Adénome hypophysaire

Adénome hypophysaire: symptômes chez la femme, traitement et pronostic
L'adénome hypophysaire est un néoplasme de nature bénigne, dont la formation implique les cellules de l'adénohypophyse (l'hypophyse antérieure), chargées de maintenir l'équilibre hormonal dans le corps au niveau requis.

Les adénomes, dont la formation est la base du crâne, représentent environ 10% de toutes les tumeurs qui affectent le tissu cérébral et sont les seconds après les gliomes et les méningiomes.

Selon des indicateurs statistiques, environ un tiers de la population totale est sensible à diverses pathologies de l'hypophyse.

Les causes

Ce que c'est? À ce jour, la médecine n'indique pas les causes exactes qui peuvent provoquer un adénome hypophysaire. Mais il existe un certain nombre de facteurs contribuant à l'apparition de l'hypertension:

  • blessures à la tête;
  • pathologie du développement fœtal;
  • diverses neuroinfections - par exemple, encéphalite, méningite, poliomyélite, brucellose, neurosyphilis, tuberculose, abcès cérébral;
  • selon certains rapports, l'utilisation prolongée de contraceptifs oraux est dangereuse.

Toutes les causes de l'adénome hypophysaire peuvent être combinées en fonction de leurs conséquences - elles provoquent toutes une hyperplasie (multiplication excessive des cellules) du tissu hypophysaire due à des troubles hormonaux.

Quels sont les adénomes?

Les tumeurs hormonalement actives, selon les hormones qu'elles produisent, sont des types suivants:

  1. Prolactinome (produit de la prolactine, qui provoque la formation de lait).
  2. Adénomes mixtes (produisent plusieurs hormones simultanément).
  3. Adénome gonadotrope (produit des hormones qui stimulent le fonctionnement des gonades: hormones folliculo-stimulantes et lutéinisantes).
  4. Thyrotropinome (produit une hormone stimulant la thyroïde qui contrôle la glande thyroïde).
  5. Corticotropinome (synthétise l'hormone adrénocorticotrope responsable de la production de glucocorticoïdes par les glandes surrénales).
  6. Somatotropinome (sécrète l'hormone de croissance, qui est responsable de la croissance du corps, de la synthèse des protéines, de la dégradation des graisses et de la formation de glucose).

Selon la taille de la tumeur, tous les adénomes hypophysaires sont divisés en micro et macroadénomes. Les microadénomes peuvent ne pas être détectés même pendant l'IRM, et ils sont détectés périodiquement pendant l'autopsie pathologique, qui est réalisée à l'occasion de maladies complètement différentes.

De plus, en fonction de ses cellules constitutives, l'adénome peut être hormonal actif et inactif (respectivement 60% et 40% des cas). À leur tour, presque tous les adénomes hormonaux actifs produisent une seule hormone de l'hypophyse antérieure, et 10% des tumeurs produisent plusieurs hormones à la fois..

Symptômes de l'adénome hypophysaire

Cliniquement, l'adénome hypophysaire se manifeste par un complexe de symptômes ophtalmiques et neurologiques associés à la pression d'une tumeur en croissance sur les structures intracrâniennes situées dans la région de la selle turque. Si l'adénome hypophysaire est hormonalement actif, alors dans son tableau clinique, le syndrome métabolique endocrinien peut apparaître.

De plus, les changements dans l'état du patient sont souvent associés non pas à l'hyperproduction de l'hormone hypophysaire tropique elle-même, mais à l'activation de l'organe cible sur lequel elle agit. Les manifestations du syndrome endocrinien-métabolique dépendent directement de la nature de la tumeur. D'autre part, l'adénome hypophysaire peut être accompagné de symptômes de panhypopituitarisme, qui se développent en raison de la destruction du tissu hypophysaire par une tumeur en croissance.

Le somatotropinome représente 20 à 25% du nombre total d'adénomes hypophysaires. Chez les enfants, la fréquence d'apparition est troisième après les prolactinomes et les corticotropinomes. Il se caractérise par des niveaux élevés d'hormone de croissance dans le sang. Signes d'hormones de croissance:

  • Si le somatotropinome est survenu à l'âge adulte, il se manifeste par des symptômes d'acromégalie - une augmentation des brosses, des pieds, des oreilles, du nez, de la langue, des changements et un grossissement des traits du visage, l'apparition d'une croissance accrue des cheveux, de la barbe et de la moustache chez les femmes, des irrégularités menstruelles. Une augmentation des organes internes entraîne une violation de leurs fonctions.
  • Chez les enfants, il manifeste des symptômes de gigantisme. L'enfant gagne rapidement du poids et de la taille, en raison de la croissance uniforme des os en longueur et en largeur, ainsi que de la croissance du cartilage et des tissus mous. En règle générale, le gigantisme commence dans la période prépubère, quelque temps avant le début de la puberté et peut progresser jusqu'à la fin de la formation du squelette (jusqu'à environ 25 ans). Le gigantisme est considéré comme une augmentation de la taille des adultes de 2 à 2,05 m.

Prolactinome. La tumeur hypophysaire la plus courante survient dans 30 à 40% de tous les adénomes. En règle générale, la taille des prolactinomes ne dépasse pas 2 à 3 mm. Il est plus fréquent chez les femmes que chez les hommes. Elle se manifeste par des signes tels que:

  • galactorrhée - libération continue ou périodique de lait maternel (colostrum) des glandes mammaires, non associée à la période post-partum.
  • incapacité à devenir enceinte en raison d'un manque d'ovulation.
  • irrégularités menstruelles chez la femme - cycles irréguliers, allongement du cycle pendant plus de 40 jours, cycles anovulatoires, absence de menstruations.
  • chez les hommes, le prolactinome se manifeste par une diminution de la puissance, une augmentation des glandes mammaires, une dysfonction érectile, une altération de la formation des spermatozoïdes, conduisant à l'infertilité.

Corticotropinome. Il survient dans 7 à 10% des adénomes hypophysaires. Elle se caractérise par une production excessive d'hormones du cortex surrénal (glucocorticoïdes), c'est ce qu'on appelle la maladie d'Itsenko-Cushing. [adsen]

  • troubles cutanés - vergetures rose-violet (stries) sur la peau de l'abdomen, de la poitrine, des hanches; pigmentation accrue de la peau des coudes, des genoux, des aisselles; sécheresse et desquamation accrues de la peau.
  • Obésité de type "cushingoïde" - il y a une redistribution de la couche de graisse et des dépôts de graisse dans la ceinture scapulaire, sur le cou, dans les zones supraclaviculaires. Le visage prend une forme ronde "en forme de lune". Les extrémités deviennent plus minces en raison de processus atrophiques dans le tissu sous-cutané et les muscles..
  • hypertension artérielle.
  • chez les hommes, une diminution de la puissance est souvent observée.
  • les femmes peuvent avoir des irrégularités menstruelles et un hirsutisme - augmentation de la pilosité cutanée, croissance de la barbe et de la moustache.

Les gonadotropinomes, comme les thyrotropinomes, ainsi que la version précédente de l'adénome hypophysaire, sont extrêmement rares chez les patients. Les manifestations de nature d'échange endocrinien sont déterminées par le facteur principal des tumeurs ou leur développement dans le contexte d'une lésion à long terme affectant la glande cible (par exemple, avec hypothyroïdie ou hypogonadisme). Les thyrotropinomes primaires provoquent la survenue d'une thyrotoxicose, la détection de la thyrotropine secondaire se produit dans le contexte d'une hypothyroïdie réelle.

