Pourquoi la thyroïdite post-partum apparaît-elle et comment est-elle traitée?

La thyroïdite post-partum est une maladie auto-immune qui se manifeste sous la forme d'une pathologie thyroïdienne dysfonctionnelle qui survient dans la période post-partum. Selon les statistiques, jusqu'à 9% des femmes sont confrontées à la maladie du système endocrinien présentée. Il se développe pendant la première année après la naissance.

Selon les statistiques, jusqu'à 9% des femmes souffrent de thyroïdite post-partum.

Pourquoi la maladie survient-elle?

Cette pathologie se développe dans le contexte d'une augmentation de l'activité de la thyroïdite, qui se manifeste activement pendant la grossesse. Après le processus de naissance, le nombre d'anticorps dits antithyroïdiens augmente de manière significative, ce qui entraîne une perturbation de l'équilibre hormonal, ce qui entraîne l'apparition de la maladie. De plus, les facteurs suivants contribuent à ce processus:

  • l'effet des œstrogènes sur la composante lymphocytaire du système immunitaire;
  • la présence de maladies endocriniennes chroniques;
  • hyperthyroïdie observée avant la grossesse;
  • forte activation de l'immunité, caractéristique de la période post-partum, après une immunodéficience transitoire précédente;
  • la présence de diabète;
  • prédisposition génétique et facteur héréditaire;
  • maladies aiguës, infectieuses et respiratoires transmises pendant la grossesse ou dans les premiers mois après la naissance;
  • stress fréquents, surcharge émotionnelle, psychologique, ainsi que surmenage physique;
  • la présence dans le corps de la femme de foyers d'infection chronique (carie, amygdalite, sinusite, etc.);
  • malnutrition;
  • l'impact de facteurs environnementaux négatifs;
  • le processus d'auto-agression en relation avec les tissus de la glande thyroïde par le système immunitaire.

Qui est à risque?

Théoriquement, presque toutes les femmes peuvent avoir une thyroïdite post-partum. Cependant, les experts ont identifié un groupe spécifique de patients les plus sensibles à la pathologie en question. Ceux-ci inclus:

  • porteurs d'anticorps spécifiques contre la peroxydase thyroïdienne;
  • les personnes souffrant de divers types de troubles auto-immunes;
  • les femmes de plus de 35 ans;
  • les patients souffrant de troubles du système nerveux;
  • les femmes ayant une prédisposition héréditaire à cette maladie;
  • les patients ayant des antécédents de post-partum.

Lorsque les anticorps contre la peroxydase thyroïdienne sont élevés, cela peut indiquer la présence de maladies dans le corps. Pour identifier la pathologie est nécessaire... Lire la suite >>

Il convient de noter que le risque de développer une thyroïdite post-partum augmente de plusieurs pour cent à chaque grossesse ultérieure. Autrement dit, plus une femme accouche souvent, plus ses chances de développer cette pathologie endocrine sont élevées.

À chaque grossesse ultérieure, le risque de thyroïdite post-partum augmente.

Signes de pathologie

La maladie endocrinienne considérée se manifeste principalement dans les 8 à 14 semaines après la naissance. Les symptômes sont mal exprimés et, dans les premiers stades de développement, la maladie peut même survenir sans la présence de signes prononcés. Cependant, les endocrinologues ont identifié les symptômes les plus caractéristiques de la thyroïdite post-partum. Ceux-ci inclus:

  • état déprimé;
  • une dépression;
  • fatigue;
  • somnolence;
  • perte de poids avec augmentation de l'appétit;
  • surséchage et pâleur de la peau;
  • irritabilité sans cause;
  • perte et fragilité des cheveux;
  • trouble de la mémoire;
  • perturbations de sommeil;
  • constipation
  • faiblesse et raideur dans divers groupes musculaires;
  • réaction accrue aux changements des conditions météorologiques et climatiques;
  • inconfort, sensation de pression et présence d'un corps étranger dans la glande thyroïde;
  • difficulté à avaler;
  • douleur dans les articulations et les os;
  • tachycardie;
  • attaques de chaleur périodiques, similaires aux bouffées de chaleur pendant la ménopause;
  • gonflement des extrémités;
  • l'apparition de poches sous les yeux;
  • douleur périodique dans le bas-ventre.

De plus, les symptômes de cette maladie dépendent largement de son stade, dont il existe trois. Considérez-les plus en détail:

  • Thyrotoxicose. Sur ce troupeau, il y a des signes tels qu'un rythme cardiaque rapide, une transpiration accrue, des tremblements dans le corps, des sautes d'humeur soudaines, une anxiété sans cause et une intolérance à la chaleur.
  • Hypothyroïdie Les symptômes suivants sont typiques à ce stade: perte de poids, faiblesse générale, troubles de la mémoire, difficultés respiratoires, développement d'une insuffisance cardiaque, hypotension, troubles mentaux, asthénie, douleur dans les articulations et les tissus musculaires.
  • Récupération. À ce stade, le processus de restauration de la fonction thyroïdienne se produit, par conséquent, tous les signes de la maladie diminuent progressivement et deviennent légers.

Méthodes de diagnostic

La thyroïdite post-partum est diagnostiquée par un endocrinologue sur la base d'un examen du tableau clinique global, des symptômes et des résultats d'un examen médical. De plus, comme la maladie n'a pas de signes caractéristiques prononcés, dans la plupart des cas, afin de poser un diagnostic précis, le patient se voit confier un certain nombre d'études supplémentaires. Il s'agit des procédures suivantes:

  • Examen échographique pour exclure la présence d'autres maladies pathologiques similaires.
  • Test sanguin biochimique étendu.
  • Scintigraphie thyroïdienne. Cette procédure consiste à introduire des indicateurs radio spéciaux, dont le rayonnement offre la possibilité d'une visualisation détaillée de l'image. La méthode présentée donne les résultats les plus précis, cependant, elle ne peut être produite qu'après l'arrêt de l'allaitement.
  • Étude en laboratoire du rapport AT / TPO.
  • Immunogramme.
  • Biopsie à l'aiguille fine.
  • Analyses pour déterminer le degré d'hormone stimulant la thyroïde dans le sérum sanguin.

Comment se débarrasser de la pathologie?

Dans l'immense majorité des cas, les symptômes de la maladie endocrinienne considérée disparaissent tout au long de l'année, et progressivement le fonctionnement normal de la glande thyroïde est rétabli sans moyens auxiliaires. Cependant, en cours aigu et prolongé, en particulier dans le contexte du développement de maladies concomitantes, il peut être nécessaire d'utiliser des mesures thérapeutiques appropriées.

Le traitement de la thyroïdite post-partum est principalement un médicament.

Il consiste à utiliser des médicaments hormonaux bêta-bloquants comme Atenolol, ainsi que des préparations d'iode.

Au stade de l'hypothyroïdie, on prescrit aux patients des comprimés thyroïdiens spéciaux qui compensent le manque d'hormones, qui devraient normalement être reproduites par la glande thyroïde. La durée du traitement est de 9 mois à un an.

En cas de processus inflammatoire dans la glande thyroïde, l'utilisation d'anti-inflammatoires non stéroïdiens (Indométacine, Voltaren, Metindol, etc.) est recommandée..

S'il y a une augmentation nette et inexplicable de la taille de la glande thyroïde, alors la meilleure option aujourd'hui est considérée comme un traitement chirurgical, qui est une opération pour retirer la glande thyroïde. Environ un an après la chirurgie, l'équilibre hormonal et l'activité du système endocrinien reviennent progressivement à la normale..

La thyroïdite post-partum est une pathologie assez courante, qui est extrêmement rarement diagnostiquée. Cela est dû au fait que la maladie en question n'a pas de signes prononcés et est souvent complètement asymptomatique, de sorte que les patients ne soupçonnent parfois même pas un problème similaire et ne vont pas chez le médecin.

Le pronostic médical de cette maladie est jugé favorable. Dans la grande majorité des cas, en un an et demi, le fonctionnement normal de la glande thyroïde est entièrement rétabli et le fond hormonal s'améliore. Selon les statistiques, chez environ 30% des patientes, la thyroïdite post-partum entre dans une forme chronique d'hypothyroïdie avec des rechutes souvent récurrentes.

Thyroïdite post-partum

La thyroïdite post-partum survient assez souvent et est causée par une augmentation incontrôlée de l'activité du système immunitaire de la femme. Ce phénomène conduit au fait que les anticorps commencent à détruire la structure de la glande thyroïde. Ainsi, la thyroïdite post-partum, sans traitement approprié, peut conduire à un déséquilibre hormonal si fort que des conditions plutôt dangereuses commencent à se développer dans son contexte..

Thyroïdite post-partum, évolution de la maladie

Il existe une version selon laquelle la thyroïdite post-partum commence parce que le système immunitaire de la femme, après un état calme dicté par la grossesse, augmente son activité immédiatement après l'accouchement. Thyroïdite post-partum, commence par une hyperthyroïdie, puis une hypothyroïdie se produit, c'est-à-dire qu'une teneur élevée en hormones entre dans un état de niveaux extrêmement bas.

Ces transitions corporelles d'un état à un autre se produisent dans les six mois. L'hyperthyroïdie atteint son apogée vers le 2e mois après l'accouchement et l'hypothyroïdie ne survient qu'à 5-6 mois. Il y a des cas où la thyroïdite post-partum passe d'elle-même et le métabolisme dans le corps d'une femme revient à la normale. Cependant, le plus souvent, la maladie prend une forme chronique et se manifeste dans diverses situations. Surtout à la suite d'une grossesse répétée.

Causes de la thyroïdite post-partum

Bien sûr, la thyroïdite post-partum est traitée, mais les spécificités de la thérapie dépendent en grande partie des causes de la pathologie.

  1. Prédisposition héréditaire au gène.
  2. La pathologie était déjà chez la femme, avant la conception de l'enfant.
  3. Maladie infectieuse de la gorge ou des poumons dont souffre une future mère en train de mettre au monde un enfant.
  4. Mauvaise situation environnementale dans la région de résidence.
  5. Mauvaise nutrition, conduisant à une carence en oligo-éléments dans le corps d'une femme enceinte.
  6. Stress et tension nerveuse prolongée accompagnant la grossesse.
  7. Une surdose de médicaments hormonaux ou de préparations contenant de l'iode.

Les symptômes de la thyroïdite post-partum

Les premiers signes de pathologie sont notés, en règle générale, non pas par la plus jeune mère, mais par son environnement, par exemple, les membres de sa famille. Cela est dû au fait qu'une personne rare voit dans ses sautes d'humeur ou son état psychologique, une sorte de problème.

Par conséquent, afin de ne pas manquer les premiers symptômes de la maladie, il convient de faire attention aux éléments suivants:

  1. La jeune maman est énergique et active, dort peu.
  2. Il y a de brusques sautes d'humeur, de l'irritation à la tendresse.
  3. Perte de poids à mesure que les problèmes digestifs commencent. Dans ce cas, l'appétit est normal.
  4. Les signes de la maladie apparaissent dans la fréquence cardiaque - ils sont considérablement augmentés.
  5. Un gonflement apparaît sur la gorge provoqué par une augmentation de la taille de la glande thyroïde..
  6. Les globes oculaires avancent nettement.

Au deuxième stade de la maladie. Lorsque l'hypothyroïdie se produit, les symptômes sont différents..

