminuée.

Comment utiliser le compteur:

  1. Vérifiez l'intégrité de l'appareil en l'allumant et en insérant une bandelette de test. Le code sur la bande et sur l'écran doit correspondre.
  2. Lavez-vous bien les mains, traitez votre doigt avec de l'alcool éthylique ou l'un des désinfectants. Attendez que la peau sèche.
  3. À l'aide d'une lancette, qui est incluse dans le kit, faites une ponction. Retirez une goutte de sang avec un coton-tige.
  4. Appliquez une seconde goutte à l'emplacement indiqué de la bandelette réactive. Cette zone est traitée avec des réactifs chimiques spéciaux qui réagissent avec le biomatériau du sujet..
  5. Après un certain temps (indiqué dans les instructions, pour les différents modèles de glucomètres, il diffère), le résultat est affiché sur l'écran de l'appareil. Il doit être enregistré dans un journal personnel, afin de pouvoir le comparer ultérieurement avec d'autres indicateurs ou de le montrer à un spécialiste qualifié..

Symptômes élevés d'hormone

Selon les causes de cette condition peut être physiologique et pathologique. Une augmentation physiologique des niveaux d'hormones se produit après avoir mangé, lorsque le corps envoie un signal au pancréas sur la nécessité de réduire la glycémie.

L'insuline pathologiquement élevée est appelée hyperinsulinisme. Selon la classification, cette condition peut être primaire et secondaire. L'hyperinsulinisme primaire se développe dans le contexte de troubles de l'appareil insulaire. Les facteurs étiologiques peuvent être:

  • processus de tumeur pancréatique;
  • stade précoce du diabète;
  • chirurgie de l'estomac, à la suite de laquelle le morceau de nourriture pénètre rapidement dans l'intestin grêle, ce qui irrite l'appareil insulaire;
  • conditions névrotiques.

L'hyperinsulinisme secondaire n'est pas associé à la fonction pancréatique. Il peut se développer dans un contexte de famine, d'intoxication alimentaire prolongée, de galactosémie, d'activité physique excessive.

Si la norme d'insuline dans le sang des femmes est violée dans une plus grande mesure, des plaintes de faiblesse aiguë (même perte de conscience), de céphalée et de sensation de rythme cardiaque fort apparaissent. Il y a un désir pathologique de manger, des mains et des pieds tremblants, des contractions des coins des lèvres.

Un spécialiste peut déterminer la pâleur de la peau, la peur, un état dépressif chez une femme, la survenue de convulsions convulsives. Parfois, il y a une violation de l'orientation dans le temps et l'espace.

Niveau d'insuline réduit

Le fait que la norme de l'insuline chez les femmes soit violée dans une moindre mesure peut être jugé par les manifestations suivantes:

  • glycémie élevée (mesurée à la maison avec un glucomètre ou un analyseur dans un laboratoire clinique);
  • le patient a un désir pathologique de boire, de manger, d'uriner beaucoup;
  • avec une augmentation de l'appétit, le gain de poids ne se produit pas, au contraire, le poids peut diminuer;
  • démangeaisons et sécheresse de la peau, des éruptions cutanées périodiques qui ne guérissent pas longtemps apparaissent.

Les raisons de la diminution du niveau de substances hormonales actives dans le sang peuvent être la suralimentation fréquente et l'abus de glucides facilement digestibles. Les facteurs étiologiques comprennent également les maladies infectieuses et chroniques, les situations stressantes, le manque d'activité physique adéquate.

Comment faire face aux écarts?

La carence à long terme et l'excès d'insuline sont des conditions pathologiques qui nécessitent une correction.

Augmenter les niveaux d'insuline

Vous pouvez augmenter les niveaux d'hormones à l'aide d'une thérapie de remplacement. Elle consiste en l'administration thérapeutique d'analogues d'insuline. Il existe plusieurs groupes de ces médicaments qui sont combinés dans certains régimes:

  • médicaments de courte durée d'action (Actrapid NM, Humalog, Novorapid);
  • Médicament de durée moyenne (Protafan NM);
  • insuline à action prolongée (Lantus, Levemir).