Les gonadotropinomes sont souvent accompagnés d'hypogonadisme chez la femme (qui se manifeste sous la forme d'une diminution de la fonction ovarienne ou de leur cessation complète en combinaison avec l'aménorrhée et divers types d'irrégularités menstruelles) et les hommes (une diminution de la fonction des gonades et d'autres troubles qui sont pertinents pour cette condition). Le diagnostic de gonadotrophine, en règle générale, se produit à la suite d'une comparaison des symptômes ophtalmoneurologiques (les manifestations de nature endocrinienne dans cette variante de la tumeur ne sont pas spécifiques).

Tumeurs indépendantes des hormones. Cette espèce comprend l'adénome hypophyse chromophobe. Signes indiquant sa présence éventuelle:

  • maux de tête;
  • chez les femmes, il y a une violation du cycle menstruel;
  • un surpoids peut apparaître;
  • une déficience visuelle due au fait que la tumeur exerce une pression sur les nerfs optiques;
  • le niveau d'hormones que la glande thyroïde produit peut augmenter;
  • un vieillissement prématuré se produit.

Le plus souvent, de telles tumeurs sont détectées par hasard lorsqu'un patient subit une IRM. Le traitement de ce type d'adénome hypophysaire n'est que chirurgical. La radiothérapie peut être utilisée. Le traitement médicamenteux n'est utilisé qu'en combinaison avec d'autres types. En soi, cela ne donne pas de résultat. De plus, très souvent, une tumeur découverte accidentellement et indépendante des hormones ne se développe pas. Par conséquent, il ne nécessite pas l'intervention de médecins. Ils laissent un tel adénome sous surveillance constante. Si sa croissance commence, alors, très probablement, dans ce cas, il sera nécessaire d'utiliser la méthode chirurgicale.

Maladies endocriniennes avec adénome hypophysaire

Les conséquences de l'adénome hypophysaire peuvent être diverses maladies endocriniennes dangereuses.

Le plus souvent trouvé:

L'hyperprolactinémie se développe chez les patients atteints de prolactinome hypophysaire. Cette maladie répond mieux que d'autres à un traitement conservateur. L'opération n'est souvent pas nécessaire.

La cause de l'acromégalie et du gigantisme sont des tumeurs hypophyse acidophiles appelées somatotropinomes. Il existe des médicaments pour supprimer cette maladie. Mais la radiothérapie et l'ablation chirurgicale sont des traitements plus efficaces..

La maladie d'Itsenko-Cushing est causée par une tumeur hypophyse basophile. Un tel néoplasme est appelé corticotropinome. L'ablation chirurgicale est considérée comme le traitement le plus efficace..

Diagnostique

Lorsque les symptômes sont identifiés:

  • IRM ou tomodensitométrie (imagerie endocrine);
  • examen par un endocrinologue (détermination du statut hormonal);
  • examen par un ophtalmologiste (périmétrie, contrôle de l'acuité visuelle, ophtalmoscopie);
  • craniographie de la selle turque pour la présence d'ostéoporose et de pontage spécifique du fond.

Le diagnostic est établi en tenant compte:

  • une augmentation de la selle turque (présence de craniopharyngiome, de compression ou d'une tumeur du troisième ventricule).
  • perte de la fonction visuelle (présence d'un chiasme de gliome).
  • la présence de troubles endocriniens et de maladies endocriniennes primaires (tumeurs surrénales, maladies des glandes endocrines, etc.).

Après avoir clarifié la nature des études hormonales, il est nécessaire de transférer le patient dans des centres ou cliniques spécialisés ayant une expérience suffisante. Cela est dû au fait que la détermination du statut hormonal sans influences physiologiques ne fournit souvent pas d'informations objectives sur la maladie.

Comment traiter l'adénome hypophysaire?

En médecine moderne, le traitement des adénomes hypophysaires chez les femmes et les hommes est effectué en utilisant des thérapies médicamenteuses, radiologiques et chirurgicales. Dans chaque cas individuel, pour chacune des variétés de la tumeur hypophysaire, une option de traitement individuelle est choisie en fonction du stade de l'évolution et de sa taille caractéristique..

Traitement conservateur

Les médicaments sont généralement prescrits pour les petites tumeurs et uniquement après un examen approfondi du patient. Si la tumeur est privée des récepteurs correspondants, une thérapie conservatrice ne produira aucun résultat et la seule issue est l'ablation chirurgicale ou par radiation de la tumeur.

  1. La pharmacothérapie ne se justifie qu'avec de petites tailles de néoplasies et l'absence de signes de troubles visuels. Si la tumeur est grande, elle est réalisée avant la chirurgie pour améliorer l'état du patient avant ou après la chirurgie en tant que thérapie de remplacement.
  2. Le traitement le plus efficace est la prolactine, qui produit l'hormone prolactine en grande quantité. La nomination de médicaments du groupe des dopaminomimétiques (parlodel, cabergoline) a un bon effet thérapeutique et vous permet même de vous passer de la chirurgie. La cabergoline est considérée comme un médicament d'une nouvelle génération, elle peut non seulement réduire l'hyperproduction de prolactine et la taille de la tumeur, mais aussi restaurer la fonction sexuelle et les paramètres du sperme chez les hommes avec des effets secondaires minimes. Un traitement conservateur est possible en l'absence de déficience visuelle progressive, et s'il est administré à une jeune femme prévoyant une grossesse, la prise de médicaments ne sera pas un obstacle.

Dans le cas des tumeurs somatotropes, des analogues de la somatostatine sont utilisés, avec une thyréostatique thyrotoxicose et avec la maladie d'Itsenko-Cushing provoquée par un adénome hypophysaire, les dérivés de l'aminoglutéthimide sont efficaces. Il convient de noter que dans les deux derniers cas, la pharmacothérapie ne peut pas être permanente, mais ne sert que de phase préparatoire à l'opération ultérieure.

Chirurgie

Avec l'ablation chirurgicale des adénomes, l'une des deux méthodes peut être utilisée:

  1. Transcrânien - impliquant une craniotomie.
  2. Transfénoïde - à travers la cavité nasale.

Si des microadénomes et des macroadénomes, qui n'ont pas d'effet grave sur les tissus environnants, sont diagnostiqués, une intervention chirurgicale est réalisée par voie transfénoïdale. Si la tumeur atteint des tailles gigantesques (à partir de 10 cm de diamètre), une ablation exclusivement transcrânienne est recommandée.

L'ablation transfénoïdale de l'adénome est autorisée lorsque la tumeur est limitée à la selle turque ou s'étend au-delà de 2 cm au maximum.Elle est réalisée dans des conditions stationnaires après consultation d'un neurochirurgien. L'introduction de l'équipement endoscopique est réalisée sous anesthésie générale. Un endoscope à fibres optiques est inséré jusqu'à la fosse crânienne antérieure par le passage nasal droit. De plus, pour accéder librement à la région de la selle turque, une incision est pratiquée dans la paroi du sphénoïde. L'adénome hypophysaire est excisé et retiré. [adsen1]

Toutes les procédures chirurgicales sont effectuées sous l'endoscope, une image agrandie du processus actuel est affichée sur le moniteur, de sorte qu'un large aperçu du champ chirurgical est à la disposition du neurochirurgien. L'opération dure environ deux à trois heures. Le premier jour après l'opération, le patient peut déjà être actif, et le 4ème jour - complètement sorti de l'hôpital en l'absence de complications. Dans 95% des cas d'une telle opération, l'adénome hypophysaire est complètement guéri..

