L'hormone progestérone dans le corps d'une femme pendant la grossesse

Le site fournit des informations de référence à titre informatif uniquement. Le diagnostic et le traitement des maladies doivent être effectués sous la supervision d'un spécialiste. Tous les médicaments ont des contre-indications. Consultation d'un spécialiste requise!

Un test de progestérone est un test de laboratoire effectué pour déterminer la concentration de l'hormone sexuelle progestérone dans le sang. L'analyse est utilisée pour diagnostiquer et identifier les causes des violations des fonctions sexuelles et menstruelles chez la femme, c'est-à-dire principalement pour les irrégularités menstruelles, les saignements utérins, l'infertilité, les kystes ovariens fonctionnels et pour évaluer le fonctionnement du corps jaune.

Test de progestérone - qu'est-ce que c'est (qui montre)?

Pour comprendre ce qui constitue un test de progestérone, vous devez connaître les caractéristiques et fonctions générales de la progestérone elle-même, exécutée par elle dans le corps humain..

Ainsi, la progestérone elle-même est une hormone sexuelle féminine qui intervient dans le cours normal du cycle menstruel et de la grossesse. C'est-à-dire que cette hormone est nécessaire pour les cycles mensuels réguliers normaux et pour assurer le déroulement de la grossesse afin qu'il n'y ait pas de fausses couches spontanées ou de grossesse gelée.

La progestérone normale dans le corps féminin est produite en quantité inégale dans différentes phases du cycle menstruel et par divers organes. Ainsi, dans la première phase du cycle menstruel, qui est appelée folliculaire et dure du premier jour de la menstruation à l'ovulation, le niveau de progestérone dans le sang d'une femme est faible, car pendant cette période, il n'est produit que dans les glandes surrénales en quantité très limitée. Et dans la phase folliculaire, la progestérone n'est pas nécessaire, car pendant cette période, il est nécessaire de stimuler la croissance et la maturation de l'ovule dans le follicule ovarien, et non de préparer les organes à une éventuelle grossesse.

Dans la phase folliculaire des ovaires, le follicule («vésicule») croît et mûrit, dans lequel se trouve le futur ovule. Après la croissance du follicule et la maturation de l'œuf, cette «bulle» se rompt, c'est-à-dire que l'ovulation se produit. À la suite de l'ovulation, l'ovule pénètre dans la cavité abdominale, d'où il pénètre dans la trompe de Fallope et se déplace le long de celui-ci jusqu'à l'utérus. Et à la place du follicule éclatant, un corps jaune se forme, qui commence à produire activement de la progestérone pendant toute la seconde moitié du cycle menstruel (phase lutéale), préparant tout le corps de la femme à une éventuelle grossesse.

Ainsi, il s'avère que dans la première phase folliculaire du cycle menstruel, le niveau de progestérone dans le sang est faible, car il n'est produit que par les glandes surrénales. De plus, environ 10 heures avant l'ovulation (au moment où l'ovule quitte le follicule éclaté), le niveau de progestérone dans le sang augmente fortement et le reste pendant toute la période d'ovulation, qui dure environ 12 à 36 heures. Après que l'œuf quitte le follicule, la formation d'un corps jaune à sa place, le niveau de progestérone dans le sang augmente encore et le reste tout au long de la deuxième phase du cycle menstruel (lutéale), c'est-à-dire jusqu'au début des menstruations. Si la grossesse survient au cours du cycle, les menstruations ne se produisent pas et le niveau de progestérone continue de croître progressivement, car cette hormone est nécessaire à la préservation et au développement normal du fœtus. Pendant la grossesse, le niveau de progestérone augmente jusqu'à la 37-38e semaine, et jusqu'à la 16-17e semaine, elle est produite par le corps jaune de l'ovaire, qui s'est formé sur le site de l'éclatement du follicule, et à partir de la 17-18e semaine - la synthèse de l'hormone est effectuée par le placenta.

Pour résumer ce qui précède, il est évident que le niveau de progestérone dans le sang d'une femme non enceinte est faible dans la première moitié du cycle menstruel, augmente fortement à partir du moment de l'ovulation, augmente dans la seconde moitié du cycle et atteint ses valeurs maximales environ 6-8 jours après l'ovulation, après quoi il baisse un peu, mais reste élevé jusqu'au dernier jour avant la prochaine menstruation. Dans le corps d'une femme enceinte d'environ 7 à 8 semaines, le niveau de progestérone double par rapport aux valeurs de la seconde moitié du cycle menstruel puis augmente constamment et progressivement jusqu'à la 37-38e semaine, c'est-à-dire jusqu'à la période prénatale.

Ainsi, il est évident que l'effet biologique de la progestérone est de fournir des conditions pour le début de la grossesse et sa poursuite de la conservation.

En effet, dans la seconde moitié du cycle menstruel (phase lutéale), qui se poursuit de l'ovulation à la prochaine période menstruelle, sous l'influence de la progestérone, l'endomètre (muqueuse) de l'utérus est préparé pour l'introduction d'un ovule fœtal en cas de grossesse. Ainsi, sous l'influence de la progestérone, les vaisseaux sanguins de l'endomètre se plissent, le flux sanguin vers l'utérus augmente et les nutriments s'accumulent dans les cellules de la muqueuse. De tels changements sont nécessaires pour l'attachement et le développement ultérieurs de l'ovule. Si une grossesse survient, c'est la progestérone qui la "conserve", car elle réduit l'activité contractile de l'utérus et l'empêche de "arracher" l'ovule fœtal.

De plus, la progestérone stimule la production d'une sécrétion spéciale par la membrane muqueuse des trompes de Fallope, qui fournit une nutrition à l'ovule se déplaçant vers l'utérus.

Compte tenu de ce qui précède, il est clair que le niveau de progestérone, déterminé dans la seconde moitié du cycle menstruel, montre à quel point le corps jaune de l'ovaire fonctionne bien et s'il existe une menace théorique à l'interruption d'une éventuelle grossesse. Dans la seconde moitié de la grossesse (à partir de la 17-18e semaine), le niveau de progestérone dans le sang de la femme montre à quel point le placenta fonctionne bien et s'il existe une menace de naissance prématurée ou de mort fœtale.