Un régime pauvre en glucides est un autre moyen d'augmenter votre taux d'insuline dans le sang. Il s'agit d'un moyen de correction nutritionnelle, dans lequel un patient reçoit une petite quantité de glucides. Les principes de l'alimentation sont le rejet du sucre, des boissons alcoolisées, des repas fréquents fractionnés. Le patient doit manger à peu près en même temps. Cela stimule le pancréas à travailler «dans les délais».

Les aliments frits, fumés et salés doivent être jetés. La préférence est donnée aux plats cuits à la vapeur, bouillis, cuits et cuits au four.

Nous abaissons les indicateurs

Pour réduire le niveau d'insuline, il est nécessaire de se débarrasser de la cause de l'état pathologique. Si l'hyperinsulinisme provoque une tumeur, il doit être retiré avec une chimiothérapie supplémentaire. Les causes extra-pancréatiques doivent également être traitées..

Le traitement médicamenteux n'est utilisé que pendant les périodes d'attaques hypoglycémiques. À un stade précoce, le patient reçoit quelque chose de sucré, du glucose est ensuite injecté dans une veine. Au stade du coma, des injections de glucagon, d'adrénaline, de tranquillisants sont utilisées.

Le reste du temps, les niveaux d'insuline sont maintenus dans des limites acceptables par l'alimentation. Il est important que jusqu'à 150 g de glucides par jour soient ingérés, la nutrition est fréquente et fractionnée. Les aliments trop sucrés doivent être jetés..

Tout changement dans le corps doit être discuté avec un spécialiste qualifié. Cela aidera à éviter le développement de complications et à accélérer le processus de guérison..

Test sanguin pour l'insuline

8 minutes Publié par Lyubov Dobretsova 1208

L'insuline hormone intrasécrétoire (endogène) est une substance bioactive de nature protéique qui régule les processus métaboliques. L'activité de l'insuline dans le corps est déterminée par un test sanguin. Selon les valeurs de référence adoptées en diagnostic de laboratoire, chez l'homme, les indicateurs hormonaux ne changent pas.

Le taux d'insuline dans le sang des femmes à jeun augmente au cours de la période périnatale. Cela est principalement dû à la restructuration hormonale globale du corps, lorsque l'hormone sexuelle progestérone, qui est responsable du maintien de la grossesse, commence à jouer un rôle de premier plan.

Résumé de l'insuline

Le but principal de l'hormone est le mouvement rapide du glucose formé dans le foie vers les tissus et les cellules du corps. Le pancréas est responsable de la production régulière d'insuline. Avec des dysfonctionnements fonctionnels dans le corps, une carence hormonale se produit, le glucose non dépensé s'accumule dans le sang, les cellules du corps sont privées d'énergie et de nutrition.

En plus de la fonction de transport, l'insuline effectue un certain nombre d'autres tâches importantes dans le corps:

  • augmente l'activité des enzymes impliquées dans la production de glycogène - une réserve de glucides du corps formée de résidus de glucose;
  • active la synthèse des protéines et le transfert des acides aminés dans les fibres musculaires;
  • empêche le catabolisme rapide des protéines (dégradation) et la dégradation des acides aminés en sucres simples;
  • contrôle la formation de produits métaboliques toxiques - corps cétoniques (cétones);
  • participe à la formation d'acide ribonucléique (ARN) - l'une des principales sources d'informations héréditaires, ainsi qu'à la synthèse des acides gras libres.