La chirurgie transcrânienne est réalisée dans les cas les plus sévères sous anesthésie générale par craniotomie. Une morbidité élevée et un risque de complications obligent les neurochirurgiens à prendre cette mesure uniquement s'il est impossible d'utiliser la méthode endoscopique pour éliminer les adénomes, par exemple lorsqu'une tumeur se développe à l'intérieur du tissu cérébral..

Pronostic de traitement

Les adénomes hypophysaires sont des formations bénignes, mais avec une croissance active, ils peuvent causer de nombreux problèmes et même dégénérer en un processus malin.

Si la tumeur est grande (plus de 2 cm), le risque de récidive au cours des 5 prochaines années après l'ablation chirurgicale est élevé.

La nature de l'adénome est également importante dans la prédiction de telles formations. Par exemple, avec des prolactinomes ou des somatotropinomes, un quart des patients ont une restauration complète de l'activité endocrinienne, avec des microcorticotropinomes, 85% des patients se rétablissent complètement.

Les taux de rechute moyens sont d'environ 12% et le rétablissement représente 65 à 67% des cas. Mais de telles prévisions ne sont justifiées qu'avec un contact en temps opportun avec des spécialistes de profil étroit..

Adénome hypophysaire du cerveau qu'est-ce que c'est?

Malgré la petite taille de l'appendice cérébral, c'est le principal organe de tout le système endocrinien. Adénome hypophysaire du cerveau - qu'est-ce que c'est? La pathologie est une formation tumorale qui se développe à partir des propres tissus de l'hypophyse..

L'évolution bénigne de la maladie et le taux de croissance lent du nœud vous permettent de choisir une thérapie efficace avec un diagnostic rapide.

Classification des maladies

La dégénérescence maligne de l'adénome dans l'hypophyse du cerveau est très rare, principalement la maladie se caractérise par une évolution bénigne. Une seule cellule hypophysaire subit des mutations, souvent dans le lobe antérieur de la glande.

Si l'immunité ne détecte pas une anomalie dans le temps, alors la cellule commence à produire ses propres clones, ainsi, le tissu glandulaire commence à se développer. L'adénome de l'hypophyse dans le cerveau peut être hormonal actif ou hormonal inactif. Après avoir déterminé son affiliation, les paramètres tumoraux individuels dans le cerveau sont classés..

  1. Microadénome hypophysaire cérébral - la taille ne dépasse pas 1 cm de diamètre;
  2. Macroadénome - plus de 1 cm;
  3. Tumeur géante - atteint 6 cm.

Selon le taux de croissance de l'adénome dans l'hypophyse, il peut être sujet à une propagation agressive ou vice versa, à croissance lente.

Les adénomes hypophysaires hormono-actifs sont divisés en fonction de l'hormone produite par les cellules anormales:

  • Somatotropinome;
  • Le prolactinome est le plus courant, a un taux de croissance lent;
  • Corticotropinome;
  • Thyrotropinome;
  • Gonadotropinome.

Avec un type de tumeur mixte, les cellules anormales de l'hypophyse du cerveau produisent plusieurs hormones.

Les adénomes hormonaux inactifs dans le cerveau sont difficiles à diagnostiquer, car ils manifestent rarement des symptômes pathologiques:

  1. Le néoplasme chromophobe dans l'hypophyse du cerveau est caractérisé par une division cellulaire agressive. Il existe une forme kystique - la cavité à l'intérieur de la tumeur est remplie de liquide;
  2. Oncocytome hypophysaire - les cellules épithéliales se développent.

L'adénome est également classé en fonction de l'emplacement du foyer. Les cellules ne peuvent se développer que dans la fosse pituitaire ou dépasser ses frontières, et se développer dans une certaine direction (fosse crânienne, sinus sphénoïde).

Les causes

Les causes exactes de l'adénome dans l'hypophyse du cerveau, ainsi que d'autres néoplasmes intracrâniens, sont inconnues. Après de nombreuses études, les médecins n'ont identifié que les facteurs pouvant déclencher une anomalie.

Cette tumeur dans le cerveau en fréquence de détection prend la troisième place parmi les formes bénignes et est le plus souvent diagnostiquée chez les femmes en âge de procréer..

  1. Blessures
  2. Infection du tissu cérébral (y compris pendant l'embryogenèse);
  3. Changement des niveaux hormonaux avec des médicaments (contraceptifs);
  4. Sauts hormonaux fréquents (nombreuses grossesses);
  5. Exposition aux radiations;
  6. Maladies auto-immunes;
  7. Mauvaises habitudes (alcool, drogues, tabagisme).

Après l'achèvement du fonctionnement du système reproducteur, chez les femmes et les hommes, l'adénome ne survient que dans 5% des cas.

Les principaux symptômes et diagnostic

Les symptômes avec une forme d'adénome inactive sont complètement absents, car les cellules anormales ne violent pas l'équilibre endocrinien dans le corps.

Les manifestations cliniques apparaissent avec une production excessive d'hormones et une prolifération de tissus anormaux. Les symptômes primaires sont assez flous et s'expriment sous forme de fatigue, donc une personne n'associe pas cette condition à une anomalie cérébrale.

L'augmentation des manifestations dépend des caractéristiques structurelles de l'adénome, de la localisation et d'autres caractéristiques. Mais avec la forme active du néoplasme, les symptômes endocriniens apparaissent en premier.

Le tableau clinique de l'adénome hypophysaire dans le cerveau se compose de trois grands groupes:

  • Complexe de symptômes névralgiques - maux de tête (dans la région frontale ou temporale, avec une sensation de pression sur les orbites), les mouvements du globe oculaire sont limités à cause de cela, les champs de vision latéraux tombent. La fonctionnalité cognitive du cerveau est altérée, le fond émotionnel n'est pas stable. La prolifération du tissu glandulaire bloque l'écoulement du liquide céphalo-rachidien (à travers les ouvertures), ce qui entraîne une augmentation du PCI et des manifestations cliniques de l'hydrocéphalie;
  • Complexe de symptômes ophtalmiques - déficience visuelle dans un œil, changements destructeurs du fond d'œil pendant l'examen visuel;
  • Troubles endocriniens - dépendent de la production de l'une des hormones hypophysaires:
  1. Somatotropine - chez l'adulte, une acromégalie se développe, le gigantisme est caractéristique des enfants. Dans tous les cas, l'obésité et le développement du diabète sont notés;
  2. La prolactine est une violation de la fonction reproductrice. Chez l'homme, le colostrum est excrété par les glandes mammaires. Diverses maladies de peau sont notées;
  3. Gonadotrophine - combine des symptômes neurologiques et ophtalmiques;
  4. Thyrotropine - une hypo ou une hyperthyroïdie se développe;
  5. La corticotropine est le développement de la maladie d'Itsenko-Cushing, dans laquelle une hyperpigmentation de la peau et un changement du contexte psycho-émotionnel sont notés (le développement d'une maladie mentale est possible). Le syndrome comprend le développement de nombreuses maladies concomitantes (pyélonéphrite, ostéoporose, troubles métaboliques).

Le diagnostic de la maladie comprend un examen obligatoire par des spécialistes étroits - un neurologue, un ophtalmologiste, un endocrinologue.

Si vous soupçonnez un adénome hypophysaire, le patient est soumis à un examen complet pour différencier la pathologie:

  • Diagnostic de laboratoire - étude du sang et de l'urine (concentration d'hormones);
  • Visualisation des structures cérébrales - IRM, CT.

Un examen complet comprend nécessairement un ECG et une échographie de la cavité abdominale.

