Microadénome hypophysaire cérébral: traitement, pronostic

De nombreuses maladies sont détectées par hasard lors de l'examen pour d'autres raisons. L'adénome hypophysaire est l'une de ces maladies. Il s'agit d'une formation bénigne diagnostiquée chez une personne sur cinq. La maladie est-elle dangereuse, peut-elle devenir maligne - ces questions qui se posent chez les patients atteints de ce problème.

Quel est l'adénome hypophysaire du cerveau

L'hypophyse, petite mais très importante pour notre corps, est située dans la partie inférieure du cerveau dans la poche osseuse de l'os crânien, la soi-disant «selle turque». Il s'agit d'un appendice cérébral de forme ronde, qui est l'organe dominant du système endocrinien. Il est responsable de la synthèse de nombreuses hormones importantes:

  • la thyrotropine;
  • hormone de croissance;
  • gonadotrophine;
  • vasopressine ou hormone antidiurétique;
  • ACTH (hormone adrénocorticotrope).

La tumeur de l'hypophyse (code ICD-10 "Néoplasmes") n'est pas entièrement comprise. Selon l'hypothèse des médecins, il peut être formé de cellules hypophysaires en raison du transfert:

  • neuroinfections;
  • lésions cérébrales traumatiques;
  • empoisonnement chronique;
  • exposition aux rayonnements ionisants.

Bien que sous cette forme, les adénomes ne montrent pas de signes de malignité, mais ils sont capables de comprimer mécaniquement les structures cérébrales environnantes avec une augmentation de l'hypophyse. Cela implique une déficience visuelle, des maladies endocriniennes et neurologiques, la formation de kystes, l'apoplexie (hémorragie dans le néoplasme). L'adénome du cerveau par rapport à l'hypophyse peut se développer à l'emplacement local de la glande et aller au-delà de la "selle turque". D'où la classification des adénomes selon la nature de la distribution:

  • Adénome endosellaire - à l'intérieur de la poche osseuse.
  • Adénome endoinfrasellaire - la croissance se produit vers le bas.
  • Adénome endosuprasellaire - la croissance se produit vers le haut.
  • Adénome endolatérosellaire - la tumeur se propage à gauche et à droite.
  • Adénome mixte - diagonale de chaque côté.

Les microadénomes et les macroadénomes sont classés par taille. Dans 40% des cas, l'adénome peut être hormonal inactif et dans 60% des cas, il peut être hormonal actif. Les formations hormonalement actives sont:

  • gonadotrophinome, à la suite duquel les hormones gonadotrophines sont produites en excès. Les gonadotropinomes ne sont pas détectés symptomatiquement;
  • thyrotropinome - dans l'hypophyse, une hormone stimulant la thyroïde qui contrôle la fonction thyroïdienne est synthétisée. Avec une teneur élevée en hormone, une accélération métabolique, une perte de poids rapide et incontrôlée et une nervosité se produisent. Le thyrotropinome est un type rare de tumeur qui provoque une thyrotoxicose;
  • corticotropinome - l'hormone adrénocorticotrope est responsable de la production de glucocorticoïdes dans les glandes surrénales. Les corticotropinomes peuvent devenir malins;
  • hormone de croissance - une hormone de croissance est produite qui affecte la dégradation des graisses, la synthèse des protéines, la formation de glucose et la croissance corporelle. Avec un excès d'hormone, une transpiration sévère, une pression, une altération de la fonction cardiaque, une malocclusion, une augmentation des pieds et des mains, une rugosité du visage est observée);
  • le prolactinome est une synthèse de l'hormone responsable de la lactation chez la femme. La taille des classés (dans le sens de l'augmentation des taux de prolactine): adénopathie, microprolactinome (jusqu'à 10 mm), kyste et macroprolactinome (plus de 10 mm);
  • L'adénome ACTH (basophile) active la fonction surrénale et la production de cortisol, dont une quantité excessive provoque le syndrome de Cushing (symptômes: dépôt de graisse dans le haut de l'abdomen et le dos, sur la poitrine; augmentation de la pression, atrophie des muscles du corps, stries sur la peau, ecchymoses, visage en forme de lune);

Adénome hypophysaire chez l'homme

Les statistiques montrent que la maladie affecte chaque dixième du sexe le plus fort. L'adénome hypophysaire chez les hommes peut ne pas se produire pendant une longue période, les symptômes ne sont pas prononcés. Le prolactinome est très dangereux pour les hommes. L'hypogonadisme se développe en raison d'une diminution de la testostérone, de l'impuissance, de l'infertilité, d'une diminution de la libido, d'une hypertrophie mammaire (gynécomastie), d'une perte de cheveux.

Adénome hypophysaire chez la femme

Une tumeur de l'hypophyse peut se former chez 20% des femmes d'âge moyen. Dans la plupart des cas, l'évolution de la maladie est lente. La moitié de tous les cas de tumeurs hypophysaires sont des prolactinomes. Pour les femmes, elle est lourde d'irrégularités menstruelles, de développement de l'infertilité, de galactorrhée, d'aménorrhée, entraînant acné, séborrhée, hypertrichose, obésité modérée, anorgasmie.