Lors du passage du test de progestérone dans la première moitié du cycle menstruel, le médecin sera en mesure de déterminer la présence et de révéler l'activité hormonale du kyste ovarien fonctionnel (folliculaire ou corps jaune).

De plus, le niveau de progestérone dans le sang des femmes non enceintes, déterminé dans les première et deuxième phases du cycle, permet d'identifier les causes des saignements utérins, de l'infertilité et des irrégularités menstruelles.

Ainsi, le niveau de progestérone dans le sang d'une femme montre si ses cycles menstruels coulent correctement dans son corps et à quel point une grossesse possible peut être sans danger..

Dosage de la progestérone 17-OH

La progestérone 17-OH (17-alpha-hydroxyprogestérone) est une hormone stéroïde qui est l'un des intermédiaires de la synthèse du cortisol dans les glandes surrénales. Malgré la similitude de nom avec la progestérone, la progestérone 17-OH a une origine et une fonction différentes, et donc les analyses du contenu de ces substances dans le sang reflètent des dysfonctionnements de divers organes.

Ainsi, la progestérone 17-OH est synthétisée dans les glandes surrénales, et donc la détermination de son niveau reflète la pathologie de cet organe particulier. Le niveau de progestérone 17-OH est en dehors de la plage normale chez les personnes souffrant d'insuffisance surrénale, de maladie d'Addison, de maladies thyroïdiennes, etc. De plus, la production par les glandes surrénales d'une quantité anormale de progestérone 17-OH affecte négativement le fonctionnement des ovaires.Par conséquent, les femmes présentant une pathologie initiale des glandes surrénales ont un cycle menstruel irrégulier, un manque d'ovulation, l'infertilité, l'hirsutisme (croissance excessive des cheveux chez les femmes).

C'est pourquoi la détermination du niveau de 17-OH progestérone est utilisée dans un examen complet des femmes souffrant d'infertilité ou de dysfonctionnement menstruel afin de déterminer la cause principale de ces troubles.

Tests pour lesquels il existe de la progestérone et quand les prendre?

Actuellement, dans le diagnostic en laboratoire de divers troubles endocriniens, les taux sanguins de progestérone et de 17-OH progestérone sont déterminés. Malgré des noms similaires et même presque identiques, ce sont des hormones différentes produites par divers organes qui remplissent différentes fonctions et reflètent donc la pathologie de différents organes endocriniens. Ainsi, la progestérone est produite principalement par le corps jaune des ovaires chez les femmes non enceintes et le placenta chez les femmes enceintes, et reflète donc le travail de ces organes. Et la progestérone 17-OH est produite par les glandes surrénales et reflète leur fonctionnement..

Mais comme la progestérone et la progestérone 17-OH affectent le fonctionnement normal des organes génitaux (ovaires, utérus, etc.), une carence ou un excès de l'une de ces hormones entraîne la perturbation des fonctions menstruelles, sexuelles et reproductives chez la femme. En conséquence, une analyse de ces deux hormones est justifiée à effectuer en cas d'irrégularités menstruelles, d'infertilité, de saignement et de difficultés dans les rapports sexuels. Malgré un spectre similaire de pathologies dans lesquelles des tests de progestérone et de progestérone 17-OH sont indiqués, ces hormones abandonnent toujours dans différentes situations. Considérez dans quels cas vous avez juste besoin de prendre de la progestérone et quand - 17-OH progestérone.

Si une femme de constitution normale normale, dont la puberté est survenue à des heures normales et aucun signe d'excès d'androgènes (acné, croissance excessive des cheveux, etc.), saignement utérin, aménorrhée (manque de menstruations), dysfonctionnements périodiques du cycle menstruel, problèmes chroniques de résistance aux médicaments des processus inflammatoires dans les organes pelviens, ainsi que des fausses couches habituelles ou des grossesses manquées (2 ou plus), alors elle devrait être testée pour la progestérone, car les problèmes de la région génitale sont très probablement dus à une carence ou un excès de cette hormone, c'est-à-dire des dysfonctionnements dans les ovaires. Avec ces symptômes, la femme a probablement des kystes / cystomes ovariens, ou il n'y a pas d'ovulation.

Si une femme souffre d'un cycle menstruel irrégulier, d'infertilité, de saignements périodiques, de difficultés sexuelles et en même temps qu'elle a une puberté précoce, il y a de l'acné, des poils excessifs, une baisse de la libido, un dépôt spécifique de graisse sur n'importe quelle partie du corps et d'autres signes de dysfonctionnement les glandes surrénales, alors elle devrait faire un test sanguin pour la progestérone 17-OH, car les problèmes de santé sont très probablement dus à une pathologie initialement surrénale. Mais comme les glandes surrénales affectent le travail de tous les organes et systèmes, y compris les ovaires, avec une pathologie surrénale, des symptômes apparaissent de la part des organes génitaux. Cependant, dans de telles situations, le trouble des fonctions sexuelles, menstruelles et reproductives est secondaire, il est causé par des pathologies non pas des organes reproducteurs eux-mêmes (utérus, ovaires, trompes de Fallope, etc.), mais d'une maladie de la glande surrénale, qui perturbe le fonctionnement normal des organes génitaux. Par conséquent, il est évident qu'avec une violation des fonctions sexuelles, menstruelles et reproductives, qui sont combinées à des signes de dysfonctionnement des glandes surrénales (croissance excessive des cheveux, faible libido, acné, obésité avec dépôt inégal de graisse dans une seule ou plusieurs parties du corps, vomissements, léthargie, faible activité motrice, etc.), vous devez effectuer une analyse de la concentration de 17-OH progestérone dans le sang afin d'identifier la nature et la gravité de la dysfonction surrénale.

Les femmes souffrant d'infertilité doivent passer les deux tests - pour la progestérone et la progestérone 17-OH afin d'identifier quels organes ont des déficiences fonctionnelles qui peuvent conduire à l'impossibilité de la conception.