Comment traiter l'adénome hypophysaire

Le traitement de l'adénome hypophysaire ne peut être effectué qu'avec des médicaments, mais si une pathologie est détectée au stade initial. Le schéma thérapeutique dépend des caractéristiques de l'adénome et de sa localisation.

Les micro-tumeurs inactives n'interfèrent souvent pas avec la fonctionnalité du système nerveux central et la thérapie consiste à immunostimuler le corps. Le patient subit un examen tous les 6 mois pour évaluer la dynamique du foyer pathologique et contrôler les niveaux hormonaux.

Les médicaments pour réguler la sécrétion d'hormones aident à soulager les symptômes pathologiques, mais la tumeur ne s'effondre pas. Il y a des cas (très rares) où la lésion s'autodétruit avec une hémorragie à l'intérieur du néoplasme, mais les neurochirurgiens recommandent une ablation radicale, car un retard peut coûter la vie du patient.

L'opération est réalisée par deux méthodes:

  1. Endoscopie - l'accès se fait par les voies nasales, est considéré comme une opération moins traumatisante. Il n'est utilisé que pour les microadénomes qui ne dépassent pas la localisation principale;
  2. Trépanation crânienne - utilisée pour les tumeurs supérieures à 30 mm ou se propageant à l'extérieur de la selle turque.

L'exposition aux radiations pour la destruction des cellules tumorales dans l'hypophyse est utilisée comme méthode de traitement indépendante (pour les petites formations) ou dans le but de se préparer avant l'excision radicale.

Le traitement de l'adénome hypophysaire avec des remèdes populaires est inefficace et ne peut être utilisé que pour un effet de renforcement général. Mais la question du traitement alternatif reste controversée et il est nécessaire de consulter le médecin traitant, car de nombreuses herbes stimulent les processus métaboliques - cela peut provoquer une croissance tumorale accélérée..

Complications et conséquences possibles

Le pronostic de l'adénome hypophysaire dépend de son type et de sa taille. En règle générale, les petites tumeurs diagnostiquées en temps opportun sont traitées avec succès et le risque de rechute est minimisé. Les conséquences pour le système nerveux central sont réversibles - la fonctionnalité est entièrement restaurée.

Des formes négligées ou le refus d'une intervention chirurgicale conduisent inévitablement à un dysfonctionnement du système nerveux central et à diverses pathologies endocriniennes qui menacent l'invalidité ou la mort.

Malgré l'évolution bénigne de la maladie, l'adénome est considéré comme une formation intracrânienne dangereuse. Un traitement en temps opportun garantit une guérison complète et la restauration des fonctionnalités perdues.

Adénome hypophysaire

La glande pituitaire est une petite glande située dans le système endocrinien central. Il affecte le cours du métabolisme, modifie le fonctionnement reproducteur. La glande est divisée en 2 moitiés: adénohypophyse (antérieure) et neurohypophyse (postérieure). Le site avancé contrôle l'activité de la glande thyroïde, des organes du système reproducteur et la croissance globale du corps.

La neurohypophyse, stabilise l'équilibre du sel et de l'eau dans le corps, coordonne le processus d'accouchement et la période d'allaitement. Un effet négatif stimule le tissu glandulaire à croître en volume et à produire des hormones excessives. En conséquence, un adénome se forme. L'adénome hypophysaire est une croissance bénigne (code selon ICD-10 D35.2). Il est constitué du matériau de l'adénohypophyse. Effet négatif sur le cerveau et les psychosomatiques.

Symptômes de l'adénome hypophysaire

Les symptômes de l'adénome hypophysaire apparaissent plus souvent chez les enfants et les jeunes adultes. Ils prennent un caractère endocrinien à mesure que la croissance se développe. Le résultat de la maladie peut être l'incapacité des patients. Les signes cliniques d'une tumeur sont appelés:

  • déficience visuelle;
  • migraine;
  • crises de panique;
  • insuffisance hypophysaire.

L'aménorrhée apparaît d'abord dans la formation d'adénome hypophysaire chez la femme. Cela implique l'absence de menstruations pendant six mois. La survenue d'une tumeur s'accompagne d'une violation du système reproducteur. Une tumeur hormonale inactive montre des signes initiaux lorsque le patient atteint la limite d'âge moyen. Chez les personnes âgées, la maladie commence par une violation des systèmes visuel et nerveux.

Le premier symptôme chez les patients des deux sexes de moins de 50/55 ans est un dysfonctionnement des fonctions sexuelles. Les femmes célèbrent l'aménorrhée. Et les hommes se plaignent d'un dysfonctionnement du processus érectile. Les problèmes génitaux sont en avance sur les troubles de la vision. La différence entre l'apparition du deuxième symptôme est de 2 ans. Les symptômes sont observés chez les adolescents. La classification des symptômes est divisée en 4 catégories:

  • Visuel (déficience visuelle, changement de champ de vision, bifurcation de l'image, cécité, larmoiement incessant, sensation de brûlure);
  • Génital (fin du cycle menstruel, dysfonction sexuelle chez l'homme);
  • Neurologie (insuffisance de sommeil, maux de tête, troubles de la mémoire, température instable de la tête);
  • Combiné (fatigue rapide, perte de force, soif constante, somnolence, crises de panique, changement de poids).

Au stade congelé de l'adénome hypophysaire, chez 75% des patients, une sécrétion insuffisante d'hormones hypophysaires tropiques est observée. Un tiers des événements sont une hypothyroïdie, une insuffisance surrénalienne d'un quart. Les signes masculins d'hypogonadisme sont appelés une violation de la fonction érectile, une diminution du désir sexuel. Symptômes chez les femmes: absence de processus menstruels et absence d'enfants. L'hypothyroïdie est détectée:

  • migraine
  • Une dépression
  • diminution du travail de conscience;
  • constipation
  • gain de poids rapide.

Le manque d'hormones de croissance entraîne une diminution de la résistance, conduit à l'obésité, rend les os cassants, sujets aux blessures. Les patients ont une augmentation de l'anxiété, de l'anxiété. L'humeur change à un rythme disproportionné. La carence en ACTH est déterminée par:

  • faiblesse dans le corps;
  • fatigue;
  • douleurs musculaires et articulaires;
  • la manifestation des symptômes d'une maladie du tube digestif;
  • altération de la conscience.

Chez les patients atteints de prolactinome, les niveaux de prolactine augmentent avec l'adénome hypophysaire. Ce type de tumeur est observé chez un tiers des femmes atteintes d'aménorrhée et de galactorrhée - l'allocation de lait. Dans la population masculine, le prolactinome est rare. Peut-être la manifestation de la gynécomastie. Par la suite, une tumeur kystique affecte le cerveau..

Le somatotropinome est formé à la suite d'une augmentation de la quantité d'hormones de croissance dans le sang. Il induit un changement d'apparence. L'extension des pinceaux est fixe, le visage gonfle, la langue grandit. Cela conduit à un rétrécissement des tubes des voies respiratoires et peut arrêter la respiration pendant le sommeil. Avec un déséquilibre métabolique, le diabète se forme et la sensibilité au dextrose s'aggrave. Les somatotropinomes épaississent les muscles des ventricules du cœur, une hypertension artérielle, une arythmie se produit. Le patient souffre d'insuffisance cardiaque. Pour une image complète de la maladie, l'histologie est utilisée..