Il n'est pas nécessaire de parler de raisons héréditaires, mais il a été noté que dans 25% des cas, l'incidence de l'adénome était le résultat d'une néoplasie endocrinienne multiple du deuxième type. Certaines causes de formation de tumeurs dans l'hypophyse ne sont particulières qu'aux femmes. L'adénome hypophysaire chez la femme peut apparaître après une interruption artificielle de grossesse ou de fausse couche, ainsi qu'après des grossesses répétées. Les raisons de l'apparition d'une tumeur hypophysaire n'ont pas été établies avec certitude, mais peuvent provoquer une augmentation de l'éducation:

  • maladies infectieuses affectant le système nerveux;
  • blessures à la tête;
  • utilisation à long terme des contraceptifs.

Adénome hypophysaire chez les enfants

Si l'adénome hypophysaire est pris en compte chez l'enfant, il s'agit alors principalement de somatotropinome (production de STH), à la suite de quoi le gigantisme se développe chez l'enfant (changements dans les proportions du squelette), diabète sucré, obésité, goitre diffus. Vous devez être vigilant si l'enfant a remarqué:

  • hirsutisme - pilosité excessive sur le visage et le corps;
  • hyperhidrose - transpiration;
  • la peau grasse;
  • verrues, papillomes, naevus;
  • symptômes de polyneuropathie accompagnés de douleur, paresthésie, faible sensibilité des membres.

Signes d'adénome hypophysaire

Le type actif de tumeur hypophysaire se manifeste par une déficience visuelle, une double vision, une perte de vision périphérique et des maux de tête. La perte de vision complète menace avec des tailles d'éducation de 1 à 2 cm Les symptômes d'hypopituitarisme sont caractéristiques des gros adénomes:

  • diminution de la libido;
  • fatigue, hypogonadisme;
  • la faiblesse;
  • gain de poids;
  • une dépression;
  • intolérance au froid;
  • peau sèche;
  • mal de crâne;
  • vertiges;
  • la nausée;
  • manque d'appétit.

Les symptômes de l'adénome hypophysaire sont souvent similaires aux signes d'autres maladies, vous n'avez donc pas besoin d'être trop méfiant, de lire les symptômes, de les comparer avec vos plaintes et de vous conduire dans un état de stress. Dans toute maladie, la certitude et la précision sont importantes. Si vous suspectez, consultez votre médecin pour un examen complet de votre maladie et, si nécessaire, un traitement.

Diagnostic de l'adénome hypophysaire

Les adénomes de l'hypophyse antérieure sont diagnostiqués en identifiant un groupe de symptômes (Triade de Hirsch):

  1. Syndrome endocrinien-métabolique.
  2. Syndrome neurologique ophtalmique.
  3. Écarts par rapport à la norme de la «selle turque», visibles radiologiquement.

Le diagnostic de l'adénome hypophysaire est effectué en utilisant les niveaux de vérification suivants:

  1. Signes cliniques et biochimiques caractéristiques des adénomes hormono-actifs: acromégalie, gigantisme infantile, maladie d'Itsenko-Cushing.
  2. Données de neuroimagerie et résultats opérationnels: localisation, taille, invasion, schéma de croissance, hétérogénéité de l'hypophyse, structures et tissus hétérogènes environnants. Ces informations sont d'une grande importance lors du choix d'un traitement et d'un pronostic ultérieur..
  3. Examen microscopique obtenu par biopsie du matériau - diagnostic différentiel entre l'adénome hypophysaire et les formations non hypophysaires (hyperplasie hypophysaire, hypophyse).
  4. Étude immunohistochimique du néoplasme.
  5. Recherche biologique et génétique moléculaire.
  6. Microscopie électronique.

Traitement de l'adénome hypophysaire

Dans la pratique médicale, le traitement de l'adénome hypophysaire du cerveau est effectué par des méthodes conservatrices (médicaments), chirurgicales et à l'aide de la radiochirurgie, de la radiothérapie à distance, de la protonthérapie, de la gamma thérapie. La méthode médicamenteuse comprend l'utilisation de la bromocriptine (un antagoniste de la prolactine, normalise le niveau des hormones de la prolactine sans perturber sa synthèse), de la dostinex et d'autres analogues. La pharmacothérapie ne peut pas toujours vaincre la maladie, mais rend parfois la tâche plus facile pour le chirurgien et augmente les chances de guérison.

La radiochirurgie stéréotaxique est une méthode de traitement non invasive par irradiation d'une tumeur avec un faisceau de rayonnement de différents côtés. L'effet du rayonnement avec cette méthode sur d'autres tissus glandulaires est minime. Il est pratique de traiter une tumeur par irradiation, car l'hospitalisation, l'anesthésie et la préparation ne sont pas nécessaires. Si un adénome est trouvé qui ne synthétise pas d'hormones et ne manifeste aucun symptôme, alors le patient est observé: dans le cas d'un microadénome, une tomographie est effectuée tous les deux ans, dans le cas d'un macroadénome, il est recommandé de vérifier l'état tous les six mois ou annuellement.