Pendant la grossesse, il est conseillé aux femmes de passer un test de progestérone en cas de suspicion de fonction insuffisante du placenta, de risque de fausse couche, de retard de croissance intra-utérin ou d'interruption de grossesse. Dans d'autres cas, lorsque la grossesse se déroule normalement, dans le passé, il n'y avait pas eu au moins deux grossesses manquées, une fausse couche habituelle, etc., vous n'avez tout simplement pas besoin de passer un test de progestérone pour contrôler.

Test de progestérone de grossesse

Pendant la grossesse, un test de progestérone est administré selon les indications et non dans le cadre d'un examen de routine, prescrit et approuvé par les protocoles du ministère de la Santé de Russie.

Jusqu'à 16-17 semaines de grossesse, inclusivement, un test de progestérone est effectué pour évaluer le fonctionnement du corps jaune, qui synthétise l'hormone à ces moments et assure ainsi le développement normal de la grossesse. Si le corps jaune synthétise une quantité insuffisante de progestérone, alors avec une forte probabilité, il y aura une perte de grossesse en raison d'une fausse couche spontanée ou d'une décoloration (grossesse manquée). Par conséquent, dans les premiers stades jusqu'à la 16-17e semaine incluse, un test de progestérone est effectué s'il existe un risque de fausse couche ou si une femme a subi plusieurs pertes de grossesse (fausse couche, décoloration, fausse couche habituelle). Dans de tels cas, si une carence en progestérone est détectée, le médecin prescrit l'administration de médicaments contenant cette hormone (Dufaston, Utrozhestan), jusqu'à la 16-17ème semaine.

À partir de la 17-18e semaine de grossesse et avant l'accouchement, le plus souvent un test de progestérone est prescrit en cas de suspicion d'insuffisance placentaire, de menace de naissance prématurée ou de retard de développement fœtal selon d'autres examens. Après tout, à partir de la 17-18e semaine, la synthèse de la progestérone est effectuée précisément par le placenta, et non par le corps jaune des ovaires, qui à ce moment-là meurt déjà et cesse son activité. Ainsi, si de la 17-18e semaine jusqu'à la naissance, le placenta produit une progestérone insuffisante, cela indique une insuffisance placentaire et peut entraîner un retard du développement fœtal et une naissance prématurée.

Il convient de rappeler que lorsqu'une femme enceinte teste la progestérone pour les raisons ci-dessus, il est nécessaire d'évaluer non seulement son niveau en fonction de la semaine de gestation, mais également son augmentation sur une période de temps. Cela signifie que chez deux femmes différentes, le niveau de progestérone dans le sang au même âge gestationnel peut être très différent, mais en même temps, les deux iront bien. Ces variations des niveaux d'hormones sont dues aux caractéristiques individuelles du corps. Par conséquent, les obstétriciens-gynécologues expérimentés recommandent de faire un test de progestérone pendant la grossesse deux fois avec un intervalle de 10 à 14 jours. Si en même temps, selon les résultats de deux tests, une augmentation des niveaux de progestérone avec l'âge gestationnel sera clairement visible, alors tout est en ordre (même dans le cas où les niveaux d'hormones eux-mêmes seront à la limite inférieure de la norme ou légèrement en dessous de la norme). Mais si le niveau de progestérone n'augmente pas avec l'âge gestationnel, ou si sa concentration est nettement inférieure à la normale, alors c'est une alarme, car cette situation reflète la menace d'interruption, d'insuffisance placentaire ou de retard de croissance intra-utérin.

De plus, à la 40-42e semaine de grossesse, un test de progestérone peut être effectué pour déterminer si la grossesse est retardée ou, simplement en raison des caractéristiques individuelles, l'âge gestationnel est légèrement plus long que la moyenne. Considérez cet aspect plus en détail pour éviter toute ambiguïté et ambiguïté..

Ainsi, une grossesse normale chez une femme peut durer de 280 à 320 jours. Mais pour la plupart des femmes, la grossesse dure 280 jours, soit exactement 40 semaines, et c'est pourquoi les médecins et les scientifiques prennent 40 à 42 semaines comme indicateur normal de grossesse. Cependant, n'oubliez pas un fait tel qu'une grossesse normale de 320 jours, soit 45 à 46 semaines. Une grossesse aussi longue est appelée prolongée..

Compte tenu du fait qu'une grossesse parfaitement normale peut durer de 40 à 46 semaines, la question se pose de savoir comment distinguer après 42e semaine de gestation s'il y a une prolongation de grossesse ou une grossesse prolongée normale. Dans de tels cas, un test sanguin pour la progestérone vient à la rescousse, qui est effectué pendant des périodes de 40 semaines ou plus pour distinguer une grossesse prolongée d'une surcharge. Si le niveau de progestérone dans le sang s'avère inférieur à la normale pour le troisième trimestre à 41,5 semaines ou plus de grossesse, cela indique un surétirement, et dans ce cas, l'accouchement doit être effectué d'urgence pour minimiser les conséquences négatives d'un surétirement pour le fœtus. Si pendant la grossesse 41,5 semaines ou plus, le niveau de progestérone dans le sang est dans la plage normale pour le troisième trimestre, cela indique une grossesse prolongée et non un retard, et dans ce cas, vous ne pouvez pas effectuer d'accouchement artificiel d'urgence (par le travail ou une césarienne) ), et attendez encore 2 à 3 semaines pour le début naturel du travail.

Normalement, la concentration de progestérone dans le sang des femmes enceintes est la suivante, en fonction de l'âge gestationnel:

  • Le premier trimestre de la grossesse (1 à 13 semaines inclus) - 9 à 468 nmol / l;
  • Le deuxième trimestre de la grossesse (14 - 26 semaines inclus) - 71,5 - 303 nmol / l;
  • Troisième trimestre de grossesse (27 semaines - avant l'accouchement) - 88 - 772 nmol / l.

Les normes ci-dessus ne sont qu'indicatives, elles ne sont pas les mêmes pour tous les laboratoires, car elles sont déterminées en fonction de la méthode et de l'ensemble de réactifs utilisés dans un service de diagnostic particulier. C'est pourquoi, afin d'évaluer si le niveau de progestérone chez une femme en particulier est normal, il est nécessaire de prendre les normes pour la méthode qu'ils utilisent et l'ensemble de réactifs dans le laboratoire dans lequel le test a été effectué. Sinon, comparer les normes d'une méthode avec les lectures déterminées par une autre méthode ne fonctionnera pas, sauf en vain déceptions et soucis.