La quantité d'insuline est étroitement corrélée à la glycémie. Le glucose et les monosaccharides formés au cours de la décomposition des nutriments, qui se présentent sous leur forme pure, sont absorbés dans le sang, augmentant les niveaux de sucre. Le pancréas répond à "l'absorption du glucose" par la production instantanée d'insuline. Avec une consommation d'énergie accrue, le corps a besoin d'une plus grande quantité de glucose, ce qui signifie que la synthèse d'insuline augmente.

Indications pour l'analyse

Pourquoi donner du sang pour l'insuline? Avec un déséquilibre insulinique dans le corps, plusieurs processus biochimiques sont violés à la fois, ce qui conduit au développement de maladies endocriniennes, d'une inflammation chronique, de changements pathologiques dans les vaisseaux sanguins.

La vérification de la teneur en hormones dans le sang est nécessaire pour la détection rapide de conditions telles que l'hyperinsulinémie (excès d'hormone), l'hypoinsulinémie (carence), la résistance à l'insuline (absence de réponse cellulaire, sinon l'immunité tissulaire à l'insuline). L'évaluation des niveaux d'insuline n'est pas incluse dans l'analyse biochimique du sang.

Donnez régulièrement du sang pour l'insuline:

  • les patients atteints de troubles métaboliques diagnostiqués, principalement pour les diabétiques atteints du premier et du deuxième type de maladie;
  • les femmes enceintes dans le cadre du dépistage périnatal (pour le diagnostic rapide du diabète sucré gestationnel);
  • femmes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques.

L'étude est prescrite pour la prétendue tumeur pancréatique hormono-active (insulinome), dans la période postopératoire après une intervention chirurgicale sur le pancréas. Des analyses des taux d'insuline et de sucre sont effectuées dans le cadre du diagnostic initial du diabète, avec la manifestation de symptômes caractéristiques:

  • mictions fréquentes (pollakiurie) en combinaison avec une polydipsie constante (soif);
  • augmentation de l'appétit incontrôlé (polyphyse);
  • pression artérielle instable (pression artérielle);
  • fatigue, somnolence, manifestation fréquente du syndrome céphalique (maux de tête);
  • changement rapide du poids corporel;
  • transpiration accrue (hyperhidrose).

Il est recommandé aux femmes de vérifier le niveau d'insuline lors de la manifestation du NOMC (violation du cycle ovarien-menstruel), de l'incapacité à devenir enceinte et de la ménopause sévère.

Le diabète de type 2 et d'autres maladies associées à une insuffisance hormonale ne sont souvent diagnostiqués qu'au stade de leur développement actif. Cela se produit lorsque l'on ignore les principaux symptômes, la tendance à attribuer les symptômes de malaise à la charge de travail quotidienne.

Préparation à l'analyse et au prélèvement sanguin

Pour donner correctement du sang pour la recherche, vous devez d'abord préparer le corps. Le patient a besoin:

  • retirer les aliments gras, les aliments frits, les boissons alcoolisées de l'alimentation en deux à trois jours;
  • arrêter de prendre des médicaments (à l'exception des médicaments vitaux);
  • observer un régime de jeûne de 10 à 12 heures avant le prélèvement de sang;
  • à la veille de l'analyse, exclure les glucides rapides (bonbons et boissons sucrées) du menu du soir, limiter l'activité physique.
  • une heure avant l'intervention, vous devez abandonner le chewing-gum et la nicotine (ne pas fumer).

Il est impossible de combiner un test sanguin pour l'insuline et des procédures de diagnostic aux rayons X (fluorographie, rayons X, CT, etc.) le même jour. Le sang est donné au laboratoire le matin. Le biomatériau est prélevé dans une veine. Avec des diagnostics avancés (diabète gestationnel présumé, diabète, prédiabète), un test de tolérance au glucose est également prescrit.

La procédure comprend plusieurs étapes:

  • test sanguin primaire effectué à jeun;
  • la charge de glucose (le patient boit une solution aqueuse de glucose à raison de 75 g de substance pour 200 ml d'eau);
  • prélèvement de sang répété après une heure;
  • prélèvement de sang après 2 heures.

