Prolactinome hypophysaire

Le prolactinome est une tumeur hypophysaire productrice de prolactine, souvent bénigne. Les symptômes de la maladie chez la femme diffèrent des signes de prolactinome chez l'homme.

Qu'est-ce que le prolactinome??

L'hypophyse produit de nombreuses hormones, telles que la prolactine, la lutéinisante (LH), l'hormone folliculo-stimulante (FG). La prolactine est souvent appelée «hormone du lait» car elle stimule la production de lait post-partum, mais elle est également produite chez l'homme, quoique en plus petites quantités..

Le sexe et la reproduction sont contrôlés par FG et LH. Chez les femmes, elles provoquent la libération d'œstrogènes et stimulent les ovaires à produire des ovules. Ces hormones sont nécessaires à un cycle menstruel normal. Ils provoquent également la libération de testostérone chez les hommes et stimulent la production de sperme à partir des testicules..

Le prolactinome hypophysaire (les symptômes chez les femmes sont légèrement différents de ceux des hommes) survient également aux premiers stades de la préménopause.

Classification de la prolactine

En médecine, la classification des adénomes hypophysaires par localisation et taille est utilisée.

  • Microprolactinomes. Ce sont de petites tumeurs de moins d'un cm de diamètre..
  • Macroprolactinomes. Ceux-ci comprennent des adénomes d'un diamètre supérieur à 1 cm et peuvent exercer une pression sur les zones voisines de l'hypophyse et du cerveau..

Le premier type de tumeur est caractéristique des femmes et le second - pour les hommes.

Par activité, les tumeurs sont divisées en catégories hormonales passives et hormonales actives.

Causes des tumeurs bénignes

La plupart des adénomes hypophysaires se développent indépendamment et la cause de leur apparition est souvent inconnue. Dans certains cas, les facteurs génétiques jouent un rôle. Par exemple, un trouble héréditaire de néoplasie endocrinienne multiple du premier type augmente le risque de développer des néoplasmes bénins.

Quelles sont les autres causes d'une augmentation des niveaux de prolactine:

  • Grossesse et allaitement.
  • Activité physique renforcée.
  • Rapports sexuels.
  • Stimulation des mamelons.
  • Blessure à la poitrine.
  • Des situations stressantes.
  • Saisies.
  • Prendre des médicaments (antipsychotiques, antiémétiques, antihistaminiques).
  • Maladies pouvant augmenter les taux de prolactine: liées aux reins.
  • Hypothyroïdie.
  • Tinea quand il couvre la poitrine.

Ainsi que d'autres grosses tumeurs situées près de l'hypophyse et en appuyant dessus, peuvent augmenter les niveaux de prolactine.

Facteurs de risque

Le prolactinome hypophysaire survient plus souvent chez les femmes que chez les hommes. Les enfants et les adolescents sont moins susceptibles de souffrir de tumeurs de ce type, mais les symptômes du prolactinome peuvent entraîner un long retard ou bloquer la puberté..

Premiers signes et symptômes

Les premiers signes et symptômes passent souvent inaperçus, mais les femmes prêtent attention aux signes inhabituels plus tôt que les hommes, car il y a des changements dans le cycle menstruel ou des écoulements du sein en dehors de la grossesse et de l'allaitement.

Souvent, les femmes prenant des hormones sexuelles dans des pilules contraceptives, dans des médicaments de thérapie hormonale substitutive, peuvent ne pas remarquer les changements. Les hommes commencent à soupçonner la présence d'un néoplasme à un stade avancé, lorsqu'une tumeur déjà importante, en appuyant sur l'hypophyse, provoque une augmentation des maux de tête, une déficience visuelle.

Principales caractéristiques:

    La déficience visuelle est l'un des premiers symptômes de l'adénome hypophysaire en raison de la pression mécanique dans le chiasm visuel. Un diagnostic et un traitement retardés des troubles causés par une tumeur cérébrale peuvent provoquer une cécité irréversible..

La déficience visuelle due à la pression tumorale sur le nerf optique est le principal symptôme du prolactinome hypophysaire chez la femme

  • Symptômes d'augmentation de la pression intracrânienne, tels que nausées et vomissements, principalement le matin, maux de tête progressifs
  • Chez les femmes

    Chez les femmes, les symptômes courants du prolactinome comprennent:

    • changements dans la menstruation, tels que des règles irrégulières ou un manque de règles;
    • infertilité;
    • l'excrétion de lait en dehors de la grossesse;
    • perte d'intérêt pour le sexe;
    • inconfort, douleur pendant les rapports sexuels due à la sécheresse vaginale;
    • la croissance des cheveux sur le corps et le visage.

    Chez l'homme

    Chez les hommes atteints de prolactinomes, les tumeurs ont généralement un diamètre supérieur à 10 mm (macroprolactinomes). Ces tumeurs sont souvent et avec succès traitées avec des pilules. Comme chez la femme, la production de FG et de LH par l'hypophyse diminue sous l'action de la prolactine. Cela, à son tour, réduit les niveaux de testostérone et peut conduire à l'impuissance, et un faible nombre de spermatozoïdes conduit les hommes à l'infertilité..

    Symptômes chez les hommes:

    • perte d'intérêt pour le sexe;
    • dysfonction érectile;
    • une diminution de la croissance des cheveux sur le visage;
    • hypertrophie mammaire atypique (gynécomastie).

    Effets

    Il existe plusieurs types de complications et de risques associés au prolactinome:

    • La tumeur peut se développer à tout âge, bien qu'elle survienne plus souvent chez les femmes âgées de 20 à 35 ans.
    • Les complications comprennent une déficience visuelle, car un néoplasme qui apparaît dans l'hypophyse comprime le nerf optique s'il n'est pas traité.
    • Des complications supplémentaires surviennent à la suite d'une carence hormonale due à une pression accrue sur l'hypophyse, de telles conditions incluent l'hypothyroïdie, l'insuffisance surrénale et la carence en hormone de croissance.

    Les symptômes du prolactinome chez les femmes provoquent une hypothyroïdie, et parfois l'hypothyroïdie provoque une tumeur hypophysaire

  • Une quantité accrue de prolactine entraîne une diminution de la production d'oestrogène et de testostérone. En conséquence, la densité osseuse diminue et l'ostéoporose peut se développer..
  • Complications de grossesse. Chez les femmes, la production d'œstrogènes augmente pendant cette période, ce qui peut également être un facteur de risque de formation de tumeurs. En conséquence: maux de tête, changements de vision.
  • Microadénome et prolactinome

    La grande majorité des tumeurs de l'hypophyse sont bénignes. Ils peuvent être hormonaux et inactifs. Les premiers produisent beaucoup d'hormones de prolactine, d'hormones de croissance, d'hormones de croissance et peu d'autres, ce qui entraîne un dysfonctionnement de la thyroïde et des glandes reproductrices, des glandes surrénales.

    Inactif peut également constituer une menace, même si les néoplasmes sont petits, pas plus de 10 mm. Les microadénomes situés à la base du crâne, sujets à la croissance, peuvent affecter la glande endocrine, comprimer les nerfs optiques.

    Les différences dans la présentation et l'image des microadénomes et de la prolactine représentent une différence de taille plutôt qu'une différence fondamentale en biologie.