Indications pour l'analyse de la progestérone

Préparation au test de progestérone

Une analyse de la progestérone doit être effectuée exclusivement à jeun après une période de jeûne nocturne pendant le sommeil. Cela signifie qu'il est optimal que la période de faim dure 8-14 heures, pendant lesquelles vous ne pouvez boire que de l'eau. Le matin, le jour du test, il est interdit de boire des jus, du thé avec du sucre, des compotes et d'autres boissons contenant des composants de fruits ou de sucre. Autorisé à boire uniquement de l'eau plate sans gaz.

Si un test de progestérone ne peut pas être pris le matin à jeun après une période de jeûne nocturne, cela peut être fait dans des cas exceptionnels l'après-midi ou le soir. Mais dans ce cas, il est nécessaire qu'après le dernier repas au moins 6 heures se soient écoulées, et que vous deviez manger des aliments et des plats diététiques contenant une petite quantité de matières grasses.

Cependant, il convient de rappeler que le meilleur moment pour donner du sang pour un test de progestérone est de 8h00 à 10h00 le matin, car c'est pendant ces heures que la concentration maximale de cette hormone est déterminée au cours de la journée. À d'autres heures, les niveaux de progestérone sont inférieurs à ceux de 8h00 à 10h00 le matin, bien que dans les limites normales. Par conséquent, il est théoriquement possible de donner du sang à tout moment, mais dans ce cas, la concentration de progestérone peut être légèrement inférieure à la normale, bien qu'elle soit en fait à la limite inférieure de la norme. Et une telle situation conduira à un faux résultat injustifié de l'étude..

Immédiatement avant de passer le test de progestérone, il est conseillé de se reposer dans les locaux de la clinique ou du laboratoire pendant 15 à 30 minutes et pendant ce temps se calmer et se mettre de bonne humeur.

12 à 24 heures avant le prélèvement de sang pour les tests de progestérone, le tabagisme et la consommation d'alcool doivent être abandonnés, le stress physique et psycho-émotionnel (y compris l'entraînement sportif) doit être exclu. Si une personne ne peut pas arrêter de fumer dans les 12 à 24 heures, il faut arrêter de fumer pendant au moins 1 à 2 heures immédiatement avant le prélèvement de sang.

2 à 3 jours avant le prélèvement sanguin, tous les médicaments doivent être exclus de l'analyse afin qu'ils n'affectent pas la précision de la détermination des concentrations de progestérone. Cependant, si pour une raison quelconque vous ne pouvez pas refuser de prendre le médicament, le laboratoire et le médecin traitant doivent être informés des médicaments qui sont pris et de la posologie..

La préparation pour réussir le test de progestérone chez les enfants de plus de 5 ans est la même que chez les adultes, c'est-à-dire comme décrit ci-dessus. Mais pour les enfants de moins de 5 ans, la préparation au test est que pendant une demi-heure avant de donner du sang, ils ne doivent pas manger, mais ils doivent être bu en petites portions avec de l'eau plate et propre. Pendant ces demi-heures, l'enfant doit boire 150 à 200 ml d'eau (un verre).

Quels médicaments affectent les niveaux de progestérone dans le sang

Ainsi, les médicaments suivants peuvent augmenter le niveau de progestérone dans le sang:

  • Clomiphene (il y a une augmentation des niveaux de progestérone au-dessus de la normale dans la deuxième phase du cycle menstruel);
  • Corticotropine;
  • Kétoconazole;
  • La mifépristone;
  • Progestérone et ses analogues synthétiques (injection d'une solution d'huile de progestérone, Duphaston, Utrozhestan, etc.);
  • Le tamoxifène;
  • Acide valproïque.

L'abaissement du niveau de progestérone dans le sang peut provoquer les médicaments suivants:

  • Ampicilline
  • Goserelin;
  • Danazole;
  • Dinoprost;
  • Carbamazépine;
  • Leupromide;
  • Trométhamine;
  • Contraceptifs oraux;
  • Pravastatine;
  • Prostanglandine F2;
  • Phénytoïne;
  • Cyprotérone;
  • Epostane;
  • Estriol;
  • Ethinyl estradiol.

Comment faire un test de progestérone?

À quel moment prendre l'analyse?

Tout d'abord, vous devez savoir que pour l'analyse de la progestérone, le sang est prélevé d'une veine strictement à jeun (au moins après 6 heures d'abstinence de nourriture, mais mieux que 12 à 14 heures de jeûne). Deuxièmement, le meilleur moment pour donner du sang à analyser est la période de 8h00 à 10h00 du matin, car c'est pendant ces heures que la concentration maximale de progestérone est déterminée dans la circulation sanguine pendant la journée. Autrement dit, à un autre moment de la journée, la concentration de progestérone dans le sang est plus faible que dans la période de 8h00 à 10h00 du matin, mais toujours dans les limites normales. Mais les normes de concentration de l'hormone dans le sang sont déterminées précisément pour la période du niveau maximum de l'hormone.

C'est pourquoi, afin de savoir exactement si la concentration de progestérone est normale ou non, il est préférable de donner du sang de 8h00 à 10h00 le matin. Après tout, si la progestérone est à la limite inférieure de la normale, pendant le don de sang à d'autres heures, elle peut s'avérer inférieure à la normale, ce qui entraînera un diagnostic incorrect et des tentatives de traitement infructueuses..

Quel jour du cycle dois-je subir un test de progestérone?

En plus du moment du don de sang pour l'analyse, le deuxième facteur important, dont le respect est nécessaire pour obtenir le résultat correct et correct, est le jour du cycle menstruel, dans lequel la concentration de progestérone doit être déterminée. Il peut y avoir deux options concernant le jour du cycle à tester: soit 6-8 jours après l'ovulation (environ 19-23 jours du cycle menstruel), soit 1-3 jours du cycle (pendant les menstruations).