Traitement de l'adénome

L'état des patients atteints d'adénome hypophysaire est contrôlé simultanément par un endocrinologue et un neurochirurgien. Leur collaboration calcule un algorithme de traitement efficace. Les cas complexes qui n'ont pas de réponse exacte sont soumis à la discussion de professeurs et de médecins bien connus de la catégorie la plus élevée. Ils décident quoi faire. Certaines personnes essaient même de traiter l'adénome avec des remèdes populaires. À l'heure actuelle, il existe des types de traitement: conservateur et chirurgical. Pour l'opération, appliquez:

  • accélérateur de protons;
  • cyber couteau;
  • couteau gamma;
  • accélérateur linéaire.

De plus, une radiothérapie peut être nécessaire. Pour clarifier, les patients doivent passer des tests sanguins, optez pour un scanner. Le traitement varie selon le sexe. L'hypophyse chez la femme est observée par un gynécologue et reproductologue. L'andrologue s'occupe de la population masculine.

Médicament pour les adénomes hypophysaires

Pour lutter contre les prolactines et le syndrome d'hyperprolactinémie, la bromocriptine et la cabergoline sont utilisées. Les médicaments affectent le mouvement de la dopamine et de la noradrénaline le long des cellules nerveuses et contribuent à une diminution de la sécrétion de sérotonine. La bromocriptine a un effet bénéfique sur l'hypothalamus. La glande pituitaire antérieure est caractérisée par une inhibition de la production d'hormones.

Au cours des années, les patients ont prescrit un traitement par la somatostatine et des substances qui affaiblissent les récepteurs de la somatotrophine. Après l'ablation de la tumeur, une quantité gigantesque d'hormones de croissance peut rester. Une rechute du néoplasme se produit. Dans ce cas, le médicament continue après la radiothérapie..

S'il y a une interdiction d'intervention chirurgicale, ils recourent à la radiothérapie et à la prise de médicaments. Les médicaments ont un effet positif sur les hormones du cortex surrénal dans les vaisseaux sanguins. Pour atteindre l'objectif, des médicaments spéciaux sont utilisés. Leurs propriétés visent à ralentir la propagation du cortisol.

De plus, une thérapie symptomatique est prescrite. Il corrige le processus de métabolisme des protéines et des glucides, normalise le niveau de pression artérielle. Si nécessaire, effectuez la procédure d'irradiation. Il complète l'intervention chirurgicale et constitue la première étape de l'application de la radiothérapie.

Chirurgie de l'adénome hypophysaire

La thyrotropine nécessite une intervention chirurgicale immédiate. Il s'agit d'une méthode de traitement centrale. Des médicaments sont prescrits pour stabiliser la quantité d'hormones après une intervention chirurgicale. Les grosses tumeurs sont effectivement éliminées avec un succès de 55% et les petites avec 80%.

Un traitement transnasosphénoïdal et transcrânien est actuellement en cours. Les neurochirurgiens préfèrent alterner les méthodes par étapes. L'élimination transnasale de la tumeur implique une intervention par le nez. En l'absence de possibilité de traitement transcrânien, transfénoïdien.

L'élimination efficace du cancer se fait par une vue latérale de l'endoscope. Il vous permet d'accéder à la tumeur du meilleur côté. Cela protégera le cerveau et les sinus caverneux des blessures et des défauts. Lorsque le liquide céphalo-rachidien s'écoule, il est fixé et retiré pendant l'opération chirurgicale..

Les experts prédisent un résultat réussi après la thérapie. Mais considérez le coût des procédures. Cela varie en fonction de l'algorithme de traitement. Le prix est basé sur les méthodes d'opérations, le complexe de médicaments avant et après l'ablation chirurgicale de la tumeur.

Traitement conservateur

L'utilisation de médicaments est efficace dans les premiers stades lorsque le microadénome est présent. Après l'opération, il peut se résoudre lui-même. Les cellules cancéreuses peuvent disparaître. Avant de prescrire des médicaments, le médecin examine soigneusement le patient. Dans certains cas, un traitement conservateur ne montrera pas le résultat attendu. La chirurgie ou la radiothérapie est considérée comme le seul moyen d'éliminer l'adénome..

La prise de médicaments est justifiée en l'absence de déficience visuelle. Elle est réalisée avant la chirurgie pour maintenir un état positif des patients atteints de tumeurs à grande échelle. De bons résultats sont démontrés par la thérapie à la prolactine. L'hormone prolactine est produite en excès.

Vous pouvez vous passer de la chirurgie en utilisant des dopaminomimétiques. Remèdes efficaces: Parlodel et Cabergoline. Le développement de la cabergoline a permis de réduire la libération de prolactine et de réduire la taille de l'adénome. L'outil stabilise le fonctionnement des organes génitaux et des coefficients de sperme chez l'homme. Un traitement conservateur n'aura pas d'effet négatif sur la grossesse.

La formation d'hormones de croissance nécessite l'utilisation d'analogues de la somatostatine. Le traitement de la thyréotoxicose est effectué par thyréostatique. L'adénome de l'hypophyse du cerveau provoque le développement de la maladie d'Itsenko-Cushing (un type de croissance basophile). Les médicaments du groupe aminoglutéthimide sont efficaces contre elle.

Chirurgie

L'absence de traitement conservateur entraîne la nomination d'une intervention chirurgicale. La procédure d'élimination de l'adénome est dangereuse, la tumeur est proche du cerveau. L'accès au néoplasme est difficile. Le choix du déroulement des procédures appartient au neurochirurgien. La thérapie est prescrite après un examen approfondi du patient et l'obtention des résultats d'une IRM.

Les développements médicaux récents offrent des options minimalement invasives et non invasives pour éliminer les adénomes hypophysaires. Ils impliquent une intervention chirurgicale minimale. Le risque de blessure et de développement de complications est réduit. Ceci est typique de l'endoscopie, de la radiochirurgie et de l'utilisation d'un cyber-couteau. La clinique en Israël a une bonne réputation parmi les spécialistes. C'est une garantie des dernières techniques et d'un traitement de qualité..

L'endoscopie est réalisée par la méthode transnasale. Un chirurgien passe une sonde à travers le sinus. Le processus d'élimination de la tumeur se reflète sur le moniteur. La procédure ne nécessite pas de couper ou d'ouvrir le crâne.

La probabilité d'un résultat efficace est de 90%. Une augmentation de la taille de l'adénome réduit le pourcentage. Les grosses tumeurs ne peuvent pas être retirées de cette manière. La méthode est efficace jusqu'à 3 cm.

Danger et prévisions

Le pronostic dépend de la taille de la tumeur et du type de tissu de la glande elle-même. Les statistiques appellent à une réhabilitation complète du corps et à une stabilisation de la quantité d'hormones dans les vaisseaux sanguins établie dans 70% des cas. L'examen des types d'adénomes formés par l'hormone de croissance montre qu'un quart des patients se rétablissent. Les autres continuent le traitement jusqu'à la fin de la vie.

La prévision est également influencée par les méthodes d'élimination du néoplasme. Un diagnostic rapide et l'algorithme de traitement approprié offrent une forte probabilité de résultat positif - 85%. La durée de la maladie est également importante. Une restauration complète de la vision est possible à court terme.

L'adénome est considéré comme non cancéreux, avec de rares cas. Son augmentation n'entraînera pas la destruction de parties du cerveau, elle ne pénètre pas dans la structure des os. Une tumeur à croissance suprasellaire perturbe la circulation sanguine. En conséquence, le travail du corps en souffre et les symptômes s'aggravent. Les filles sont tout à fait capables de tomber enceintes, ayant des cellules bénignes affectées. Après la naissance, une diminution de leur taille.