    Prolactinome et grossesse

    Si une femme a un petit prolactinome, il n'y a aucune raison pour qu'elle ne puisse pas tomber enceinte.

    Chez les femmes présentant de gros prolactinomes, le risque de lésion des nerfs hypophysaires ou optiques est plus élevé, et certains médecins pensent qu'il atteint 25%. Mais si elle est tombée enceinte avec succès, les chances d'avoir un bébé en bonne santé sont grandes.

    Il est conseillé de discuter des plans de conception avec un médecin, de subir une imagerie par résonance magnétique (IRM) pour évaluer la taille de la tumeur et d'examiner l'œil en vérifiant les champs visuels..

    Dès que la patiente tombe enceinte, le médecin conseille d'arrêter de prendre de la bromocriptine ou de la cabergoline, deux médicaments couramment utilisés pour traiter les prolactinomes. La plupart des endocrinologues examinent les patientes tous les deux mois tout au long de leur grossesse..

    Prolactinome et allaitement

    Dans la période post-partum, les femmes atteintes de petites tumeurs peuvent généralement allaiter leur bébé. Dans ce cas, consultez l'endocrinologue au sujet de l'allaitement maternel..

    Pendant la grossesse, l'allaitement, les médecins ne mesurent généralement pas les niveaux de prolactine. Des études sont menées deux mois après l'allaitement.

    Diagnostique

    Le prolactinome hypophysaire (les symptômes chez les femmes indiquent un excès de prolactine) est diagnostiqué à l'aide de méthodes de laboratoire et visuelles..

    Ce que vous devez examiner?

    Tout d'abord, il est nécessaire d'identifier la quantité de prolactine dans le corps d'une femme. À l'étape suivante, des études visuelles sont effectuées pour identifier une tumeur dans l'hypophyse et l'hypothalamus.

    Analyses

    De nombreux médecins pensent qu'il est nécessaire d'effectuer un test sanguin en laboratoire pour détecter les niveaux de prolactine, au moins deux fois.

    Cela est dû au fait que dans certains cas, il existe des écarts entre une grande taille de tumeur et une augmentation modérée de la prolactine. L'étude recommande une double dilution constante du sérum sanguin pour éliminer les fausses conclusions.

    Niveau de prolactine dans le prolactinome

    Pendant la journée, le niveau de l'hormone peut changer, il augmente pendant le sommeil et le matin. Par conséquent, le sang veineux est préférable de prendre pour la recherche le matin ou après un repos de 30 minutes.

    Tableau des niveaux de prolactine chez les femmes, les filles:

    Âge Valeur, μme / ml
    10-13 ans40,2-204,4
    14-16 ans64,6-306,4
    17-18 ans45,5-390,2
    Plus de 18 ans (pas les femmes enceintes)103–497

    Le résultat est affecté par la grossesse, l'anorexie, l'hypothyroïdie, les maladies rénales, la consommation de drogues. Dans de tels cas, le niveau hormonal augmente..

    Examen instrumental

    L'IRM est prescrite pour détecter la tumeur et sa taille. La TDM donne également une image, mais cette étude est moins sensible que l'IRM..

    Ces tests sont effectués après exclusion des causes secondaires des taux élevés de prolactine..

    Des études génétiques sont effectuées en cas d'antécédents familiaux de suspicions de maladies endocriniennes.

    Recherche différentielle

    Le prolactinome hypophysaire (les symptômes chez les femmes ont des caractéristiques étiologiques diverses) suggère une histoire approfondie de la maladie et des outils pour diagnostiquer les organes qui sont responsables du processus de régulation de la sécrétion de prolactine.

    Certains patients développent une production hormonale accrue dans un contexte de maladie rénale, une consommation accrue d'antipsychotiques, d'antidépresseurs. Les femmes qui prennent des contraceptifs oraux à fortes doses d'œstrogènes ont un niveau élevé de prolactine.

    Traitement du prolactinome hypophysaire

    Un traitement conservateur des adénomes hypophysaires est possible avec les types de tumeurs hormono-dépendantes. Dans ce cas, l'utilisation de médicaments qui réduisent la sécrétion de prolactine ou d'antagonistes des hormones de croissance peut réduire considérablement la taille de la tumeur, évitant ainsi la nécessité d'une intervention chirurgicale..

    L'objectif de la thérapie est de réduire les niveaux de prolactine, de stabiliser ou de réduire la taille de la tumeur, de corriger la vision altérée et de restaurer la fonction hypophysaire normale. Chirurgie ou radiothérapie rarement utilisées.

    Thérapie conservatrice: médicaments, vitamines

    Deux antagonistes de la dopamine sont largement utilisés en thérapie - la cabergoline et la bromocriptine. Des médicaments appelés antagonistes de la dopamine contrôlent les niveaux de prolactine et réduisent efficacement la tumeur. Ces médicaments imitent les effets de la dopamine chimique sur le cerveau..

    Une drogue Substance active Les indications Dose Contre-indications
    Cabergoline

    0,5 mg

    Suppression de la lactation post-partum,

    prévention physiologique de la lactation.

    Le médicament est utilisé 1-2 fois par semaine, la dose initiale est de 0,25 à 0,5 mg, suivie d'une augmentation de la dose de prolactine normale.Fonction respiratoire altérée, lactation, pathologie de l'appareil cardiaque valvulaire.
    BromocriptineBromocriptine, 2,5 mgInfertilité féminine, irrégularités menstruelles, aménorrhée, accompagnée de galactorrhée, pour arrêter la lactation.La dose initiale de 0,62 à 1,25 mg / jour, avec une augmentation ultérieure à 7,5 mg / jour.Psychose endogène, toxicose pendant la grossesse, hypertension artérielle et hypotension, maladie cardiovasculaire grave.
    QuinagolidequinagolideHyperprolactinémie résultant de macro - ou microadénomes.La dose initiale est de 25 mcg / jour, une augmentation de la dose tous les 3-5 jours de 25 mcg, un maximum de 300 mcg.Insuffisance hépatique, psychose aiguë, alcool.

    La cabergoline est un médicament de première intention et de tous les médicaments est le plus efficace et le plus puissant, a peu d'effets secondaires.

    Il est préférable de le prendre le soir, avec un dîner léger, par exemple du thé, du lait et des biscuits. Cela réduit la probabilité d'effets indésirables..

    Le prolactinome hypophysaire est traité avec des médicaments qui peuvent provoquer des effets secondaires chez les femmes. Les effets indésirables courants de tous les médicaments comprennent les nausées, les vomissements et les étourdissements..

    Le traitement doit être commencé avec une faible dose et la prise de médicaments avant le coucher réduit la survenue de symptômes désagréables.

    Les patients prenant de la cabergoline ou de la bromocriptine pour des maladies de l'hypophyse, par précaution, il est recommandé de procéder périodiquement à un échocardiogramme du cœur.

    Une réduction de la dose ou un retrait du médicament est recommandé au plus tôt 2 ans après un traitement continu. Après l'arrêt du médicament, les taux annuels de prolactine sont contrôlés pendant 5 ans.

    Physiothérapie

    Actuellement, la radiochirurgie est utilisée, dans laquelle une forte dose de rayonnement visant l'adénome est utilisée.