Donc, en cas de suspicion de néoplasme ovarien (kyste, tumeur) ou de pathologie des glandes surrénales, vous devez passer un test de progestérone du 1er au 3e jour du cycle menstruel, c'est-à-dire du 1er au 3e jour de la prochaine menstruation. Si pendant cette période le niveau de progestérone augmente, cela indique le plus souvent un kyste ovarien fonctionnel (folliculaire ou corpus luteum). Moins souvent, un taux élevé de progestérone dans le sang au cours de la première moitié du cycle indique une tumeur ovarienne active hormonale (cystome). Et encore moins souvent, une progestérone élevée en 1 à 3 jours du cycle reflète des troubles de la glande surrénale. Mais dans ce cas, il y a une carence ou un excès d'autres hormones, et des signes de pathologie endocrinienne (croissance excessive des cheveux, obésité, acné, etc.).

S'il est nécessaire d'évaluer le travail du corps jaune, d'identifier l'échec de la phase lutéale, de révéler les causes de saignements utérins dysfonctionnels ou d'irrégularités menstruelles, le test de progestérone est administré 6-8 jours après l'ovulation! Il est très important de «rattraper» l'ovulation, de noter cette date et de faire un test de progestérone au jour 6-8. Vous pouvez «attraper» l'ovulation par différentes méthodes - en faisant une échographie les jours où elle devrait se produire approximativement, en mesurant la température basale dans le rectum le matin ou simplement en utilisant un test d'ovulation (le principe d'utilisation est le même qu'un test de grossesse), vendu en pharmacie.

! Il est important de savoir que l'indication standard qu'un test de progestérone peut être effectué les jours 19 à 23 du cycle est correcte uniquement pour le cycle menstruel de 28 jours. En effet, pour un cycle de 28 jours, la période 6 - 8 jours après l'ovulation tombe sur 19 - 23 jours. Et pour les cycles menstruels d'une durée différente (25, 30, 35 jours, etc.), la période d'accouchement pendant 19-23 jours est incorrecte, car elle ne survient pas 6-8 jours après l'ovulation. Pour obtenir le résultat correct, le test doit être effectué 6-8 jours après l'ovulation. C'est pourquoi, afin d'évaluer le niveau de progestérone au bon moment et pour éviter un diagnostic incorrect, vous devez "attraper" l'ovulation et effectuer une analyse 6-8 jours après son apparition.

Les femmes enceintes peuvent obtenir de la progestérone chaque fois qu'elles en ont besoin.

Normes d'analyse de la progestérone

Avant de donner des nombres spécifiques de niveaux normaux de progestérone pour les hommes et les femmes d'âges différents, réfléchissez à ce que l'on entend par la norme et pourquoi elles diffèrent selon les laboratoires..

Ainsi, la norme pour un indicateur particulier (dans ce cas, la progestérone) est les limites des valeurs qu'il peut prendre dans une population de personnes en parfaite santé vivant dans une zone particulière et appartenant au même type racial. Ces limites de valeurs normales pour tout indicateur de laboratoire sont déterminées en examinant des volontaires sains. Mais ces normes identifiées ne sont valables que si, dans l'analyse ultérieure, elles seront effectuées exactement de la même manière et en utilisant un ensemble de réactifs complètement identiques. Autrement dit, il est évident que pour chaque ensemble de réactifs différents et la méthode pour déterminer le même indicateur, il est nécessaire d'identifier les normes.

Et étant donné que chaque laboratoire utilise différents ensembles de réactifs et méthodes pour déterminer la concentration de progestérone, il devient évident qu'ils auront des normes complètement différentes, parfois très différentes les unes des autres. Cela ne signifie pas que dans un laboratoire les normes ne sont pas correctes, mais que l'autre, au contraire, est correct. Cela signifie seulement que les laboratoires utilisent différents ensembles de réactifs et méthodes pour déterminer la progestérone dans le sang. Et donc, si l'analyse a été réalisée dans un laboratoire particulier, alors pour déchiffrer les résultats, il faut prendre les normes de cette institution particulière, et celles qui sont actuellement en vigueur. En effet, après six mois, le même laboratoire peut commencer à utiliser une méthode ou un ensemble de réactifs différents pour déterminer la progestérone, puis ses normes changeront. Par conséquent, les normes d'évaluation des résultats doivent être prises à chaque fois qu'une analyse est soumise..

Dans le tableau ci-dessous, nous présentons deux variantes des normes de progestérone pour les méthodes de détermination et les ensembles de réactifs les plus courants et les plus couramment utilisés. De plus, les premières normes pour un ensemble commun de réactifs seront écrites après le côlon ou le tiret, et les secondes normes pour une autre méthode de détermination fréquemment utilisée seront indiquées à côté de la première entre parenthèses.