  1. Une femme a un état apathique et somnolent.
  2. Elle se fatigue très vite.
  3. L'appétit disparaît, mais en même temps, le poids corporel commence à augmenter.
  4. Les membres et le visage gonflent.
  5. La transpiration augmente.
  6. Une femme est très mauvaise au froid.
  7. Le cycle menstruel qui s'est rétabli après l'accouchement est à nouveau rompu.

Le diagnostic de cette maladie est compliqué par le fait que tous les symptômes observés chez une femme sont attribués à un mauvais sommeil et à un état nerveux dû à des problèmes avec un petit enfant. Cette condition est même appelée - dépression post-partum. Bien que ce ne soit qu'un trouble métabolique. Et s'il est diagnostiqué correctement et en temps opportun, il ne sera pas difficile de le gérer..

Comment la maladie est-elle diagnostiquée?

Le diagnostic de la maladie ne se limite pas à des antécédents médicaux, au cours desquels le médecin identifie les symptômes comportementaux. Afin que la thérapie soit sous la forme et la gravité correctes et adéquates de la pathologie, un certain nombre d'études supplémentaires sont menées:

  1. Tout d'abord, une femme passe des tests pour le niveau d'hormones T3, T4 et TSH. La quantité d'anticorps dirigés contre la TSH est également déterminée..
  2. L'examen échographique du tissu thyroïdien vous permet de détecter une tumeur de l'organe dans son ensemble ou la présence de nœuds dans celui-ci.
  3. Trouvé dans les tissus de la glande thyroïde, subit des biopsies. Au cours de cette procédure, un morceau de tissu affecté est prélevé avec une longue aiguille et envoyé pour analyse. Il vous permet de déterminer s'il est bénin ou malin..
  4. La scintigraphie est utilisée pour déterminer la zone de dommages dans la glande thyroïde. La procédure est simple - le patient reçoit une injection d'iode radioactif dans la veine, qui se reflète bien sur un appareil spécial. Après la procédure, la substance de contrôle est excrétée indépendamment du corps sans lui nuire..

Le décodage de l'analyse et la nomination du traitement en fonction du diagnostic sont effectués par l'endocrinologue.

Traitement des maladies

Le traitement de la thyroïdite post-partum se concentre sur les pathologies qui ont réussi à provoquer un déséquilibre hormonal, ainsi que sur le degré de dommages à la glande thyroïde. Lorsque la maladie est au stade de niveaux élevés d'hormones, on prescrit au patient un médicament qui détruit les substances en excès. Et dans une situation où le niveau d'hormones est bas, elle prend des médicaments qui normalisent leur niveau. En outre, le complexe de traitement comprend des médicaments qui conduisent à une fonction cardiaque normale..

Le fait d'allaiter est d'une grande importance pour le choix de la méthode de traitement. Pendant la lactation, la plupart des médicaments ne sont pas approuvés pour utilisation. Bien sûr, il existe des médicaments reconnus comme sûrs pour une mère qui allaite et son bébé. Cependant, l'efficacité de ces fonds est médiocre..

Dans un cas grave marqué par des néoplasmes dans la glande thyroïde, une opération chirurgicale est réalisée pour retirer une partie de l'organe ou près de 95% de ses cellules.

Afin qu'à l'avenir il n'y ait pas de manifestation de la maladie, après un traitement complet, une femme subit un examen complet. Et si les déviations ne sont pas diagnostiquées, alors il est reconnu comme complètement sain.

En général, après le traitement dispensé à temps, le pronostic est positif. Une femme peut accoucher une deuxième et une troisième fois, sans craindre que la maladie ne s'aggrave.

Si le traitement n'est pas effectué et que le corps est autorisé à rétablir son équilibre hormonal, la maladie peut devenir chronique. Dans ce cas, il peut s'aggraver sous l'influence de maladies systémiques, de facteurs externes ou d'une autre grossesse..

Prévention de la thyroïdite post-partum

La maladie est assez difficile à diagnostiquer et est traitée avec un complexe de ces médicaments qui peuvent provoquer de nombreux effets secondaires. De plus, le traitement ne permet pas à la jeune mère d'allaiter son bébé avec du lait maternel, car il reflète les médicaments qu'elle prend dans le cadre du traitement. Et c'est nocif pour l'enfant et la mère.

Pour éviter tous ces risques et problèmes, un certain nombre de mesures préventives peuvent être prises. Et puis le risque de thyroïdite post-partum est réduit au minimum.

  1. La femme enceinte, pendant la grossesse et devant elle, devrait bouger davantage. Faites une promenade en plein air ou faites du sport.
  2. Un effet très important sur le corps a une nutrition. Dans le régime alimentaire d'une femme, il doit y avoir des aliments riches en iode, en vitamines et en minéraux. Ceci est particulièrement important pour les personnes vivant dans des zones à faible teneur en iode dans l'eau et le sol. Ce sont d'énormes territoires de Trans-Oural et de Sibérie. Et si tout le monde sait que les vitamines se trouvent dans les fruits et légumes frais, alors beaucoup ont oublié d'où provenir l'iode. On le trouve dans les quantités requises dans les poissons marins, les algues, les moules et les crevettes. Vous pouvez simplement acheter du sel iodé, l'essentiel est de faire attention à l'étiquette, cela devrait indiquer que le sel contient de l'iode.
  3. Pendant la grossesse, une femme doit subir un examen avec un endocrinologue et passer les tests nécessaires. Ceci est important à faire au stade de la planification familiale..
  4. Vous ne devez en aucun cas boire de l'alcool ou fumer des cigarettes pendant la grossesse. L'alcool détruit toutes les hormones, non seulement dans le corps de la mère, mais aussi de son bébé. En conséquence, un enfant peut naître avec des pathologies ou des malformations incurables. Ou plus probablement mort.

De plus, il est nécessaire d'observer un mode sommeil, c'est-à-dire de se coucher et de se lever en même temps. Au moins 7 à 8 heures par jour devraient être consacrées au sommeil.

Le déroulement normal de la grossesse est dû à de nombreux facteurs. Dans le processus de développement d'un enfant, une femme subit des changements, non seulement externes, mais également internes. Les systèmes corporels fonctionnent soit au ralenti, soit au contraire au ralenti.

La glande thyroïde devrait remplir pleinement ses fonctions tout au long de la grossesse, car pendant cette période, elle fonctionne pour deux organismes - une mère et un enfant. Au cours des premiers mois de développement, le fœtus possède déjà sa propre glande thyroïde, mais il ne peut toujours pas produire d'hormones par lui-même. Après l'accouchement, de nombreux systèmes corporels commencent à restaurer pleinement leurs fonctions. Parfois, cela arrive trop activement.

Qu'est-ce que la thyroïdite post-partum

On pense que pendant la grossesse d'une femme, le système immunitaire fonctionne avec un léger ralentissement, mais après une naissance, une "poussée" se produit, à la suite de laquelle tous les systèmes du corps commencent à s'activer et provoquent une grande production d'hormones et d'anticorps. En conséquence, la glande thyroïde s'agrandit. Cela peut se produire sous forme de thyroïdite. La maladie commence généralement par une hyperthyroïdie et se termine par une hypothyroïdie, car à un moment donné, le corps cesse de produire une quantité accrue d'hormones et, à l'inverse, les réduit. La maladie est assez rare.

La thyroïdite post-partum est auto-immune et résulte d'une activité accrue du système immunitaire. Les femmes sont à risque - porteuses d'anticorps anti-TPO, atteintes de diabète sucré de type 1 ou ayant déjà eu cette maladie.

La thyroïdite est une maladie causée par une inflammation de la glande thyroïde, entraînant la mort cellulaire. Il se manifeste par une sensation constante d'inconfort et de douleur dans le cou. La thyroïdite post-partum est une maladie qui survient quelque temps après la naissance. Il se développe généralement 2 à 3 mois après l'apparition du bébé et se manifeste par une augmentation de la fonction thyroïdienne. Après 5-6 mois, la production d'hormones diminue et la maladie passe à une autre manifestation.

La maladie peut avoir plusieurs stades de manifestation:

  • Hyperthyroïdie - une maladie thyroïdienne dans laquelle il y a une production accrue d'hormones.
  • L'hypothyroïdie - une maladie thyroïdienne dans laquelle le corps ne produit pas la bonne quantité d'hormones.
  • Hyperthyroïdie, se transformant en hypothyroïdie et vice versa. Il existe des situations où une femme peut souffrir d'hyperthyroïdie presque immédiatement après la naissance, mais après 2 à 4 mois, la glande thyroïde peut récupérer ou, à l'inverse, réduire sa productivité au minimum, ce qui peut entraîner une hypothyroïdie.

Souvent, après un an, la glande thyroïde est restaurée, mais il existe des situations dans lesquelles la thyroïdite post-partum devient chronique. Dans ce cas, certaines femmes développent le plus souvent une hyperthyroïdie ou un goitre. Lors de grossesses ultérieures chez ces femmes, la maladie est susceptible de réapparaître..

Causes et signes

Causes de la thyroïdite post-partum:

  • Prédisposition à la maladie ou à sa présence avant la grossesse;
  • La présence de diabète de type 1;
  • Infections respiratoires aiguës subies par une femme avant ou pendant la grossesse;
  • Écologie, nutrition malsaine et monotone, manque d'apport de vitamines et de minéraux dans le corps dans les volumes requis;
  • Situations stressantes ou troubles nerveux fréquents;
  • Apport réutilisable de médicaments contenant de l'iode et hormonaux.

Les signes de la maladie dépendent du stade de son développement:

  • Aux premiers stades, la jeune mère ressent de l'énergie, mais un changement rapide d'humeur et d'irritabilité en raison d'une augmentation du niveau d'hormones dans le sang, du système digestif - perte de poids, mais bon appétit, augmentation du rythme cardiaque et du pouls.
  • Peut-être une protrusion du globe oculaire ou l'apparition d'un gonflement dans le cou, en raison d'une augmentation de la taille de la glande thyroïde.
  • Ensuite, il y a des signes caractéristiques de l'hypothyroïdie. Il y a de l'apathie et de la somnolence, de la fatigue, parfois même avec de petites charges, une diminution de l'appétit, mais une prise de poids, un gonflement et une transpiration, une intolérance au froid, des irrégularités menstruelles.

Très souvent, la maladie à temps peut passer inaperçue, car les symptômes qui s'y manifestent sont généralement associés à l'instabilité post-partum des systèmes corporels et à la fatigue d'une jeune mère..

Diagnostique

  • L'immunogramme. Nécessaire pour vérifier les anticorps contre les cellules thyroïdiennes. Le niveau d'hormones T3, T4 et TSH est déterminé pour établir le stade de la maladie.
  • Ultrason. Lors de l'analyse, l'état de la glande, la présence de tumeurs et de ganglions dans la glande sont enregistrés. Dans cette analyse, une hypertrophie d'organe est généralement diagnostiquée..
  • Biopsie à l'aiguille fine. Elle est réalisée pour obtenir une réponse précise sur la malignité des ganglions détectés lors de l'échographie. Elle est réalisée avec une aiguille fine par des piqûres dans le cou. Une procédure presque indolore, après quoi le patient peut immédiatement rentrer chez lui. Aucune hospitalisation nécessaire.
  • Scintigraphie. Une étude réalisée à l'aide d'iode radioactif, en l'introduisant dans une veine. Il aide à donner un maximum de réponses sur l'état de l'organe thyroïdien, sa forme, ses contours, la zone de la maladie. L'analyse est inoffensive, l'agent de contraste subit une décroissance et une excrétion rapides du corps.