Suppression de l'adénome hypophysaire

La méthode chirurgicale moderne de traitement est l'ablation de l'adénome hypophysaire transnasal (par le nez). Cette opération est peu invasive, avec l'introduction d'un endoscope, est efficace dans les microadénomes. Si la formation a une croissance extrasellaire prononcée, des interventions transcrâniennes sont utilisées. La contre-indication à l'opération est avancée et l'âge des enfants, la grossesse. Dans ces cas, une technique de traitement différente est sélectionnée. Le traitement transcrânien chirurgical peut entraîner certaines conséquences:

  • insuffisance rénale;
  • altération de la circulation sanguine dans le cerveau;
  • violation des fonctions des organes génitaux;
  • déficience visuelle;
  • blessures des tissus sains de la glande;
  • la liquorrhée;
  • inflammation et infection.

La méthode transnasale pour éliminer l'adénome est moins traumatisante et les effets indésirables sont minimisés. Après l'opération, le patient passe à l'hôpital sous surveillance jusqu'à trois jours si l'ablation de l'adénome s'est déroulée sans complications. Ensuite, des mesures de réadaptation sont prescrites pour la personne en convalescence, afin d'exclure ultérieurement les rechutes.

Traitement de l'adénome hypophysaire avec des remèdes populaires

Après avoir appris un diagnostic désagréable, il est courant pour une personne de le nier et de rechercher des méthodes de traitement parcimonieuses - des remèdes populaires. Du point de vue de la médecine traditionnelle, le traitement de l'adénome hypophysaire avec des remèdes populaires est très douteux. Peut-être que certains effets peuvent être obtenus, mais les dons de la nature ne seront pas en mesure de corriger les dysfonctionnements du corps causés par un déséquilibre hormonal. Retarder le traitement par des méthodes indépendantes peut être similaire à la mort, surtout si un adénome corticotrope est finalement trouvé.

En plus du traitement principal, vous pouvez prendre des décoctions d'herbes, mais après avoir consulté un médecin. En outre, nous devons tenir compte du fait que certaines plantes, par exemple la pruche, sont très toxiques et doivent être utilisées avec précaution, sinon les conséquences peuvent être tristes. Parmi les remèdes populaires, les suivants sont considérés comme efficaces:

  • teinture klopovnik 10% sur l'alcool;
  • un mélange de gingembre moulu, graines de citrouille, graines de sésame, herbe d'onagre, miel;
  • teinture de pruche dans l'huile (goutte à goutte dans le nez), teinture d'alcool à boire;
  • chaga;
  • Serpentine des Highlands;
  • Mélisse;
  • banane plantain;
  • valériane;
  • fruits de sorbier;
  • sauge, calendula, camomille.

Comment traiter le microadénome hypophysaire et pourquoi il est dangereux

Le microadénome hypophysaire est un petit néoplasme qui se forme sur les tissus internes d'un organe. La taille de ce type de tumeurs bénignes ne dépasse pas un centimètre. Étant donné que le compactage n'affecte pratiquement pas le bien-être d'une personne, il est difficile de le diagnostiquer. Dans les cas où elle affecte la production d'hormones, des symptômes caractéristiques sont présents..

Étant donné que le sceau ne se manifeste en aucune façon, il est difficile de diagnostiquer.

Quel est le microadénome hypophysaire?

La glande pituitaire est une glande endocrine située à la base du cerveau. Le corps est responsable de la croissance, du métabolisme et du développement humains..

La glande pituitaire est située à la base du cerveau.

Dans la plupart des cas, la masse kystique affecte les femmes en âge de procréer. Les médecins pensent que cela est facilité par un changement du fond hormonal pendant la période de gestation et d'allaitement. Certaines zones de l'hypophyse sont modifiées en raison de la production d'un grand nombre d'hormones (par exemple, la prolactine). Cela provoque une déformation du tissu glandulaire..

En règle générale, des problèmes surviennent dans l'adénohypophyse (partie antérieure de l'organe), mais peuvent concerner la moitié droite ou gauche. Bien que le néoplasme lui-même ne produise pas d'hormones, il affecte leur production excessive ou réduite. En conséquence, des symptômes caractéristiques de l'insuffisance hormonale se produisent. La taille de la tumeur ne dépasse pas 1 cm.

Les causes

L'une des principales causes du microadénome hypophysaire du cerveau est le changement des niveaux hormonaux. Le plus souvent, cela se produit pendant la période de grossesse, d'allaitement. De plus, les raisons suivantes peuvent provoquer une déformation du tissu glandulaire:

L'utilisation de contraceptifs oraux.

  • perturbations de l'activité de l'organe interne associées à l'hypothalamus;
  • la fonction hormonale des glandes périphériques diminue, ce qui provoque une croissance accrue des tissus et l'apparition d'un compactage;
  • facteur héréditaire;
  • interruption artificielle de la grossesse et autres interventions chirurgicales dans le domaine des organes pelviens;
  • utilisation de contraceptifs hormonaux oraux;
  • chocs mécaniques, blessures dans lesquelles le système nerveux est affecté;
  • processus infectieux dans le cerveau;
  • les mauvaises habitudes d'une femme pendant la période de grossesse, ainsi que l'ingestion de substances toxiques dans le corps. Cela affecte négativement le développement de l'embryon..

Panneaux

Les symptômes du microadénome hypophysaire dépendent du fait qu'il affecte l'équilibre hormonal dans le corps. Les symptômes seront différents chez les hommes et les femmes en raison des caractéristiques de l'activité endocrinienne.