L'adénome peut se transformer en tumeur maligne. L'adénome hypophysaire endosellaire entraîne la destruction de la selle turque et la propagation de métastases à d'autres endroits du cerveau. Une croissance supérieure à 2 cm en 5 ans peut réapparaître. Par conséquent, un examen annuel par un médecin est obligatoire.

Complications

Les conséquences sont rares. Habituellement, il s'agit d'un saignement, d'un dysfonctionnement du mouvement du liquide céphalorachidien, d'un traumatisme du tissu cérébral. Les causes sont différentes. Les virus infectieux peuvent entraîner une méningite. Les patients apprendront des informations sur les conséquences possibles du médecin traitant. La probabilité de complications ne doit pas devenir un obstacle au traitement. D'autres développements entraîneront la mort.

La période postopératoire après l'ablation de la tumeur est positive. 3 jours après la chirurgie, le patient est sorti. Une autre observation est effectuée par l'endocrinologue. Si nécessaire, une hormonothérapie et un massage sont prescrits. Les patients reçoivent un régime spécial. Ne buvez pas d'alcool, d'aliments gras et de sel. Ils sont capables de reprendre l'activité des cellules cancéreuses restantes..

Parmi les complications possibles, on note l'apparition d'ulcères dans le tractus gastro-intestinal. Ils se développent en raison de dommages au système nerveux. Les plaies ulcéreuses entraînent des saignements, ce qui entraîne la mort du patient. Mais la maladie survient rarement. Après avoir éliminé la tumeur, un diabète insipide peut survenir. En conséquence, la fonction rénale est altérée.

La chirurgie de retrait répété est associée à des risques élevés. Se débarrasser de l'adénome est difficile. Les cicatrices et l'inflammation augmentent, le tissu cérébral est gravement blessé. Les patients en rechute sont sujets à de graves effets secondaires et à la mortalité. Pour éviter les difficultés, la chirurgie et la radiothérapie sont combinées au premier stade pour éliminer efficacement l'adénome.

Adénome hypophysaire

Adénome hypophysaire - qu'est-ce que c'est?

Les conditions préalables au développement de la maladie peuvent être envisagées:

  • blessures à la tête;
  • inflammation infectieuse des structures cérébrales;
  • effets néfastes sur le processus de développement fœtal;
  • utilisation à long terme de contraceptifs oraux.

Pathogenèse de la maladie

Les raisons exactes du développement de la tumeur ne peuvent être discutées car la pathogenèse de cette maladie a été peu étudiée. Cependant, il existe encore plusieurs concepts qui expliquent indirectement les causes de l'adénome hypophysaire. L'un d'eux est le concept de lésion primaire de l'hypothalamus avec atteinte secondaire du tissu de l'adénohypophyse, le second est la lésion primaire de l'hypophyse, dont la conséquence est le développement d'un adénome.

Les adénomes sont divisés en hormones inactives - dans lesquelles les cellules glandulaires ne produisent pas d'hormones et hormonalement actives. Ces derniers, à leur tour, sont répartis dans les groupes suivants:

  • produisant de la somatotropine - produisent de l'hormone de croissance - somatotropine;
  • sécrétant de la prolactine - synthétise l'hormone prolactine;
  • produisant des adénocorticotropes - produisent l'hormone ACTH qui affecte le travail du cortex surrénalien;
  • produisant de la thyrotropine - synthétisant l'hormone TSH agissant sur la glande thyroïde;
  • synthétiser des hormones gonadotropes qui affectent le fonctionnement des gonades.

Par taille, ils sont classés en:

  • microadénomes - d'un diamètre de 2 mm à 2 cm;
  • macroadénomes - d'un diamètre supérieur à 2 cm.

En fonction de la position de la tumeur par rapport à la selle turque (Sella Turcica) - la formation osseuse du crâne, qui sert normalement de lit à l'hypophyse, alloue:

  • endosellaire, situé à l'intérieur de la selle turque;
  • endosuprasellaire, grandissant au-delà de la selle;
  • endoinfrasellaire, poussant hors de la selle;
  • parois endolatérosellaires et destructrices de la selle turque.

Symptômes de l'adénome hypophysaire

Une tumeur se manifeste, en règle générale, avec deux syndromes: ophtalmique-neurologique (survient le plus souvent avec une forme hormonale inactive de la maladie) et échange endocrinien (avec une forme hormonale active).

Syndrome neurologique ophtalmique

Elle est causée principalement par la compression des structures cérébrales et des voies par la tumeur. Elle s'exprime plus souvent par des maux de tête, des modifications des champs visuels, des troubles oculomoteurs.

Les maux de tête sont ternes et localisés principalement dans les régions frontales et temporales, moins souvent - derrière les orbites, peuvent survenir quelle que soit la position du corps. Les patients souffrant d'adénome hypophysaire notent que la douleur est bien soulagée par les analgésiques. L'augmentation de la douleur est observée avec l'hémorragie et la croissance tumorale.

La modification des champs visuels est également due à la pression de l'adénome à l'intersection des nerfs optiques, qui passent sous l'hypophyse. De plus, l'existence à long terme de la maladie pourrait bien conduire à une atrophie du nerf optique. Avec la croissance de la tumeur dans les directions latérales, il est possible de serrer les paires de nerfs crâniens III, IV, VI et V et l'apparition d'une ophtalmoplégie - perturbations de la fonction oculomotrice.

Lorsqu'une tumeur se développe à travers le bas de la selle turque dans le sinus sphénoïde ou ethmoïde, le patient est susceptible de subir une congestion nasale.

Syndrome endocrinien-métabolique

Il se développe avec la forme d'adénome hormonalement active. En fonction de l'hormone produite, je distingue plusieurs sous-types de tumeurs (voir classification), chacune ayant ses propres caractéristiques.

  • Le somatotropinome dans l'enfance se manifeste par le gigantisme, à l'âge adulte par l'acromégalie, le diabète sucré, le goitre diffus ou nodulaire, et l'hirsutisme sont moins courants. Il y a une augmentation de la peau grasse, l'apparition de papillomes, névi.
  • Le prolactinome chez la femme se caractérise par des irrégularités menstruelles, une aménorrhée et une infertilité. Dans 30% des cas, la séborrhée, l'acné et l'hypertrichose sont notées. Chez l'homme, la gynécomastie et l'impuissance apparaissent..
  • Le corticotropinome se manifeste par des symptômes d'hypercorticisme. Cette espèce a une forte tendance à la transformation maligne, et plus tard - métastases.
  • Le thyrotropinome présente des symptômes d'hyperthyroïdie.

Diagnostique

Le diagnostic de l'adénome hypophysaire est effectué par des méthodes cliniques, biochimiques, radiologiques, radio-immunologiques, ainsi que par CT et RMN.

Tout d'abord, en cas de suspicion d'adénome hypophysaire, une craniographie aux rayons X est réalisée en deux projections et une tomodensitométrie de la selle turque - ces mesures peuvent détecter des changements dans les structures osseuses. Afin d'établir la localisation et la taille de la tumeur, une tomodensitométrie est réalisée et la croissance infiltrante est détectée par imagerie RMN..

Le diagnostic différentiel est réalisé avec une insuffisance hypothalamo-hypophyse d'origine non tumorale, ainsi qu'avec des tumeurs de localisation non hypophysaire produisant des peptides.

Adénome hypophysaire et grossesse

Avec l'adénome, une prolactine excessive est produite - l'hormone responsable de la production de lait, ainsi que les fonctions de reproduction sont réduites chez les femmes et les hommes.