Traitement de la thyroïdite post-partum

Le traitement exact de la thyroïdite n'a pas été développé. Tout dépend de la forme de déviation hormonale dans laquelle la maladie s'est écoulée. Si la maladie se caractérise par une augmentation du niveau d'hormones dans le sang, la jeune mère se voit prescrire des médicaments qui agissent de manière destructrice sur eux. Des bêtabloquants sont également prescrits pour restaurer le système cardiovasculaire. Mais n'oubliez pas que cette méthode de traitement ne peut pas être utilisée si une femme allaite. Si la maladie a entraîné des changements physiques, une intervention chirurgicale est effectuée.

Si la maladie se caractérise par une fonction thyroïdienne faible, un traitement de remplacement par des hormones thyroïdiennes est prescrit au patient. L'allaitement maternel dans ce cas, vous ne pouvez pas arrêter.

Le plus souvent, les symptômes de la maladie disparaissent après 6 à 9 mois.Par conséquent, aucun traitement solide n'est nécessaire, mais il a été constaté que près de 40% des femmes diagnostiquées d'une thyroïdite postpartum sont à risque et sujettes à des manifestations de dysfonction thyroïdienne au cours des années suivantes. Par conséquent, il est conseillé de faire une courte pause après le premier traitement et de passer les tests nécessaires. Si les résultats des tests de laboratoire sont normaux, la fonction thyroïdienne est restaurée.

Thyroïdite post-partum et allaitement

La thyroïdite, en fonction du degré de sa manifestation, est traitée avec divers médicaments. Si une femme allaite pendant la période de la maladie, il vaut la peine d'aborder la sélection des méthodes de traitement avec beaucoup de prudence. Maintenant, dans les pharmacies, il existe une large sélection de médicaments, dont l'utilisation à petites doses ne contredit pas la grossesse et, à l'avenir, l'allaitement. En ce qui concerne la maladie elle-même, nous pouvons affirmer avec certitude qu'elle ne sera pas transmise à l'enfant avec du lait. Mais vous ne devez pas vous engager dans l'automédication, seul un médecin, après une série d'études, doit établir un diagnostic, prescrire des médicaments et leur posologie, sans danger pour la mère pendant la maladie et pour l'enfant.

Le pronostic pour le développement de la maladie est généralement favorable. Un traitement correctement diagnostiqué et prescrit permet à une femme de se débarrasser pratiquement de la thyroïdite. La maladie entre dans une phase de rémission prolongée. Avec un traitement prématuré, il peut devenir chronique.

La prévention

Le mode de vie est important dans la lutte contre la maladie et la prévention de son développement. Vous devez vous entraîner régulièrement, passer beaucoup de temps au grand air. La nutrition doit inclure des aliments riches en vitamines et minéraux. L'utilisation d'iode est obligatoire, surtout dans les zones où il y a des écarts environnementaux, et cet oligo-élément n'est pas suffisant dans l'eau.

Pendant toute la période post-partum, une jeune mère doit être observée par un endocrinologue, effectuer un test sanguin pour surveiller les niveaux d'hormones et, si nécessaire, une échographie de la glande thyroïde, car le risque de développer la maladie est élevé pour eux. N'ignorez pas les visites prévues chez le médecin, même si la maladie est complètement guérie.

La thyroïdite post-partum est une forme de maladie du système endocrinien. Pendant la grossesse, les organes immunitaires commencent à fonctionner différemment, l'activité du système diminue. Cela est dû aux normes requises pour le travail de tout l'organisme dans de nouvelles conditions. Le domaine de la naissance du système immunitaire du bébé recommence à produire activement des anticorps. Ils détruisent les cellules thyroïdiennes. Le processus pathologique est appelé thyroïdite post-partum. L'inflammation auto-immune viole la glande thyroïde, interfère avec l'accomplissement des tâches fonctionnelles qui lui sont assignées. Aux stades initiaux du développement de la maladie, l'hyperthyroïdie se développe, puis les hormones se contractent, l'hypothyroïdie se produit.

Options pour la manifestation de la thyroïdite

La maladie survient dans le contexte du développement d'une pathologie pendant la gestation. La thyroïde après la naissance contribue à une augmentation du nombre d'anticorps antithyroïdiens. Une défaillance de l'équilibre hormonal se produit, la pathologie commence à se développer.

Il existe plusieurs facteurs à l'origine de la maladie:

  1. Activation des œstrogènes dans l'activité immunitaire lymphatique.
  2. Infections endocriniennes chroniques.
  3. Présence d'hyperthyroïdie avant la grossesse.
  4. Immunodéficience transitoire.
  5. Activation du système immunitaire.
  6. Augmentation de la glycémie.
  7. Génétique et hérédité.
  8. Problèmes de santé infectieux subis pendant la grossesse.
  9. Stress et surcharge psychologique du corps.
  10. Surmenage et instabilité émotionnelle.
  11. Le centre de l'inflammation chronique d'autres maladies.
  12. Mauvais choix alimentaires.
  13. Mauvaise écologie et environnement dysfonctionnel.
  14. Le processus d'agression du tissu thyroïdien par le système immunitaire.

Groupe de risque

Des sources médicales confirment les théories sur la possibilité de développer une maladie chez presque toutes les femmes entrant dans la phase de grossesse. Mais il existe un certain nombre d'indicateurs qui répertorient les personnes les plus sujettes et sujettes à la pathologie.

Les catégories de femmes suivantes sont à risque:

  • la présence dans le corps d'anticorps spécifiques (peroxydases);
  • lésions auto-immunes;
  • âge de plus de 35 ans;
  • dysfonctionnement du système nerveux central;
  • l'hérédité des lésions thyroïdiennes;
  • histoire post-partum.

Le risque d'augmentation des symptômes est noté lorsque la grossesse est répétée..

Chaque période de gestation ultérieure complique la condition de la femme. Augmente le risque de développement. Plus une femme entre dans la phase de restructuration corporelle, plus le risque de développer une maladie endocrinienne est élevé - thyroïdite post-partum.

La glande thyroïde devient sensible aux anomalies..

Symptômes d'une lésion pathologique

La maladie endocrinienne survient après l'accouchement, entre 8 et 14 semaines. Symptômes au début presque invisibles, aucun signe prononcé.

Mais progressivement tout change, il y a une liste de conditions caractéristiques qui aideront à identifier la maladie:

  1. Dépression et dépression.
  2. Accidents dépressifs.
  3. Diminution de la résistance du corps à la fatigue.
  4. Amélioration de l'état de désir de sommeil et de repos.
  5. Perte de poids.
  6. Peau pâle et perte de l'hydratation nécessaire.
  7. Changement dans la structure des cheveux.
  8. La détérioration des propriétés et qualités de la mémoire.
  9. Faiblesse musculaire.
  10. Tolérance sévère aux changements des conditions météorologiques et environnementales.

Des difficultés sont ressenties lors de la déglutition, de l'alimentation. La douleur est ressentie dans les os, les muscles et les articulations. La tachycardie, les accès de chaleur aigus changent la condition d'une femme. Un œdème apparaît sur les jambes, les poches et une tuméfaction sous les yeux. Périodiquement, des douleurs apparaissent dans le bas-ventre..

Stades de la maladie

Les endocrinologues - spécialistes du traitement de la glande thyroïde - distinguent trois stades de la maladie:

  • la thyréotoxicose;
  • hypothyroïdie après l'accouchement;
  • récupération.

La dernière étape se produit pendant la récupération. Les signes disparaissent progressivement. Les symptômes deviennent légers, disparaissent. La maladie disparaît. La glande thyroïde revient après l'accouchement.

Méthodes de diagnostic

Un type de pathologie post-partum peut être établi par un spécialiste. Il effectuera les études nécessaires, étudiera les caractéristiques, donnera un tableau clinique, établira un diagnostic précis..

Pour l'examen, ils effectueront des procédures spéciales:

  • Ultrason
  • étude biochimique de la composition du sang;
  • scintigraphie;
  • tests de laboratoire;
  • compilation d'un cyclogramme immunitaire;
  • prendre une biopsie avec une aiguille mince;
  • test sérique.

Un dysfonctionnement thyroïdien post-partum est diagnostiqué. Les résultats de la recherche deviendront la base du choix des agents thérapeutiques.

Méthodes thérapeutiques pour soulager les symptômes

Le plus souvent, la thyroïdite post-partum survient sans intervention externe des médecins. Le temps pendant lequel le système endocrinien peut passer est d'environ un an. Mais dans le cas des formes aiguës, de l'évolution prolongée de la maladie, des infections concomitantes se développent.

Ils nécessitent un traitement obligatoire, qui comprend:

  • médicaments hormonaux;
  • agents bêta-bloquants;
  • préparations d'iode;
  • comprimés thyroïdiens;
  • médicaments non stéroïdiens;
  • pilules anti-inflammatoires.

Le traitement peut être effectué par d'autres méthodes. Le choix optimal est l'intervention chirurgicale du chirurgien. L'opération d'élimination de l'organe affecté rétablit le niveau hormonal. L'activité du système endocrinien revient à la normale.

La thyroïdite post-partum est une pathologie courante chez les femmes diagnostiquées. Le diagnostic de la maladie, au contraire, est rarement détecté. La vue n'a pas de caractéristiques vives, la maladie passe souvent sans symptômes. Les femmes ne comprennent pas toujours que la cause de leur malaise est une maladie. Ils ne vont pas chez le médecin, en espérant que tout ira de lui-même. Mais cela ne fonctionne pas toujours. Les statistiques médicales confirment un pronostic favorable de la maladie, mais aucun cas de conséquences graves ne peut être exclu.

Signes de type post-partum

La maladie se caractérise par certains symptômes..

Ce sont des signes de troubles thyroïdiens chez une jeune mère, à savoir qu'ils indiquent le début de la maladie - thyroïdite post-partum:

  • agitation accrue;
  • énergie;
  • irritabilité nerveuse;
  • changement d'humeur rapide et sans cause;
  • température corporelle de bas grade (légèrement élevée) 37,3 -37,7;
  • perte de poids;
  • rythme cardiaque augmenté;
  • Impulsion rapide;
  • tremblement du corps.

Toutes les raisons s'expliquent par une augmentation du nombre d'hormones. Le développement de la maladie d'une pathologie passe à une autre, la quantité d'hormones diminue.

D'autres symptômes d'infection post-partum apparaissent:

  1. Faiblesse générale du corps.
  2. Fatigue pendant les activités physiques.
  3. Somnolence léthargique.
  4. Oubli et mémoire courte.
  5. Attention brisée, manque de concentration.

La femme commence à apparaître un œdème, une augmentation de la transpiration se manifeste. Les médecins diagnostiquent la thyroïdite post-partum - un trouble métabolique. L'appétit diminue. Maman bébé, qui vient de naître, commence à prendre du poids et à prendre du poids. Les statistiques donnent des chiffres:

dans 20% des cas, la thyroïdite prend la forme d'une pathologie chronique.

Approches médicamenteuses

Le spécialiste choisit le bon système de traitement. Cela dépend du contenu quantitatif des hormones. Avec une composition accrue, des thyréostatiques sont prescrits. Les médicaments entraînent la destruction d'hormones produites de manière excessive. Le patient doit être surveillé en permanence par un spécialiste. Il surveille la période de transition vers l'hypoforme.

Le complexe de thérapie de remplacement comprend plusieurs médicaments:

L'amélioration n'est pas un indicateur de reprise. Le corps ne produit pas la quantité nécessaire d'éléments hormonaux. Les tests ne reviennent à la normale que sous l'influence des médicaments.