Si un phoque est hormonal inactif, il est difficile à diagnostiquer. Du système endocrinien, il n'y a pas de changements, donc une petite tumeur ne provoque pas de signes caractéristiques. Les néoplasmes hormonaux actifs provoquent de graves changements dus au déséquilibre hormonal.

Les symptômes courants chez les femmes comprennent:

Gain de poids.

  • gain de poids;
  • l'apparition du lait maternel même en l'absence de lactation;
  • incapacité à devenir enceinte en raison de la suppression de l'activité ovarienne;
  • Irrégularités menstruelles.

Chez les hommes, l'augmentation de l'excrétion de prolactine est nettement moins prononcée, bien que les symptômes soient similaires. Les hommes ne prennent généralement pas leur propre poids si au sérieux, ils peuvent donc ignorer son augmentation. Des problèmes de puissance se produisent également..

Si l'adénome est localisé sur les tissus responsables de la production de l'hormone stimulant la thyroïde, les signes seront différents. Les patients notent la présence de goitre nodulaire sur la glande thyroïde, une forte diminution du poids, des sautes d'humeur, une tachycardie et d'autres troubles cardiaques.

Troubles cardiaques.

Avec une production accrue d'hormone de croissance, une croissance excessive de tous les tissus se produit. Chez l'enfant, cela se manifeste par le gigantisme, des troubles des organes internes (tractus gastro-intestinal, poumons, organes génitaux internes, etc.).Si un adulte a ce type de microadénome, une augmentation disproportionnée de la taille des parties individuelles du corps est notée. La voix devient plus grossière, le diabète insipide survient, le risque de cancer augmente.

Les symptômes communs incluent le diabète..

Le type de compactage suivant (microadénome corticotrope) affecte les glandes surrénales, provoquant une augmentation de leur travail. Cela se manifeste par une augmentation du poids corporel. Cependant, le gain de poids se produit de manière inégale. La graisse se dépose principalement dans le cou, l'estomac et les hanches. Les vergetures se produisent en raison d'une augmentation rapide du poids, les poils deviennent plus gros (cela est particulièrement visible chez les femmes). Les symptômes communs incluent le diabète, la maladie mentale..

Si la tumeur contribue à la production excessive d'hormones gonadotropes, elle provoque un dysfonctionnement sexuel. Cela conduit à l'infertilité, à l'impuissance, à un risque élevé de néoplasmes malins..

À mesure que les microadénomes grossissent, les symptômes s'aggravent. En plus des troubles hormonaux, migraine, étourdissements et perte de conscience, troubles de la vision.

Effets dangereux

Si une pathologie est identifiée, il y a une chance d'éviter les complications. Il est impossible d'ignorer la maladie, car le microadénome hypophysaire de la tête a tendance à augmenter de taille. À mesure qu'elle grandit, de graves changements dans l'activité hormonale se produisent. De gros néoplasmes pressent le tissu environnant, affectant négativement les processus se produisant dans le système nerveux central.

Les tumeurs hormonales actives peuvent provoquer des processus irréversibles. Une production excessive d'hormones provoque le diabète, des troubles de l'activité cardiovasculaire. La fermeture est une menace non seulement pour la santé mais aussi pour la vie du patient, si elle n'est pas traitée.

Au fil du temps, la vision est altérée, des dommages aux tissus cérébraux sont possibles. De plus, la pathologie provoque l'infertilité due au déséquilibre hormonal..

Microadénome pendant la grossesse

Ce type de lésion kystique apparaît souvent chez les jeunes femmes prévoyant une grossesse. Les médecins recommandent de ne pas envisager de concevoir tant que le problème n'est pas résolu. Cela est dû à un contexte hormonal instable et à un risque élevé d'avortement. Si, toutefois, la conception est connue avant la planification et le traitement, on prescrit au patient des médicaments qui suppriment la production excessive d'hormones..

La femme enceinte doit être contrôlée régulièrement.

Avec certains types d'épaississement, il est recommandé de s'abstenir de planifier un enfant pour une période d'un an. Si l'adénome est inactif, la grossesse n'est pas interdite. Une femme devra contrôler l'équilibre hormonal et surveiller régulièrement la dynamique des changements.

Le microadénome implique le rejet de l'allaitement maternel. La lactation peut déclencher une croissance tissulaire accrue, vous devez donc nourrir le nouveau-né avec des mélanges spécialisés.

Comment diagnostiquer?

Ce type d'adénome est difficile à détecter s'il ne s'agit pas d'une espèce à activité hormonale. Il n'y a aucun symptôme dans ce cas, la petite taille de l'épaississement ne lui permettra pas d'être diagnostiqué lors d'un examen de routine. Si le patient soupçonne une tumeur bénigne, il se rend chez le médecin pour un diagnostic.

En fonction des plaintes, le médecin prescrira les types d'examens suivants:

Imagerie par résonance magnétique.

  • l'imagerie par résonance magnétique ou la tomodensitométrie - les méthodes de diagnostic les plus efficaces. Ils vous permettent d'obtenir l'image complète. La glande pituitaire est visualisée et tout changement qui se produit dans ses départements est noté. Pendant l'étude, déterminez la taille de la capsule. L'échographie et les rayons X sont inefficaces dans le cas des microadénomes;
  • tests biochimiques de sang et d'urine. Le niveau d'hormones est déterminé, leur carence ou excès est surveillé. Le plus de l'analyse est qu'elle vous permet d'identifier les violations à un stade précoce du développement du néoplasme;
  • effectuer un examen avec un ophtalmologiste pour déterminer la déficience visuelle.