HommesFemmes
Garçons de 1 à 10 ans:
Moins de 1,1 nmol / L (ou 0,2 - 1,7 nmol / L)
Filles de 1 à 10 ans:
Moins de 1,1 nmol / L (ou 0,2 - 1,7 nmol / L)
Garçons de 1 à 18 ans:
Stades de la puberté de Tanner I, II - moins de 1,1 nmol / L (ou 0,3 - 1,0 nmol / L)
Tannerie stade III puberté - moins de 1,1 nmol / L (ou 0,3 - 1,5 nmol / L)
Tanner stade IV puberté - moins de 3,5 nmol / L (ou 0,56 - 7,8 nmol / L)
Tanner stade V puberté - 0,7 - 2,6 nmol / L (ou 0,7 - 2,6 nmol / L)
Filles de 1 à 18 ans:
Tanner stade I puberté - moins de 1,1 nmol / L (ou 0,3 - 1,0 nmol / L)
Stade II de la puberté selon Tanner - moins de 1,8 nmol / l (0,3 - 1,7 nmol / l)
Stade III de la puberté selon Tanner - 0,3 - 14,4 nmol / L (ou 0,3 - 14,3 nmol / L)
Tanner stade IV puberté - 0,3 - 41,6 nmol / L (ou 0,5 - 15,0 nmol / L)
Tannerité stade V puberté - 0,3 - 30,4 nmol / L (ou 0,3 - 30,2 nmol / L)
Hommes adultes de plus de 18 ans:
0,3 - 2,2 nmol / L (ou 0,4 - 3,1 nmol / L)
Femmes adultes non enceintes de plus de 18 ans et avant la ménopause:
La (première) phase folliculaire du cycle menstruel est de 0,3 - 2,2 nmol / L (ou 0,5 - 2,2 nmol / L)
Période d'ovulation (mi-cycle) - 0,5 - 9,4 nmol / L (ou 3,7 - 7,1 nmol / L)
Phase lutéale (deuxième) du cycle menstruel - 7,0 - 56,6 nmol / L (ou 6,4 - 79,5 nmol / L)
Femmes adultes pendant la ménopause:
Moins de 0,6 nmol / L (ou 0,06 - 1,3 nmol / L)
Femmes enceintes:
Premier trimestre (1 à 13 semaines) - 9 à 468 nmol / L (ou 32,6 à 139,9 nmol / L)
Deuxième trimestre (14 - 26 semaines) - 17,5 - 303,1 nmol / L (ou 62,0 - 262,4 nmol / L)
Troisième trimestre (27 semaines avant l'accouchement) - 88,7 - 771,5 nmol / L (ou 206,7 - 782,2 nmol / L)

Dans certains laboratoires, le résultat de l'analyse de la progestérone n'est pas donné en nmol / l, mais en ng / ml, c'est-à-dire dans d'autres unités de mesure. Pour convertir les unités de mesure entre elles, vous devez utiliser les formules suivantes:

  • nmol / l * 0,314 = ng / ml;
  • ng / ml * 3,18 = nmol / L

Déchiffrer le test de progestérone

Considérez ce qu'une augmentation ou une diminution des taux sanguins de progestérone peut indiquer.

Ainsi, une augmentation de la concentration de progestérone dans le sang des femmes et des hommes non enceintes est caractéristique des conditions suivantes:

  • Saignement utérin dysfonctionnel avec une deuxième phase prolongée du cycle menstruel;
  • Aménorrhée secondaire (absence de menstruations);
  • Néoplasmes ovariens (kystes, cystomes);
  • Insuffisance rénale (à cause de laquelle la progestérone est lentement excrétée du corps et s'accumule dans le sang);
  • Tumeur surrénale ou hyperplasie
  • Tumeur testiculaire chez l'homme;
  • Prendre des médicaments qui augmentent le niveau d'hormone dans le sang.

Une augmentation de la concentration de progestérone dans le sang des femmes enceintes est observée dans les conditions suivantes:
  • Dérive des bulles;
  • Ralentissement de la maturation du placenta;
  • Fonctionnement altéré du complexe feto-placentaire.

Une diminution de la concentration de progestérone chez les femmes non enceintes est caractéristique des conditions suivantes:

  • Persistance des follicules (hyperestrogénie - augmentation des taux d'hormones œstrogènes);
  • Absence d'ovulation;
  • Carence en phase lutéale ou faible activité fonctionnelle du corps jaune;
  • Saignement utérin dysfonctionnel en l'absence d'ovulation;
  • Aménorrhée primaire ou secondaire (absence de menstruations);
  • Processus inflammatoires chroniques dans les organes génitaux internes;
  • Hypogonadisme primaire ou secondaire;
  • Prendre des médicaments qui abaissent le niveau d'hormone dans le sang.

Une diminution de la concentration de progestérone chez les femmes enceintes est caractéristique des conditions suivantes:

  • Avortement menacé;
  • Insuffisance placentaire;
  • Retard de croissance intra-utérin;
  • Véritable dépassement de grossesse (pour des périodes de 41,5 semaines ou plus).

Où obtenir des tests de progestérone?

Les tests de progestérone peuvent être effectués dans des laboratoires privés sur une base commerciale. De tels laboratoires privés sont disponibles dans toutes les grandes villes et des succursales de prélèvement sanguin dans les petites villes. Le prélèvement sanguin pour analyse dans des laboratoires privés est effectué à tout moment à la demande du client, mais bien sûr pendant les heures de travail.

En outre, un test de progestérone peut également être effectué dans les établissements de santé publique disposant de laboratoires effectuant un tel test. En règle générale, il s'agit des laboratoires des grands instituts de recherche (instituts de recherche), des hôpitaux régionaux ou municipaux, des cliniques de diagnostic, etc. Dans les établissements publics, un médecin peut envoyer gratuitement une analyse par ordre de priorité. Mais si une femme veut passer des tests à son tour ou à sa propre demande sans recommandation d'un médecin, alors dans un établissement public, cela ne peut être fait que sur une base commerciale (payant).

Inscrivez-vous à l'analyse

Pour prendre rendez-vous avec un médecin ou faire un diagnostic, il vous suffit d'appeler un seul numéro de téléphone
+7495488-20-52 à Moscou

+7812416-38-96 à Saint-Pétersbourg

L'opératrice vous écoutera et redirigera l'appel vers la clinique souhaitée, ou acceptera une commande d'enregistrement au spécialiste dont vous avez besoin..

Test de progestérone - prix

Le coût de l'analyse de la progestérone dans divers laboratoires, privés et publics, varie de 400 à 1000 roubles.

Progestérone et durée du cycle - Vidéo

Auteur: Nasedkina A.K. Spécialiste en recherche biomédicale.

Le taux de progestérone en début de grossesse

Pendant la grossesse, des changements hormonaux se produisent dans le corps féminin. Les femmes enceintes peuvent varier chez les femmes enceintes, à cause desquelles il y aura une menace d'avortement spontané ou de pathologie dans le développement du fœtus.

Il sera possible de prévenir les conséquences désagréables grâce à une correction compétente, qui implique l'utilisation de préparations spéciales contenant de la progestérone micronisée artificielle ou naturelle.