Souvent, les concepts d '«adénome hypophysaire» et de «grossesse» deviennent incompatibles - avec une tumeur, les femmes peuvent remarquer des irrégularités menstruelles et, dans certains cas, une aménorrhée. Mais, même si les menstruations se produisent correctement, des problèmes de fertilisation peuvent survenir.

Chez la femme enceinte, le diagnostic est réalisé par imagerie par résonance magnétique. La chirurgie ou la radiothérapie est contre-indiquée, l'utilisation de médicaments n'est pas recommandée - pendant toute la période de la grossesse, seul un adénome est observé, les fonctions visuelles de la femme sont surveillées.

Traitement et prévention

Le traitement est plus efficace aux premiers stades de la maladie. Il existe trois approches pour traiter l'adénome hypophysaire: les médicaments, la radiochirurgie et la neurochirurgie. Parfois, pour obtenir le meilleur résultat, un ensemble de méthodes peut être utilisé..

Dans chaque cas, les médicaments sont prescrits individuellement et uniquement par un médecin! Il ne garantit pas une récupération complète, mais ne permet que de retarder temporairement l'ablation de la tumeur par la méthode chirurgicale.

Le traitement neurochirurgical est indiqué pour la déficience visuelle, ainsi que les hémorragies dans l'adénome, la formation de kystes. Cette méthode montre de bons résultats, en particulier avec de petites tailles de formation de tumeurs..

Si la chirurgie n'est pas possible pour une raison quelconque, appliquez l'une des méthodes de radiothérapie:

  • radiothérapie à distance;
  • la protonthérapie;
  • thérapie gamma;
  • méthode radiochirurgicale.

La prévention de la maladie comprend la protection contre les traumatismes crâniens, le traitement rapide des maladies infectieuses, le refus d'une utilisation prolongée de contraceptifs oraux.

En cas d'anomalies ophtalmiques et neurologiques, consulter un médecin!

Complications de l'adénome hypophysaire

La plupart des complications peuvent survenir après la chirurgie, mais ne dépassent pas 5% des cas. Cependant, la plupart des complications sont de nature bénigne et pendant la période de récupération, elles se résolvent elles-mêmes. Les lésions vasculaires graves sont suivies d'hémorragies, d'infection, de lésions tissulaires, de troubles de l'élocution, de l'attention et de la mémoire.

Adénome hypophysaire du cerveau - symptômes. Traitement et chirurgie pour éliminer l'adénome hypophysaire chez les femmes et les hommes

De nombreuses maladies sont détectées par hasard lors de l'examen pour d'autres raisons. L'adénome hypophysaire est l'une de ces maladies. Il s'agit d'une formation bénigne diagnostiquée chez une personne sur cinq. La maladie est-elle dangereuse, peut-elle devenir maligne - ces questions qui se posent chez les patients atteints de ce problème.

Quel est l'adénome hypophysaire du cerveau

L'hypophyse, petite mais très importante pour notre corps, est située dans la partie inférieure du cerveau dans la poche osseuse de l'os crânien, la soi-disant «selle turque». Il s'agit d'un appendice cérébral de forme ronde, qui est l'organe dominant du système endocrinien. Il est responsable de la synthèse de nombreuses hormones importantes:

  • la thyrotropine;
  • hormone de croissance;
  • gonadotrophine;
  • vasopressine ou hormone antidiurétique;
  • ACTH (hormone adrénocorticotrope).

La tumeur de l'hypophyse (code ICD-10 "Néoplasmes") n'est pas entièrement comprise. Selon l'hypothèse des médecins, il peut être formé de cellules hypophysaires en raison du transfert:

  • neuroinfections;
  • lésions cérébrales traumatiques;
  • empoisonnement chronique;
  • exposition aux rayonnements ionisants.

Bien que sous cette forme, les adénomes ne montrent pas de signes de malignité, mais ils sont capables de comprimer mécaniquement les structures cérébrales environnantes avec une augmentation de l'hypophyse. Cela implique une déficience visuelle, des maladies endocriniennes et neurologiques, la formation de kystes, l'apoplexie (hémorragie dans le néoplasme). L'adénome du cerveau par rapport à l'hypophyse peut se développer à l'emplacement local de la glande et aller au-delà de la "selle turque". D'où la classification des adénomes selon la nature de la distribution:

  • Adénome endosellaire - à l'intérieur de la poche osseuse.
  • Adénome endoinfrasellaire - la croissance se produit vers le bas.
  • Adénome endosuprasellaire - la croissance se produit vers le haut.
  • Adénome endolatérosellaire - la tumeur se propage à gauche et à droite.
  • Adénome mixte - diagonale de chaque côté.

Les microadénomes et les macroadénomes sont classés par taille. Dans 40% des cas, l'adénome peut être hormonal inactif et dans 60% des cas, il peut être hormonal actif. Les formations hormonalement actives sont:

  • gonadotrophinome, à la suite duquel les hormones gonadotrophines sont produites en excès. Les gonadotropinomes ne sont pas détectés symptomatiquement;
  • thyrotropinome - dans l'hypophyse, une hormone stimulant la thyroïde qui contrôle la fonction thyroïdienne est synthétisée. Avec une teneur élevée en hormone, une accélération métabolique, une perte de poids rapide et incontrôlée et une nervosité se produisent. Le thyrotropinome est un type rare de tumeur qui provoque une thyrotoxicose;
  • corticotropinome - l'hormone adrénocorticotrope est responsable de la production de glucocorticoïdes dans les glandes surrénales. Les corticotropinomes peuvent devenir malins;
  • hormone de croissance - une hormone de croissance est produite qui affecte la dégradation des graisses, la synthèse des protéines, la formation de glucose et la croissance corporelle. Avec un excès d'hormone, une transpiration sévère, une pression, une altération de la fonction cardiaque, une malocclusion, une augmentation des pieds et des mains, une rugosité du visage est observée);
  • le prolactinome est une synthèse de l'hormone responsable de la lactation chez la femme. La taille des classés (dans le sens de l'augmentation des taux de prolactine): adénopathie, microprolactinome (jusqu'à 10 mm), kyste et macroprolactinome (plus de 10 mm);
  • L'adénome ACTH (basophile) active la fonction surrénale et la production de cortisol, dont une quantité excessive provoque le syndrome de Cushing (symptômes: dépôt de graisse dans le haut de l'abdomen et le dos, sur la poitrine; augmentation de la pression, atrophie des muscles du corps, stries sur la peau, ecchymoses, visage en forme de lune);

Adénome hypophysaire chez l'homme

Les statistiques montrent que la maladie affecte chaque dixième du sexe le plus fort. L'adénome hypophysaire chez les hommes peut ne pas se produire pendant une longue période, les symptômes ne sont pas prononcés. Le prolactinome est très dangereux pour les hommes. L'hypogonadisme se développe en raison d'une diminution de la testostérone, de l'impuissance, de l'infertilité, d'une diminution de la libido, d'une hypertrophie mammaire (gynécomastie), d'une perte de cheveux.

Adénome hypophysaire chez la femme

Une tumeur de l'hypophyse peut se former chez 20% des femmes d'âge moyen. Dans la plupart des cas, l'évolution de la maladie est lente. La moitié de tous les cas de tumeurs hypophysaires sont des prolactinomes. Pour les femmes, elle est lourde d'irrégularités menstruelles, de développement de l'infertilité, de galactorrhée, d'aménorrhée, entraînant acné, séborrhée, hypertrichose, obésité modérée, anorgasmie.