Méthodes de traitement

Après avoir clarifié le diagnostic, le médecin sélectionne le traitement approprié pour le microadénome hypophysaire. Les méthodes de thérapie dépendent de l'activité hormonale des tissus. Les néoplasmes inactifs peuvent être laissés sous observation sans prescription de médicaments ni chirurgie. Dans ce cas, des examens réguliers sont montrés qui vous permettront de suivre la dynamique de croissance.

Avec une augmentation de taille, la thérapie nécessaire est prescrite. Les tumeurs hormonales actives nécessitent un traitement obligatoire. La thérapie conservatrice, la chirurgie ou la radiochirurgie sont utilisées à cet effet..

Le traitement conservateur implique l'utilisation de médicaments hormonaux. En fonction des caractéristiques du joint, des moyens adaptés sont sélectionnés. Le médecin prescrit des médicaments après recherche et diagnostic. Avec de petites épaississements, les médicaments peuvent être efficaces. Ils contribuent au fait que dans un à deux ans l'adénome disparaît et que la synthèse des hormones revient à la normale.

Le retrait est effectué à l'aide d'un endoscope à travers les sinus.

Cependant, la thérapie conservatrice ne donne pas toujours de résultats. En l'absence d'effet et de croissance du néoplasme, une intervention chirurgicale est prescrite. Avec un microadénome hypophysaire, ils essaient de procéder à l'ablation à l'aide d'un endoscope à travers les sinus. Cette méthode est utilisée pour les petites capsules. Il vous permet d'éviter des complications graves et de récupérer plus rapidement chez le patient. Quelques jours après l'intervention, il est sorti de l'hôpital..

Avec de grandes tailles de formations kystiques, une opération abdominale classique est prescrite, ce qui est très complexe. Par conséquent, les médecins tentent d'éviter cette méthode d'intervention. Il existe un risque élevé de complications, de sorte que l'opération n'est effectuée que par un chirurgien spécialisé dans ces tumeurs..

La dernière méthode d'exposition est la radiochirurgie. C'est une façon moderne d'influencer l'épaississement des tissus, qui ne nécessite pas de chirurgie. Un couteau radio est utilisé pour la procédure. Il s'agit d'un faisceau de rayons qui agissent directement sur les tissus pathologiques. Quelque temps après cela, l'adénome diminue progressivement de taille. Si elle appartient au type hormonal actif, alors dans une thérapie complexe, des médicaments sont prescrits.

La méthode radiochirurgicale ne provoque pas d'inconfort et la récupération ne nécessite pas la présence du patient à l'hôpital. Par la suite, l'imagerie par résonance magnétique ou calculée est prescrite pour surveiller les changements en cours..

Prévisions supplémentaires

Le pronostic de récupération avec microadénome est dans la plupart des cas positif. Cela est dû à sa petite taille. L'étanchéité répond généralement bien aux différents types de traitement et élimine les rechutes. S'il grossit, il sera beaucoup plus difficile de l'enlever.

Lors du diagnostic d'une petite tumeur, le médecin ne peut pas prescrire une intervention ou un traitement conservateur. Le patient n'aura qu'à contrôler le changement de sa taille et à venir régulièrement pour un examen. Dans certains cas, le néoplasme ne se développe pas au cours de la vie d'une personne, donc il n'affecte pas sa qualité.

La prévention

Il s'agit d'un type de formations kystiques peu étudié, il y a donc peu de mesures préventives spécifiques. Vous pouvez réduire le risque de développer une pathologie si vous suivez plusieurs règles:

  • si un déséquilibre hormonal est détecté, il est nécessaire de découvrir sa cause et de l'éliminer;
  • si des maladies infectieuses affectant les tissus cérébraux sont détectées, elles doivent être traitées sous surveillance médicale;
  • si l'un des symptômes est présent, une consultation urgente avec un médecin est nécessaire;
  • lors d'un diagnostic précis, vous devez respecter les méthodes de traitement prescrites par le médecin.

Le microadénome hypophysaire ne représente généralement pas une menace sérieuse pour la vie humaine. Mais avec une augmentation de taille, elle provoque des changements pathologiques qui nécessitent une réponse rapide. Par conséquent, ses symptômes ne peuvent être ignorés..

Adénome hypophysaire

L'adénome hypophysaire est un néoplasme bénin du tissu glandulaire de l'hypophyse antérieure.

L'hypophyse est l'organe central du système endocrinien, avec l'hypothalamus, avec lequel elle a une relation étroite. Il est situé à la base du cerveau dans la fosse pituitaire de la selle turque, a des lobes antérieurs et postérieurs. Les hormones sécrétées par l'hypophyse affectent la croissance, le métabolisme et la fonction de reproduction..

Dans la structure de tous les néoplasmes intracrâniens, la proportion d'adénome hypophysaire est de 10 à 15%. Le plus souvent, la maladie est diagnostiquée à 30-40 ans, survient chez les enfants, mais de tels cas sont rares. L'adénome hypophysaire chez l'homme se produit à peu près à la même fréquence que chez la femme.