    La radiochirurgie stéréotaxique est une méthode innovante de rayonnement ultra-précis avec un impact minimal sur les tissus sains environnants, qui permet de détruire complètement le foyer pathologique.

    Homéopathie

    Le prolactinome hypophysaire (les symptômes chez la femme devraient être l'occasion de voir un médecin) implique dans certains cas un traitement avec des remèdes homéopathiques.

    Ils doivent répondre aux objectifs:

    • renforcer le système immunitaire;
    • stabiliser la glycémie;
    • minimiser l'exposition au stress.

    Les produits à base de plantes sont exempts de produits chimiques, d'additifs, de conservateurs, 100% purs et végétariens.

    • Extrait de curcumine en gélules. Recommandé comme complément alimentaire, 1 pc. en un jour. Augmente le mécanisme de défense du corps.
    • Extrait de Gotu-Kola. Améliore la circulation sanguine, élimine les toxines. Prendre 1 gélule / jour..

    Chirurgie

    Bien que les médecins soient plus susceptibles de traiter les prolactinomes avec des médicaments, la chirurgie peut être possible dans certains cas..

    2 types d'opérations sont utilisés:

    • Chirurgie transsphénoïde. La tumeur est enlevée par une incision à l'arrière de la cavité nasale ou sous la lèvre supérieure..
    • La chirurgie transcrânienne est moins couramment utilisée si la tumeur est volumineuse ou s'est propagée à d'autres zones. Le chirurgien enlève la tumeur par une ouverture dans la partie supérieure du crâne.

    Après la chirurgie, les taux de prolactine sont corrigés chez 90% des personnes atteintes de petites tumeurs et chez 50% de grosses tumeurs. Chez les personnes atteintes de prolactinomes plus importants, qui ne peuvent être que partiellement éliminés, les niveaux de prolactine sont rétablis après la chirurgie grâce à des médicaments, mais à dose réduite.

    Radiothérapie

    La radiothérapie est moins couramment utilisée. Pour tuer les cellules tumorales, des rayons X à haute énergie sont utilisés. En fonction de la taille et de l'emplacement de la tumeur, la dose totale est délivrée en une seule session ou en doses plus faibles pendant 4-6 semaines.

    Les taux de prolactine sont revenus à la normale chez l'un des trois patients sous radiothérapie. Chez 50% des patients, la radiothérapie peut entraîner une diminution des autres hormones hypophysaires..

    Remèdes populaires

    Pour maintenir l'équilibre hormonal dans la petite glande, l'hypophyse, vous pouvez utiliser des ingrédients naturels:

    • Ginseng. Contient des propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires, aide à améliorer l'humeur, augmente la libido. Pour obtenir les résultats, vous devez boire 1 tasse de thé par jour, avec de la racine de ginseng écrasée ajoutée.
    • Les graines de soja. La plante contient de la lécithine, qui aide à renforcer et à améliorer les fonctions de l'hypophyse, à améliorer le système immunitaire et à contrôler la glycémie. Pour ce faire, inclure quotidiennement dans les plats de régime de soja.
    • Écureuils. La protéine restaure les muscles et aide également à transporter l'oxygène dans le sang, ce qui augmente la régulation de l'hypophyse de la libido. La protéine est également un aliment vital pour le cerveau, améliore la motivation, l'éveil et stimule l'énergie. Pour de meilleurs résultats, mangez plus d'aliments riches en protéines ou buvez 1 tasse de boisson protéinée par jour..
    • Amande. Le noyer est un excellent aliment qui stimule l'hypophyse. Il contient une grande quantité de vitamine E. Avec son aide, le flux sanguin est régulé, la circulation sanguine dans le corps s'améliore. Chaque jour, vous devez manger une poignée d'amandes.
    • Exercices physique. Le moyen le plus simple et le plus efficace pour améliorer l'état de l'hypophyse. Exercice quotidien modéré pendant 45 à 60 minutes. aider à créer un état d'esprit détendu et une attitude positive. L'exercice entraîne une augmentation du flux sanguin, tandis que la testostérone augmente, ce qui peut entraîner une augmentation de la libido. La course à pied, l'haltérophilie et les arts martiaux sont un excellent moyen de ramener votre hypophyse à la normale..

    Le sommeil est également un facteur important contribuant à l'amélioration de l'hypophyse. Le sommeil met le corps dans un état calme, aide à restaurer le corps et l'esprit après une longue journée. Pour assurer un repos profond, vous pouvez utiliser un masque de sommeil.

    Recommandations cliniques

    Lorsqu'une tumeur est détectée, les médecins donnent des recommandations générales à suivre:

    • Moins exposé au soleil.
    • Évitez la surchauffe, l'activité physique active.
    • Maintenir une alimentation saine, inclure plus d'aliments protéinés, de légumes et de fruits.
    • Exclure l'alcool, les cigarettes.

    Observation dispensaire

    Dans les cas où la tumeur ne se développe pas et que les personnes atteintes fonctionnent normalement sans médicaments, les médecins effectuent un traitement attentif ou différé. Dans ce cas, il est nécessaire de subir des examens réguliers pendant les périodes prescrites par le médecin.

    L'efficacité du traitement correctif est testée chez les patients 1 mois après le début du traitement. Les niveaux de prolactine sont en cours d'analyse. Après 3 mois, puis 1 fois par an, l'IRM est réalisée chez les patients qui avaient des taux élevés de prolactine, ce qui affecte les maux de tête, les troubles hormonaux et la déficience visuelle..

    Une fois par an, un suivi des maladies concomitantes est effectué: ostéoporose secondaire, altération de la sécrétion d'hormones hypophysaires. Les patients postopératoires sont examinés en moyenne au moins 1 fois en 3 mois la première année après la chirurgie, puis annuellement pendant 4 à 5 ans.

    Prévoir

    Les prédictions pour les tumeurs hypophysaires sont individuelles, en fonction du moment du diagnostic. Dans 85% des cas, le traitement par adénomes est réalisé avec succès à l'aide de médicaments.

    Pour certains, une insuffisance hormonale se produit après un traitement et des suppléments hormonaux peuvent être nécessaires pour la restaurer..

    Ce sont des comprimés de stéroïdes pour une activité surrénale insuffisante, des comprimés pour les hormones thyroïdiennes pour une activité thyroïdienne insuffisante, et éventuellement des médicaments pour restaurer les œstrogènes pour les femmes ou des suppléments de testostérone pour les hommes. Un traitement hormonal substitutif peut également être nécessaire..

    La présence de prolactinomes peut entraîner divers problèmes chez les femmes et les hommes. Certains d'entre eux sont causés par trop de prolactine dans le corps, tandis que d'autres sont liés à la taille et à l'emplacement de la tumeur. Restrictions à la qualité de vie, sa durée sera insignifiante si toutes les conditions de traitement sont correctement respectées.

    La prévention, y compris l'IRM, la vérification des taux d'hormones, est considérée comme une mesure nécessaire pour éviter la récurrence du prolactinome hypophysaire. Un bon traitement, en prenant soin de votre santé, aidera à éviter le développement de symptômes de la maladie, tant pour les hommes que pour les femmes.