Conclusion

  1. La progestérone est nécessaire à la réussite de la conception, de la gestation et de la naissance d'un enfant.
  2. Vous pouvez déterminer le niveau de l'hormone grâce à un test sanguin.
  3. Avec une diminution de la concentration de progestérone, les femmes enceintes subissent une correction médicamenteuse.
  4. Dans le contexte de la prise de médicaments, des effets secondaires peuvent survenir, donc toute thérapie doit être effectuée sous la supervision d'un gynécologue.

Pourquoi la progestérone est nécessaire

La progestérone est une hormone du groupe des stéroïdes qui participe activement à des processus importants dans le corps des femmes et des hommes. Par exemple, il assiste le cerveau en agissant comme un neurostéroïde.

Mais la progestérone est également impliquée dans le travail du système reproducteur, assurant une fixation sûre de l'embryon sur les parois de l'utérus, une grossesse normale et la prévention des fausses couches.

Attention! L'hormone est responsable de la régulation des cycles menstruels. Si une femme a un faible niveau de progestérone, il peut y avoir de gros problèmes de grossesse. La conception ne se produira pas en raison du manque d'ovulation.

La progestérone remplit également les fonctions suivantes:

  • affecte la beauté, ce qui est extrêmement important pour un public féminin;
  • fournit la santé et l'élasticité de la peau;
  • inhibe ou, inversement, accélère les changements liés à l'âge dans le corps;
  • donne aux hommes et aux femmes une libido, etc..

Comment est déterminée la progestérone

Pour savoir ce qu'une femme enceinte a dans son taux sanguin de progestérone, il est nécessaire d'effectuer des tests de laboratoire. Pour l'analyse, le patient devra donner du sang, que les spécialistes étudieront en utilisant l'ELISA.

Quelle quantité de progestérone devrait être normale

Les hormones de laboratoire calculent les niveaux d'hormones chez les femmes enceintes à l'aide d'une formule simple. L'indicateur résultant en ng / ml est multiplié par 3,18 (pour chaque trimestre, il existe une norme):

  1. Ovulation - de 0,8 à 3,0.
  2. Le premier est de 11,2 à 90,0.
  3. Le second - de 25,6 à 89,4.
  4. Troisième - de 48,4 à 422,5.

Carence en progestérone qu'est-ce que c'est et pourquoi

Une quantité insuffisante de l'hormone entraîne les conséquences suivantes:

  • problèmes d'implantation d'un ovule fécondé;
  • avortement spontané;
  • insuffisance du corps jaune, etc..

Chiffres élevés de progestérone, ce qu'ils disent

Avec des niveaux d'hormones surestimés chez les femmes, les jumeaux et les triplés sont généralement détectés. La présence de jumeaux peut être déterminée dès la 15e semaine, car pendant cette période, chaque fœtus acquiert un placenta individuel.

Attention! Une concentration accrue de progestérone peut indiquer le développement de processus tumoraux. Un indicateur anormal détecté en début de grossesse indique la survenue d'un dérapage (kystique).

Les symptômes du manque

Une femme peut soupçonner une diminution de la concentration de progestérone en fonction des symptômes caractéristiques:

  • basse température (un thermomètre est inséré dans le rectum);
  • dépôt de graisse dans l'abdomen;
  • règles douloureuses;
  • sautes d'humeur;
  • léthargie, fatigue;
  • trouble du sommeil;
  • augmentation des cheveux gras;
  • l'apparition de l'acné, des taches de vieillesse;
  • poches, etc..

Attention! Chez les femmes enceintes, une diminution des taux de progestérone se manifeste sous la forme de petites taches, d'oligohydramnios / polyhydramnios, de douleurs lombaires.

Un excès d'hormone peut être suspecté par les symptômes de:

  • migraine;
  • fatigue intense;
  • diminution de l'acuité visuelle;
  • apathie;
  • nausées Vomissements;
  • chute de cheveux;
  • gain de poids rapide, etc..

Que faire si la progestérone est tombée

Un danger particulier d'une diminution de la concentration de l'hormone est pour les femmes enceintes. Lorsque cela se produit au premier trimestre, il y a une forte probabilité de fausse couche. Pour éviter les tristes conséquences, les patients subissent une correction médicale des niveaux de progestérone.

Comment corriger une carence et un excès de progestérone

Pour augmenter la concentration de l'hormone, des médicaments spéciaux sont prescrits aux femmes enceintes:

  1. Comprimés d'endométrine, Dufaston, Utroezhstan.
  2. Complexes de vitamines et de minéraux, y compris B6, zinc, magnésium.
  3. Antispasmodiques, par exemple, comprimés de papavérine, sans shp.
  4. Nutrition corrigée. Refus d'aliments gras et frits, muffins, confiseries. La quantité de glucides et de protéines est limitée. La préférence devrait être donnée aux épinards, aux produits laitiers, aux graines de citrouille, au maquereau.

Attention! Avec une concentration élevée de progestérone, la grossesse n'est pas effectuée.

Il est conseillé aux patients de prendre des sédatifs, des laxatifs naturels, de marcher au grand air, de normaliser le sommeil et le repos. Au deuxième trimestre, des préparations de Kurantil et Actovegin, des antispasmodiques, des vitamines B peuvent être prescrites..

Est-il dangereux de prendre de la progestérone

Tout médicament ne doit être utilisé qu'à des fins médicales. Quant aux préparations à base de progestérone, à forte concentration d'hormone, il existe certains risques au cours des quatre premiers mois de grossesse:

  • malformations fœtales;
  • fausse couche;
  • malnutrition des œufs fœtaux.

Hémotest de progestérone de grossesse

Si vous soupçonnez un problème de grossesse, un test spécial est prescrit aux patientes. Avec son aide, les gynécologues sont en mesure de déterminer s'il existe des menaces réelles pour le fœtus en développement..

L'hémotest est prescrit pour de telles conditions pathologiques:

  • utilisation prolongée de médicaments contenant des hormones;
  • fausse couche transférée;
  • FIV effectuée plus tôt;
  • l'apparition de taches, des douleurs dans le péritoine inférieur.

Comment faire une analyse

Vous devez vous rendre au laboratoire le matin, l'estomac vide. Le dernier repas avant la collecte du matériel biologique ne doit pas avoir lieu au plus tard 9 heures. Il est interdit de prendre des boissons alcoolisées, des médicaments (sauf vitaux).