Causes et facteurs de risque

Les raisons du développement de l'adénome hypophysaire ne sont pas complètement claires. Il existe deux théories qui expliquent le mécanisme du développement tumoral:

  1. Défaut interne. Conformément à cette hypothèse, les lésions géniques dans l'une des cellules hypophysaires entraînent sa transformation en tumeur, suivie d'une prolifération.
  2. Trouble de la régulation hormonale des fonctions de l'hypophyse. La régulation hormonale est réalisée en libérant des hormones de l'hypothalamus - les libérines et les statines. Vraisemblablement, avec une hyperproduction de libérines ou une hypoproduction de statines, une hyperplasie du tissu glandulaire de l'hypophyse se produit, provoquant le processus tumoral.

Les facteurs de risque de développer la maladie comprennent:

  • blessures à la tête;
  • les neuroinfections (neurosyphilis, poliomyélite, encéphalite, méningite, abcès cérébral, brucellose, paludisme cérébral, etc.);
  • utilisation prolongée de contraceptifs oraux;
  • effets néfastes sur le développement du fœtus pendant le développement fœtal.

L'adénome hypophysaire est un néoplasme bénin, cependant, certains types d'adénomes dans des conditions défavorables peuvent prendre une évolution maligne.

Formes de la maladie

Les adénomes hypophysaires sont classés en hormones actives (produisent des hormones hypophysaires) et hormonales inactives (ne produisent pas d'hormones).

En fonction de l'hormone produite en excès, les adénomes hypophysaires hormono-actifs sont divisés en:

  • prolactine (prolactinomes) - se développent à partir de prolactotrophes, se manifestent par une production accrue de prolactine;
  • gonadotrophines (gonadotropinomes) - développées à partir de gonadotrophes, se manifestent par une production accrue d'hormones lutéinisantes et stimulatrices folliculaires;
  • hormones de croissance (hormones de croissance) - se développent à partir de somatotrophes, se manifestent par une production accrue d'hormone de croissance;
  • corticotropes (corticotropinomes) - se développent à partir de corticotrophes, se manifestent par une production accrue d'hormone adrénocorticotrope;
  • thyrotropes (thyrotropinomes) - se développent à partir de thyrotrophes, se manifestent par une production accrue d'hormone thyrotrope.

Si un adénome hypophysaire hormonalement actif sécrète deux hormones ou plus, il est classé comme mixte..

Les adénomes hypophysaires hormonaux inactifs sont divisés en oncocytomes et adénomes chromophobes.

Selon la taille:

  • picoadénome (diamètre inférieur à 3 mm);
  • microadénome (diamètre ne dépassant pas 10 mm);
  • macroadénome (diamètre supérieur à 10 mm);
  • adénome géant (40 mm ou plus).

Selon le sens de croissance (par rapport à la selle turque), les adénomes hypophysaires peuvent être:

  • endosellaire (croissance d'une tumeur dans la cavité de la selle turque);
  • Infrasellaire (la propagation du néoplasme est plus faible, l'atteinte du sinus sphénoïde);
  • suprasellaire (tumeur se propageant);
  • rétrocellulaire (croissance d'un néoplasme en arrière);
  • latéral (néoplasme étendu sur les côtés);
  • antésellaire (croissance tumorale antérieure).

Lorsque le néoplasme se propage dans plusieurs directions, il est appelé en fonction des directions dans lesquelles la croissance tumorale se produit.

Symptômes de l'adénome hypophysaire

L'apparition des symptômes de l'adénome hypophysaire est due à la pression d'une tumeur de taille croissante sur les structures intracrâniennes situées dans la région de la selle turque. Avec une forme hormonale active de la maladie, les troubles endocriniens prévalent dans le tableau clinique. Dans ce cas, les manifestations cliniques sont généralement associées non pas à la production la plus élevée de l'hormone, mais à l'activation de l'organe cible, sur lequel agit l'hormone. De plus, la croissance de l'adénome hypophysaire s'accompagne de symptômes qui surviennent en raison de la destruction du tissu hypophysaire par une tumeur en expansion.

Les manifestations ophtalmologiques et neurologiques qui surviennent avec l'adénome hypophysaire dépendent de la prévalence et de la direction de sa croissance. Ces symptômes comprennent la diplopie (déficience visuelle, dans laquelle les objets visibles sont bifurqués), les changements dans les champs visuels, les troubles oculomoteurs.

Un mal de tête apparaît en raison de la pression du néoplasme sur la selle turque. Les sensations de douleur sont généralement localisées dans l'œil, dans les zones temporale et frontale, ne dépendent pas de la position corporelle du patient, ne s'accompagnent pas d'une sensation de nausée, sont de nature terne, ne s'arrêtent pas ou sont mal arrêtées en prenant des analgésiques. Une forte augmentation des maux de tête peut être associée à une croissance tumorale intensive ou à une hémorragie dans le tissu du néoplasme.