Les moyens n'éliminent pas la cause de la maladie. Ils aident à restaurer le fonctionnement de la glande thyroïde. Les hormones créées artificiellement, introduites à l'aide de médicaments, détruisent le système endocrinien. Une autre façon de normaliser la glande thyroïde est la réflexologie informatique..

Le complexe de traitement rétablit plusieurs types de régulation:

  • neurorégulation;
  • immunorégulation;
  • régulation endocrinienne.

Progressivement, la structure du tissu glandulaire est restaurée, la fonctionnalité revient à la normale. Le traitement est effectué par la méthode électrique: le courant continu agit sur les points qui sont connectés de manière organique naturelle en un seul système avec le cerveau. La communication passe par le SNC autonome d'une femme.

Le complexe de la réflexologie informatique passe sans l'utilisation de médicaments.

La thérapie fonctionne par étapes:

  1. Normalisation du système immunitaire.
  2. Reproduction de la glande thyroïde de leurs propres formations hormonales en bonne quantité.
  3. La coordination du travail de trois composantes: le système immunitaire, le système endocrinien, le système nerveux central.
  4. Restaurer la structure et la santé des glandes.

Le spécialiste aidera à démarrer le traitement à temps, pour ne pas manquer la transition de la pathologie en un processus irréversible.

L'utilisation de la réflexologie informatique entraînera l'amélioration de la glande thyroïde suivante:

  1. Récupération de la taille des organes.
  2. Normalisation de la structure des tissus.
  3. Disparition des symptômes.
  4. Retour au fonctionnement normal.
  5. Récupération complète.

La naissance d'un enfant est un événement heureux dans la vie de chaque femme. Mais c'est durant cette période que diverses maladies graves peuvent apparaître. Thyroïdite post-partum - un phénomène courant.

Inflammation thyroïdienne

La thyroïdite après l'accouchement est un type de thyroïdite assez rare. Il y a une perte de fonction thyroïdienne normale dans cette maladie. La maladie est plus fréquente chez les femmes qui ont récemment accouché d'un enfant. Elle apparaît avec une fréquence de 5-9% des cas dans toutes les grossesses. Elle survient au cours de la première année après l'accouchement en tant que violation de la glande thyroïde.

Description de la maladie

Qu'est-ce que la thyroïdite auto-immune post-partum? Les hormones thyroïdiennes s'accumulent dans la glande thyroïde. Ils sont nécessaires pour maintenir le corps pendant 2-3 mois. L'endroit où ils se rassemblent s'appelle un colloïde. Il est localisé dans la région folliculaire. L'immunité d'une femme pendant la grossesse s'affaiblit, ce qui provoque le développement d'une thyroïdite. La destruction des composants folliculaires dans ce contexte se produit, ce qui contribue à la transition des thyroïdes dans les vaisseaux sanguins. Cela provoque une thyréotoxicose et ses symptômes désagréables..

Les femmes atteintes de maladies pathologiques ou chroniques (diabète de type 1, par exemple) sont les plus sensibles à la thyroïdite post-partum. Cela est prouvé par la recherche scientifique. Si une femme a des anticorps contre la peroxydase thyroïdienne, elle est également à risque.

Raisons principales

La fonction du système immunitaire est considérablement réduite en raison de la grossesse, entraînant une thyroïdite post-partum. L'immunité devient auto-agressive contre la glande thyroïde. Une conséquence de la thyroïdite post-partum est une forme légère d'hyperthyroïdie. Sa durée peut être différente, selon les caractéristiques individuelles de la femme. Elle peut durer en moyenne 2 à 3 mois, et dure parfois jusqu'à un an ou ne passe pas sans traitement spécialisé.

Plus tôt la maladie est diagnostiquée, mieux c'est. Cela réduira la probabilité de développer diverses complications. Il arrive que la cause de la thyroïdite soit que l'immunité en fin de grossesse augmente fortement. Cela provoque un stress pour les cellules immunitaires, qui n'affecte pas toujours en toute sécurité le corps. Cette situation peut provoquer un déséquilibre dans tous les organes..

Les naissances répétées augmentent le risque de développer la maladie, contrairement à la première. Le degré de manifestation de la thyroïdite après qu'elle dépend de l'état de la glande thyroïde avant la grossesse. Par conséquent, il est préférable de prendre soin de votre santé avant la maternité. Un examen programmé par un médecin est recommandé. S'il y a divers maux, il vaut mieux les éliminer. Il convient également de préciser quand il est préférable de concevoir un enfant..

Une approche très sérieuse nécessite une thyroïdite post-partum. Les symptômes et le traitement sont souvent interconnectés. Plus d'informations à ce sujet plus tard..

Les principaux signes de thyroïdite

Certains symptômes connus peuvent vous aider à reconnaître la maladie post-partum. Examinons-les plus en détail:

  • comportement nerveux, pointilleux, trop énergique d'une jeune mère;
  • sautes d'humeur fréquentes - seule une femme a ri, après un certain temps elle pleure déjà, et vice versa;
  • fortes fluctuations de la température corporelle;
  • avec une augmentation de l'appétit, le poids diminue, ce qui est étrange;
  • le rythme cardiaque commence à fonctionner plus souvent et de manière irrégulière;
  • le tremblement peut traverser le corps sans raison particulière.

Une dépression fréquente après l'accouchement chez une femme est la dépression. Par conséquent, il est nécessaire de ne pas confondre la thyroïdite avec elle. Ces signes caractérisent l'hyperthyroïdie, qui peut entraîner une hypothyroïdie, et cette maladie est beaucoup plus grave que la première. Les hormones commencent à être produites en plus petites quantités, après quoi la maladie peut se manifester avec des symptômes supplémentaires:

  • faiblesse, fatigue à n'importe quel nombre de charges, même pas trop importante;
  • somnolence, apathie, dépression;
  • distraction, oubli;
  • gonflement dans tout le corps, transpiration, fièvre;
  • gain de poids progressif dû à une diminution de l'intensité des processus métaboliques et néanmoins un faible appétit.

Si les symptômes ne reçoivent pas l'attention appropriée, ce qui arrive assez souvent, car il y a confusion avec la dépression post-partum, une thyroïdite chronique post-partum se produit. Les symptômes devraient donc pouvoir reconnaître.

Qu'est-ce qu'un facteur de risque?

Avec l'âge, il y a une augmentation progressive du nombre d'anticorps thyroïdiens dans le sang d'une femme. Une jeune fille risque moins de thyroïdite qu'une femme âgée, et cette différence est de 18 à 20%.

De plus, le groupe à risque comprend les femmes dont l'immunité est considérablement affaiblie, ainsi que celles qui souffrent de maladies chroniques. Si vous prévoyez une grossesse, vous devez consulter un spécialiste. Il est nécessaire de prendre des mesures à l'avance pour augmenter la défense immunitaire de l'organisme. Il n'est pas trop tard pour le faire pendant la grossesse, mais uniquement avec des médicaments spéciaux sans danger pour le bébé.

Il convient également de prêter attention aux manifestations de la maladie, ne radiez pas tout pour la dépression post-partum. Il est préférable de subir à nouveau un examen pour commencer le traitement dès que possible. Les symptômes peuvent être très similaires - fatigue, somnolence, dépression, apathie. Mais il faut savoir qu'après quelques mois ces manifestations ne s'arrêtent pas. Si cela se produit, vous devriez immédiatement consulter un médecin pour obtenir des conseils..

La maladie peut ne donner aucun signe évident. C'est pourquoi il y a un malentendu sur la gravité de la situation. Mais dans certains cas, même les spécialistes ont du mal à déterminer qu'il s'agit d'une violation de la glande thyroïde. Des hormones thyroïdiennes spéciales sont nécessaires pour le traitement..

Thyroïdite post-partum: traitement

Pour traiter la thyroïdite post-partum, deux méthodes sont utilisées:

  • thérapie médicamenteuse;
  • traitement de réflexologie informatique.

Les thyréostatiques détruisent la quantité excessive d'hormones sécrétées par la glande thyroïde. Par conséquent, les médecins recommandent de les prendre pour cette maladie. Ils ne sont pas contre-indiqués pendant la lactation, donc l'allaitement ne peut pas être arrêté pendant le traitement. Mais avec l'aide de cette thérapie, la thyroïdite post-partum avec hypothyroïdie peut être remplacée.

Si les hormones sont insuffisantes dans le sang, un traitement hormonal sera nécessaire. Dans ce cas, des médicaments thyréostatiques sont également prescrits. Mais, malheureusement, rien ne garantit que le corps commencera lui-même à produire les hormones manquantes. Cela ne fera qu'améliorer les tests, et une récupération complète du système endocrinien n'aura pas lieu..

L'état général peut également s'améliorer, mais les principaux symptômes de la maladie resteront et la fonction thyroïdienne ne se rétablira pas..

La réflexologie informatique peut stabiliser la production d'hormones lors de la prévention de la thyroïdite post-partum..

Dans ce cas, un courant stable est appliqué aux points actifs du corps. Ils sont biologiquement actifs et interconnectés avec le centre cérébral à travers le système nerveux. De plus, aucun médicament supplémentaire ne sera nécessaire.

Cette méthode de réflexologie informatique aide à restaurer pleinement la fonction de la glande thyroïde, ainsi que la production normale d'hormones dans le corps. Il se sentira bien, tous les systèmes fonctionneront de manière coordonnée et organisée..

Les examens des médecins confirment l'efficacité de la réflexologie par rapport au traitement médicamenteux. Et ils ont récemment essayé de prescrire uniquement cette thérapie avec un diagnostic de thyroïdite post-partum. La manière de distinguer cette maladie du DTZ (goitre toxique diffus) est bien connue des spécialistes, et il est nécessaire de différencier ces affections dans le temps afin que le traitement soit correct et opportun..

Combien de temps le traitement devrait-il durer??

L'efficacité des méthodes préventives et le degré de la maladie affectent la durée du traitement jusqu'à guérison complète. Cela dure environ 2-3 mois. Le traitement ne sera pas nécessaire si la femme ne veut pas avoir d'enfants à l'avenir. Ensuite, il suffira de consulter régulièrement le médecin pour un examen bimensuel.

Lors de la planification d'une grossesse ultérieure, la «Thyroxine» est prescrite. Pour éviter que l'hypothyroïdie ne devienne chronique, vous devez donner régulièrement du sang pour les hormones.

Thyroïdite post-partum: diagnostic

L'hyperthyroïdie est très difficile à détecter, à savoir qu'il s'agit du premier stade de la thyroïdite. Il n'y a aucun symptôme en tant que tel. Mais au premier soupçon, vous devez consulter un spécialiste pour obtenir des conseils. Il vous prescrira un test hormonal thyroïdien..

Quelle est la prévision?

La thyroïdite post-partum disparaît complètement en un an avec le bon traitement. Cela le distingue des autres thyroïdites, qui le plus souvent ne guérissent pas complètement, mais deviennent chroniques.

La thérapie doit être abordée de manière extrêmement responsable, car tant de femmes courent le risque de les rendre malades à vie. C'est une thyroïdite post-partum dangereuse.

BelMAPO (Belarusian Medical Academy of Postgraduate Education), par exemple, forme les médecins à poser le bon diagnostic et à prescrire un traitement. Par conséquent, beaucoup dépend souvent des qualifications d'un spécialiste, et vous devez faire attention à cela lors du choix d'un médecin.

Quels médecins dois-je contacter?

Un gynécologue ou un endocrinologue peut aider à faire face à la maladie. Ils effectueront un diagnostic de haute qualité, prescriront des tests et un traitement si nécessaire. Il est également possible de déterminer le degré de maladie post-partum. La thérapie est sélectionnée individuellement, en fonction des caractéristiques du corps féminin.