Valeurs de référence

La mesure de l'activité hormonale est effectuée en MkU / ml ou pmol / L. Différents laboratoires peuvent utiliser différentes valeurs de mesure. Le coefficient de conversion de MkED / ml en picamol / l (pour l'insuline) est de 6,95.

Normalement, la limite inférieure des indicateurs d'insuline est de 3 MkU / ml (20,85 pmol / l), la limite supérieure - 25 MkU / ml (173, 7 pmol / l). Pour les femmes, pendant la période de grossesse, les valeurs de référence peuvent être dépassées de 2-3 MkU / ml (jusqu'à 28 MkU / ml ou 194,6 pmol / l).

Les limites normatives peuvent être légèrement décalées en tenant compte de la catégorie d'âge et de l'IMC (indice de masse corporelle). Chez les enfants, les valeurs normales varient de 3 à 10, 4 MkU / ml. Les adultes obèses (IMC supérieur à 30) ont une activité hormonale plus élevée.

Des niveaux élevés d'insuline (jusqu'à 35 MkU / ml) ne sont pas une anomalie pour les hommes et les femmes âgés de 60 ans et plus. L'interprétation des données est réalisée par un médecin spécialiste. Vous pouvez vous familiariser avec les résultats de l'analyse à Moscou et dans d'autres grandes villes le lendemain.

Une tolérance au glucose altérée signifie un état prédiabétique. Le patient doit commencer d'urgence un traitement pour éviter le développement d'un véritable diabète de type 2. Contrairement au diabète incurable, le prédiabète est une affection réversible. Dans la plupart des cas, une thérapie diététique est suffisante pour restaurer la tolérance au glucose..

Écart par rapport à la norme

La déviation des valeurs normales peut être causée par des raisons physiologiques ou pathologiques. La première catégorie comprend:

  • caractéristiques du comportement alimentaire (excès dans le régime alimentaire des glucides simples);
  • effort physique excessif (y compris entraînement sportif) ou mode de vie hypodynamique;
  • détresse (instabilité neuropsychologique prolongée);
  • alcoolisme chronique;
  • grossesse;
  • thérapie incorrecte avec des médicaments hypoglycémiques, des médicaments contenant des hormones, des diurétiques.

Lorsque les facteurs négatifs sont éliminés, les niveaux d'insuline reviennent généralement à la normale. Les causes pathologiques des changements de l'état d'insuline sont des maladies nécessitant un traitement spécial.

Raisons du déclin

L'hypoinsulinémie dans le contexte de l'hyperglycémie (glycémie élevée) est le principal signe clinique et diagnostique du diabète sucré insulinodépendant de type 1. La maladie se forme principalement pendant l'enfance et l'adolescence en raison de l'incapacité du pancréas à produire de l'insuline..

Pour maintenir la vie et la santé, on prescrit au patient une insulinothérapie à vie - des injections régulières d'insuline médicale pour imiter la production naturelle de l'hormone. D'autres causes de taux réduits peuvent être des infections chroniques ou aiguës provoquées par:

  • virus (VIH, grippe, herpès, etc.);
  • parasites et helminthes protozoaires (toxoplasmose, ascariase, giardiase, entérobiose, etc.);
  • bactéries (salmonellose, dysenterie, tuberculose).

Un trouble hormonal associé à une synthèse insuffisante des hormones de l'hypothalamus et de l'hypophyse affecte la diminution de la production d'insuline..

Raisons de l'augmentation des tarifs

Des niveaux élevés d'insuline, accompagnés d'une glycémie élevée et de mauvais résultats GTT, constituent la base d'un diagnostic présomptif de diabète de type 2. La pathologie se développe chez les adultes âgés de 40 ans et plus dans le contexte de l'obésité, d'un mode de vie malsain, de maladies pancréatiques chroniques, en raison d'une prédisposition génétique.