    Prolactinome (tumeur hypophysaire)

    Le prolactinome, une tumeur hypophysaire, est une tumeur bénigne (appelée adénome) de l'hypophyse. L'hypophyse est une partie du cerveau qui régule l'activité de diverses glandes endocrines - la glande thyroïde, les glandes surrénales, les ovaires et les testicules. Un certain nombre d'hormones se forment dans l'hypophyse, dont la prolactine, l'hormone folliculo-stimulante (FSH) et la lutéinisante (LH), l'hormone adrénocorticotrope (ACTH), l'hormone thyroïdienne (TSH). En utilisant ces hormones, l'hypophyse dirige les glandes endocrines individuelles: l'ACTH régule les glandes surrénales, la TSH régule la glande thyroïde, la FSH et la LH régulent les ovaires.

    Le prolactinome est l'un des types les plus courants de tumeurs hypophysaires. Les résultats d'une autopsie de routine effectuée après le décès d'une personne ont montré qu'environ un quart (25%) de la population avait de petites tumeurs hypophysaires.

    Les adénomes sécrétant de la prolactine (prolactinomes) sont les tumeurs hypophysaires hormono-actives les plus courantes. Le prolactinome reproduit une quantité excessive d'hormone prolactine. La prolactine est une hormone naturelle qui contribue au processus normal de production de lait chez la femme. La prolactine stimule le tissu mammaire à augmenter pendant la grossesse. Après la naissance du bébé, le taux de prolactine de la mère baisse jusqu'à ce qu'elle commence à allaiter. Chaque fois qu'un bébé prend un sein, le niveau de prolactine augmente et favorise la reproduction du lait. Normalement, la prolactine, la LH et la FSH régulent la vie sexuelle et la reproduction. Chez les femmes, ils stimulent la formation d'hormones sexuelles féminines - les œstrogènes et la maturation des œufs, et régulent également le cycle menstruel. Chez les hommes, ces hormones stimulent la production d'hormone sexuelle masculine - la testostérone, ainsi que la motilité des spermatozoïdes.

    Symptômes des prolactinomes (tumeurs hypophysaires)

    En raison d'une concentration accrue de taux de prolactine, le premier symptôme peut être une violation du rythme des menstruations (oligo- ou opsoménorrhée), jusqu'à leur arrêt complet (aménorrhée), car un niveau accru de prolactine perturbe la formation de FSH et de LH qui régulent le cycle menstruel. Pour la même raison, l'infertilité peut être observée, qui, il convient de le noter, peut être traitée avec succès. Les patients souffrent souvent de maux de tête. De plus, il peut y avoir libération de lait par les glandes mammaires (galactorrhée), qui est une conséquence de l'effet physiologique (naturel) de la prolactine. La galactorrhée n'est une manifestation d'aucune maladie du sein, comme le cancer. Le risque de développer un cancer du sein avec GH n'est pas plus élevé qu'en l'absence d'hyperprolactinémie, mais un déséquilibre hormonal conduit souvent à une mastopathie. Chez les hommes, un excès de prolactine entraîne une diminution de la testostérone dans le sang, à la suite de quoi l'intérêt pour la vie sexuelle (libido) est réduit, l'impuissance et l'infertilité se développent, ou des signes de formation de volume intracrânien apparaissent. La galactorrhée est inhabituelle pour les hommes (car les cellules mammaires acineuses chez l'homme ne répondent pas à la prolactine). Certaines femmes ont augmenté la croissance des cheveux sur le visage et le corps (hirsutisme). Avec une grosse tumeur, les symptômes apparaissent en raison de la pression de la tumeur sur le tissu environnant, comme des maux de tête et une déficience visuelle.

    Diagnostique. Étiologie

    L'hyperprolactinémie peut être causée non seulement par une tumeur hypophysaire, mais également par de nombreuses autres raisons. Les raisons conduisant à une production accrue de prolactine sont données ci-dessous:

    1. Maladies entraînant un dysfonctionnement de l'hypothalamus
    a) infections (méningite, encéphalite, etc.);
    b) processus granulomateux et infiltrants (sarcoïdose, histiocytose, tuberculose, etc.);
    c) tumeurs (gliome, méningiome, craniopharyngiome, germinome, etc.);
    d) blessures (rupture de la jambe du cerveau, hémorragie dans l'hypothalamus, obstruction des vaisseaux portaux, neurochirurgie, radiation, etc.);
    d) troubles métaboliques (cirrhose du foie, insuffisance rénale chronique).

    2. La défaite de l'hypophyse
    a) prolactinome (micro ou macroadénome);
    b) adénome mixte somatototrope-prolactine;
    c) d'autres tumeurs (hormone de croissance, corticotropinome, thyrotropinome, gonadotropinome);
    d) syndrome de la selle turque vide;
    d) craniopharyngiome;
    f) adénome hormonal inactif ou «muet»;
    g) germinome intrasellaire, méningiome, kyste ou kyste de poche de Ratke.

    3. Autres maladies
    a) hypothyrose primaire;
    b) sécrétion ectopique d'hormones;
    c) syndrome des ovaires polykystiques;
    g) insuffisance rénale chronique;
    e) cirrhose du foie;
    e) lésions thoraciques: herpès zoster et al., stimulation mammaire.

    4. Préparations pharmacologiques
    a) bloqueurs de la dopamine: sulpiride, métoclopramide, dompéridone, antipsychotiques, phénothiazides;
    b) antidépresseurs: imipramine, amitriptyline, halopéridol;
    c) bloqueurs des canaux calciques: vérapamil;
    d) inhibiteurs adrénergiques: réserpine, a-méthyldopa, aldomet, carbidopa, bensérazide;
    e) œstrogènes: grossesse, prise de contraceptifs, prise d'œstrogènes à des fins thérapeutiques;
    e) bloqueurs des récepteurs H2: cimétidine;
    g) opiacés et cocaïne;
    h) thyrolibérine.

    Pour exclure l'hypothyroïdie, la grossesse et l'insuffisance rénale, un examen et des tests de laboratoire simples suffisent. Une attention particulière est portée aux antécédents médicaux. On pense que l'utilisation de contraceptifs oraux n'augmente pas le risque de formation et de croissance de la prolactine..

    Diagnostic de laboratoire

    Il est recommandé de mesurer les taux sériques de prolactine trois fois à des jours différents pour éviter les fluctuations accidentelles ou liées au stress des taux d'hormones. Une concentration de prolactine supérieure à 200 ng / ml indique presque toujours la présence d'un prolactinome (normalement chez les hommes, le niveau de prolactine est inférieur à 15 ng / ml, chez les femmes inférieur à 20 ng / ml). Les prolactinomes existent en différentes tailles, mais la grande majorité ont un diamètre inférieur à 10 mm et sont appelés microprolactinomes. Les prolactinomes d'une taille de 10 mm ou plus sont beaucoup moins courants et sont appelés macroprolactinomes. Les symptômes des prolactinomes dépendent à la fois du sexe du patient et de la taille de la tumeur. Les niveaux de prolactine sont en corrélation avec la taille de la tumeur; par conséquent, avec le microprolactinome, l'hyperprolactinémie peut ne pas être aussi prononcée. Une légère augmentation des taux de prolactine (jusqu'à 30-50 ng / ml) peut être due à la fois aux microprolactinomes et aux troubles fonctionnels du système hypothalamo-hypophyse.
    Pour confirmer une tumeur hypophysaire, une IRM hypophysaire est nécessaire..