Conclusion

La thyroïdite post-partum est une maladie grave, elle doit donc être prise au sérieux. Surtout s'il y a des signes, mais on ne sait pas encore de quoi ils parlent. La thérapie doit être complète et immédiate, cela garantit l'efficacité.

Thyroïdite post-partum

Vaut-il la peine de s'inquiéter lorsque des symptômes de thyroïdite post-partum sont détectés?

La thyroïdite post-partum est une inflammation de la glande thyroïde de 2 à 12 mois après la naissance, présente chez une femme sur dix. Ses autres noms: «muet», «silencieux», indolore, thyroïdite auto-immune lymphocytaire.

Causes et évolution de la maladie

Les causes de la thyroïdite post-partum ne sont pas connues avec certitude. L'hypothèse la plus populaire est que pendant la grossesse, il y a une suppression modérée partielle de l'immunité d'une femme. Cela est nécessaire pour ne pas détruire le fœtus en développement.

Après l'accouchement, le besoin disparaît et l'immunité revient à son état d'origine - c'est normal. Avec la thyroïdite auto-immune, il y a une certaine hyperstimulation, une activité excessive, la glande thyroïde en est victime..

Il est possible de supposer qu'une femme développera cette maladie si, pendant la grossesse, les anticorps contre la glande thyroïde augmentent dans le sang.

La thyroïdite post-partum dans la version classique se déroule en 3 phases:

  1. La phase d'hyperthyroïdie destructrice. La thyroïdite post-partum est une maladie auto-immune, c'est-à-dire que le corps lui-même détruit la glande thyroïde. Dans le même temps, les hormones thyroïdiennes sont libérées des cellules dans le sang, ce qui provoque une hyperthyroïdie. Cette condition dure généralement 3-4 mois..
  2. Hypothyroïdie Une glande thyroïde endommagée ne peut pas couvrir entièrement les besoins du corps en hormones. Cela continue jusqu'à six mois.
  3. Euthyroïdie. Sinon, cette phase est appelée auto-guérison spontanée..

Symptômes

Chacune de ces phases a ses propres symptômes. La première phase est caractérisée par une émotivité accrue de la femme, un rythme cardiaque accéléré et des mains tremblantes. Elle perd du poids sans raison apparente, son appétit augmente, sa peau est sèche et chaude, ses yeux brillent fiévreusement..

Parfois, le développement de la soi-disant ophtalmopathie hyperthyroïdienne est possible, ce qui, à l'examen, ressemble à un "regard en colère". Les yeux grands ouverts, comme s'ils regardaient, clignotant rares, des protéines avec un réseau vasculaire rouge prononcé.

Souvent accompagnée d'une conjonctivite due à la sécheresse oculaire. Avec la thyroïdite post-partum, l'ophtalmopathie décrite peut provoquer un œdème optique et la cécité. Progressivement, même sans traitement, la condition s'améliore, mais c'est une période de bien-être imaginaire et elle est courte.

Pendant cette période, la femme devient apathique, la dépression commence, surtout au printemps et en automne, l'intelligence diminue, la pensée est ralentie.

Les cheveux deviennent ternes et tombent, les ongles se cassent, une femme prend du poids plus rapidement, grossit, la constipation est fréquente, son visage et ses articulations sont gonflés, des douleurs musculaires et toujours sans raison.

La troisième période de thyroïdite auto-immune post-partum est caractérisée par la disparition progressive de tous les symptômes. Cependant, la thyroïdite post-partum ne se comporte pas toujours sans danger. Il existe trois options pour son développement:

  1. Version classique décrite ci-dessus.
  2. Une variante est possible où seules les 2 premières phases apparaissent. Dans ce cas, les symptômes d'hyperthyroïdie au cours de la première période sont très forts, ce qui indique une destruction importante de la glande thyroïde. Par conséquent, elle ne pourra jamais répondre aux besoins du corps en hormones thyroïdiennes, et une femme est condamnée à prendre de la lévothyroxine ou un médicament similaire à vie.
  3. La troisième des options possibles où il n'y a pas de deuxième phase. Peu fréquent, mais l'option la plus favorable pour la thyroïdite post-partum.

Diagnostique

Comme les symptômes, les résultats des tests de thyroïdite post-partum pour chaque phase sont différents:

  1. La première phase - T3 et T4 est augmentée et TSH est réduite. Augmentation des anticorps thyroïdiens.
  2. La deuxième phase - les hormones thyroïdiennes sont abaissées et la TSH, au contraire, augmente. Les anticorps ne doivent pas être plus élevés que la normale ou légèrement élevés..
  3. Tout va bien.

Les trois phases de la thyroïdite post-partum sont unies par le fait que les phénomènes dits inflammatoires: une augmentation des leucocytes et des ESR, seront déterminés dans le sang sur une analyse générale. Ceci est une conséquence du fait que toute thyroïdite, y compris le post-partum, est une maladie inflammatoire.

Le fait que la thyroïdite soit post-partum indique le moment de l'apparition de la maladie et, en règle générale, des symptômes très légers d'hyperthyroïdie dans la première phase. Ceci est important pour distinguer la thyroïdite post-partum de la maladie de Graves-Bazedov, car leur traitement est différent.

C'est une croyance commune que le diagnostic de thyroïdite post-partum n'est pas très important, car même sans traitement, la maladie peut être guérie.

Mais pour que la destruction de la glande thyroïde n'entraîne pas une diminution irréversible de sa fonction, ce processus doit être contrôlé. Pour cela, il existe des médicaments immunosuppresseurs.

Tous sont contre-indiqués dans l'allaitement et ont de nombreux effets secondaires, ils ne sont donc prescrits qu'avec une thyroïdite destructrice sévère.

Traitement

La version classique de la thyroïdite post-partum est traitée de manière symptomatique. Dans la phase d'hyperthyroïdie, les sédatifs conventionnels (valériane, agripaume) suffisent, si nécessaire, des bêtabloquants sont prescrits pour réduire le pouls et, par conséquent, la charge sur le cœur. Ceci est particulièrement pertinent pour les femmes souffrant de maladies cardiaques, de malformations.

Dans la phase d'hypothyroïdie, il est recommandé de prendre la lévothyroxine sodique en une dose individuelle, que le médecin doit choisir.

Le plus souvent, 25 à 50 mcg / jour de lévothyroxine sont prescrits pendant plusieurs mois, au cours desquels la TSH est régulièrement contrôlée et la dose est ajustée si nécessaire.

Chez 10 à 11% des femmes souffrant d'hypothyroïdie post-partum, la glande thyroïde ne récupère pas et la lévothyroxine doit être prise en continu.

Si la troisième phase est néanmoins arrivée, après un mois, six mois et un an (trois fois), la TSH est à nouveau contrôlée.

Une femme doit être psychologiquement préparée à ce que les grossesses ultérieures provoquent une thyroïdite post-partum répétée et que les enfants soient susceptibles d'y avoir une prédisposition génétique..

Si un garçon est né, il est probable que sa prédisposition sera encodée dans ses gènes, qu'il pourra transmettre à ses descendants et qu'une hypothyroïdie post-partum se développera dans l'un d'eux.

Thyroïdite post-partum

Le déroulement normal de la grossesse est dû à de nombreux facteurs. Dans le processus de développement d'un enfant, une femme subit des changements, non seulement externes, mais également internes. Les systèmes corporels fonctionnent soit au ralenti, soit au contraire au ralenti.

La glande thyroïde devrait remplir pleinement ses fonctions tout au long de la grossesse, car pendant cette période, elle fonctionne pour deux organismes - une mère et un enfant.

Au cours des premiers mois de développement, le fœtus possède déjà sa propre glande thyroïde, mais il ne peut pas produire d'hormones par lui-même.

Après l'accouchement, de nombreux systèmes corporels commencent à restaurer pleinement leurs fonctions. Parfois, cela arrive trop activement.

Qu'est-ce que la thyroïdite post-partum

On pense que pendant la grossesse d'une femme, le système immunitaire fonctionne avec un léger ralentissement, après une naissance, une «poussée» se produit, à la suite de laquelle tous les systèmes du corps commencent à s'activer et provoquent une grande production d'hormones et d'anticorps.

En conséquence, la glande thyroïde s'agrandit. Cela peut se produire sous forme de thyroïdite. La maladie commence généralement par une hyperthyroïdie et se termine par une hypothyroïdie, car à un moment donné, le corps cesse de produire une quantité accrue d'hormones et, inversement, les réduit.

La maladie est assez rare.

La thyroïdite post-partum est auto-immune et résulte d'une activité accrue du système immunitaire. Les femmes sont à risque - porteuses d'anticorps anti-TPO, atteintes de diabète sucré de type 1 ou ayant déjà eu cette maladie.

La thyroïdite est une maladie causée par une inflammation de la glande thyroïde, entraînant la mort cellulaire. Manifesté par une sensation constante d'inconfort et de douleur dans le cou.

La thyroïdite post-partum est une maladie qui survient quelque temps après la naissance. Il se développe généralement 2-3 mois après l'apparition du bébé et se manifeste par une fonction thyroïdienne accrue.

Après 5-6 mois, la production d'hormones diminue et la maladie passe à une autre manifestation.

La maladie peut avoir plusieurs stades de manifestation:

  • Hyperthyroïdie - une maladie thyroïdienne dans laquelle il y a une production accrue d'hormones.
  • L'hypothyroïdie - une maladie thyroïdienne dans laquelle le corps ne produit pas la bonne quantité d'hormones.
  • Hyperthyroïdie, se transformant en hypothyroïdie et vice versa. Il existe des situations où une femme peut souffrir d'hyperthyroïdie presque immédiatement après la naissance, mais après 2 à 4 mois, la glande thyroïde peut récupérer ou, à l'inverse, réduire sa productivité au minimum, ce qui peut entraîner une hypothyroïdie.

Souvent, après un an, la glande thyroïde est restaurée, mais il existe des situations dans lesquelles la thyroïdite post-partum devient chronique. Dans ce cas, certaines femmes développent le plus souvent une hyperthyroïdie ou un goitre. Lors de grossesses ultérieures chez ces femmes, la maladie est susceptible de réapparaître..

Causes et signes

Causes de la thyroïdite post-partum:

  • Prédisposition à la maladie ou à sa présence avant la grossesse;
  • La présence de diabète de type 1;
  • Infections respiratoires aiguës subies par une femme avant ou pendant la grossesse;
  • Écologie, nutrition malsaine et monotone, manque d'apport de vitamines et de minéraux dans le corps dans les volumes requis;
  • Situations stressantes ou troubles nerveux fréquents;
  • Apport réutilisable de médicaments contenant de l'iode et hormonaux.

Les signes de la maladie dépendent du stade de son développement:

  • Aux premiers stades, la jeune mère ressent de l'énergie, mais un changement rapide d'humeur et d'irritabilité en raison d'une augmentation du niveau d'hormones dans le sang, du système digestif - perte de poids, mais bon appétit, augmentation du rythme cardiaque et du pouls.
  • Peut-être une protrusion du globe oculaire ou l'apparition d'un gonflement dans le cou, en raison d'une augmentation de la taille de la glande thyroïde.
  • Ensuite, il y a des signes caractéristiques de l'hypothyroïdie. Il y a de l'apathie et de la somnolence, de la fatigue, parfois même avec de petites charges, une diminution de l'appétit, mais une prise de poids, un gonflement et une transpiration, une intolérance au froid, des irrégularités menstruelles.