Attention! Lors de la planification de la grossesse, une analyse est donnée pour 21-23 jours du cycle menstruel, avec des périodes mensuelles maigres, la collecte de matériel biologique est effectuée à partir du 15e jour.

Pourquoi ne pas grandir

Si une femme enceinte n'augmente pas la concentration de progestérone dans le sang, elle a alors des processus pathologiques:

  • gelé le fœtus;
  • risque de fausse couche;
  • violation de la formation du placenta;
  • grossesse extra-utérine.

Qu'est-ce qui menace s'il tombe au premier trimestre

Si la future mère commence à diminuer la concentration de l'hormone, alors elle devra faire face à la menace d'une fausse couche, accompagnée de symptômes caractéristiques:

  • repérage;
  • douleur dans la partie inférieure du péritoine;
  • faiblesse générale;
  • vertiges
  • lourdeur dans le bas-ventre, etc..

Progestérone de grossesse

Les gynécologues prescrivent des injections / comprimés d'une telle catégorie de patients:

Premiers coups

Les injections intramusculaires de progestérone sont indiquées pour les femmes enceintes menacées d'avortement spontané. Avec leur aide, il est possible de réduire le tonus utérin, d'empêcher le développement du processus de rejet de l'embryon.

Comprimés

Des études cliniques ont confirmé l'innocuité de Duphaston et d'Utrozhestan, livrés aux chaînes de pharmacies sous forme de comprimés. Ils sont prescrits pour de telles pathologies:

  • menace de fausse couche;
  • fausse couche chronique;
  • insémination artificielle;
  • forme immunitaire d'infertilité;
  • faible concentration d'hormones.

Effet sur le fœtus

Si le patient prend de la progestérone à la posologie prescrite par le gynécologue, l'embryon en développement ne sera pas affecté. Ces médicaments, par exemple, Duphaston, Utrozhestan, aident à maintenir la grossesse.

Effets secondaires

Chaque médicament a des contre-indications et peut provoquer le développement de symptômes et de complications désagréables. Les préparations de progestérone ont également un certain nombre de contre-indications:

  1. Retardement.
  2. La migraine apparaît.
  3. La somnolence augmente.
  4. Étourdi.
  5. La peau peut devenir jaune..
  6. Des réactions allergiques se produisent.
  7. Il y a une sensation de brûlure, des démangeaisons dans le vagin.
  8. Une structure huileuse est observée..

Symptômes de surdosage

Si la dose autorisée de progestérone est dépassée, des symptômes désagréables apparaîtront chez les patients:

  • la nausée;
  • vertiges;
  • faiblesse grave;
  • bâillonnement.

Attention! En cas de surdosage, il est nécessaire de réduire la quantité de progestérone. Pour éviter des conséquences désagréables, les médecins recommandent de prendre le médicament avant le coucher..

Comment est l'annulation

Les femmes enceintes elles-mêmes ne devraient pas arrêter de prendre de la progestérone. Sous la supervision de spécialistes, la posologie est progressivement réduite. Initialement, tous les trois à cinq jours, la portion quotidienne est réduite d'un demi-comprimé. Dans ce cas, les gynécologues contrôlent ces moments:

  • état du placenta;
  • ton utérin;
  • position fœtale.

Attention! Pendant le retrait de la progestérone, les femmes enceintes doivent donner régulièrement du sang pour déterminer le niveau de l'hormone et subir une échographie matérielle. De telles mesures sont prises pour identifier en temps opportun la menace de fausse couche..

Sinon, comment la grossesse est-elle réglementée au stade initial?

Pendant la période de gestation, en particulier, dans les premiers stades, le niveau d'hormones commence à fluctuer activement. Dans cette catégorie de patients, divers changements sont enregistrés:

  • pas de flux menstruel;
  • l'hypophyse devient plus intense, en raison de laquelle le processus de génération de LH et de FSH est supprimé;
  • la germination des cellules germinales ne se produit pas;
  • la production de prolactine, nécessaire à la production de lait maternel, est augmentée.

Attention! Le niveau des éléments nécessaires au fonctionnement des glandes surrénales et de la thyroïde augmente progressivement. Leur concentration normale garantit un développement sain de l'embryon, une gestation simple et une naissance rapide.

HCG et début de grossesse

À un stade précoce, il est difficile de déterminer la présence d'une grossesse, y compris les grossesses multiples. Pour confirmer ou infirmer le diagnostic, les patients se voient prescrire une analyse de l'hCG. Le résultat vous permettra d'identifier la présence d'une grossesse et de calculer la période jusqu'à une semaine.

Attention! L'indice hCG permet aux spécialistes de déterminer si le fœtus présente des anomalies du développement. Mais l'analyse permet également d'identifier une grossesse extra-utérine, de sorte que les risques de rupture des trompes de Fallope et de décès sont significativement réduits pour les patientes.

Plus sur Estradiol

Cette substance, générée par les ovaires, est responsable de la formation dans le corps féminin:

  • système reproducteur;
  • désir sexuel;
  • façonner les contours;
  • cycle menstruel.

Pendant la grossesse, le corps de la femme a besoin d'œstradiol, de sorte que le placenta se joint au processus de génération d'hormones. L'élément contribue à la croissance systématique de l'utérus, assure la pleine circulation du sang, nécessaire à la nutrition de l'embryon.

Si la patiente a pris un excès de poids avant ou au début de la grossesse, le tissu adipeux participera également au processus de génération d'estradiol.

Les fluctuations des indicateurs d'une substance peuvent provoquer des processus pathologiques:

  1. Abaissement. Problèmes avec la membrane fœtale, malnutrition, manque d'oxygène, avortement spontané.
  2. La montée. Excitabilité nerveuse accrue.

Quelles hormones doivent être contrôlées

Parallèlement à la progestérone, les femmes enceintes doivent donner du sang pour contrôler le niveau de:

  • estriol (gratuit);
  • prolactine;
  • inhibine (A);
  • lactogène (placentaire);
  • insuline;
  • hormones thyroïdiennes T4, T3, TTG;
  • testostérone.