    Traitement du prolactinome

    Les médicaments contre les prolactinomes sont le traitement de choix pour la plupart des patients atteints de prolactinomes. Les dérivés de l'ergot (bromocriptine, lisuride et pergolide) suppriment de manière fiable la sécrétion de prolactine, éliminent la galactorrhée et rétablissent la fonction gonadique chez la plupart des patients atteints d'hyperprolactinémie de toute étiologie. De plus, la bromocriptine et des médicaments similaires provoquent une inversion de la prolactine chez 60 à 80% des patients (bien que les tumeurs ne disparaissent généralement pas complètement).

    Ainsi, le traitement médicamenteux évite la chirurgie ou rend l'opération moins compliquée (en raison de la réduction des grosses tumeurs).

    Le traitement par la bromocriptine commence généralement par de faibles doses: 1,25-2,5 mg / jour par voie orale (avec 1/2 onglet. Ou 1 onglet), avant le coucher, avec de la nourriture (pour prévenir les nausées et l'hypotension orthostatique). La dose est augmentée de 1,25 ou 2,5 mg tous les 3-4 jours jusqu'à ce que la dose quotidienne souhaitée soit atteinte (généralement 5-10 mg, en 2-3 doses avec les repas). Certains patients nécessitent des doses encore plus importantes. Ce traitement permet de réduire la libération de prolactine par une tumeur dont le taux dans le sang revient souvent à la normale quelques semaines après le début du traitement. Chez la femme, à mesure que la prolactine se normalise, le cycle menstruel et la capacité de concevoir sont rétablis. Soit dit en passant, la grossesse peut se produire assez rapidement, donc si vous ne prévoyez pas d'avoir un bébé à ce moment, vous devriez discuter avec votre médecin de la méthode de contraception la plus appropriée..

    Chez les hommes, avec une diminution des niveaux de prolactine, les niveaux de testostérone augmentent, ce qui normalise la qualité de la vie sexuelle. Avec le parlodel, presque tous les prolactinomes sont de taille réduite, et même une amélioration de la vision est possible. Tous les 2-3 ans, la bromocriptine est interrompue et la nécessité d'une thérapie continue est évaluée. Chez un petit nombre de patients, l'hyperprolactinémie disparaît quelques années après le début du traitement.

    Le quinagolide (norprolac) diffère par sa structure de la bromocriptine, raison pour laquelle il est bien toléré par ceux chez qui la bromocriptine provoque des effets secondaires. Norprolak est pris 1 fois par jour la nuit.
    Il existe un autre médicament - la cabergoline (Dostinex), dont la caractéristique est qu'il est pris 1 à 2 fois par semaine.

    Traitements radicaux de la tumeur hypophysaire

    En raison de l'efficacité du traitement médicamenteux des prolactinomes, ils ont rarement recours à la chirurgie et à la radiothérapie. Seule une petite partie des patients atteints de macroprolactinomes, dans lesquels la taille de la tumeur ne diminue pas avec le traitement médical, peuvent avoir besoin d'une intervention chirurgicale, surtout s'il n'y a pas d'amélioration de la vision. Il est à noter que cette opération est actuellement réalisée à travers une petite incision à proximité des sinus, dite transsphénoïdale. Si un gros prolactinome diminue régulièrement en taille à la suite de la prise des comprimés, cette technique continue à l'avenir..

    Parfois, les experts recommandent d'effectuer une radiothérapie, ce qui vous permet d'arrêter de prendre le médicament. L'effet de la radiothérapie se développe progressivement et n'apparaît pleinement qu'après quelques années, par conséquent, la radiothérapie n'est pas prescrite pour les jeunes femmes qui souhaitent devenir enceintes (ce sont les femmes qui prévalent parmi les patientes atteintes de prolactinomes). En cas de microprolactinomes, l'adénomectomie transsphénoïde sélective est le plus souvent réalisée, cependant, chez 20 à 50% des patients dans les 5 ans après la chirurgie, la tumeur réapparaît et l'hyperprolactinémie reprend. Avec les macroprolactinomes, même une amélioration initiale à court terme après la chirurgie ne se produit que chez 10 à 30% des patients.

    Pendant la radiothérapie ou le traitement chirurgical, une insuffisance hypophysaire peut se développer, à la suite de laquelle une insuffisance surrénalienne secondaire et une hypothyroïdie se développent et une thérapie de remplacement est nécessaire - glucocorticoïdes en présence d'insuffisance surrénale, L-thyroxine en présence d'une insuffisance thyroïdienne (hypothyroïdie) et, éventuellement, hormones sexuelles (œstrogène pour les femmes et testostérone pour les hommes) comme thérapie de remplacement.

    Bromocriptine et grossesse

    À ce jour, rien ne prouve que l'utilisation de la bromocriptine avant ou pendant la grossesse augmente la fréquence des avortements spontanés, des mortinaissances et des malformations fœtales. Si la grossesse est établie, la bromocriptine est généralement annulée, par conséquent, la croissance du prolactinome peut reprendre. Malgré le fait qu'un excès d'oestrogène pendant la grossesse provoque une hyperplasie des cellules lactotropes de l'adénohypophyse, une augmentation cliniquement significative de la croissance de la microprolactine est rarement observée (chez 3 à 5% des patientes). Chez les femmes enceintes atteintes de macroprolactinomes, le risque de complications est légèrement plus élevé. Si une croissance tumorale importante se produit pendant la grossesse, accompagnée de maux de tête et de déficience visuelle, recourir à un accouchement précoce ou reprendre la prise de bromocriptine. Ainsi, les femmes atteintes de microadénomes peuvent devenir enceintes si elles le souhaitent, mais elles doivent être conscientes qu'il existe un risque (quoique faible) d'accélérer la croissance tumorale pendant la grossesse. L'irradiation prophylactique de l'hypophyse avant la conception dans les microadénomes n'est pas recommandée; avec de grosses tumeurs, cela peut être inutile. La radiothérapie n'affecte pas l'efficacité du traitement par la bromocriptine.

    Chez les femmes qui ne veulent pas avoir d'enfants et chez les hommes, la radiothérapie ou la chirurgie peuvent être la méthode de choix. La diminution de la libido et de l'impuissance chez les hommes en raison de l'hyperprolactinémie ne se prêtent pas toujours au traitement à la testostérone. Des médicaments ou d'autres méthodes peuvent être nécessaires pour normaliser les niveaux de prolactine. L'observation clinique d'un endocrinologue chez de tels patients nécessite une.

    Prolactinome

    Temps de lecture: min.

    Prolactinome

    Le prolactinome cérébral est une prolactine sécrétant une tumeur synthétisant les hormones, augmentant ainsi la concentration de prolactine dans le sang, située en face de l'hypophyse.

    La prolactine est une hormone sécrétée par le devant de l'hypophyse. L'une de ses fonctions les plus importantes est d'assurer la lactation après l'accouchement. Il contribue au remplissage de la glande mammaire avec du lait, et l'ocytocine est responsable de la libération du lait lorsque la pression est appliquée sur le mamelon. La prolactine est responsable du ralentissement du cycle menstruel en augmentant la durée du corps jaune. En outre, la prolactine fournit une libido, une érection et un orgasme, mais inhibe l'agitation après un orgasme. L'hormone en quantité normale stimule la motilité des spermatozoïdes.