Très souvent, la maladie à temps peut passer inaperçue, car les symptômes qui s'y manifestent sont généralement associés à l'instabilité post-partum des systèmes corporels et à la fatigue d'une jeune mère..

Traitement de la thyroïdite post-partum

Le traitement exact de la thyroïdite n'a pas été développé. Tout dépend de la forme de déviation hormonale dans laquelle la maladie s'est écoulée. Si la maladie se caractérise par une augmentation du taux d'hormones dans le sang, la jeune mère se voit prescrire des médicaments qui agissent de manière destructrice.

Des bêtabloquants sont également prescrits pour restaurer le système cardiovasculaire. Mais n'oubliez pas que cette méthode de traitement ne peut pas être utilisée si une femme allaite. Si la maladie a entraîné des changements physiques, une intervention chirurgicale est effectuée.

Si la maladie se caractérise par une fonction thyroïdienne faible, un traitement de remplacement par des hormones thyroïdiennes est prescrit au patient. L'allaitement maternel dans ce cas, vous ne pouvez pas arrêter.

Le plus souvent, les symptômes de la maladie disparaissent après 6 à 9 mois.Par conséquent, aucun traitement solide n'est nécessaire, mais il a été constaté que près de 40% des femmes diagnostiquées d'une thyroïdite postpartum sont à risque et sujettes à des manifestations de dysfonction thyroïdienne au cours des années suivantes. Par conséquent, il est conseillé de faire une courte pause après le premier traitement et de passer les tests nécessaires. Si les résultats des tests de laboratoire sont normaux, la fonction thyroïdienne est restaurée.

Thyroïdite post-partum et allaitement

La thyroïdite, en fonction du degré de sa manifestation, est traitée avec divers médicaments. Si une femme allaite pendant la période de la maladie, il vaut la peine d'aborder la sélection des méthodes de traitement avec beaucoup de soin.

Maintenant, dans les pharmacies, il existe une large sélection de médicaments, dont l'utilisation à petites doses ne contredit pas la grossesse et, à l'avenir, l'allaitement. Concernant la maladie elle-même, on peut dire avec certitude qu'elle ne sera pas transmise à l'enfant avec du lait.

Mais vous ne devez pas vous engager dans l'automédication, seul un médecin, après une série d'études, doit établir un diagnostic, prescrire des médicaments et leur posologie, sans danger pour la mère pendant la maladie et pour l'enfant.

Prévoir

Le pronostic pour le développement de la maladie est généralement favorable. Un traitement correctement diagnostiqué et prescrit permet à une femme de se débarrasser pratiquement de la thyroïdite. La maladie entre dans une phase de rémission prolongée. Avec un traitement prématuré, il peut devenir chronique.

La prévention

Le mode de vie est important dans la lutte contre la maladie et la prévention de son développement. Vous devez vous entraîner régulièrement, passer beaucoup de temps au grand air. La nutrition doit inclure des aliments riches en vitamines et minéraux. L'utilisation d'iode est obligatoire, surtout dans les zones où il y a des écarts environnementaux, et cet oligo-élément n'est pas suffisant dans l'eau.

Pendant toute la période post-partum, une jeune mère doit être observée par un endocrinologue, effectuer un test sanguin pour surveiller les niveaux d'hormones et, si nécessaire, une échographie de la glande thyroïde, car le risque de développer la maladie est élevé pour eux. N'ignorez pas les visites prévues chez le médecin, même si la maladie est complètement guérie.

Thyroïdite post-partum: symptômes, causes et caractéristiques du traitement

La naissance d'un enfant est un événement heureux dans la vie de chaque femme. Mais c'est durant cette période que diverses maladies graves peuvent apparaître. Thyroïdite post-partum - un phénomène courant.

Inflammation thyroïdienne

La thyroïdite après l'accouchement est un type de thyroïdite assez rare. Il y a une perte de fonction thyroïdienne normale dans cette maladie..

La maladie est plus fréquente chez les femmes qui ont récemment accouché d'un enfant. Il apparaît avec une fréquence de 5-9% des cas dans toutes les grossesses.

Elle survient au cours de la première année après l'accouchement en tant que violation de la glande thyroïde.

Description de la maladie

Qu'est-ce que la thyroïdite auto-immune post-partum? Les hormones thyroïdiennes s'accumulent dans la glande thyroïde. Ils sont nécessaires pour maintenir le corps pendant 2-3 mois. L'endroit où ils se rassemblent s'appelle un colloïde. Il est localisé dans la région folliculaire.

L'immunité d'une femme pendant la grossesse s'affaiblit, ce qui provoque le développement d'une thyroïdite. La destruction des composants folliculaires dans ce contexte se produit, ce qui contribue à la transition des thyroïdes dans les vaisseaux sanguins. Cela provoque une thyréotoxicose et ses symptômes désagréables..

Les femmes atteintes de maladies pathologiques ou chroniques (diabète de type 1, par exemple) sont les plus sensibles à la thyroïdite post-partum. Cela est prouvé par la recherche scientifique. Si une femme a des anticorps contre la peroxydase thyroïdienne, elle est également à risque.

Raisons principales

La fonction du système immunitaire est considérablement réduite en raison de la grossesse, entraînant une thyroïdite post-partum. L'immunité devient auto-agressive pour la glande thyroïde.

Une conséquence de la thyroïdite post-partum est une forme légère d'hyperthyroïdie. Sa durée peut être différente, selon les caractéristiques individuelles de la femme.

Elle peut durer en moyenne 2 à 3 mois, et dure parfois jusqu'à un an ou ne passe pas sans traitement spécialisé.

Plus tôt la maladie est diagnostiquée, mieux c'est. Cela réduira la probabilité de développer diverses complications. Il arrive que la cause de la thyroïdite soit que l'immunité en fin de grossesse augmente fortement. Cela provoque un stress pour les cellules immunitaires, qui n'affecte pas toujours en toute sécurité le corps. Cette situation peut provoquer un déséquilibre dans tous les organes..

Les naissances répétées augmentent le risque de développer la maladie, contrairement à la première. Le degré de manifestation de la thyroïdite après qu'elle dépend de l'état de la glande thyroïde avant la grossesse.

Par conséquent, il est préférable de prendre soin de votre santé avant la maternité. Un examen programmé par un médecin est recommandé. S'il y a divers maux, il vaut mieux les éliminer..

Il convient également de préciser quand il est préférable de concevoir un enfant..

Une approche très sérieuse nécessite une thyroïdite post-partum. Les symptômes et le traitement sont souvent interconnectés. Plus d'informations à ce sujet plus tard..

Les principaux signes de thyroïdite

Certains symptômes connus peuvent vous aider à reconnaître la maladie post-partum. Examinons-les plus en détail:

  • comportement nerveux, pointilleux, trop énergique d'une jeune mère;
  • sautes d'humeur fréquentes - seule une femme a ri, après un certain temps elle pleure déjà, et vice versa;
  • fortes fluctuations de la température corporelle;
  • avec une augmentation de l'appétit, le poids diminue, ce qui est étrange;
  • le rythme cardiaque commence à fonctionner plus souvent et de manière irrégulière;
  • le tremblement peut traverser le corps sans raison particulière.

Une dépression fréquente après l'accouchement chez une femme est la dépression. Par conséquent, il est nécessaire de ne pas confondre la thyroïdite avec elle. Ces signes caractérisent l'hyperthyroïdie, qui peut entraîner une hypothyroïdie, et cette maladie est beaucoup plus grave que la première. Les hormones commencent à être produites en plus petites quantités, après quoi la maladie peut se manifester avec des symptômes supplémentaires:

  • faiblesse, fatigue à n'importe quel nombre de charges, même pas trop importante;
  • somnolence, apathie, dépression;
  • distraction, oubli;
  • gonflement dans tout le corps, transpiration, fièvre;
  • gain de poids progressif dû à une diminution de l'intensité des processus métaboliques et néanmoins un faible appétit.

Si les symptômes ne reçoivent pas l'attention appropriée, ce qui arrive assez souvent, car il y a confusion avec la dépression post-partum, une thyroïdite chronique post-partum se produit. Les symptômes devraient donc pouvoir reconnaître.

Qu'est-ce qu'un facteur de risque?

Avec l'âge, il y a une augmentation progressive du nombre d'anticorps thyroïdiens dans le sang d'une femme. Une jeune fille risque moins de thyroïdite qu'une femme âgée, et cette différence est de 18 à 20%.

De plus, le groupe à risque comprend les femmes dont l'immunité est considérablement affaiblie, ainsi que celles qui souffrent de maladies chroniques. Si vous prévoyez une grossesse, vous devez consulter un spécialiste. Il est nécessaire de prendre des mesures à l'avance pour augmenter la défense immunitaire de l'organisme. Il n'est pas trop tard pour le faire pendant la grossesse, mais uniquement avec des médicaments spéciaux sans danger pour le bébé.

Il convient également de prêter attention aux manifestations de la maladie, ne radiez pas tout pour la dépression post-partum. Il est préférable de se soumettre à nouveau à un examen pour commencer le traitement dès que possible.

Les symptômes peuvent être très similaires - fatigue, somnolence, dépression, apathie. Mais il faut savoir qu'après quelques mois ces manifestations ne s'arrêtent pas.

Si cela se produit, vous devriez immédiatement consulter un médecin pour obtenir des conseils..

La maladie peut ne donner aucun signe évident. C'est pourquoi il y a un malentendu sur la gravité de la situation. Mais dans certains cas, même les spécialistes ont du mal à déterminer qu'il s'agit d'une violation de la glande thyroïde. Des hormones thyroïdiennes spéciales sont nécessaires pour le traitement..

Thyroïdite post-partum: traitement

Pour traiter la thyroïdite post-partum, deux méthodes sont utilisées:

  • thérapie médicamenteuse;
  • traitement de réflexologie informatique.

Les thyréostatiques détruisent la quantité excessive d'hormones sécrétées par la glande thyroïde. Par conséquent, les médecins recommandent de les prendre pour cette maladie. Ils ne sont pas contre-indiqués pendant la lactation, donc l'allaitement ne peut pas être arrêté pendant le traitement. Mais avec l'aide de cette thérapie, la thyroïdite post-partum avec hypothyroïdie peut être remplacée.

Si les hormones sont insuffisantes dans le sang, un traitement hormonal sera nécessaire. Dans ce cas, des médicaments thyréostatiques sont également prescrits. Mais, malheureusement, rien ne garantit que le corps commencera lui-même à produire les hormones manquantes. Cela ne fera qu'améliorer les tests, et une récupération complète du système endocrinien n'aura pas lieu..

L'état général peut également s'améliorer, mais les principaux symptômes de la maladie resteront et la fonction thyroïdienne ne se rétablira pas..

La réflexologie informatique peut stabiliser la production d'hormones lors de la prévention de la thyroïdite post-partum..

Dans ce cas, un courant stable est appliqué aux points actifs du corps. Ils sont biologiquement actifs et interconnectés avec le centre cérébral à travers le système nerveux. De plus, aucun médicament supplémentaire ne sera nécessaire.

Cette méthode de réflexologie informatique aide à restaurer pleinement la fonction de la glande thyroïde, ainsi que la production normale d'hormones dans le corps. Il se sentira bien, tous les systèmes fonctionneront de manière coordonnée et organisée..

Les examens des médecins confirment l'efficacité de la réflexologie par rapport au traitement médicamenteux.

Et ils ont récemment essayé de prescrire uniquement cette thérapie avec un diagnostic de thyroïdite post-partum.