Avec la progression du processus pathologique, une atrophie du nerf optique se développe. La croissance de la tumeur dans la direction latérale entraîne une paralysie des muscles de l'œil due à des lésions des nerfs oculomoteurs (ophtalmoplégie), qui s'accompagne d'une diminution de l'acuité visuelle. Habituellement, l'acuité visuelle diminue d'abord dans un œil, puis dans le second, cependant, une déficience visuelle simultanée des deux yeux peut être observée. Lorsqu'une tumeur se développe au bas de la selle turque et se propage au labyrinthe ethmoïdal ou au sinus sphénoïde, une congestion nasale apparaît (similaire au tableau clinique en cas de néoplasmes nasaux ou de sinusite). Avec la croissance de l'adénome hypophysaire, des troubles de la conscience vers le haut.

Les troubles endocriniens métaboliques dépendent de l'hormone produite en excès.

Avec le somatotropinome chez les enfants, des symptômes de gigantisme sont notés, chez les adultes, une acromégalie se développe. Les modifications du squelette chez les patients s'accompagnent de diabète sucré, d'obésité, de goitre diffus ou nodulaire. Souvent, il y a une sécrétion accrue de sébum avec la formation sur la peau de papillomes, de naevus et de verrues, l'hirsutisme (croissance excessive des cheveux chez les femmes de type masculin), l'hyperhidrose (augmentation de la transpiration).

Avec le prolactinome chez la femme, le cycle menstruel est perturbé, la galactorrhée apparaît (libération spontanée de lait des glandes mammaires, non associée à la lactation), l'aménorrhée (absence de menstruations pendant plusieurs cycles menstruels), l'infertilité. Ces conditions pathologiques peuvent survenir à la fois de manière complexe et isolée. Les patients atteints de prolactinome souffrent d'acné, de séborrhée et d'anorgasmie. Avec cette forme d'adénome hypophysaire chez l'homme, la galactorrhée, la gynécomastie (une augmentation d'un ou des deux seins), une diminution de la libido, une impuissance est généralement observée.

Le développement de corticotropinomes entraîne l'apparition d'un syndrome d'hypercorticisme, une augmentation de la pigmentation cutanée, parfois des troubles mentaux. Les troubles ophtalmologiques et neurologiques avec corticotropinome ne sont généralement pas observés. Cette forme de la maladie est capable de dégénérescence maligne..

Avec le thyrotropinome, les patients peuvent présenter des symptômes d'hyper- ou d'hypothyroïdie.

Le gonadotropinome se manifeste généralement par des troubles neurologiques ophtalmiques, qui peuvent s'accompagner de galactorrhée et d'hypogonadisme..

Parmi les symptômes courants chez les patients atteints de tumeurs hormono-dépendantes, on note une faiblesse, une fatigabilité rapide, une diminution de la capacité de travailler et des changements d'appétit..

Diagnostique

Si un adénome hypophysaire est suspecté, il est conseillé aux patients de subir un examen par un endocrinologue, un neurologue et un ophtalmologiste..

Pour visualiser la tumeur, un examen radiographique de la selle turque est effectué. Dans ce cas, la destruction de l'arrière de la selle turque, le bypass ou le multi-contour de son fond sont déterminés. La selle turque peut être agrandie et avoir une forme ballon. Signes d'ostéoporose détectés.

Dans la structure de tous les néoplasmes intracrâniens, la proportion d'adénome hypophysaire est de 10 à 15%. Le plus souvent, la maladie est diagnostiquée à 30-40 ans, survient chez les enfants, mais de tels cas sont rares.

Parfois, une pneumocisternographie supplémentaire est nécessaire (elle permet de détecter le déplacement des réservoirs de chiasme et les signes d'une selle turque vide), l'imagerie par ordinateur et par résonance magnétique. Dans 25 à 35% des adénomes hypophysaires sont si petits que leur visualisation est difficile même en utilisant des outils de diagnostic modernes.

Si l'on soupçonne que la croissance de l'adénome est dirigée vers le sinus caverneux, une angiographie cérébrale est prescrite.

Tout aussi importante pour le diagnostic est la détermination en laboratoire de la concentration d'hormones hypophysaires dans le sang du patient par la méthode radio-immunologique. Selon les manifestations cliniques disponibles, il peut être nécessaire de déterminer la concentration d'hormones produites par les glandes endocrines périphériques.

Les troubles ophtalmiques sont diagnostiqués lors d'un examen ophtalmologique, de l'examen de l'acuité visuelle du patient, de la périmétrie (une méthode qui vous permet d'examiner les limites des champs visuels), ainsi que de l'ophtalmoscopie (technique instrumentale pour l'examen du fond d'œil).

Les tests pharmacologiques de stress peuvent déterminer la présence d'une réaction anormale du tissu adénomateux aux effets pharmacologiques.

Le diagnostic différentiel est effectué avec d'autres tumeurs cérébrales, les effets secondaires de la prise de certains médicaments (antipsychotiques, certains antidépresseurs, corticostéroïdes, antiulcéreux), l'hypothyroïdie primaire.

Traitement de l'adénome hypophysaire

Le choix du schéma thérapeutique pour l'adénome hypophysaire dépend de la forme de la maladie.

Avec le développement d'un adénome hypophysaire hormonal inactif de petite taille, en règle générale, les tactiques en attente sont justifiées.