    Plus souvent, le prolactinome se manifeste par une lactation en dehors de l'accouchement et de l'allaitement maternel chez les femmes et une diminution de la libido et de la puissance chez les hommes. Prolactinome hypophysaire - une condition qui nécessite un diagnostic, un traitement et une observation compétents.

    Cryptage du diagnostic: code prolactinome ICD-10 - D35

    Dans la classification internationale des maladies de prolactinome - CIM 10 - est indiquée par le code D35.2. Le prolactinome chez la femme est 10 fois plus fréquent que le prolactinome chez l'homme, le prolactinome chez l'enfant est assez rare. Vous pouvez souvent voir une telle chose comme un prolactinome malin, le forum est plein de diverses informations sur cette maladie, mais en fait, toute tumeur cérébrale produisant de la prolactine à croissance rapide est appelée «maligne».

    Les prolactinomes sont divisés par taille

    • Microadénome-prolactinome, dont les revues de traitement sont assez favorables (avec un diamètre allant jusqu'à 1 cm, est complètement dans la cavité de la selle turque)
    • Macroadénome-prolactinome, dont le traitement est un peu plus compliqué (avec un diamètre de 1 cm ou plus, dépasse les frontières de la selle turque)

    Prolactinome et grossesse: ces concepts sont-ils compatibles?

    La grossesse avec prolactinome n'est possible qu'avec un nombre très légèrement accru de prolactine dans le sang, dans d'autres cas, la grossesse n'est pas possible. Dans ce cas, il est nécessaire de suivre un traitement qui aide à réduire la prolactine, à normaliser les hormones sexuelles féminines et à poursuivre la conception..

    Il convient de rappeler que la grossesse est possible lorsqu'une augmentation du taux de prolactine est causée par des facteurs externes:

    • Travail physique dur. Dans ce cas, vous devez prendre de longues vacances ou faire une pause d'un mois dans les cours de gym.
    • Certains médicaments. La consultation d'un médecin est nécessaire pour remplacer les médicaments par des analogues qui n'augmentent pas les niveaux de prolactine ou les abandonnent temporairement.

    L'infertilité avec prolactinome survient parce que:

    • Une irrégularité menstruelle se produit - les menstruations deviennent rares, courtes, jusqu'à l'aménorrhée.
    • Une insuffisance ovarienne secondaire se produit - anovulation ou défaillance du corps jaune.
    • L'anovulation est la non-maturation du follicule et, par conséquent, l'absence d'un ovule de l'ovaire. C'est la principale cause de l'infertilité..
    • Une carence en corps jaune conduit à une carence en progestérone nécessaire pour porter le fœtus.
    • La prolactine, la norme chez les femmes pour la conception.

    La limite supérieure de la norme à laquelle la conception est possible est de 27ng / ml ou 540 mU / l. Avec une maladie comme le prolactinome, les niveaux de prolactine augmentent.

    Les causes

    Les causes du prolactinome aujourd'hui ne sont pas connues de manière fiable. Mais chez les patients atteints de cette maladie, je trouve divers défauts génétiques. En outre, l'hérédité est clairement tracée dans la survenue de cette tumeur. En plus de cela, une théorie a été avancée sur l'origine traumatique du prolactinome. HMT, HMT, commotions cérébrales, coups fréquents à la tête - tout cela conduit à une microtraumatisation du cerveau et à une hyperrégénération ultérieure, qui à son tour conduit à la formation d'un prolactinome. Aujourd'hui, les généticiens et les endocrinologues tentent de résoudre cette énigme..

    Symptômes

    Les troubles sexuels, les dysfonctionnements du système reproducteur, les troubles mentaux et neurologiques, les anomalies métaboliques sont des symptômes de formation organique dans la région hypothalamo-hypophyse.

    Signes de prolactinome chez la femme:

    • Aménorrhée, oligoménorrhée;
    • Infertilité à la suite de l'absence d'ovulation ou de raccourcissement de la phase lutéale du cycle menstruel. Par conséquent, une grossesse avec prolactinome hypophysaire peut ne pas se produire dans un grand pourcentage de cas. On pense que si une grossesse a eu lieu, le prolactinome peut guérir après la grossesse. Le prolactinome peut-il disparaître après l'accouchement? La grossesse est un gros ajustement hormonal et après la naissance, le fond hormonal subit également de grands changements. Cependant, tout dépend de la taille de l'éducation;
    • Galactorrhée.
      • Attribuer la galactorrhée I Art. - avec une forte pression, des gouttes de lait sont libérées;
      • II Art. - avec une légère pression - jet;
      • III art. - attribution spontanée de lait;
    • Frigidité, anorgasmie, sécheresse vaginale;
    • Hirsutisme.
    • Condition sous-fébrile dans le prolactinome hypophysaire

    Prolactinome: symptômes chez les hommes

    • Diminution ou manque de désir sexuel et de puissance.
    • Simplification des caractéristiques sexuelles secondaires.
    • Gynécomastie.
    • Oligospermie, en conséquence, infertilité.

    Manifestations cliniques communes aux femmes et aux hommes

    • Ostéoporose avec prédominance de résorption osseuse.
    • Surpoids.
    • Dépression, troubles du sommeil.
    • Syndrome asthénique.
    • Séborrhée.
    • Acné.
    • Chute de cheveux.
    • L'émergence de l'instinct de prendre soin d'un enfant.
    • Douleur non localisée derrière le sternum d'un personnage tirant.

    Avec la genèse organique de l'hyperprolactinémie (présence de micro- ou macro-prolactinomes hypophysaires), des symptômes neurologiques sont souvent rencontrés: troubles pyramidaux, cérébelleux-vestibulaires, oculomoteurs, hypertension ophtalmique, moins fréquemment des troubles épileptiques, chiasmaux, extrapyramidaux et sensibles qui peuvent ne pas.

    Prolactinome, somnolence. Forum. Le prolactinome et l'hyperprolactinémie qu'il provoque ne provoquent pas en eux-mêmes de la somnolence. Dans cette situation, vous devez contacter un endocrinologue et vérifier le niveau d'hormones thyroïdiennes - T3, T4, TSH. Sur les forums dédiés à ce sujet, vous pouvez découvrir comment d'autres femmes gèrent ce problème, partager les résultats de leur traitement..

    Prolactinome: forum, bien-être. Lors de forums féminins ou médicaux consacrés à un sujet tel que «se sentir bien avec le prolactinome», chaque femme qui a rencontré une telle pathologie peut trouver du soutien parmi les femmes qui sont soit sous traitement, soit déjà guéries. En effet, presque tous les patients atteints d'hyperprolactinémie se plaignent d'une mauvaise santé, des symptômes de la maladie qui provoquent un inconfort, une dépression, des troubles du sommeil, l'apparition d'un excès de poids, des symptômes neurologiques associés à la formation volumétrique dans le cerveau, etc..