Contrairement au diabète de premier type, le pancréas n'arrête pas la synthèse de l'insuline, mais les tissus de l'organisme perdent leur sensibilité à celle-ci, et une résistance à l'hormone se développe. Pour le traitement du deuxième type de diabète, des comprimés hypoglycémiques (hypoglycémiques) sont utilisés. L'insulinothérapie n'est pas prescrite, le type de maladie est appelé non insulino-dépendant.

Chez les femmes pendant la période périnatale, une insuline élevée peut indiquer le développement d'un diabète gestationnel ou d'un diabète de type 2 manifeste (manifesté pour la première fois pendant la grossesse). Raisons non liées au diabète pour lesquelles l'insuline sanguine peut être élevée:

  • hypersécrétion de l'hormone cortisol par les glandes surrénales (un groupe de maladies sous le nom général de syndrome d'Itsenko-Cushing);
  • syndrome polyendocrinien accompagnant le changement anatomique des glandes génitales féminines (ovaire polykystique);
  • tumeurs malignes ou bénignes de la glande surrénale;
  • III et IV degré d'obésité;
  • pathologie pancréatique (pancréatite chronique, nécrose pancréatique, cancer);
  • insulinome;
  • dysfonctionnement de l'appendice de la glande pituitaire (acromégalie).

L'hyperinsulinémie provoque des lésions hépatiques chroniques, dans lesquelles les hépatocytes (cellules hépatiques) sont incapables de fonctionner pleinement (cirrhose, hépatite chronique, etc.). Si les résultats de l'analyse ne sont pas satisfaisants, l'étude doit être répétée. Les indicateurs uniques ne sont pas la base d'un diagnostic final.

aditionellement

Avec des niveaux d'insuline anormaux persistants, un examen prolongé est prescrit. Pour confirmer le diagnostic proposé, le patient doit subir plusieurs tests:

  • test sanguin clinique et biochimique général;
  • Analyse d'urine;
  • test d'hémoglobine glycosylée (détermination rétrospective du niveau de glucose pendant 4 mois);
  • test sanguin pour le C-peptide (détermination du niveau de proinsuline dans le sang);
  • test de concentration d'anticorps contre la glutamate décarboxylase (anticorps GAD).

Une méthode supplémentaire de diagnostic matériel est l'échographie de la cavité abdominale.

Sommaire

L'insuline est une hormone intra-sécrétoire du pancréas, dont la tâche principale est le mouvement et la distribution rapides du glucose dans les cellules du corps. Le nombre d'hormones normales est de 3 à 25 MkU / ml.

Un test sanguin d'insuline est effectué pour diagnostiquer le diabète sucré de type 1 et de type 2, identifier les troubles hormonaux et les pathologies pancréatiques, et également comme contrôle de la thérapie pour les maladies endocriniennes diagnostiquées. Lors de la définition du diabète, un exemple est la transcription:

  • Insuline faible + sucre élevé = insuline diabétique de type 1.
  • Insuline élevée + sucre élevé = insuline pour le diabète de type 2.

Selon une seule analyse, le diagnostic est vraisemblablement posé. En cas de divergence stable des résultats avec les valeurs de référence, un examen supplémentaire est attribué.

Comment faire un test sanguin pour l'insuline et quels indicateurs sont considérés comme normaux

L'insuline est une protéine très importante, partie intégrante des processus digestifs et métaboliques de l'organisme. Pour déterminer la détérioration des fonctions de la glande dans son ensemble, un test sanguin d'insuline est effectué et comparé à une norme généralement acceptée. Parfois, cela vaut la peine de passer un test spécial de résistance à l'insuline..

Le surpoids et les nombres élevés dans l'analyse, pendant la fonction pancréatique normale sont souvent des phénomènes interdépendants. À l'inverse, avec un faible niveau de concentration d'insuline, une perte de poids est observée en raison du manque d'absorption et de métabolisme du glucose. Y a-t-il une différence dans les normes d'insuline dans le sang entre les femmes et les hommes? En règle générale, non, il existe un indicateur général de la norme d'insuline pour un adulte. L'exception est les femmes enceintes, les jeunes enfants.