Le traitement médicamenteux est indiqué pour les prolactinomes et les somatotropinomes. On prescrit aux patients des médicaments qui bloquent la production excessive d'hormones, ce qui aide à normaliser le fond hormonal, à améliorer l'état psychologique et physique du patient.

La radiothérapie en tant que principale méthode de traitement de l'adénome hypophysaire est utilisée relativement rarement, généralement dans les cas où il n'y a pas d'effet positif de la pharmacothérapie et où il existe des contre-indications pour le traitement chirurgical..

La méthode radiochirurgicale est utilisée pour détruire le néoplasme en exposant le foyer pathologique à un rayonnement ionisant ciblé à haute dose. Cette méthode ne nécessite pas d'hospitalisation et n'est pas traumatisante. Le traitement radiochirurgical est indiqué si les nerfs optiques ne sont pas impliqués dans le processus pathologique, le néoplasme ne s'étend pas au-delà de la selle turque, la selle turque est de taille normale ou légèrement agrandie, le diamètre de la tumeur ne dépasse pas 3 cm et il y a également un refus du patient d'effectuer d'autres types de traitement ou contre-indications effectuer.

L'action radiochirurgicale est utilisée pour éliminer les résidus de néoplasme après la chirurgie, ainsi qu'après une exposition à distance (radiothérapie).

Une indication pour l'ablation chirurgicale de l'adénome hypophysaire est la progression de la tumeur et / ou l'absence d'effet thérapeutique après plusieurs traitements médicamenteux des tumeurs hormonales actives, ainsi que l'intolérance absolue aux agonistes des récepteurs de la dopamine.

L'ablation chirurgicale de l'adénome hypophysaire peut être effectuée en ouvrant la cavité crânienne (méthode transcrânienne) ou à travers les voies nasales (méthode transnasale) en utilisant une technique endoscopique. En règle générale, la méthode transnasale est utilisée pour les petits adénomes hypophysaires, et la méthode transcrânienne est utilisée pour éliminer l'hypophyse par les adénomes, ainsi qu'en présence de ganglions tumoraux secondaires.

La capacité à retirer complètement l'adénome hypophysaire dépend de sa taille (avec un diamètre tumoral de plus de 2 cm, il y a une probabilité de rechute postopératoire dans les cinq ans après la chirurgie) et de la forme.

L'ablation transnasale de l'adénome hypophysaire est réalisée sous anesthésie locale. L'accès au champ chirurgical se fait par la narine, l'endoscope est porté à l'hypophyse, la muqueuse est séparée, l'os du sinus antérieur est exposé et un accès spécial à la selle turque est fourni avec un foret spécial. Ensuite, des parties du néoplasme sont séquentiellement retirées. Après cela, le saignement est arrêté et la selle turque est scellée. La durée moyenne d'hospitalisation après une telle opération est de 2 à 4 jours.

Lors de l'ablation de l'adénome hypophysaire par la méthode transcrânienne, l'accès peut se faire frontalement (les os frontaux du crâne sont ouverts) ou sous l'os temporal, le choix de l'accès dépend de la direction de croissance du néoplasme. La chirurgie est réalisée sous anesthésie générale. Après le rasage des cheveux sur la peau, les projections des vaisseaux sanguins et des structures importantes qui ne sont pas souhaitables à toucher pendant l'opération sont décrites. Ensuite, une incision des tissus mous est pratiquée, un os est coupé et une dure-mère est coupée. L'adénome est retiré à l'aide d'une pince électrique ou d'un aspirateur. Ensuite, le lambeau osseux revient à sa place et des sutures sont appliquées. Après la fin de l'anesthésie, le patient passe une journée dans l'unité de soins intensifs, après quoi il est transféré à la salle générale. La durée d'hospitalisation après une telle chirurgie est de 1 à 1,5 semaine.

L'adénome hypophysaire peut affecter négativement le cours de la grossesse. Lorsque la grossesse survient pendant le traitement avec des agonistes des récepteurs de la dopamine, ces médicaments doivent être arrêtés. Les patientes ayant des antécédents d'hyperprolactinémie ont un risque accru d'avortement spontané, il est donc recommandé que ces patientes suivent un traitement par progestérone naturelle au cours du premier trimestre de la grossesse. L'allaitement n'est pas interdit.

Complications et conséquences possibles

Les complications de l'adénome hypophysaire comprennent la malignité, la dégénérescence kystique et l'apoplexie. L'absence de thérapie par adénome hormono-actif conduit au développement de troubles neurologiques sévères et de troubles métaboliques.

Prévoir

L'adénome hypophysaire est un néoplasme bénin, cependant, certains types d'adénomes dans des conditions défavorables peuvent prendre une évolution maligne. La capacité à retirer complètement l'adénome hypophysaire dépend de sa taille (avec un diamètre tumoral de plus de 2 cm, il existe une possibilité de rechute postopératoire dans les cinq ans après la chirurgie) et de sa forme. Des rechutes de l'adénome hypophysaire se produisent dans environ 12% des cas. L'auto-guérison est également possible, surtout avec les prolactinomes.

La prévention

Afin de prévenir le développement d'un adénome hypophysaire, il est recommandé:

  • éviter les traumatismes cranio-cérébraux;
  • éviter l'utilisation prolongée de contraceptifs oraux;
  • créer toutes les conditions pour le déroulement normal de la grossesse.