    Prolactinome: symptômes chez la femme, traitement. Afin de se débarrasser des symptômes désagréables du prolactinome, qui se manifestent par des symptômes neurologiques (oculomoteurs, sensibles, vestibulaires, etc.) et hyperprolactinémiques (aménorrhée, infertilité, galactorrhée, dépression, surcharge pondérale, etc.), il est nécessaire de suivre un traitement, qui peut être médicalement et opérationnel. Le traitement médicamenteux se résume à deux médicaments qui ont un bon effet et ont un minimum d'effets secondaires - Parlodel et Norprolak. Le traitement chirurgical implique l'utilisation de diverses méthodes pour retirer la tumeur..

    Diagnostique

    • Le don de sang est effectué le 5-8e jour du cycle menstruel, à 9-12 heures du matin, l'estomac vide. Si la prolactine est élevée, il est nécessaire de donner du sang 3 fois de plus, car la teneur en hormones peut être augmentée pour des raisons physiologiques. La norme dans le sang de la prolactine chez la femme est inférieure à 27 ng / ml, chez l'homme inférieure à 20 ng / ml. Différents laboratoires peuvent donner une version légèrement différente de la norme en fonction de leur équipement et de leurs réactifs..
    • Déterminer le niveau d'hormones stimulant la thyroïde, car l'hypothyroïdie conduit à une hyperprolactinémie.
    • Effectuer des tests avec la thyrolibérine et le métoclopramide, après eux, en présence de prolactinome, le niveau de prolactine n'augmentera pas.
    • Déterminer l'hétérogénéité moléculaire de la prolactine.
    • Effectuer une tomodensitométrie du cerveau avec un œil sur la selle turque, les changements dans la selle turque indiquent une augmentation de l'hypophyse.
    • Pour le diagnostic d'une tumeur telle que le prolactinome, l'IRM est le "gold standard", car c'est le plus informatif.
    • Il est nécessaire de faire une échographie des organes pelviens.
    • La radiographie du crâne n'est pas pratique en raison de l'obsolescence de la méthode et de la faible valeur diagnostique.

    Traitement

    L'hyperprolactinémie est une violation du système endocrinien, en raison de la production excessive de l'hormone prolactine par l'hypophyse et accompagnée d'un dysfonctionnement du système reproducteur. L'hyperprolactinémie survient chez les femmes et les hommes.

    Le prolactinome étant une tumeur productrice de prolactine, son traitement consiste dans la plupart des cas à réduire les concentrations de prolactine à des niveaux normaux. Aujourd'hui, de tels médicaments sont utilisés: bromocriptine, norprolac, cabergoline, parlodel. Lors de la prise de bromocriptine chez la plupart des patients, la concentration de prolactine se normalise en 10 à 14 jours et la taille de la tumeur diminue.

    La bromocriptine est prise selon le schéma: le premier jour, 1,25 mg par voie orale 3 r / j, les jours suivants, 2,5 mg par voie orale 3 r / j

    Avec un traitement prolongé, Norprolak ralentit la croissance de la tumeur et conduit au développement inverse des lactocytes; utilisé avec succès avec l'hyperprolactinémie idiopathique. En l'absence de contre-indications, et il y en a très peu, c'est le médicament de choix pour les personnes âgées.

    Norprolak est utilisé selon le schéma: les 3 premiers jours à 0,025 mg 1 p / j, puis 3 jours à 0,05 mg 1 p / j, à partir du 7ème jour à 0,075 mg 1 p / j.

    La cabergoline est utilisée avec succès pour supprimer la lactation après l'accouchement et la lactorrhée avec prolactinome, le mode d'administration est pratique, 1 à 2 fois par semaine. Cela est dû à sa capacité à se lier aux protéines sanguines et à la libération progressive.

    La cabergoline est prise 1 comprimé 1p / semaine pendant un mois, si nécessaire, le médecin peut augmenter la posologie d'une nouvelle administration.

    Traitement chirurgical. Pour la méthode chirurgicale de traitement, il existe certaines indications:

    • Absolue - hypopituitarisme, déficience visuelle causée par une tumeur pressante, dysfonctionnement des nerfs crâniens, céphalée, absence d'effet du traitement médicamenteux.
    • Relative - irrégularités menstruelles, insuffisance ovarienne chez la femme et testicules chez l'homme, hirsutisme persistant et galactorrhée.
    • La méthode de traitement la plus sûre et nouvelle est le Gamma Knife, lorsque vous utilisez une installation spéciale, seule la zone nécessaire est irradiée et rien de plus. À la suite de l'irradiation, «cautériser» les cellules tumorales.
    • Il existe également différentes variantes de cette méthode: Cyber-couteau et protonthérapie. Ils ont leurs inconvénients et leurs aspects positifs..

    Étant donné que les méthodes ci-dessus sont assez coûteuses, dans la plupart des cas, des opérations utilisant un scalpel sont utilisées. Le plus répandu est l'accès transnasosphénoïde à la tumeur. Il offre un faible traumatisme et la commodité des chirurgiens. Un avantage incontestable est qu'il ne reste aucune cicatrice après l'ablation de la tumeur. Après le retrait de la tumeur par des méthodes radiochirurgicales (couteau Gamma, etc.), la sortie à la maison a lieu le même jour ou le lendemain, après le retrait transnasosphénoïde de la tumeur sur le lit d'hôpital, cela prendra 4 à 14 jours..

    En général, le traitement de la maladie est divisé en les types suivants:

    • Médicament;
    • Chirurgical
    • Radiothérapie;
    • Méthodes de médecine traditionnelle.

    Thérapie conservatrice

    Le médicament de première intention est la bromocriptine (parlodel). Il affecte les récepteurs de la dopamine en stimulant la sécrétion de dopamine. Ceci, à son tour, inhibe la libération de prolactine par l'hypophyse. La bromocriptine agit sur le tissu tumoral, l'inhibant, ce qui est perceptible dans l'étude après 6 semaines de prise du médicament.

    La posologie du médicament est ajustée sous le contrôle de tests sanguins pour la teneur en prolactine. Après normalisation du niveau de l'hormone, une échographie de contrôle des organes pelviens est effectuée. De plus, une IRM du cerveau est effectuée tous les six mois pour surveiller la régression de la tumeur hypophysaire. 1-2 mois après le début du traitement, la plupart des femmes récupèrent l'ovulation.

    Pendant la grossesse et l'allaitement, la bromocriptine ne s'arrête pas, mais est administrée en petites séances. Confirmé cliniquement l'innocuité du médicament par rapport à la mère et à l'enfant. Parmi les effets secondaires du médicament, des manifestations dyspeptiques, une faiblesse, des étourdissements, une congestion nasale sont possibles.

    Si l'hyperprolactinémie est due à une pathologie génitale ou à une maladie thyroïdienne, le traitement commence par la raison principale. Après cela, de petites doses de bromocriptine sont prescrites.

    Les patients atteints d'hyperprolactinémie, dont la cause était une hyperplasie hypophysaire, se voient prescrire un traitement hormonal substitutif.

    Les informations les plus importantes sur l'hyperprolactinémie dans un mémo.

    Chirurgie

    Les indications de la chirurgie sont:

  • Inefficacité du traitement conservateur;
  • Progression d'une condition pathologique;
  • Complications du système visuel ou nerveux.
  • L'intervention chirurgicale en présence d'adénome hypophysaire est une méthode peu invasive. Il est produit par le passage nasal. Cela supprime le tissu pathologique de l'hypophyse.