La manière de distinguer cette maladie du DTZ (goitre toxique diffus) est bien connue des spécialistes, et il est nécessaire de différencier ces affections dans le temps afin que le traitement soit correct et opportun..

Combien de temps le traitement devrait-il durer??

L'efficacité des méthodes préventives et le degré de la maladie affectent la durée du traitement jusqu'à guérison complète. Cela dure environ 2-3 mois. Le traitement ne sera pas nécessaire si la femme ne veut pas avoir d'enfants à l'avenir. Ensuite, il suffira de consulter régulièrement le médecin pour un examen bimensuel.

Lors de la planification d'une grossesse ultérieure, la «Thyroxine» est prescrite. Pour éviter que l'hypothyroïdie ne devienne chronique, vous devez donner régulièrement du sang pour les hormones.

Thyroïdite post-partum: diagnostic

L'hyperthyroïdie est très difficile à détecter, à savoir qu'il s'agit du premier stade de la thyroïdite. Il n'y a aucun symptôme en tant que tel. Mais au premier soupçon, vous devez consulter un spécialiste pour obtenir des conseils. Il vous prescrira un test hormonal thyroïdien..

Quelle est la prévision?

La thyroïdite post-partum disparaît complètement en un an avec le bon traitement. Cela le distingue des autres thyroïdites, qui le plus souvent ne guérissent pas complètement, mais deviennent chroniques.

La thérapie doit être abordée de manière extrêmement responsable, car tant de femmes courent le risque de les rendre malades à vie. C'est une thyroïdite post-partum dangereuse.

BelMAPO (Belarusian Medical Academy of Postgraduate Education), par exemple, forme les médecins à poser le bon diagnostic et à prescrire un traitement. Par conséquent, beaucoup dépend souvent des qualifications d'un spécialiste, et vous devez faire attention à cela lors du choix d'un médecin.

Quels médecins dois-je contacter?

Un gynécologue ou un endocrinologue peut aider à faire face à la maladie. Ils effectueront un diagnostic de haute qualité, prescriront des tests et un traitement si nécessaire. Il est également possible de déterminer le degré de maladie post-partum. La thérapie est sélectionnée individuellement, en fonction des caractéristiques du corps féminin.

Conclusion

La thyroïdite post-partum est une maladie grave, elle doit donc être prise au sérieux. Surtout s'il y a des signes, mais on ne sait pas encore de quoi ils parlent. La thérapie doit être complète et immédiate, cela garantit l'efficacité.

Pourquoi la thyroïdite post-partum apparaît-elle et comment est-elle traitée?

La thyroïdite post-partum est une maladie auto-immune qui se manifeste sous la forme d'une pathologie thyroïdienne dysfonctionnelle qui survient dans la période post-partum. Selon les statistiques, jusqu'à 9% des femmes sont confrontées à la maladie du système endocrinien présentée. Il se développe pendant la première année après la naissance.

Selon les statistiques, jusqu'à 9% des femmes souffrent de thyroïdite post-partum.

Pourquoi la maladie survient-elle?

Cette pathologie se développe dans le contexte d'une augmentation de l'activité de la thyroïdite, qui se manifeste activement pendant la grossesse. Après le processus de naissance, le nombre d'anticorps dits antithyroïdiens augmente de manière significative, ce qui entraîne une perturbation de l'équilibre hormonal, ce qui entraîne l'apparition de la maladie. De plus, les facteurs suivants contribuent à ce processus:

  • l'effet des œstrogènes sur la composante lymphocytaire du système immunitaire;
  • la présence de maladies endocriniennes chroniques;
  • hyperthyroïdie observée avant la grossesse;
  • forte activation de l'immunité, caractéristique de la période post-partum, après une immunodéficience transitoire précédente;
  • la présence de diabète;
  • prédisposition génétique et facteur héréditaire;
  • maladies aiguës, infectieuses et respiratoires transmises pendant la grossesse ou dans les premiers mois après la naissance;
  • stress fréquents, surcharge émotionnelle, psychologique, ainsi que surmenage physique;
  • la présence dans le corps de la femme de foyers d'infection chronique (carie, amygdalite, sinusite, etc.);
  • malnutrition;
  • l'impact de facteurs environnementaux négatifs;
  • le processus d'auto-agression en relation avec les tissus de la glande thyroïde par le système immunitaire.

Qui est à risque?

Théoriquement, presque toutes les femmes peuvent avoir une thyroïdite post-partum. Cependant, les experts ont identifié un groupe spécifique de patients les plus sensibles à la pathologie en question. Ceux-ci inclus:

  • porteurs d'anticorps spécifiques contre la peroxydase thyroïdienne;
  • les personnes souffrant de divers types de troubles auto-immunes;
  • les femmes de plus de 35 ans;
  • les patients souffrant de troubles du système nerveux;
  • les femmes ayant une prédisposition héréditaire à cette maladie;
  • les patients ayant des antécédents de post-partum.

Lorsque les anticorps contre la peroxydase thyroïdienne sont élevés, cela peut indiquer la présence de maladies dans le corps. Pour identifier la pathologie est nécessaire... Lire la suite >>

Il convient de noter que le risque de développer une thyroïdite post-partum augmente de plusieurs pour cent à chaque grossesse ultérieure. Autrement dit, plus une femme accouche souvent, plus ses chances de développer cette pathologie endocrine sont élevées.

À chaque grossesse ultérieure, le risque de thyroïdite post-partum augmente.

Signes de pathologie

La maladie endocrinienne considérée se manifeste principalement dans les 8 à 14 semaines après la naissance. Les symptômes sont mal exprimés et, dans les premiers stades de développement, la maladie peut même survenir sans la présence de signes prononcés. Cependant, les endocrinologues ont identifié les symptômes les plus caractéristiques de la thyroïdite post-partum. Ceux-ci inclus:

  • état déprimé;
  • une dépression;
  • fatigue;
  • somnolence;
  • perte de poids avec augmentation de l'appétit;
  • surséchage et pâleur de la peau;
  • irritabilité sans cause;
  • perte et fragilité des cheveux;
  • trouble de la mémoire;
  • perturbations de sommeil;
  • constipation
  • faiblesse et raideur dans divers groupes musculaires;
  • réaction accrue aux changements des conditions météorologiques et climatiques;
  • inconfort, sensation de pression et présence d'un corps étranger dans la glande thyroïde;
  • difficulté à avaler;
  • douleur dans les articulations et les os;
  • tachycardie;
  • attaques de chaleur périodiques, similaires aux bouffées de chaleur pendant la ménopause;
  • gonflement des extrémités;
  • l'apparition de poches sous les yeux;
  • douleur périodique dans le bas-ventre.

De plus, les symptômes de cette maladie dépendent largement de son stade, dont il existe trois. Considérez-les plus en détail:

  • Thyrotoxicose. Sur ce troupeau, il y a des signes tels qu'un rythme cardiaque rapide, une transpiration accrue, des tremblements dans le corps, des sautes d'humeur soudaines, une anxiété sans cause et une intolérance à la chaleur.
  • Hypothyroïdie Les symptômes suivants sont typiques à ce stade: perte de poids, faiblesse générale, troubles de la mémoire, difficultés respiratoires, développement d'une insuffisance cardiaque, hypotension, troubles mentaux, asthénie, douleur dans les articulations et les tissus musculaires.
  • Récupération. À ce stade, le processus de restauration de la fonction thyroïdienne se produit, par conséquent, tous les signes de la maladie diminuent progressivement et deviennent légers.

Méthodes de diagnostic

La thyroïdite post-partum est diagnostiquée par un endocrinologue sur la base d'un examen du tableau clinique général, des symptômes et des résultats d'un examen médical.

De plus, comme la maladie n'a pas de signes caractéristiques prononcés, dans la plupart des cas, afin de poser un diagnostic précis, le patient se voit attribuer un certain nombre d'études supplémentaires.

Il s'agit des procédures suivantes:

  • Examen échographique pour exclure la présence d'autres maladies pathologiques similaires.
  • Test sanguin biochimique étendu.
  • Scintigraphie thyroïdienne. Cette procédure consiste à introduire des indicateurs radio spéciaux, dont le rayonnement offre la possibilité d'une visualisation détaillée de l'image. La méthode présentée donne les résultats les plus précis, cependant, elle ne peut être produite qu'après l'arrêt de l'allaitement.
  • Étude en laboratoire du rapport AT / TPO.
  • Immunogramme.
  • Biopsie à l'aiguille fine.
  • Analyses pour déterminer le degré d'hormone stimulant la thyroïde dans le sérum sanguin.

Comment se débarrasser de la pathologie?

Dans l'immense majorité des cas, les symptômes de la maladie endocrinienne considérée disparaissent tout au long de l'année, et progressivement le fonctionnement normal de la glande thyroïde est rétabli sans moyens auxiliaires. Cependant, en cours aigu et prolongé, en particulier dans le contexte du développement de maladies concomitantes, il peut être nécessaire d'utiliser des mesures thérapeutiques appropriées.

Le traitement de la thyroïdite post-partum est principalement un médicament.

Il consiste à utiliser des médicaments hormonaux bêta-bloquants comme Atenolol, ainsi que des préparations d'iode.

Au stade de l'hypothyroïdie, on prescrit aux patients des comprimés thyroïdiens spéciaux qui compensent le manque d'hormones, qui devraient normalement être reproduites par la glande thyroïde. La durée du traitement est de 9 mois à un an.

En cas de processus inflammatoire dans la glande thyroïde, l'utilisation d'anti-inflammatoires non stéroïdiens (Indométacine, Voltaren, Metindol, etc.) est recommandée..

S'il y a une augmentation nette et inexplicable de la taille de la glande thyroïde, alors la meilleure option aujourd'hui est considérée comme un traitement chirurgical, qui est une opération pour retirer la glande thyroïde. Environ un an après la chirurgie, l'équilibre hormonal et l'activité du système endocrinien reviennent progressivement à la normale..

La thyroïdite post-partum est une pathologie assez courante, qui est extrêmement rarement diagnostiquée. Cela est dû au fait que la maladie en question n'a pas de signes prononcés et est souvent complètement asymptomatique, de sorte que les patients ne soupçonnent parfois même pas un problème similaire et ne vont pas chez le médecin.

Le pronostic médical de cette maladie est jugé favorable..

Dans la grande majorité des cas, en un an et demi, le fonctionnement normal de la glande thyroïde est entièrement rétabli, le fond hormonal s'améliore.

Selon les statistiques, chez environ 30% des patientes, la thyroïdite post-partum entre dans une forme chronique d'hypothyroïdie avec des rechutes souvent récurrentes.

Pourquoi la thyroïdite survient-elle après l'accouchement et comment la guérir

La thyroïdite post-partum est une inflammation transitoire (temporaire) de la glande thyroïde qui survient dans l'année suivant l'accouchement.

Manifesté par une fatigue chronique, une altération de la lactation, la formation de ganglions douloureux sur le cou, la perte de cheveux, un état dépressif.

Pour identifier les causes des troubles endocriniens, ils ont recours à la scintigraphie et à l'échographie de la glande thyroïde, un test sanguin pour les hormones thyroïdiennes. Dans 97% des cas, ils se limitent à un traitement conservateur avec des agents hormonaux.

Ce qui déclenche un dysfonctionnement thyroïdien après l'accouchement

La thyroïdite post-partum est une pathologie qui survient en raison d'un dysfonctionnement du système immunitaire. Habituellement, les symptômes apparaissent dans l'année qui suit la naissance du bébé. Mais le plus souvent, les patientes se plaignent d'une détérioration du bien-être à 8-14 semaines de la période post-partum.