Il n'est pas nécessaire de parler de raisons héréditaires, mais il a été noté que dans 25% des cas, l'incidence de l'adénome était le résultat d'une néoplasie endocrinienne multiple du deuxième type. Certaines causes de formation de tumeurs dans l'hypophyse ne sont particulières qu'aux femmes. L'adénome hypophysaire chez la femme peut apparaître après une interruption artificielle de grossesse ou de fausse couche, ainsi qu'après des grossesses répétées. Les raisons de l'apparition d'une tumeur hypophysaire n'ont pas été établies avec certitude, mais peuvent provoquer une augmentation de l'éducation:

  • maladies infectieuses affectant le système nerveux;
  • blessures à la tête;
  • utilisation à long terme des contraceptifs.

Adénome hypophysaire chez les enfants

Si l'adénome hypophysaire est pris en compte chez l'enfant, il s'agit alors principalement de somatotropinome (production de STH), à la suite de quoi le gigantisme se développe chez l'enfant (changements dans les proportions du squelette), diabète sucré, obésité, goitre diffus. Vous devez être vigilant si l'enfant a remarqué:

  • hirsutisme - pilosité excessive sur le visage et le corps;
  • hyperhidrose - transpiration;
  • la peau grasse;
  • verrues, papillomes, naevus;
  • symptômes de polyneuropathie accompagnés de douleur, paresthésie, faible sensibilité des membres.

Signes d'adénome hypophysaire

Le type actif de tumeur hypophysaire se manifeste par une déficience visuelle, une double vision, une perte de vision périphérique et des maux de tête. La perte de vision complète menace avec des tailles d'éducation de 1 à 2 cm Les symptômes d'hypopituitarisme sont caractéristiques des gros adénomes:

  • diminution de la libido;
  • fatigue, hypogonadisme;
  • la faiblesse;
  • gain de poids;
  • une dépression;
  • intolérance au froid;
  • peau sèche;
  • mal de crâne;
  • vertiges;
  • la nausée;
  • manque d'appétit.

Les symptômes de l'adénome hypophysaire sont souvent similaires aux signes d'autres maladies, vous n'avez donc pas besoin d'être trop méfiant, de lire les symptômes, de les comparer avec vos plaintes et de vous conduire dans un état de stress. Dans toute maladie, la certitude et la précision sont importantes. Si vous suspectez, consultez votre médecin pour un examen complet de votre maladie et, si nécessaire, un traitement.

Diagnostic de l'adénome hypophysaire

Les adénomes de l'hypophyse antérieure sont diagnostiqués en identifiant un groupe de symptômes (Triade de Hirsch):

  1. Syndrome endocrinien-métabolique.
  2. Syndrome neurologique ophtalmique.
  3. Écarts par rapport à la norme de la «selle turque», visibles radiologiquement.

Le diagnostic de l'adénome hypophysaire est effectué en utilisant les niveaux de vérification suivants:

  1. Signes cliniques et biochimiques caractéristiques des adénomes hormono-actifs: acromégalie, gigantisme infantile, maladie d'Itsenko-Cushing.
  2. Données de neuroimagerie et résultats opérationnels: localisation, taille, invasion, schéma de croissance, hétérogénéité de l'hypophyse, structures et tissus hétérogènes environnants. Ces informations sont d'une grande importance lors du choix d'un traitement et d'un pronostic ultérieur..
  3. Examen microscopique obtenu par biopsie du matériau - diagnostic différentiel entre l'adénome hypophysaire et les formations non hypophysaires (hyperplasie hypophysaire, hypophyse).
  4. Étude immunohistochimique du néoplasme.
  5. Recherche biologique et génétique moléculaire.
  6. Microscopie électronique.

Traitement de l'adénome hypophysaire

Dans la pratique médicale, le traitement de l'adénome hypophysaire du cerveau est effectué par des méthodes conservatrices (médicaments), chirurgicales et à l'aide de la radiochirurgie, de la radiothérapie à distance, de la protonthérapie, de la gamma thérapie. La méthode médicamenteuse comprend l'utilisation de la bromocriptine (un antagoniste de la prolactine, normalise le niveau des hormones de la prolactine sans perturber sa synthèse), de la dostinex et d'autres analogues. La pharmacothérapie ne peut pas toujours vaincre la maladie, mais rend parfois la tâche plus facile pour le chirurgien et augmente les chances de guérison.

La radiochirurgie stéréotaxique est une méthode de traitement non invasive par irradiation d'une tumeur avec un faisceau de rayonnement de différents côtés. L'effet du rayonnement avec cette méthode sur d'autres tissus glandulaires est minime. Il est pratique de traiter une tumeur par irradiation, car l'hospitalisation, l'anesthésie et la préparation ne sont pas nécessaires. Si un adénome est trouvé qui ne synthétise pas d'hormones et ne manifeste aucun symptôme, alors le patient est observé: dans le cas d'un microadénome, une tomographie est effectuée tous les deux ans, dans le cas d'un macroadénome, il est recommandé de vérifier l'état tous les six mois ou annuellement.

Suppression de l'adénome hypophysaire

La méthode chirurgicale moderne de traitement est l'ablation de l'adénome hypophysaire transnasal (par le nez). Cette opération est peu invasive, avec l'introduction d'un endoscope, est efficace dans les microadénomes. Si la formation a une croissance extrasellaire prononcée, des interventions transcrâniennes sont utilisées. La contre-indication à l'opération est avancée et l'âge des enfants, la grossesse. Dans ces cas, une technique de traitement différente est sélectionnée. Le traitement transcrânien chirurgical peut entraîner certaines conséquences:

  • insuffisance rénale;
  • altération de la circulation sanguine dans le cerveau;
  • violation des fonctions des organes génitaux;
  • déficience visuelle;
  • blessures des tissus sains de la glande;
  • la liquorrhée;
  • inflammation et infection.

La méthode transnasale pour éliminer l'adénome est moins traumatisante et les effets indésirables sont minimisés. Après l'opération, le patient passe à l'hôpital sous surveillance jusqu'à trois jours si l'ablation de l'adénome s'est déroulée sans complications. Ensuite, des mesures de réadaptation sont prescrites pour la personne en convalescence, afin d'exclure ultérieurement les rechutes.

Traitement de l'adénome hypophysaire avec des remèdes populaires

Après avoir appris un diagnostic désagréable, il est courant pour une personne de le nier et de rechercher des méthodes de traitement parcimonieuses - des remèdes populaires. Du point de vue de la médecine traditionnelle, le traitement de l'adénome hypophysaire avec des remèdes populaires est très douteux. Peut-être que certains effets peuvent être obtenus, mais les dons de la nature ne seront pas en mesure de corriger les dysfonctionnements du corps causés par un déséquilibre hormonal. Retarder le traitement par des méthodes indépendantes peut être similaire à la mort, surtout si un adénome corticotrope est finalement trouvé.

En plus du traitement principal, vous pouvez prendre des décoctions d'herbes, mais après avoir consulté un médecin. En outre, nous devons tenir compte du fait que certaines plantes, par exemple la pruche, sont très toxiques et doivent être utilisées avec précaution, sinon les conséquences peuvent être tristes. Parmi les remèdes populaires, les suivants sont considérés comme efficaces:

  • teinture klopovnik 10% sur l'alcool;
  • un mélange de gingembre moulu, graines de citrouille, graines de sésame, herbe d'onagre, miel;
  • teinture de pruche dans l'huile (goutte à goutte dans le nez), teinture d'alcool à boire;
  • chaga;
  • Serpentine des Highlands;
  • Mélisse;
  • banane plantain;
  • valériane;
  • fruits de sorbier;
  • sauge, calendula, camomille.