    Il existe plusieurs types d'accès pour le traitement chirurgical:

    • Sous-frontal - efficace dans l'adénome suprasellaire, sujet à une croissance rapide.
    • Rhinoseptal - utilisé en cas de compression de l'adénome de l'intersection visuelle.

    Quelques jours avant la chirurgie, le patient doit arrêter de prendre de la bromocriptine. Le médicament est restauré immédiatement après la chirurgie si la tumeur est volumineuse et qu'une partie seulement a été excisée.

    Radiothérapie

    Dans certains cas, l'adénome hypophysaire résistant répond bien à la radiothérapie. L'irradiation est effectuée avec précision, affectant le tissu pathologique et sans perturber la structure normale. Cependant, cette méthode est une mesure extrême pour lutter contre la tumeur. Les complications et les effets secondaires étant courants après la radiothérapie.

    Méthodes alternatives de traitement

    Il est important de se rappeler que la médecine traditionnelle ne sert que de complément au traitement principal. De plus, avant d'utiliser tel ou tel remède, vous devez consulter votre médecin. Considérez quelques recettes:

    • Thé à la camomille. 1 cuillère à soupe de camomille versez un verre d'eau bouillante et laissez infuser pendant une heure. Prenez une boisson fraîche une demi-tasse avant le coucher.
    • Infusion d'agripaume. 1 cuillère à soupe d'herbe versez 2 tasses d'eau bouillante, laissez reposer pendant une heure. Boire frais trois fois par jour une demi-heure avant les repas. Un effet similaire a des décoctions de mélisse et de valériane..

    Pour prévenir la rechute de la maladie, ainsi que pour accélérer et maximiser l'effet d'une thérapie conservatrice, il est nécessaire d'ajuster le mode de vie. Il est important pour ces patients de dormir suffisamment, d'éliminer les situations stressantes, il est utile d'intégrer une activité physique dans le régime quotidien. Il peut s'agir de natation, d'aérobic, de yoga - des sports qui ne nécessitent pas de charges excessives et ont un effet relaxant..

    Chez les femmes souffrant d'hyperprolactinémie, l'effet positif du traitement se manifeste par la restauration du niveau normal d'hormones sexuelles, du cycle menstruel et de la fonction de reproduction. Plus tôt un patient soupçonné d'hyperprolactinémie consulte un spécialiste, plus ses chances de guérison sont élevées.

    Avec l'hyperprolactinémie de l'hypophyse, une production excessive de l'hormone peptidique, c'est-à-dire de la prolactine, de l'hypophyse antérieure se produit. Les symptômes de cette pathologie se retrouvent le plus souvent chez les femmes, mais il existe des cas similaires chez les hommes..

    Causes de pathologie

    Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles il y a une augmentation de la production de prolactine, le plus souvent trouvé:

  • microadénome hypophysaire, l'hyperprolactinémie s'accompagnera dans ce cas de la présence d'une petite tumeur;
  • dysfonction thyroïdienne;
  • prendre certains médicaments, notamment en ce qui concerne les antidépresseurs et les contraceptifs oraux;
  • maladie ovarienne;
  • l'insuffisance rénale chronique;
  • cancer du foie;
  • les maladies du cerveau, qui incluent la méningite, l'encéphalite et une tumeur.
  • Les remèdes populaires pour le traitement des prolactinomes sont non seulement inefficaces, mais retardent également le temps qui peut être consacré à un traitement qualifié du processus pathologique.

    Effets

    Si la concentration de prolactine augmente dans le sang, divers symptômes peuvent être observés. Dans la plupart des cas, chez les femmes, les menstruations sont retardées ou peuvent disparaître complètement. De plus, le cycle d'ovulation est souvent perturbé, tandis que le colostrum ou le lait peuvent être libérés par les glandes mammaires.

    Si vous ne trouvez pas le problème à temps et ne le résolvez pas, tout peut se terminer par l'infertilité féminine.

    Dans de nombreux cas, la cause de l'hyperprolactinémie est l'adénome hypophysaire, qui est un signal sérieux pour consulter un médecin.

    Dans de telles situations, une analyse de sang est toujours prescrite pour la concentration de prolactine en elle. Un prélèvement de sang veineux est requis le matin du 5-8e jour du cycle menstruel.

    Si les indicateurs sont élevés, il sera alors nécessaire de donner à nouveau du sang pour clarifier les données. En effet, les niveaux de prolactine peuvent varier. Si la deuxième ou la troisième clôture montre des résultats normaux, un diagnostic préliminaire d'hyperprolactinémie sera considéré comme erroné.

    Fondamentalement, le traitement est effectué par la méthode thérapeutique, c'est-à-dire en utilisant des médicaments qui normalisent le niveau de prolactine dans le sang. L'automédication dans de tels cas est dangereuse, il est donc préférable de faire confiance à un médecin expérimenté. Après le traitement, la femme rétablit le cycle menstruel. Par conséquent, il sera de nouveau possible de tomber enceinte.

    Prolactinome hypophysaire

    Avec l'hyperprolactinémie de l'hypophyse, une production excessive de l'hormone peptidique, c'est-à-dire de la prolactine, de l'hypophyse antérieure se produit. Les symptômes de cette pathologie se retrouvent le plus souvent chez les femmes, mais il existe des cas similaires chez les hommes..

    Causes de pathologie

    Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles il y a une augmentation de la production de prolactine, le plus souvent trouvé:

    • microadénome hypophysaire, l'hyperprolactinémie s'accompagnera dans ce cas de la présence d'une petite tumeur;
    • dysfonction thyroïdienne;
    • prendre certains médicaments, notamment en ce qui concerne les antidépresseurs et les contraceptifs oraux;
    • maladie ovarienne;
    • l'insuffisance rénale chronique;
    • cancer du foie;
    • les maladies du cerveau, qui incluent la méningite, l'encéphalite et une tumeur.

    Les symptômes de l'hyperprolactinémie

    Si la concentration de prolactine augmente dans le sang, divers symptômes peuvent être observés. Dans la plupart des cas, chez les femmes, les menstruations sont retardées ou peuvent disparaître complètement. De plus, le cycle d'ovulation est souvent perturbé, tandis que le colostrum ou le lait peuvent être libérés par les glandes mammaires.

    Si vous ne trouvez pas le problème à temps et ne le résolvez pas, tout peut se terminer par l'infertilité féminine.

    D'autres symptômes incluent une augmentation des glandes mammaires, ainsi que la formation de kystes et d'adénomes. Parfois, les tumeurs bénignes se transforment en cancer du sein.

    Dans de nombreux cas, la cause de l'hyperprolactinémie est l'adénome hypophysaire, qui est un signal sérieux pour consulter un médecin.

    Méthodes de diagnostic

    Dans de telles situations, une analyse de sang est toujours prescrite pour la concentration de prolactine en elle. Un prélèvement de sang veineux est requis le matin du 5-8e jour du cycle menstruel.

    Traitement des maladies

    Fondamentalement, le traitement est effectué par la méthode thérapeutique, c'est-à-dire en utilisant des médicaments qui normalisent le niveau de prolactine dans le sang. L'automédication dans de tels cas est dangereuse, il est donc préférable de faire confiance à un médecin expérimenté. Après le traitement, la femme rétablit le cycle menstruel. Par conséquent, il sera de nouveau possible de tomber enceinte.