La cause de la thyroïdite réside dans l'inhibition naturelle des fonctions du système immunitaire pendant la gestation. Pendant la grossesse, le placenta émergeant et le fœtus produisent des protéines qui diminuent la résistance du corps. Cela est nécessaire pour réduire le risque de rejet d'embryon après l'implantation dans l'utérus..

Mais après la naissance du bébé, l'activité fonctionnelle des cellules défensives est rétablie. Parfois, pendant cette période, le système immunitaire fonctionne mal et commence à sécréter des anticorps contre la glande thyroïde.

En endocrinologie clinique, la thyroïdite chez les femmes en période post-partum est considérée comme une variante de la thyroïdopathie auto-immune - une maladie avec une prédisposition génétique causée par une inflammation thyroïdienne auto-immune.

Facteurs provoquant une thyroïdite post-partum:

  • Diabète. Chez les femmes atteintes de diabète de type 1, la production nocturne de l'hormone adénohypophyse (thyrotropine), qui stimule la synthèse de la triiodothyronine (T3) et de la thyroxine (T4), est réduite. Dans le contexte d'une diminution de la fonction thyroïdienne et de dysfonctionnements auto-immunes, le risque de thyroïdite augmente.
  • Pathologie de la glande thyroïde. Les femmes qui ont eu une maladie de la thyroïde souffrent d'une inflammation de la glande pendant la période post-partum 3 fois plus souvent.
  • Grossesses répétées. Après chaque naissance, le risque d'auto-agression des cellules thyroïdiennes (thyrocytes) augmente de 1,5 à 2 fois. Par conséquent, la thyroïdite est plus fréquente chez les patients multipares.
  • Titre élevé d'anticorps dirigés contre la thyroglobuline (AT-TG) et la thyroperoxydase (anti-TPO). La thyroïdite auto-immune post-partum est diagnostiquée chez 25% des patientes avec une AT-TG élevée et chez 50% avec une anti-TPO.

Le phénomène de la réponse immunitaire est un maillon clé du mécanisme de la thyroïdite auto-immune post-partum.

Après la naissance d'un enfant, la quantité d'anti-TPO dans le corps féminin augmente, ce qui est dû à une synthèse accrue des immunoglobulines après une longue suppression de l'immunité.

La thyréotoxicose se produit en raison de l'effet sur les cellules complexes de protéines complexes qui ont été synthétisées à l'origine pour protéger le corps contre les objets étrangers.

Symptômes principaux

Une attaque par des auto-anticorps thyroïdiens détruit ses cellules fonctionnelles. Des hormones contenant de l'iode en sont libérées, donc au début la maladie se manifeste par une thyréotoxicose. 8 patients sur 10 ont une thyroïdite en trois phases.

Phases de thyroïdite post-partum:

  • thyrotoxique;
  • euthyroïdien;
  • hypothyroïde.

La première phase apparaît à 8-12 semaines de la période post-partum. La dysfonction thyroïdienne est indiquée par:

  • fatigabilité rapide;
  • anxiété;
  • tremblement de la main;
  • cardiopalmus;
  • perte de poids;
  • transpiration excessive;
  • trouble du sommeil.

Après 12 semaines, le bien-être de la femme s'améliore, les signes de troubles endocriniens disparaissent. La phase euthyroïdienne ne dure pas plus de 4 à 7 semaines, après quoi des signes d'hypothyroïdie apparaissent. La dernière phase dure de 4 à 6 mois.

L'évolution paradoxale de la thyroïdite après l'accouchement n'est pas exclue. Chez 40% des patients, elle ne se manifeste que par des symptômes d'hypothyroïdie, chez 20% supplémentaires - la thyréotoxicose.

Sans traitement, la thyroïdite auto-immune post-partum progresse. Les anticorps continuent de bombarder la glande thyroïde, de sorte que le nombre de thyrocytes sains est réduit. La concentration de T3 et T4 diminue et la phase d'euthyroïdie est remplacée par l'hypothyroïdie.

Symptômes de la thyroïdite post-partum en phase hypothyroïdienne:

  • lenteur des mouvements;
  • diminution de la température corporelle;
  • gain de poids;
  • gonflement des paupières;
  • diminution de la capacité intellectuelle;
  • léthargie;
  • somnolence;
  • intolérance au froid.

À partir de la 19e semaine de la période post-partum, les signes d'hypothyroïdie augmentent. Les femmes se plaignent de la perte de cheveux, de la peau sèche, des douleurs musculaires. Après six mois, les fonctions du système immunitaire sont restaurées, de sorte que les signes de thyroïdite disparaissent.

Quelle est la maladie dangereuse?

La thyroïdite auto-immune post-partum nécessite un traitement médical. Sans prise de médicaments immunosuppresseurs, le risque d'hypothyroïdie de transition (à court terme) à permanente augmente. Selon les statistiques, une complication survient chez 1/3 des femmes souffrant d'une inflammation thyroïdienne post-partum. Ils sont contraints tout au long de leur vie de prendre des substituts aux hormones contenant de l'iode.

Les patients thyroïdiens sont 5 fois plus susceptibles de souffrir de thyroïdite lors d'accouchements répétés.

Il existe une relation entre la phase hypothyroïdienne prolongée de la maladie et la dépression post-partum. La perte de capacité à profiter de la vie est 3 fois plus souvent détectée chez les femmes souffrant de dysfonction thyroïdienne.

Méthodes de diagnostic

Le diagnostic de thyroïdite post-partum est établi par l'endocrinologue après un examen complet. Pendant la collecte des données, le médecin pose des questions sur les problèmes de santé, palpe la glande thyroïde.

L'identification de la phase de la thyroïdite est la tâche principale du diagnostic. Selon les résultats de l'étude, le médecin distingue la pathologie de la thyroïdite de Hashimoto et de la maladie de Bazedova, détermine les tactiques de traitement appropriées.

Méthodes de détection de la thyroïdite chez les femmes dans la période post-partum:

  • Test sanguin pour les anticorps anti-TPO. Des anticorps anti-peroxydase thyroïdienne sont détectés chez 80% des patients, tandis que le niveau d'anticorps dirigés contre les récepteurs TSH reste toujours normal. En cas de maladie de Basedova, les deux types d’anticorps dépassent les valeurs de référence..
  • Analyse pour TTG, T4 et T3. En phase thyrotoxique, le taux de TSH est toujours élevé et la T4 reste normale chez 50% des femmes. Avec le goitre toxique diffus, les hormones dépassent largement les valeurs normales et la TSH est abaissée..
  • Échographie de la glande thyroïde. En raison de dommages aux thyrocytes, l'échogénicité de la glande thyroïde diminue, mais en raison de l'inflammation, le volume du tissu glandulaire augmente légèrement.

Les femmes qui n'allaitent pas un bébé se voient prescrire une scintigraphie thyroïdienne. Un radio-indicateur est introduit dans le corps, qui est absorbé par les cellules de la glande thyroïde. Au cours d'une étude radiologique, l'endocrinologue identifie les zones hormonalement actives (chaudes) et inactives (froides). Avec la maladie de Basedova, des ganglions chauds sont détectés et avec une thyroïdite post-partum, ils sont absents.

Comment distinguer la thyroïdite de la dépression post-partum

La dépression est un symptôme caractéristique de la thyroïdite en phase hypothyroïdienne. Il existe une corrélation directe entre les maladies, il est donc difficile de déterminer de manière indépendante la cause profonde de la détérioration de l'état psycho-émotionnel.

Avec la pathologie de la glande thyroïde, les patients se plaignent non seulement de léthargie, mais également de troubles somatiques. La thyroïdite post-partum est suspectée dans les cas où une mauvaise humeur est associée à:

  • constipation chronique;
  • peau sèche;
  • diminution de l'appétit;
  • ongles cassants;
  • inattention
  • déficience de mémoire;
  • ronflement pendant le sommeil;
  • gonflement du visage;
  • engourdissement des mains;
  • bourdonnement dans les oreilles;
  • gain de poids.

Avec un cours de thyroïdite en trois phases, un état dépressif est précédé de symptômes de thyrotoxicose - labilité émotionnelle, augmentation de l'appétit, transpiration, palpitations.

La dépression post-partum apparaît comme les symptômes d'un trouble dépressif majeur. Souvent, il se présente sous une forme déguisée, caractérisée par l'absence de mauvaise humeur. Au lieu de cela, les patients se plaignent de:

  • anhédonie (incapacité à profiter de la vie);
  • ronger la culpabilité;
  • léthargie;
  • abaissement de soi.

Selon les statistiques, 13% des mères souffrent de dépression post-partum dans les 6 semaines suivant la naissance. Avec la thyroïdite en trois phases, les symptômes d'hypothyroïdie n'apparaissent que de 19 à 24 semaines.

Traitement de l'inflammation thyroïdienne

Aucun traitement spécifique de l'inflammation post-partum n'a été développé. En l'absence de pathologies concomitantes se limitent à un traitement conservateur. Dans la phase thyrotoxique, des médicaments à action symptomatique sont utilisés. Les thyréostatiques ne sont pas prescrits, car l'augmentation de la concentration de T3 et T4 n'est pas causée par une hyperfonctionnement de la glande, mais par une inflammation et une destruction des thyrocytes.

Le schéma de traitement de la thyroïdite en trois phases:

  • Remèdes symptomatiques. Pour le tremblement des mains, l'anxiété sans cause et la tachycardie, des bêta-bloquants sont utilisés - Betalok Zok, Vazokardin SR, Anaprilin. L'inflammation et la douleur de la glande sont éliminées par des anti-inflammatoires non stéroïdiens (indométhacine, kétorolac, naproxène).
  • Médicaments hormonaux. La phase hypothyroïdienne dure au moins 4 mois. Pour normaliser le fond hormonal et accélérer le métabolisme, des préparations de thyroxine sont utilisées - L-thyroxine, Lévothyroxine, Bagothyrox.
  • Médicaments contenant de l'iode. Après le traitement, l'apport d'iode est surveillé. Pour stimuler la fonction thyroïdienne, l'iode normal, l'équilibre en iode et l'iodure de potassium sont utilisés..

Si l'hypothyroïdie persiste après le traitement, un traitement hormonal substitutif à vie est prescrit.

Prévision et prévention

Avec un traitement rapide et le respect des recommandations médicales par une femme, la performance de la glande thyroïde est entièrement restaurée. L'inflammation ne disparaît pas, mais entre dans une phase de rémission persistante.

En raison d'une augmentation du titre d'anticorps anti-peroxydase thyroïdienne chez 2/3 patients, le risque d'hypothyroïdie reste.

Par conséquent, ils doivent être examinés au moins 1 à 2 fois par an par un endocrinologue, subir une échographie et passer des tests hormonaux.

Pour prévenir la thyroïdite, vous devez:

  • planifier une grossesse sous la supervision d'un obstétricien-gynécologue;
  • visitez l'endocrinologue 2-3 fois par trimestre;
  • manger équilibré;
  • prendre des médicaments contenant de l'iode pendant la grossesse (iodomarine et ses analogues);
  • traiter les maladies infectieuses à temps.

Avec une grossesse répétée, le risque d'exacerbation de PT augmente plusieurs fois. Pour l'empêcher, certains patients se voient prescrire des immunosuppresseurs - des médicaments qui suppriment l'immunité. Un traitement rapide empêche la transition de la thyroïdite post-partum à l'hypothyroïdie chronique.