Les statistiques des personnes atteintes de troubles métaboliques indiquent une détérioration significative de la santé des hommes de plus de 40 ans. Après 40 ans, le corps vieillit quelque peu, les symptômes de la maladie du sucre se forment plus rapidement. Son développement accélère un mode de vie sédentaire, au menu une abondance d'aliments glucidiques - tous ces signes annonciateurs d'hyperglycémie, d'athérosclérose.

Le travail pancréatique intensif commence lorsque le glucose pénètre dans la circulation sanguine. Par conséquent, le niveau d'insuline dans le sang augmente considérablement après avoir mangé. Et plus le glucose est reçu, plus les protéines et les enzymes sont sécrétées pour diffuser ses molécules à travers les cellules..

Normes de santé

La direction vers le don obligatoire de sang pour l'insuline est pour les personnes présentant des symptômes pré-diabétiques évidents. Un test d'insuline vous aide à déterminer votre taux de glucose et montre quel type de diabète vous devez diagnostiquer. Indicateurs de norme:

  • Chez une personne sans altération de la fonction organique et sans sensibilité normale aux récepteurs du glucose, la plage normale est de 3 à 26 μU par millilitre.
  • Chez un enfant, avec un fonctionnement normal de la glande - 3 - 19 mcU par millilitre (chez les enfants, par rapport à la norme adulte, elle est réduite).
  • La période chez les enfants de 12 à 16 ans est problématique pour déterminer le diabète. Chez les adolescents, la norme change. La concentration chez l'enfant change en fonction de la croissance des hormones sexuelles, une croissance accrue et des taux normaux augmentent souvent. Un indicateur fixe de 2,7 à 10,4 μU peut être ajouté de 1 U / kg.
  • Le taux d'insuline chez les femmes enceintes doit être pris un peu surestimé - 6 - 28 mcU par millilitre.
  • Les personnes âgées ont les limites normales suivantes - 6 - 35 μU par millilitre.

La norme d'insuline dans le sang des femmes change de temps en temps et l'indicateur devient plus grand lors de la prise de médicaments hormonaux. Légèrement diminué pendant les menstruations, car à ce moment, la production d'hormones féminines diminue.

Règles pour le patient lors du test

Pour que le test sanguin se révèle correct, sans aucune distorsion, vous devez suivre les instructions sur la façon de passer correctement l'insuline:

  • Vous devez passer des tests d'insuline à jeun, tôt le matin.
  • Un jour avant de prendre de l'insuline, toute activité physique est exclue.
  • 12 heures avant de prendre du sang pour la recherche, vous ne devez pas manger des aliments riches en sucre, en glucides - suivez un régime. 8 heures avant la procédure ne mangez pas, du thé du tout. L'eau minérale non sucrée est autorisée avant la procédure..
  • Pendant 2 jours, comment aller pour faire un don de sang, vous devez respecter une alimentation maigre (exclure les aliments gras).
  • A la veille du test, abstenez-vous d'alcool.
  • Les 2 à 3 heures restantes avant l'intervention ne fument pas.
  • Les résultats de l'étude sont presque indépendants des changements hormonaux sexuels, de sorte que les filles peuvent être testées pour le sang même pendant les menstruations.

Afin de vérifier la quantité de production et la fonction du pancréas, un prélèvement sanguin veineux est effectué à jeun. Quelques jours avant cette analyse, il est recommandé d'exclure l'utilisation de médicaments qui augmentent la glycémie (glucocorticostéroïdes, contraceptifs, cardio-bêta-bloquants).

Des données plus précises sur l'utilisation normale du glucose et l'état des cellules de la glande peuvent être obtenues en passant des tests d'insuline avec une charge. Le sang est prélevé deux fois, la première fois que le niveau d'hormone insuline dans le sang est déterminé à jeun. Puis 2 heures après la prise de la solution sucrée (test de glucose).

Lorsque le taux d'analyse dépasse la norme

Le dépassement de la norme se produit parfois en relation avec les caractéristiques du mode de vie. Les indicateurs de biais forts sont liés aux modifications du tissu glandulaire du pancréas. Les raisons du nombre élevé de l'hormone dans l'étude:

  • Activité physique intense - travail actif, entraînement au gymnase. Pendant et après l'exercice, la demande de glucose augmente fortement - une augmentation de l'insuline est normale.
  • Faible tolérance au stress - expériences, stress psychologique.
  • Maladies du foie, diverses hépatoses accompagnées d'hyperinsulinémie.
  • Dégradation des tissus musculaires et nerveux (atrophie musculaire, perturbation de la conduction nerveuse).
  • Tumeurs pancréatiques.
  • Maladies endocriniennes.
  • Production altérée d'hormones hypophysaires (hormone de croissance).
  • Trouble thyroïdien - Hyperthyroïdie.
  • Changements structurels dans le tissu pancréatique.
  • La formation de kystes dans les ovaires chez les femmes.

Une concentration excessive de l'hormone arrête la dégradation du tissu adipeux. Il empêche la production d'énergie grâce à l'utilisation de graisses provenant de réserves différées. La surestimation des unités d'insuline s'accompagne d'une détérioration du système nerveux central - fatigue, manque d'attention, tremblements des membres, faim.

Lorsque les chiffres sont inférieurs à la normale

Tout d'abord, un mauvais travail pancréatique s'accompagne d'une augmentation de la glycémie et est un état de prédiabète. Qui montre une faible teneur en hormones?

  • Diabète de type 1, dans lequel se forme peu d'insuline.
  • Un mode de vie sédentaire lorsque l'activité musculaire et tissulaire est réduite. Consommation excessive de bonbons - gâteaux, bière, bonbons.
  • Charge régulière de sucre pancréatique, de farine.
  • Souche nerveuse émotionnelle.
  • Période des maladies infectieuses.

Cette hormone sanguine basse est associée au diabète. Mais pas toujours.

Relation avec d'autres indicateurs d'analyse

Pour diagnostiquer le diabète et une autre maladie causée par une insuffisance hormonale, il est nécessaire de considérer la quantité d'insuline dans le contexte d'autres tests (en particulier le glucose). Quelques décryptages:

  1. Le diabète de type 1 détermine une insuline faible + une teneur élevée en sucre (même après une charge de test).
  2. Le diabète de type 2 survient lorsque l'insuline est élevée + une glycémie élevée. (ou degré initial d'obésité).
  3. Tumeur pancréatique - insuline élevée + faible teneur en sucre (près de 2 fois plus faible que la normale).
  4. Le niveau de production pancréatique dépend directement de l'activité de la glande thyroïde et montrera des écarts.

Test de résistance à l'insuline

L'indice de résistance à l'insuline montre la sensibilité des cellules à l'hormone, après stimulation ou introduction artificielle. Idéalement, après un sirop sucré, sa concentration devrait diminuer, suite à l'absorption du glucose.

Comment passer un test de résistance à l'insuline? Ce chiffre est considéré comme la norme de l'IR 3 - 28 mkU le matin à jeun. Si après avoir mangé l'indicateur reste en place, une résistance à l'insuline est notée (signe avant-coureur du diabète).

Tout d'abord, le sang veineux est pris à jeun. Les principaux indicateurs de comparaison sont le glucose, l'insuline, le C-peptide. Ensuite, le patient reçoit une charge - un verre avec une solution de glucose. Après 2 heures, les mêmes indicateurs sont vérifiés. L'analyse indique généralement un trouble métabolique - l'absorption des graisses, des protéines.